Corée du Nord : Joe Biden pas "inquiet" face à l'imminence d'un essai nucléaire

De passage en Corée du Sud à l'occasion d'une tournée en Asie-Pacifique, le président américain n'a pas fermé la porte au dialogue avec la Corée du Nord, tout en la mettant en garde. Il est prêt à intensifier ses exercices militaires avec la partie Sud de la péninsule et y déployer de nouveaux moyens militaires.

2 mn

(Crédits : POOL)

"Bonjour. Point final." C'est par ces mots laconiques que le président américain a répondu à un journaliste l'interrogeant sur le message qu'il souhaiterait transmettre à son homologue Nord-coréen. En visite en Corée du Sud, Joe Biden s'est réaffirmé ouvert au dialogue avec Kim Jong-Un, tout en le mettant en garde: "Nous sommes préparés à tout ce que la Corée du Nord peut faire". Il s'est, toutefois, dit pas "inquiet" face à un tel risque.

Essai nucléaire imminent

Les services secrets sud-coréens auraient fait état d'un projet imminent de nouvel essai nucléaire de la partie nord. Ce serait alors le premier depuis cinq ans, et le septième en tout. Les discussions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord avaient connu un réchauffement pendant la présidence de Donald Trump, avant qu'un sommet organisé en 2019 n'achoppe sur un échec.

En visite à Séoul où Joe Biden a rencontré Yoon Suk-Yeol, arrivé à la tête de l'Etat Sud-coréen début mai. Ils ont discuté de la poursuite et de l'intensification des manoeuvres militaires conjointes pour répondre aux provocations de Kim Jong-Un. Les deux dirigeants envisagent également de déployer de nouveaux moyens militaires dans le sud de la péninsule. Pour Yoon Suk-Yeol, il s'agit d'étendre la dissuasion à toute attaque balistique et pas seulement la menace nucléaire. Washington pourrait alors installer des batteries de missiles et des avions de chasse. Pour Pyongyang, de tels projets dissimuleraient en réalité un projet d'invasion. Les renseignements sud-coréens estiment que l'essai nucléaire prévu par Kim Jong-Un pourrait survenir avant la fin de la tournée du président américain en Asie.

Une "compétition mondiale"

Joe Biden a jugé que l'Asie Pacifique était un des théâtres de la "compétition mondiale entre les démocraties et les autocraties" qui se joue actuellement à travers le monde. Depuis la guerre en Ukraine, les Etats-Unis estiment que le monde avait redistribué les cartes géopolitiques entre le camp des démocraties dont ils veulent prendre la tête de file, puis celui des régimes totalitaires représentés par la Russie en Europe, et la Chine en Asie-Pacifique.

"Nous avons longuement parlé de la nécessité de faire en sorte que (cette coopération) ne se limite pas aux Etats-Unis, au Japon et à la Corée, mais qu'il englobe l'ensemble du Pacifique, du Pacifique Sud et de l'Indo-Pacifique. Je pense que (ce voyage) est une opportunité", a déclaré M. Biden.

Le président américain s'est envolé pour le Japon où il réunira le Quad mardi. Un format diplomatique qui réunit le Japon, l'Australie et l'Inde.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/05/2022 à 19:12
Signaler
il a peur d'un coup d'ultratolerance de gauche du melenchon bienveillant nord coreen? pourquoi? avec la gauche, tout se passe avec hyper ultra neo tolerance, donc ca va

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.