Covid-19 : À Lyon, la professeure Ader dirige un essai clinique crucial... et loin du buzz

Discovery, un essai clinique coordonné par l'Inserm, doit tester quatre traitements, dont l'hydroxychloroquine, sur 3.200 patients en Europe, dont au moins 800 en France. Derrière cet essai clinique mené en temps réel, la professeure Ader, entourée d'une vingtaine de personnes qui travaillent d'arrache-pied. Entretien.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Se tenant loin des controverses suscitées par le Professeur Raoult, la Professeure Florence Ader explique à l'AFP comment les leçons d'Ebola ont été tirées. Elle pilote à Lyon un essai clinique visant à trouver un traitement contre le coronavirus.

Des yeux bleus derrière des lunettes rondes, la professeure Florence Ader répond aux questions de l'AFP depuis l'hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon (HCL), "son élément". Elle est depuis un mois au cœur d'un "projet fou", loin de son quotidien habituel d'infectiologue-pneumologue.

D'emblée, elle balaie les questions polémiques autour de l'efficacité supposée de la chloroquine vantée par le Pr Didier Raoult. "Il faut s'extraire du buzz et privilégier les démarches de recherche médicale", coupe-t-elle. La Pr Ader est une des rares femmes présentes dans le débat médical actuel et choisit la discrétion face à certains de ses tonitruants confrères.

Discovery, un essai clinique en temps réel sur 3.200 patients en Europe

Elle préfère donc parler de la "prouesse" que le service public français a, selon elle, réussi à mettre en place avec Discovery, un essai clinique coordonné par l'Inserm qui doit tester quatre traitements, dont l'hydroxychloroquine, sur 3.200 patients en Europe, dont au moins 800 en France. Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints.

"C'est l'une des grandes leçons de la crise d'Ebola de 2014. Le seul et unique essai randomisé avait été mis en place trop tard, avec seulement 72 patients". Aujourd'hui, "pouvoir monter en temps réel un essai clinique de ce type est vraiment porteur d'espoir". La France est capable en même temps de "déployer sur le territoire un maillage médical pour traiter les patients et de coordonner une organisation de recherche nationale pour apporter une réponse la plus rapide possible".

L'Hexagone est d'ailleurs le premier pays européen à avoir mis sur pied et lancé un tel essai, insiste-t-elle. Son budget : quelques millions d'euros, financé par la Direction générale de l'offre de soins du ministère de la Santé. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) doit aussi lancer son grand essai, "Solidarity", mais il en est encore à la phase préparatoire.

Aucune confirmation d'efficacité et des données encore disparates

 Discovery a commencé depuis une semaine. Il inclut à ce jour 123 patients dans sept centres hospitaliers. Certains médecins ont fait part à la presse, ces derniers jours, de problèmes pour convaincre des malades du Covid-19, qui voulaient du Plaquénil (dérivé de la chloroquine) et rien d'autre. Mais non, assure-t-elle, il n'y a "pas de difficultés" à trouver des volontaires. Chaque participant se voit allouer l'un des quatre traitements testés ou des soins standard, de manière aléatoire, après une randomisation numérique.

Sont testés : le remdesivir (antiviral conçu initialement pour Ebola), le lopinavir en combinaison avec le ritonavir (des anti-VIH), la même combinaison mais associée à l'interféron bêta pour tenter de baisser le processus inflammatoire et l'hydroxychloroquine (cousin de la chloroquine, mais présentant moins de risque de toxicité, cet anti-paludéen a l'avantage d'être connu et bon marché).

Et elle insiste: "nous n'avons pour l'heure aucune confirmation de la réalité de l'efficacité de ces traitements. Nous n'avons que des données disparates sur ces molécules. On a des données in vitro pour certaines, pas pour d'autres; des données sur des modèles animaux pour certaines, mais pas pour toutes, d'autres données sur des petites séries de patients, pas pour d'autres".

D'où pour elle l'importance de ne faire "aucune concession" et assurer le même niveau d'exigence malgré l'urgence d'une pandémie qui a déjà tué quelque 30.000 personnes dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP. "Plus les résultats seront significatifs et méthodologiquement robustes, plus le niveau de preuves sera élevé et plus on rendra service aux gens", assume Florence Ader. Même s'il est lourd, elle assure que cet essai est mené avec toute la rapidité et l'adaptabilité nécessaires au contexte.

Une vingtaine de personnes qui travaillent d'arrache-pied

La Pr Ader est entourée d'une vingtaine de personnes qui travaillent d'arrache-pied. D'abord une cheffe de projet qui gère la très lourde logistique depuis un centre dans le sud : quel traitement ? Envoyé à quel patient ? Dans quelle ville ? Et quand ?Sur le terrain, des centaines de techniciens, d'attachés de recherche, de médecins d'essai clinique collectent les données. Et charge à l'équipe de méthodologie de l'Inserm de les exploiter.

Les premières évaluations de patients vont commencer après 15 jours de traitement, dans une semaine environ. On pourra notamment estimer si leur état clinique s'est amélioré, s'ils ont toléré le traitement.

Après analyse de ces premières données, il est possible que l'essai abandonne les tests d'un ou plusieurs des quatre traitements visiblement inefficaces pour en tester de nouveaux. Mais "il n'y a pas encore d'échéance précise, des analyses intérimaires seront régulièrement menées", conclut la Pr Ader, maintenant la pression à bonne distance.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 49
à écrit le 04/04/2020 à 11:04
Signaler
"Discovery, un essai clinique en temps réel sur 3.200 patients en Europe... ...Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints." Là vous nous avez perdu mesdames et messieurs les scientifiques ! Cette étude ne sera pas en mesure de confir...

à écrit le 04/04/2020 à 0:28
Signaler
"les controverses suscitées par le professeur Raoult" ? Ah bon ? Raoult est arrivé avec des controverses ? Je n'ai pas vu ça, j'ai vu un Raoult qui teste un traitement, et des "experts" qui tentent tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. I...

à écrit le 01/04/2020 à 13:07
Signaler
Cet essai est faussé concernant l'hydroxychloroquine comme l'indique le professeur Raoult. car est inefficace dans les cas graves c'est à dire de réponse immunitaire désordonné (cytokines) ou il n'y a presque plus de virus et ou les traitements doi...

à écrit le 01/04/2020 à 12:46
Signaler
Mon intention est d’aider. Je ne sais pas ce que ça veut dire , mais j’ai rêvé du coronavirus ( l’image entière du virus seule )et j’ai vu qu’ entre les spikes ( rouges clés d’entrée)qui s’accrochent aux cellules humaines , j’ai vu qu’il y a des lia...

à écrit le 31/03/2020 à 22:09
Signaler
Pourquoi Mme Ader et le test Discovery ont-ils utilisé pour l'hydroxychloroquine une méthode opposée aux préconisations maintenant connues ( voir commentaire de Patrick Balma). Y a-t-il des conflits d'intérêts comme au sein du comité de pilotage f...

le 01/04/2020 à 1:09
Signaler
C’est « un projet médiatique » pour rassurer l’opinion publique , certains projets sont discrets et une course pour le vaccin s’est engagé entre plusieurs Laboratoires internationaux . Même 12 mois est trop long , même si les tests cliniques ont déj...

à écrit le 31/03/2020 à 21:29
Signaler
Pour répondre à la décision de L’ARS dans les actualités d’aujourd’hui : pour le nettoyage des rues pour limiter les contagions sur les supportes métalliques , plastiques , bois .... 1) le chlore est inefficace avec l’eau chaude et ça émet des in...

à écrit le 31/03/2020 à 15:11
Signaler
Réponse à Churchill: Rassurez vous, tout comme vous, je ne suis pas médecin,ni même statisticien mais en tant qu'ingénieur et j'ai eu à mettre en oeuvre des méthodes statistiques pour réaliser des plans d'expériences en recherches. Je sais donc quand...

à écrit le 31/03/2020 à 14:01
Signaler
Bonjour, Quelques remarques sur cette étude DISCOVERY. 1/ Concernant le bras d’essai LOPINAVIR (KALETRA). Il s’agit d’un IP Inhibiteur de Protéase anti-VIH. Or dans cette même classe il existe une autre molécule plus efficace, le DARUNAVIR (PRE...

à écrit le 30/03/2020 à 22:21
Signaler
Il n'est plus temps d'étudier, agir n'est pas au programme des ronds-de-cuir y compris médicaux . . . ?

à écrit le 30/03/2020 à 18:21
Signaler
Le stress et le doute font aussi des dégâts , En nous protégeant massivement nous protégeant aussi nos soignants , autorisez svp les tests précoces massives pour tous les citoyens et citoyennes de France Se protéger est un droit !! Beaucoup de pays...

à écrit le 30/03/2020 à 17:57
Signaler
Vus me pardonnerez un léger mécontentement que j'espére légitime. Il y a trente mille morts. Nous sommes en gestions de crise. Que les scientifiques fassent toutes les études qu'ils veulent, mais en parralléle en attendant de savoir ce qui est le ...

le 30/03/2020 à 22:12
Signaler
D’accord avec vos propos , Il serait bien que toutes les villes de France se mettent à désinfecter partout pour limiter les impacts dans les lieux publics et interdire toutes sorties ( même avec un masque ) aux personnes infectées du virus pendant 1...

à écrit le 30/03/2020 à 15:29
Signaler
30000 morts dans le monde ? à rapprocher des 70000 morts annuels dues au tabagisme pour la seule France ! Il sera intéressant de noter le coût de chaque traitement proposé à l'issue de ces essais

le 30/03/2020 à 20:49
Signaler
La seule différence est que le cancer du fumeur n'est heureusement pas contagieux.

à écrit le 30/03/2020 à 15:00
Signaler
"Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints" c'est aberrant alors que l on sait que la charge virale est alors minime et qu il n y a pas d'effet de la chloroquine. j'attens davantage des essais faits ailleurs. il faut le donné selon ...

à écrit le 30/03/2020 à 12:44
Signaler
Cet essai est malheureusement biaisé. L'hydroxychloroquine est administrée avec succès à Marseille en combinaison avec un antibiotique couramment utilisé dans les maladies pulmonaires. Et surtout, il a fait la preuve de son efficacité quand il est ad...

le 30/03/2020 à 20:59
Signaler
"C'est pas scientifique, c'est juste de la médecine", tiens encore un prix nobel potentiel de la bêtise. C'est d'ailleurs le même qui ferait un procès au laboratoire si on lui donnait un médicament qui n'aurait pas subi des tests internationalement r...

le 02/04/2020 à 18:31
Signaler
M. Tototiti la chloroquine est utilisée depuis 50 ans par des centaines de millions de patients pendant des mois, a été délivrée à plus d'un milliard de doses, et était encore en vente libre en France avant qu'elle ne soit précipitamment mise sous s...

à écrit le 30/03/2020 à 12:41
Signaler
Pourquoi réserver le traitement aux malades hospitalisés ou gravement atteints alors qu'on sait que les antiviraux ne sont efficaces que s'ils sont prescrit suffisamment tôt au moment ou la charge virale est la plus élevée.(1ére semaine de contaminat...

à écrit le 30/03/2020 à 11:13
Signaler
Selon Radio France, le rassemblement évangélique de Mulhouse de février aurait fait bien plus de "dégâts" que prévu. Organisé par l’une des plus grandes associations évangéliques de France, la Porte Ouverte chrétienne, cet événement annuel qui a eu l...

à écrit le 29/03/2020 à 21:59
Signaler
"Randomisé" ou "Randomisation" signifient en bon Français Gaulois Réfractaire non-macroniste : "Aléatoire "ou "Au hasard". Donc, la professeure Florence Aderde l'INSERM teste 1) "le remdesivir", 2) "le lopinavir-ritonavir", 3) "le lopinavir-ritona...

le 30/03/2020 à 12:26
Signaler
ma fille qui est infirmière dans ce service infectieux de la croix rousse a contracté le virus il y a une quinzaine de jour, elle n'a été traitée par rien du tout et semble guérie, avec sûrement une immunité qui sera efficace. Guérie sans rien comme...

à écrit le 29/03/2020 à 21:49
Signaler
Je souhaite resté simple, je suis effaré et triste de constater si peu d'écoute entre des personnes d'un niveau intellectuel plutôt élevé. On cherche à comparer deux approches complètement opposées. Nous sommes en guerre et il faut sauver le maximum...

le 30/03/2020 à 11:53
Signaler
Je suis désolé de vous contredire mais allez voir les interviews du prof RAOULT sur youtube. Il a fait le point récemment, il note une baisse de la charge virale et note que les patients en réanimation n'ont quasiment plus de charges virales et ce d...

à écrit le 29/03/2020 à 20:51
Signaler
De toutes façons, cette étude ne donnera rien pour l'hydroxychloroquine. Les patients testés sont trop sévèrement atteints et l'antibiotique n'est pas joint au traitement. On voudrait obtenir un résultat négatif qu'on ne s'y prendrait pas autrement ...

à écrit le 29/03/2020 à 19:47
Signaler
Comme l'on ne fait pas de testes massifs pour connaitre les personnes en début de contamination non encore hospitalisé, ont ne peut pas vérifier l'efficacité d'un traitement en début, lors ce que la charge virale et faible. Les testes pratiqués sont...

à écrit le 29/03/2020 à 18:36
Signaler
Sans buzz, vraiment? L'étude en cours fait pourtant la une de tous les media alors qu'elle n'a encore rien à présenter comme résultats. Disons que c'est un plan com, il y a des gens bien placés (au)près du gouvernement qui sont gênés par ce qui se ...

à écrit le 29/03/2020 à 18:29
Signaler
Dans cette étude, que fait le professeur Florence Ader des gens malades qui reçoivent un traitement placebo ? Elle ne tente pas de les guérir en fait !? Mais elle se sert d'eux pour conduire ses expériences ! Ces personnes malades sont réduits à ...

le 29/03/2020 à 18:47
Signaler
Qui a dit que des patients recevaient des " placebos " ?

le 29/03/2020 à 19:44
Signaler
Comme il n'y a pas de traitement efficace connu le placebo pourrait se révéler la meilleure solution.

le 29/03/2020 à 20:08
Signaler
La grande complexité de ces tests est que tous les patients reçoivent un traitement, aucun ne reçoit de "placebo" neutre....

le 29/03/2020 à 22:51
Signaler
Pas du tout. Aujourd'hui les patients ne recoivent que des traitements symptomatiques ou contre les complications, plus du soutien respiratoire. De plus aucune des 4 molecules testees n'a une efficacite prouvee (c'est justement l'objet de l'etude). D...

à écrit le 29/03/2020 à 17:56
Signaler
-"plus on avance dans la maladie, moins la présence du virus est importante, donc « si on veut espérer un effet anti-viral d’une molécule, il faut la donner très tôt », abonde le Pr Bruno Lina -"Il s’agit de malades présentant des signes respiratoir...

le 29/03/2020 à 19:03
Signaler
résoudre la pandémie en faisant un parallèle avec du travail de plombier, faut vraiment être un imbécile . la france des yaka a pas fini de tourner en orbite.

à écrit le 29/03/2020 à 17:35
Signaler
oui loin du buzz mais qu'ils sont consternants tous ces pseudos consultants-spécialistes qui ne savent que faire le buzz ou tous ceux qui sont exclusivement dans la récupération politique. Sur une chaîne info, M. Bernard Kouchner a analysé l'action d...

le 29/03/2020 à 18:03
Signaler
Il faut quand même rappeler qu'entre le 20 janvier et le 14 Mars 2020 on a regardé les trains passés . Faut appeler un chat un chat !

à écrit le 29/03/2020 à 17:16
Signaler
L’approche de l’étude du professeur Ader semble différente du professeur Raoult. L’essai clinique se porte sur les cas les plus graves pour Ader. Pour Raoult , Il se porte sur des patients simplement dépistés positifs au virus . L’une cherche...

le 29/03/2020 à 22:55
Signaler
L'etude du Pr Raoult est scientifiquemt tres faible. Deja, elle ne suit aucun protocole scientifique. Et ces protocoles n'ont pas ete invente pour rien: M. Raoult n'est pas le premier a proclamer que tel produit a une efficacite sur telle maladie. Ma...

à écrit le 29/03/2020 à 17:15
Signaler
Un labo suisse annonce croire en l'hydroxychloroquine : l'hydroxychloroquine, plus grand espoir contre le coronavirus, dixit le DG de Novartis. Tiens donc ? Personne ne s'insurge contre le labo suisse ? Par contre, Raoult, lui, qu'est-ce qu'il ramass...

à écrit le 29/03/2020 à 16:51
Signaler
Il semble vraiment que les intérêts financiers passent avant tout en utilisant l'éthique comme excuse!

à écrit le 29/03/2020 à 16:33
Signaler
Les dépêches AFP qui évoquent de près ou de loin les travaux du professeur Raoult sont biaisées, et on peut le dire VRAIMENT INFECTES ! Plus globalement, l'AFP n'est pas une agence de presse, c'est une machine de propagande qui abreuve (presque) T...

à écrit le 29/03/2020 à 15:58
Signaler
La France compte de nombreux chercheurs à la pointe dans ce domaine, laissons les travailler efficacement en utilisant les bons outils. Ce sujet est trop grave pour le laisser aux populistes de tous bords et aux " crétins qui savent tout ...." Br...

le 29/03/2020 à 17:00
Signaler
Le problème de cette démarche très noble laisse beaucoup de patients à un stade avancé sans traitement à part la ventilation artificielle .Le temps d'un traitement homologué fiable au niveau international pourrait bien arriver après la bataille. Les...

le 29/03/2020 à 17:37
Signaler
Vous devez surement être médecin pour écrire "....démarche très noble laisse beaucoup de patients à un stade avancé sans traitement à part la ventilation artificielle ".... Haaa la médecine, c'est facile alors....? , on soigne la moitié des malades...

à écrit le 29/03/2020 à 15:55
Signaler
"" Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints."" tester des patients qui n'ont plus les traces, juste la detresse respiratoire, je ne suis pas sur que ca serve a qqch raoult avait l'honnetete de dire a qui il donnait ses medicaments...

le 29/03/2020 à 16:20
Signaler
Cette période est vraiment folle. La France compte 65 millions de brillants médecins, pharmacologues et chercheurs. Je viens de lire ce que dit le PDG de Novartis qui fabrique l'hydroxychloroquine : “Nous travaillons avec les hôpitaux suisses sur de...

le 29/03/2020 à 17:42
Signaler
assez d'accord avec Tototiti, toutefois, c'est tout de même surprenant cet acharnement à vouloir tester des trucs sur des patients "gravement atteints" pour lesquels l'un des meilleurs infectiologue explique que ça ne sert à rien vu que la charge vir...

le 30/03/2020 à 15:23
Signaler
he tototiti je ne suis pas medecin, mais je sais comment on fait des etudes, et quels sont les biais! quand vous faites une etude de marche en demandant si votre produit est ' bon, tres bon, excellent , parfait', je peux vous affirmer a 100% que vo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.