Christine Lagarde juge les cryptomonnaies comme une « menace » dans le contexte russe

Depuis la mise en place de sanctions contre la Russie suite à son offensive en Ukraine, les pays occidentaux s'inquiètent de la possible utilisation de cryptomonnaies pour les contourner. Une crainte de nouveau formulée par la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, qui les considèrent comme une « menace » dans ce contexte de guerre.
Christine Lagarde a déclaré que, parmi toutes les catégories d'actifs numériques, « les crypto-actifs me préoccupent le plus dans le contexte russe ».
Christine Lagarde a déclaré que, parmi toutes les catégories d'actifs numériques, « les crypto-actifs me préoccupent le plus dans le contexte russe ». (Crédits : POOL)

Les cryptomonnaies sont-elles une menace dans ce contexte de guerre en Ukraine ? « Oui », a affirmé Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) ce mercredi 23 mars. À l'occasion d'un forum sur l'innovation de la Banque des règlements internationaux (BRI), elle a déclaré que, parmi toutes les catégories d'actifs numériques, « les crypto-actifs me préoccupent le plus dans le contexte russe ».

Selon elle, les cryptomonnaies, qui échappent au système bancaire traditionnel, sont « certainement utilisées comme moyen pour essayer de contourner les sanctions qui ont été décidées par de nombreux pays à travers le monde contre la Russie et des acteurs spécifiques ». Particuliers ou entreprises russes « essaient évidemment de convertir leurs roubles dans les crypto-actifs », a relevé Christine Lagarde, notant que les volumes de roubles convertis atteignaient un niveau particulièrement élevé depuis les sanctions imposés par les Occidentaux. La présidente de la BCE a d'ailleurs demandé aux entreprises du secteur de ne pas devenir « complices » de ces opérations.

Lire aussi 3 mnGuerre en Ukraine : les pays occidentaux vont ajouter de nouvelles sanctions contre la Russie

Pour rappel, les sanctions prises envers la Russie ont fait s'effondrer le rouble. Or, les cryptoactifs comme le bitcoin fonctionnent, eux, sur un réseau décentralisé : aucune entité centrale ne peut être sanctionnée et empêcher l'accès des utilisateurs. Les Russes se sont donc rués sur le bitcoin, avec des volumes records d'achats en rouble.

Autre cryptomonnaie avec le vent en poupe en Russie, le Tether, un stablecoin, une cryptomonnaie émise par une entreprise privée qui garantit détenir des actifs équivalents à son émission pour assurer qu'un Tether vaut un dollar. Les stablecoins, très critiqués par les régulateurs occidentaux, sont prisés dans les pays où la devise locale souffre d'une forte dévaluation.

Lire aussi 6 mnUkraine : l'UE exclut sept banques russes du réseau Swift, Gazprom et Sberbank épargnées

La spéculation autour du bitcoin s'apparente à la « Tulipomanie »

Le bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies, « ne constitue pas (...) une réserve de valeur, mais plutôt un actif spéculatif, qui s'apparente un peu aux bulbes de tulipes aux Pays-Bas au XVIIe siècle », a de son côté déclaré le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, en ouverture du forum, mardi 22 mars. Les banquiers centraux sont coutumiers des critiques contre les cryptomonnaies du fait de leur forte volatilité, de leur utilisation possible au profit d'activités criminelles et plus largement de leur opacité.

Lire aussi 7 mnLa spéculation sur le bitcoin s'apparente à la « tulipomanie », selon la Banque de France

La BCE mise néanmoins sur la création d'ici à 5 ans d'une monnaie numérique de banque centrale (MNBC), un euro digital en d'autres termes, comme monnaie sécurisée et anonyme pour les paiements quotidiens, à côté des espèces. Pour ce projet complexe, « nous sommes dans les temps et dans le budget », a assuré Christine Lagarde. Selon le dernier recensement de la BRI, datant de juin 2021, environ neuf banques centrales sur dix ont indiqué avoir lancé des études autour d'une MNBC. Deux ont déjà été déployées (le Sand Dollar aux Bahamas et le DCash pour l'Organisation des États de la Caraïbe Orientale) et plus d'une vingtaine de projets pilotes sont en cours dans le monde.

Lire aussi 7 mnFace à la concurrence du Bitcoin, la BRI et les banques centrales contre-attaquent

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 24/03/2022 à 14:20
Signaler
Quand on veut se débarrasser de son chien on l'accuse de la rage !! CQFD Par contre la tulipomanie est bien à l'origine de l"économie moderne et non la représentation de la cryosphère, on a pas eut les mêmes cours d'éco semble t'il pas à la même épo...

à écrit le 23/03/2022 à 17:45
Signaler
Comment peut-elle encore exercer des responsabilités de haut niveau alors qu'elle a donné à Tapie 200 millions d'euros payés par les contribuables !

le 23/03/2022 à 22:54
Signaler
En effet, elle a seulement été reconnue coupable de "négligence", pour sa défense elle disait agir :" avec pour seul objectif la défense de l’intérêt général ».

le 24/03/2022 à 7:23
Signaler
Ce n'est pas 200 mais 400 millions. Si elle n'avait fait que ça.Son problème (alors qu'elle devrait s'occuper de la hausse des taux et de l'inflation mais si elle le faisait elle ne serait pas Premier Ministre en mai) son problème donc comme celui de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.