Daech : Obama et Hollande d'accord sur tout... sauf sur Bachar al-Assad

 |   |  607  mots
Nous pouvons faire mieux en matière de coordination entre les pays, a reconnu Barack Obama à l'issue d'une rencontre à la Maison Blanche avec François Hollande, hier 24 novembre.
"Nous pouvons faire mieux en matière de coordination entre les pays", a reconnu Barack Obama à l'issue d'une rencontre à la Maison Blanche avec François Hollande, hier 24 novembre. (Crédits : Reuters)
Les Etats-Unis et la France ont décidé mardi d'intensifier leurs opérations militaires contre l'Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak et de coordonner leurs renseignements sur la menace intérieure. Mais l'épineuse question de la place à réserver au président Bachar al-Assad dans une éventuelle transition politique de la Syrie reste entière.

 "Nous sommes tous Français".

Par cette phrase prononcée dans la langue de Molière, le président américain Barack Obama a exprimé mardi 24 novembre, onze jours après les attentats de Paris, sa solidarité vis-à-vis de la France. Au terme d'un entretien d'une heure quarante à la Maison blanche avec François Hollande, qui continuait à Washington son offensive diplomatique commencée à Londres et visant à mettre sur pied une coalition unique contre Daech, Obama a reconnu devant la presse:

"Nous pouvons faire mieux en matière de coordination entre les pays."

"Il s'agit de détruire Daech"

En ce sens, les Etats-Unis et la France ont décidé mardi d'intensifier leurs opérations militaires contre l'Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak et de coordonner leurs renseignements sur la menace intérieure.

François Hollande a notamment appelé à livrer contre l'EI, avec l'appui de son homologue américain, une bataille "commune, collective et implacable", avec des frappes au cœur des villes occupées et l'appui de combattants au sol.

Au plan militaire, "il s'agit de détruire Daech partout où il se trouve, de couper ses sources de financement, de traquer ses dirigeants, de démanteler ses réseaux et de reconquérir les territoires qu'il contrôle", a détaillé le président français.

"L'intensification de l'action accrue de trois degrés"

"La priorité est la reprise des points clés occupés par Daech en Syrie", a-t-il insisté, expliquant que les frappes françaises au cœur des villes occupées viseraient des centres de commandement et de formation.

"Nous avons obtenu ce que nous sommes venus chercher", a déclaré un haut responsable français à Reuters, sans vouloir expliciter.

"L'intensification de l'action a été accrue de trois degrés. Le soutien des rebelles sur le terrain a été réaffirmé", a ajouté ce responsable, notamment en matière d'équipement et de formation. Alors que les deux chefs d'Etat s'exprimaient, une opération conjointe franco-américaine a d'ailleurs touché un centre de commandement de l'EI à Tal Afar, une ville située à l'ouest de Mossoul, en Irak.

Un meilleur partage des renseignements

Barack Obama a aussi reconnu que les Américains craignaient de nouveaux attentats du genre de ceux perpétrés à Paris. Il a appelé les pays européens à partager plus de renseignements à propos des personnes qui partent d'Europe pour se rendre au Proche-Orient et a offert de partager les outils américains de filtrage des réfugiés venus des zones de conflit.

François Hollande a aussi jugé urgent de fermer la frontière syro-turque "pour qu'aucun terroriste ne vienne en Europe pour perpétrer des actes barbares". Le responsable français a évoqué une petite portion de frontière que la Turquie n'a toujours pas fermée au nord d'Alep et que l'EI utilise pour faire passer des biens et des marchandises.

Désaccords sur le dossier syrien

Au plan diplomatique, en revanche, la rencontre a montré la difficulté de faire bouger les lignes sur le dossier syrien. L'épineuse question de la place à réserver au président Bachar al-Assad dans une éventuelle transition politique reste entière.

"On est probablement plus enclin à travailler avec M. Poutine que M. Obama ne l'est à ce stade", a reconnu une source diplomatique française citée par l'AFP. Mardi, la destruction d'un avion de combat russe, abattu mardi à la frontière syrienne par la Turquie, pays membre de l'Otan, a encore compliqué le dossier.

François Hollande rencontrera Vladimir Poutine jeudi à Moscou, après avoir reçu, mercredi, la chancelière allemande Angela Merkel.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2015 à 15:36 :
NE PAS PRENDRE L ETAT ISLAMIQUE AUX SERIEUX EST UNE GRAVE EREUR ISTORIQUE? S ILS ARRIVENT A INSTORE CETTE ETAT ISLAMIQUE? PLUS AUCUN ETAT DU MONDE NE SERAS TRANQUILLE? ET JE CROIE QUE HOLLANDE ET POUTINE L ON COMPRIS CAR LEURS MODE DE CIVILATION EST LA CHARIAT? ??
a écrit le 25/11/2015 à 14:43 :
D'accord, d'accord... Comme son peu reluisant prédécesseur, hollande a enfourché ses plus belles talonettes pour aller prendre ses ordres à la maison-blanche. Le pauvre n'a toujours pas compris que ce n'est pas avec quelques bombinettes et quelques vieux zincs totalement inutiles qu'il arrivera à solutionner le problème. La vraie lutte (la plus intelligente aussi, mais ça, en france, c'est loin d'être gagné) contre le djihadisme passe par l'intégration et la justice sociales, par la culture, par un enseignement digne de ce nom, par le dialogue et par une espoir de futur. Tant que la france n'offrira que des bombes et aucun espoir à une population volontairement délaissée, le problème restera insoluble. Tant que la france continuera à jouer le rôle de nervi et d'exécuteur des basses oeuvres pour le plus grand état terroriste du monde - les usa - la france provoquera sciemment la haine et devra s'attendre à une riposte tout à fait logique. Tant que la france n'aura ni le courage ni l'intelligence de parler de paix et de futur plutôt que de balancer des bombes depuis des années sur des populations civiles et dans des pays qui n'ont jamais été une menace quelconque, il y aura encore des ... "dommages collatéraux" dans les rues ou salles de spectacle de paris. La france, justement... La france n'est rien et n'est certainement pas une cible pour Daech quoique tentent de faire croire ceux qui veulent instaurer un état policier et dictatorial fait de terreur, de non-droit et de violations des libertés les plus élémentaires : les valls, sarko, le pen, hollande et consorts. La france n'est qu'un leurre où les pseudo-"terroristes" (on est toujours le terroriste de quelqu'un, surtout quand on balance des bombes sur la populations civiles innocentes en Libye, Irak, Afghanistan, Syrie... ou le résistant de quelqu'un) ne sont jamais que des 3e couteaux dont l'importance est égale à celle de la france : totalement dérisoire. Le vrai but de Daech n'est ni la france dont l'organisation se fout (elle se fiche aussi des bombardements français totalement inutiles puisque ses bases syriennes sont profondément souterraines), ni la Syrie. La vraie cible de Daech n'est autre que la Libye, ce que feignent d'ignorer les Occidentaux qui sont d'ailleurs, là aussi (comme en Irak, en Syrie, en Afghanistan...), les premiers responsables du chaos et de la haine. La france ? Tout juste une diversion et surtout un formidable coup médiatique pour Daech qui, grâce à son "palmarès" français et avec la complicité active des poliiques et des medias français qui n'arrêtent pas d'en remettre une couche, s'apprête à recruter en masse. Son succès, Daech le doit avant tout, fort lgiquement, aux usa, à la GB, à l'allemagne et... à la france. France qui, soit dit en passant, continue à faire des affaires avec le Qatar et donc, par voie de conséquence, se transforme immanquablement en financier du terrorisme. Mais bon, c'est le business. Que représente, devant le business, les visées bassement politiciennes et la manipulation médiatique, un peu de "dommage collatéral" dans les rues de paris ?
a écrit le 25/11/2015 à 14:19 :
D'accrd, d'accord... Comme son peu reluisant prédécesseur, hollande a fourché ses plus belles talonettes pour aller prendre ses ordres à lamaison-blanche. Le pauvre n'a toujkiurs pas compris que ce n'es pas avec quelques bombinettes et quelques vieux zincs totalement inutiles qu'il arrivera à solutionner le problème. La vraie lutte (la plus intelligente aussi, mais ça, en france, c'est loin d'être gagné) contre le djihadisme passe par l'intégration et la justice sociales, par la culture, pa un eeignement digne de ce nom, par le dialogue et par une espoir de futur. Tant que la france n'offrira que des bombes et aucun espoir à une populaion volontairemen délaissée, le problème restera insoluble. Tant que la france continuera à joue le rôle de nervi et d'exécuteur des basses oeuvres pour le plus grand éta terrorise du monde - les usa - la france provoquera sciemment la haine et devra s'attendre à une riposte tout à fait logique. Tant que la france n'aura ni le courage ni l'intelligence de parler de paix et de futur plutôt que de balancer des bombes depuis des années sur des popultions civiles, il y aura encore des ... "dommage collatéraux" dans les rues ou salles de spectacle de pris. la france, justement; La france n'est rien et n'es certainement pas une cible pour daech quoique entent de faire croire ceux qui veulent instaurer un état policier et dictatorial fait de terreur, de non-droit e violaions des liberés les plus élémenaires : les valls, sarko, le pen, hollande et consorts.la france n'est qu'un leurre où les pseudo-"terroristes" (on est toujours le terroriste de quelqu'un, surtout quand on balance des bombes sur la populations civiles en Libye, Irak, Afgahnistan, Syrie... ou le résistant de quelqu'un) ne son jamais que des 3e couteaux don l'importance est égale à celle de la france : totalement dérisoire. Le vrai but de daech n'est ni la france dont l'organisaion se fout (elle se fiche aussi des bombardements français totalement inutiles puisque ses bases syriennes sont profondément souterraines), ni la Syrie. La vraie cible de Daech n'est aute que la Libye, ce que feignent d'ignorer les Occidentaux qui sont d'ailleurs, là aussi (comme en Irak, en Syrie, en Afghanistant...), les premiers responsables du chaos et de la haine. La france ? Tout juste une diversion e surtout un formidable coup médiatique pour Daech qui, grâce à son "palmarès" français, s'apprête à recruter en masse. Son succès, daech le doit avant tout aux usa, à la GB, à l'allemagne et... à la france. France qui, soit dit en passant, coninue à faire des affaires avec le Qatar et donc, par voie de conséquence, se transforme immanquablement en financier du terrorisme. mais bon, c'st le business. Que représente, devant le business, les visées bassement politiciennes et la manipulation médiatique, un peu de "dommage collatéral" dans les rues de paris ?
a écrit le 25/11/2015 à 12:18 :
Alors à quand le livre "merci pour ce bachar!"
Réponse de le 25/11/2015 à 18:37 :
Dur, en effet, d'admettre que les us et donc l'otan se sont ENCORE plantés. Je compatis...
a écrit le 25/11/2015 à 12:17 :
Soyons sérieux ...! Obama est en fin de mandat...il ne prendra aucun risque géopolitique...! Normal 1er, Capitaine de Pédalo '(dans le civil) ....est en fin de mandat aussi ...,car après 3 ans de réussite économique tous azimuts en France ...il n'a aucune chance d'être réélu ...OUF...! mais...combien sera le montant de l'ardoise ..? que vont laissé les socialistes au pays...?
a écrit le 25/11/2015 à 12:04 :
Un voyage pour rien, un simple coup de téléphone aurait suffit. La conférence de presse: un coup de com à grand coup de Barack ... François, et de tapes sur l'épaule, mais rien sur le fond. L'attitude d' Obama fixant Hollande bien mal à l'aise quand il parlait était révélatrice. L'art de la synthèse était facile au parti socialiste, c'est une autre histoire au niveau de la planète.
a écrit le 25/11/2015 à 11:51 :
Je pense que le Général de Gaulle ne serait jamais intervenu en Syrie et en Irak , nous n'y avons aucun intérêt d'ailleurs .Hollande à mon avis n'aurait pas dû engager notre pays dans cette guerre de religion qui nous dépasse et qui dure depuis 30 ans entre les frères ennemies de deux versions de l'Islam . Pourquoi aider l'un ou l'autre je me le demande .
Réponse de le 25/11/2015 à 12:15 :
+1
Réponse de le 25/11/2015 à 18:10 :
Mais "nous" sommes dans l'otan depuis peu. Raison de plus pour ... en sortir !
a écrit le 25/11/2015 à 9:58 :
Le president des commemorations et des mots, la position inconciliable des americains et des russes ne va pas changer parce que notre petit president fait du tourisme pendant 3 jours
Les memes hommes et femmesvontvenir dimanche a la Cop21, qui doit sauver le monde, etait il obligatoire fe faire aujourd'hui tous ces deplacements
Tout ceci n'est que de lEnfumage de 1ere categorie.......et on ne parle plus de reformes structuelles , de baisse des depenses publiques, on oublie de recinsiderer les avantages des retraites des fonctionnaires et regimes speciaux,,,,,,, et la liste est encore longue
Réponse de le 25/11/2015 à 11:28 :
J'ai eu peur, j'ai cru que vous alliez oublier de placer un morceau sur les fonctionnaires...ouf....
Je suis même surpris de ne pas voir une petite accusation, ou insinuation d'une quelconque responsabilité des dits fonctionnaire sur le volet des attentats...et pourtant...
Pourtant il me semble bien que les personnes qui sont intervenues au péril de leurs vies, intervenues pour vous sauver soigner évacuer et juste vous défendre sont des fonctionnaires...
Qui à mené les attaques contres les affreux....des fonctionnaires...
Alors oui tapons dessus, c'est si formidable....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :