Pourquoi les jeunes se tournent vers Daech, selon le chef d'état-major des armées

 |   |  520  mots
Tous les jeunes cherchent un cadre et des valeurs qu'ils ne trouvent plus dans la société. Les uns vont dans une direction morbide, chez Daech, croyant se rassurer, espérant trouver un sens à leur vie. Les autres choisissent l'armée pour défendre et servir la France.
Tous les jeunes "cherchent un cadre et des valeurs qu'ils ne trouvent plus dans la société. Les uns vont dans une direction morbide, chez Daech, croyant se rassurer, espérant trouver un sens à leur vie. Les autres choisissent l'armée pour défendre et servir la France". (Crédits : ministère de la défense)
Pour le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, les jeunes, qui se tournent vers Daech "cherchent un cadre et des valeurs qu'ils ne trouvent plus dans la société". Du coup, ils vont dans "une direction morbide (...) espérant trouver un sens à leur vie.

Un mois avant les attaques terroristes simultanées à Paris du 13 novembre, le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, s'interrogeait à haute voix devant les députés de la commission de la défense sur le pourquoi de l'engagement d'une "partie de la jeunesse de France" vers Daech. Une "question de fond à laquelle nous devons réfléchir", estimait alors le général Pierre de Villiers, qui était frappé "par le pessimisme ambiant et la morosité générale" en France.

"Pourquoi une partie de la jeunesse de France s'engage-t-elle chez nous et une autre chez Daech?"

Selon le général Pierre de Villiers, "tous cherchent un cadre et des valeurs qu'ils ne trouvent plus dans la société. Les uns vont dans une direction morbide, chez Daech, croyant se rassurer, espérant trouver un sens à leur vie".

Heureusement les autres, la plus grande partie, "choisissent l'armée pour défendre et servir la France". Tout comme ceux qui choisissent Daech, ils le font pour trouver un sens à leur vie. "Ils nous le disent comme ça, quels que soient leur niveau d'études et leur catégorie socioprofessionnelle. C'est assez exceptionnel", avait expliqué le général Pierre de Villiers.

Les soldats français prêts à aller au bout de leur mission

En dépit d'une situation compliquée, le chef d'état-major des armées voulait voir des "signes d'espérance". "Les jeunes dont je vous parle ne comprennent pas ce pessimisme, ils sont d'un enthousiasme incroyable ! Pensez-vous que les trois jeunes que nous avons rapatriés cette nuit du Mali (trois militaires des forces spéciales déployées au Mali ont été blessés la semaine du 12 octobre par une mine, ndlr) se posent ces questions ? Ils sont allés jusqu'au bout de leur mission au service de la France, pour leur chef de section, pour leur capitaine, pour leur colonel. C'est ainsi qu'ils voient les choses".

L'armée de Terre est d'ailleurs actuellement en pleine campagne de recrutement pour faire remonter à fin 2016 les effectifs de la force opérationnelle terrestre (FOT) de 66.000 à 77.000 militaires. En 2015, les objectifs quantitatifs (5.600 militaires recrutés et 1.170 fidélisés) seront atteints, a assuré début novembre au Sénat le chef d'état-major de l'armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser. "Pour 2016, en revanche, le défi reste devant nous, l'armée de terre devant notamment recruter 14.000 militaires du rang, soit 16 % de plus qu'en 2015. La fidélisation apparait donc comme l'indispensable complément du recrutement", a-t-il estimé.

Enfin, le taux de sélection (2 candidats pour 1 recrue) demeure "tout à fait acceptable et conforme à ce qu'il était précédemment", a affirmé le général Jean-Pierre Bosser. Mais la capacité de recruter de l'armée de Terre, a-t-il expliqué, "butte sur des contraintes en termes de formation, d'équipement, d'habillement, d'infrastructures, de soutien médical... Recruter 11.000 hommes supplémentaires dans un délai aussi réduit met en lumière la notion de seuil critique. On ne peut évidemment pas remonter en puissance une armée en un claquement de doigts".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2015 à 13:05 :
Une société pour vivre a besoin de transcendance, que ce soit le dollar ou le patriotisme américain. Mais évidemment pas les soit-disant "valeurs de la République" que les F:. Valls, Cazeneuve ou Taubira seraient infoutus de définir
a écrit le 26/11/2015 à 8:26 :
""Pourquoi une partie de la jeunesse de France s'engage-t-elle chez nous et une autre chez Daech?" Sont-ce les mêmes ?
a écrit le 26/11/2015 à 0:55 :
Hhmm.. oui. Donc, critiquer l'otan est interdit. C'est noté. Tout se paie, un jour.
a écrit le 26/11/2015 à 0:02 :
Pour une fois qu'un militaire réfléchit ! (humour) Je suis entièrement d'accord avec son analyse. Les baby boomers recoltent ce qu'ils ont semé pendant 40 ans.
a écrit le 25/11/2015 à 22:20 :
Si nos pseudo gouvernants avait 2 sous de patriotisme et de fierté de notre pays, l'optimisme serait de rigueur; mais le pessimisme fait plus vendre pour les médias ! Good News = on News

Allez que ceux qui se sont battus et sont pour une partie morts pour la France montrent le chemin de la fierté d'être français!
a écrit le 25/11/2015 à 22:03 :
Un homo sapiens peut disposer d un refentiel de valeurs morales, mais pas un homo économicus. A mon époque les jeunes avaient pour idéal, la paix, la justice, le progrès. Aujourd'hui l idéal d un jeune c est d être un monay maker, un traders, un dealer, un winners, un héros médiatique et sponsorisé. Et comme l à dit un imbécile célèbre " si a 50 ans t as pas une montre Cartier au poignet, t es un looser " . Que peut-on attendre d une société qui réduit le travail humain, l art, le sport à leur simple valeur marchande ?
a écrit le 25/11/2015 à 21:04 :
à cause du chômage en France, avant de savoir pourquoi les jeunes sont embrigadés essayés déjà de savoir ce que votre gouvernement cache pour cela faudrait que le peuple français bouge directement à l'Élysée chose qui ne fera jamais mais bon vous préférez vous diviser et de dire oui l'autre c'est le mal ok hé non vous avez tout faux
a écrit le 25/11/2015 à 20:10 :
Au fait, Général. Vous devez forcément savoir que d'autres Généraux ont osé exprimer clairement que l'adhésion à l'otan a été une erreur grave... Certes, les politiques...
a écrit le 25/11/2015 à 20:02 :
J'en parlais à Coëtquidan ces derniers jours : NOUS risquons de faire le travail de terrain que les us NE veulent PAS faire. Dans ce cas, attendons-nous à de sérieux ennuis en retour au niveau de l'engagement. Le sacrifice pour un pays autre que le sien est celui d'un bas mercenaire.
a écrit le 25/11/2015 à 15:40 :
Ce commentaire est loin de faire la synthèse sur les jeunes.Que l'on est de la
compassion après les incidents et que l'on victimise ces êtres c'est
pousser un peu le bouchon vis a vis de ceux qui restent intégres.
Faire croire que l'armèe seule peut résoudre les manques et qu'en s'y enrolant
l'on devienne meilleur, c'est simpliste ! Il y a beaucoup de jeunes dépressifs, au bord
du dégoût, qui aimaient La Patrie mais !!!! ils comptent pour rien.
Il ne sagit pas toujours de gagner sa vie mais d'apprendre à vivre en regardant
plus loin que son petit égo personnel !
a écrit le 25/11/2015 à 14:36 :
Ces "jeunes" qui basculent dans l'assassinat sous couvert de religion extrême dont ils n'avaient souvent pas lu une ligne un an avant sont majoritairement des délinquants. Après avoir séché tout ce qui peut représenter une formation, un peu de trafic pour compenser une absence récurrente de boulot, puis de l'escalade (vol avec violence, menaces, voire un peu plus). En s'abreuvant de slogans prémâchés et d'un bon paquet de vidéos saignantes, que ce soit en vrai (les décapitations filmées passant en boucle sur le net) ou virtuelles (jeux de guerre), il ne reste qu'à tester en vrai. Les filières d'extrêmisme religieux sont très demandeuses de chair à canon et fournissent armes et bagages pour cette étape finale, faire des cartons qui ne soient pas seulement virtuels. C'est quand même assez similaires aux "ouvriers" des mafias, ceux censés exécuter les contrats, les rackets et autres enlèvements. La religion n'est qu'une façade pratique...
a écrit le 25/11/2015 à 14:35 :
Deux problèmes chez les jeunes(et les plus vieux):non respect de la loi,pas d'éducation(trop difficile,faut travailler)
a écrit le 25/11/2015 à 14:32 :
J'espère que les jeunes (et les plus vieux) n'ont pas que le choix entre l'armée et Daesh ! Plus que du sens, beaucoup (tous?) cherchent de la transcendance, un idéal où se sublimer, une aspiration qui élève au-dessus de notre condition matérielle ou physique : une spiritualité. Et la laïcité, ce n'est pas l'absence de spiritualité, mais la garantie que chacun peut vivre la sienne dans le respect de l'autre.
a écrit le 25/11/2015 à 14:31 :
Alors que la propagande d’EI met en avant des guerriers, et que les auteurs des récents attentats sont toujours des hommes, 40 % des cas préoccupants concernent des femmes, le plus souvent très jeunes. En effet, tous sexes confondus, la propagande djihadiste attire majoritairement des jeunes, voire de très jeunes gens, puisqu’un signalement sur cinq est réalisé pour une personne de moins de 18 ans. Le basculement dans l’islamisme radical n’est pas lié à la pratique de l’islam. Plus de la moitié des aspirants djihadistes sont des convertis, qui parfois n’ont découvert la religion que très peu de temps avant de se radicaliser. En quête de sens et de "rébellion", des jeunes femmes occidentales se tournent vers le groupe EI .Pour les inciter à rejoindre ses rangs en Irak et en Syrie, l'organisation adopte des stratégies très ciblées n'hésitant pas à détourner des slogans publicitaires et des idées féministes Pour ces filles intelligentes et populaires la rébellion adolescente passe par l'adoption d'une religion radicale qui remet en question le monde qui les entoure,dans leur monde, la contreculture est conservatrice. L'Islam est l'équivalent du Punk. Le foulard synonyme de libération et les barbes sexy. Dans ce monde, rejoindre le "Califat" n'est pas un signe de soumission mais au contraire une façon de reprendre le contrôle sur leur destin Contrairement aux jeunes femmes yézidies, qui sont asservies sexuellement car considérées comme impies et impures, ces jeunes femmes musulmanes venues de l'Ouest sont louées par l'organisation. Leur présence au sein du Califat est valorisée, elles y sont présentées comme "bénies". Pour les attirer l'organisation terroriste recoure à des stratégies de recrutement par des filles pour les filles qui mettent en avant des images de femmes modèles. Un phénomène que les experts dépeignent comme une sous-culture du "girl-power" djihadiste. Sur les réseaux sociaux, le groupe mène des opérations de propagande visant spécifiquement les femmes en postant des messages sur "l'empowerement" à la sauce djihadiste. Une sorte de féminisme dévoyé et "tordu". L'organisation détourne également ouvertement des slogans publicitaires issus du monde occidental. A l'instar de cette affiche montrant une jeune fille voilée portant la mention "fille voilée, parce que je le vaux bien", Rejoindre l'Etat Islamique est une façon de s'émanciper de leurs parents et de la société occidentale. Pour l'Etat Islamique, c'est un excellent moyen de motiver ses troupes qui veulent des épouses occidentales et, dans la bataille idéologique une façon de dire : regardez ces filles préfèrent le Califat à l'Occident En offrant cette vision de femmes "émancipées", à une faible mais visible minorité, et en féminisant l'organisation terroriste, Daech fait un calcul stratégique qui développe leur propagande et leur campagne de recrutement Elles demeurent des compagnes dédiées aux tâches ménagères et à l'éducation des enfants. Ainsi, elle incarnent les premiers vecteurs de transmission religieuses et culturelles. N'oublions pas que ce sont leurs enfants qui vont perpétuer le projet extrémiste. Les femmes jouent donc un rôle-clé pour l'Organisation. Et ce n'est pas tout. Elles assurent également la logistique et des tâches de soutien médical. En effet, dans un territoire, dans lequel l'espace des femmes et des hommes est complètement séparé, l'EI a de plus en plus besoin de personnel médical féminin, ne serait-ce que pour s'occuper exclusivement des femmes. Elles ont également un rôle sous-jacent: celui de rendre visible leur admiration, leur soutien et leur dévotion pour ce genre de mouvement. Le principal rôle de ces femmes se trouve donc sur internet, où elles font de la prédication djihadiste. Elles ont aussi un vrai rôle opérationnel dans le recrutement d'apprenti(e)s. De nombreuses femmes, épouses de djihadistes, seraient liées aux trafics humains et à l'esclavage sexuel.
a écrit le 25/11/2015 à 14:06 :
Ah ben voilà une bonne question et une bonne réflexion. Simplement il n'y a aucune allusion à la crise économique dans laquelle nous sommes empêtrés (qui ne s'ajoute pas au "désenchantement" des jeunes, mais qui en fait largement parti ; s'il n'y avait pas la crise, il y aurait quand des départs vers Daech, mais moins).
Par "nous", j'entends la France mais aussi le reste du monde. Si le problème concerne plus la France, c'est parce que nous ne voulons pas aller vers le modèle libéral-anglo-saxon que l'on veut nous imposer (qui ne mène à rien sinon dans le mur, mais qui avance et donc donne de l'espoir) et du coup, sous le coup des lobbies, des politiques etc, on reste coincé dans l'ornière sans aucun espoir !
a écrit le 25/11/2015 à 13:52 :
Il paraît de plus en plus évident que les Politiques ne sont plus aptes à diriger le pays. Un poids plus important des militaires serait plus que souhaitable...
a écrit le 25/11/2015 à 13:49 :
faux ! le mécréant devant être éliminé , engager cet ennemi dans nos armées , dont la fourberie est immense , c'est trahir la France . Pendant la guerre d' Algérie nombre d'anciens musulmans des guerres de 40 et d'Indochine sont passés au FLN avec armes et paquetages après l' assassinat de leurs frères d'arme ... ( j' ai été témoins comme appelé pendant 28 mois )
Avec des galonnés comme ça, mieux vaut s'expatrier !
a écrit le 25/11/2015 à 12:18 :
voilà qui s'appelle observer et analyser, le général a raison sur toute la ligne, c'est de la lucidité dont devrait s'inspirer nos décideurs afin de trouver une solution pour détourner ces jeunes perdus de ces ambitieux prétendus religieux qui, cachés au fond de leur mosquée salafistes, rêvent de conquérir le monde en exploitant la crédulité de ces enfants sans repaire
a écrit le 25/11/2015 à 12:14 :
Un peu simple l'explication chef!!! ""tous cherchent un cadre et des valeurs qu'ils ne trouvent plus dans la société.....". s'ils veulent trouver un sens à leur vie dans notre société, il n'y a que l'embarras du choix, les associations, les activités culturelles, et en plus, ils pourraient aider les voisin(e)s âgé(e)s de leur quartier, proposaient des activités sportives en groupe. Il n'y pas besoin d'avoir un stade ou un gymnase.........Mais de mon point de vue, ils préfèrent la simplicité pour gagner de l'argent sans peine et glissent progressivement vers le point de non retour. Ce qu'ils leur manquent c'est la force d'esprit pour comprendre que le plaisir d'avoir et avant tout celui du temps pour l'avoir. La force obscure attire !
Réponse de le 25/11/2015 à 20:11 :
Tiens .. la "big socity" de Cameron... anglosaxon jusqu'au bout, on dirait...
Réponse de le 27/11/2015 à 1:12 :
@MIKE : +100

100% d'accord, tout ce qui ce passe avec Daesh est une histoire d'argent, ces jeunes partent “à l'aventure”, en prétextant la religion (le meilleur alibi du 21ème siècle). N'oublions pas que le personnage préféré des jeunes dans les Star Wars, est Dark Vador, symbole du mal, symbole d'un homme de bien passé du coté obscur de la force. Et dire que Daesh a un drapeux noir, et aime le noir, la ressemblance est frappante.
a écrit le 25/11/2015 à 11:24 :
Bonjour, Je suis jeune (enfin encore un peu, j'ai 28 ans).
Et je me retrouve dans ce le discours de ce general.
J'ai eu une grosse periode de chomage et une perspective de salaire tres faible en Bretagne malgre trois masters (Info, Finance et Controle de Gestion).

Cela m'a conduit a me tourner vers l'Armee de Terre y voyant des valeurs tel que l'esprit de cammaraderie (que j'imagine etre comme une vraie seconde famille), une entraide, une protection mutuelle, une vie, un travail avec des valeurs que je ne retrouve plus dans la societe Francaise. J'ai vu plusieurs fois des employes serrer les fesses quand un employe se fait virer sans raison plutot que de se masser et de se proteger les uns les autres. L'egoisme reigne en maitre en France.

Finalement j'ai eu une opportunite a l'etranger et je suis parti mais si je ne l'etais pas je pense que je serai rentre dans l'Armee, j'aurai tente d'etre sous-officier dans les telecommunications, j'aurai pu faire mon metier et essayer de servir et proteger mes concitoyens (Par contre j'aurai eu beaucoup de mal a maintenir ma bouche fermee quant a l'utilisation geopolitique de l'Armee Francaise...)
Réponse de le 25/11/2015 à 12:32 :
28 ans, diplômé d'un master en droit des affaires, 2 entreprises créées (1,2 Million d € de CA en 3ans). Associé majoritaire, j'ai décidé de laisser la gestion et l'opérationnel pour me consacrer à rechercher une expérience pro dans une ETI ou un grand groupe.
Les salaires proposés sont moins intéressants ou égaux que à ce que la société de transport verse à des livreurs de nuit (2000e nets).

Le salaire ne fait pas tout. Le sens de mon métier est primordial. Et monter des entreprises c'est sympa mais j'ai décidé de postuler pour l'armée pour devenir officier sous contrat dans l'infanterie.

Les valeurs, le sport, la France... voilà un leitmotiv bien supérieur à l'argent et une pseudo "carrière" dans le civil.

Là je me sens épanoui à l'idée de servir mon pays.
Réponse de le 25/11/2015 à 20:13 :
"maintenir ma bouche fermee quant a l'utilisation geopolitique de l'Armee Francaise" Clair. Ceux qui profitent de nous "pensent" pour nous...
a écrit le 25/11/2015 à 10:51 :
Cet article sonne faux .Pourquoi certains jeunes se radicalisent ils d'abord dans leurs esprits puis pourquoi passent ils à l'acte !Pour une simple bonne et unique raison .Dans le Coran ,il y a une sourate qui dit que le paradis serra donné par Allah à tout ceux qui combattront les infideles donc les non musulmans . L'occident est vu comme l'ennemi celui qui par sa presence souille la terre d'Islam ,et d'ailleurs Ben Laden avait deja affirmé que son combat était de bouter les occidentaux des pays arabes .Tant que l'on aura pas compris la prégnance énorme de l'Islam sur ces esprits ,ils se ferront sauter allegrement et mourront dans le joie et la gaité pour leur cause .Qu'y faire !L'éducation par les imans et la relativisation du sens de cette sourate .Ces musulmans radicalisés ne se suicident pas ce qui leur est interdit ,ils donnent leur vie pour la charia ce qui est tout autre chose...............
Réponse de le 25/11/2015 à 11:31 :
Analyse fausse... Les jeunes ne lisent pas le Coran ! (pas plus que la bible)
Réponse de le 25/11/2015 à 12:22 :
Vous l'avez lu vous le Coran avant de vous prononcer ? Vous aussi êtes une " victime" des propagandistes salafistes; pour info les jeunes qui se font avoir ne lisent pas plus que vous
Réponse de le 25/11/2015 à 12:36 :
Olalala encore qulequun qui parle sans reflechir . Dans ce cas la, la marseilleise veut quun sans impure abreuve les sillons . Un texte ca ce lit dans son ensemble et un contexte. Quand tu parles de cette sourates que tu ne sites pas dailleurs, tu prends un bout de phrase d un ensemble . Et en loccurence si tu avais un peu appris sur lislam il est interdit de tuer comme le font les terroristes .que tu sois fideles infideles ou mecrant .
Réponse de le 25/11/2015 à 12:37 :
niveau 0 de la réflexion qd tu nous tiens...
Réponse de le 25/11/2015 à 16:39 :
Pas d'hypocrisie non plus : le coran n'est pas un livre d'histoire, il a la prétention d’être la parole divine. Tout musulman doit obligatoirement croire que le coran est la parole incréée d’Allah, existante de tout temps, inaltérable et inaltérée, resplendissante dans sa perfection, inscrite en toutes lettres sur des tablettes éternelles adjacentes au trône divin. Cette parole a été transmise à Mahomet l’envoyé d’Allah et constitue le dernier message d’Allah à l’humanité, le plus parfait et celui qui rend caducs et abroge tous les précédents, soit la Torah et l’Évangile.Le caractère divin du coran rend les injonctions divines absolument contraignantes, nul n’est autorisé à les relativiser. Le vrai croyant est celui qui se soumet et qui contraint les autres à se soumettre, sa condition d’esclave d’Allah l’autorise à asservir son prochain, le suprématisme et la tyrannie islamiques découlent naturellement de cet esprit de servitude.Les imams d'al Azhar ont beau clamer que les jihadistes déforment l'islam, ces derniers dans les vidéos publiés sur You tube se font un point d'honneur de donner à leurs massacres un fondement religieux en citant les versets du coran et les paroles de Mahomet qui s'appliquent dans chaque cas. Pour les jeunes égyptiens qui apostasient, l'islam n'est pas innocent de ces massacres, et en cela ils s'appuient sur des arguments que les imams d'al Azhar ont peine à réfuter.Loin de toute démagogie, qu’elle plaise ou non : l’amalgame est inhérent à l’islam. On n’y peut rien. La frontière entre l’islam et l’islamisme est brouillée. Les modérés choisissent le bon côté de l’islam, autrement dit les sourates révélées à la Mecque ; les fanatiques prennent tout, avec une préférence pour les sourates violentes de Médine et les hadiths belliqueux. Personne ne sait où s’arrête l’islam et où commence l’islamisme. On parle beaucoup de « l’islam de France ». En réalité, cet islam existe. Du moins a-t-il existé. Depuis des décennies, la France abritait un islam paisible et respectueux de ses traditions laïques. Ce n’est plus le cas depuis l’arrivée du salafisme. Si les événements des derniers jours ont une cause, elle est dans cet islam radical que les responsables politiques ont laissé se développer impunément. Les Français ne confondent pas les terroristes avec les musulmans, ils ne confondent pas non plus les musulmans qui s’intègrent avec cet islamisme rampant qui sera toujours incompatible avec la France. Un islamisme qui n’a pas sa place dans un pays laïc et démocratique, car, en plaçant l’oumma au-dessus du pays et des lois, il en rejette tous les principes Les musulmans se trouvent donc confrontés à un obstacle de taille : comment rendre absolument contraignantes les injonctions coraniques et l’imitation du prophète dans le contexte de la modernité?
Réponse de le 25/11/2015 à 20:36 :
Daesh prévoit d'éliminer tous les musulmans qui ne sont pas rigoristes comme "lui", ce sont des "infidèles" aussi, en fait pas assez "fidèles". C'est dire....
Réponse de le 25/11/2015 à 22:15 :
Arrêtez de tout regarder par le
Prisme de la religion.
Ces jeunes sont francais avant d'être d'une religion!
La religion doit etre de l'ordre du privé
Les médias font le
Même amalgame en parlant des juifs des Musulmans; quel manque de sens critique et de neutralité pour faire du sensationnel

Descartes revient!
a écrit le 25/11/2015 à 10:19 :
Les jeunes naturellement veulent refaire le monde et sont attirés par la modernité. Les Français, leurs dirigeants en tête, se sont enfermés depuis un siècle : le monde occidental, demeuré anglo-saxon a depuis été piloté par l'Amérique après deux guerres fatales à une Europe vieillie. Les Français ont refusé d'ouvrir les yeux après 1940, d'abord en se déchirant, puis en devant subir 20 ans après l'opération chirugicale du "salutaire" mensonge d'Etat avec le < je vous ai compris >. 10 ans encore après, ils ont subi le jaillissement d'une jeunesse rêvant au "peace and love". Ils n'ont ainsi fait que subir et en se disputant. Ils ont à la longue abandonné leurs valeurs et repaires, asservis à l'exclusivité de l'économique, conçu ailleurs. C'est ainsi que leur mixage les a d'autant plus débordés sans boussole et au milieu de la jungle de la mondialisation. Il est devenu trop difficile de concevoir un résurrection de la Nation.
Réponse de le 25/11/2015 à 10:49 :
Avec l'état islamique comme l'alpha et l'oméga de la modernité ?
a écrit le 25/11/2015 à 9:53 :
Depuis des décennies, les collèges apprennent aux collégiens que tout leur est permis ; même avec un niveau dégringolant du baccalauréat, l'échec scolaire augmente. Depuis des décennies les imams ne promettent que privations et mort violente aux paumés de banlieue ; ils recrutent. Combien de galons faut-il avoir sur la manche pour avoir le droit de comprendre ?
a écrit le 25/11/2015 à 9:45 :
Le service militaire a été supprimer par Chirac, laissant allez à volo des milliers de jeunes désemparés et surtout mal encadrés par leurs parents, sans formations véritablement motivante, d'ailleurs à cet égard l'état en est le principal responsable en n'ayant pas promu le travail manuel dans ces années et voulant à tous prix faire des enfants de la France les locataires des universités ou leurs formations ne débouchera sur rien, remettez nous ce service militaire qui avait entre autres vertus de faire la cohésion de la société et d'avoir formé des milieux des jeunes à des métiers auxquels ils n'auraient jamais pensé (chauffeurs , électriciens, missiliers, cuisiniers, comptables et j'en passe.) c'est à dire d'en faire des bons citoyens rien de plus!!!!!!!
Réponse de le 25/11/2015 à 14:24 :
Oui mais , et je l'ai entendu de la part du ministre de la Défense de l'époque dans une réunion publique, les jeunes de banlieues à" risque" étaient exemptés pour ne pas les mettre en situation d'apprendre à se servir des armes et explosifs. Bref le service ne rendra pas le but que vous escomptez si les gens qui sont le plus à recadrer en sont dispensés.
Réponse de le 25/11/2015 à 15:18 :
Apprend donc l'orthographe !!!

Sinon, rien contre un service militaire volontaire...
a écrit le 25/11/2015 à 9:28 :
Si Chirac et Juppé n'avaient pas supprimé le service militaire, la plupart de ces garçons seraient en train de faire de bons soldats pour la France
Réponse de le 25/11/2015 à 10:40 :
Dans les derniers temps le service militaire était devenu si inégalitaire qu'il devenait non justifié. Le manque de régiments pour incorporer toute une classe d'âge en faisait une course à la dispense. De plus l'arrivée de jeunes à "problèmes" drogue etc mettait le commandement en porte à faux pour l'encadrement à cause des impossibilités de sanctions. Il valait mieux passer à une armée de métier.
Réponse de le 25/11/2015 à 10:47 :
Détrompez-vous, avant l'abrogation du service militaire, les éléments incontrôlables même par l'armée et ayant le profil de nos terroristes étaient tout simplement... réformés. Je l'ai constaté de visu au milieu des années 80.
Réponse de le 25/11/2015 à 11:04 :
Paul C : parfaitement. D'ailleurs l'armée passait la plupart de ses moyens financiers au service militaire et humains permanents (les militaires de carrière) à assurer l'encadrement de plus en plus difficile de certains appelés qu'in fine elle préférait réformer. Ca devenait franchement dangereux compte tenu que les armements modernes nécessite d'être servis par des militaires bien formés, ce que ne pouvaient être les appelés.
a écrit le 25/11/2015 à 8:46 :
C'est vrai que la perspective de travailler toute sa vie dans des conditions de vie très dégradées (insécurité, discrimination, échelle sociale brisée, dumping, système de santé malade...) n'incite pas à l'optimisme... Et je pense que les jeunes qui s'engagent pour daesh ou pour l'armée ont un profil similaire : ils ne sont pas satisfait de leurs perspectives d'avenir et ils risquent leur vie pour combattre, soit la démocratie corrompue, soit l'islam intégriste envahissant. Dans les deux cas, je peut en déduire qu'ils ont les même symptômes de mal-être.
Réponse de le 25/11/2015 à 9:30 :
EXAT??? QU AND LA JEUNESSE N AS PLUS D AVENIR ?IL FAUT S ATTENDRE A DES REVOLUTIONS ?CAR DE TOUS TEMPS CE SONT LES JEUNES QUI ONT FAIS LES REVOLUTIONS???
a écrit le 25/11/2015 à 8:13 :
Dans les années 70, il n'y avait pratiquement pas de musulmans en France (ils sont 8 à 10 millions aujourd'hui), pratiquement pas de chomage, de pauvres et de dette. Les Français vivaient en sécurité dans leur pays (ce qui est tout à fait normal). Quels partis politiques ont dirigé la France depuis 40 ans ? Quelles ont été leurs décisions ? Pourquoi ont-ils pris ces décisions ? Ce sont eux les premiers responsables de la situation actuelle de la France.
Réponse de le 25/11/2015 à 9:35 :
Pour la dette et le chômage on est d'accord mais pour la pauvreté pas du tout : Le taux de pauvreté était bien plus fort en 1970 qu'aujourd'hui.

Et ce qu'il s'est passé en France entre les années 70 et aujourd'hui n'a pas grand chose à voir avec les politiques : L'évolution a été à peu près la même dans tous les pays développés, quelle que soit leurs tendances politiques.
a écrit le 25/11/2015 à 7:54 :
Il y a certes toujours eu des radicaux parmi la jeunesse, et l'offre internationale de radicalité en ce moment est ultra violente, organisée, équipée. Mais là où je rejoins l'analyse du général Pierre de Villiers, c'est sur le délitement du sens que notre société propose à sa jeunesse. Pour réfléchir à ce sens, et même au sens du sens, je recommande le lecture d'un très bon essai, Raison(s) d'être(s) de JP Audouin, chez megraph.net. Sa grille d'analyse devrait être appliquée à notre société et mise en application par les politiques. Mais je crains que les politiques n'aient pas assez de disponibilité d'esprit pour s'élever au niveau d'une analyse philosophique...
C'est encourageant de voir que toute une partie des jeunes qui s'engagent sont mentalement structurés, motivés. Bravo à eux !
a écrit le 25/11/2015 à 7:51 :
Le problème vient de l'intérieur de la France : les combattants islamistes ont des papiers Français et sont en France ! C'est un problème intérieur (les militaires fouillent et perquisitionnent en France). Alors, on continue l'immigration massive et la libanisation de la France (pour se faire réélire) ? C'est cela, la vrai question aujourd'hui !
Réponse de le 25/11/2015 à 11:41 :
Et dans le bon vieux temps, c'était mieux !!! non dans les années 70 c'était pas mieux mais différent. Certes on ne parlait pas d'islamistes mais de terrorisme gauchiste... action directe, brigades rouges, années de plomb ... et si je m'en souviens bien, les diagnostiques étaient les mêmes... Refus du métro boulot dodo d'une jeunesse en recherche d'absolu. Quant au service militaire ( à l'époque j'étais officier dans l'armée de terre) il était parfaitement inutile et bêtement couteux. Je reconnais que j'ai mille fois préféré commander des appelés que des engagés, mais l'efficacité commandait de suprimmer ce service
a écrit le 25/11/2015 à 7:44 :
Bien vu, mon général. Voici quelqu'un qui fait preuve de la hauteur de vue qui fait défaut à la quasi totalité de nos politiques. Et comment ne pas voir comme cause à cette morosité du pays et à la désorientation de la jeunesse la dérive permanente du pays depuis 35 ans, un état qui ne donne plus de repères et ne fait plus respecter les règles et les limites, qu'il s'agisse de dépenses publiques, de stupéfiants ou de bien d'autres domaines ?
Réponse de le 25/11/2015 à 8:11 :
ca va plus loin que ca. La France a donné la priorité aux vieux et a decidé de sacrifier sa jeunesse (celle formée doit s exiler pour fuir les emplois sous payés, celle peu formée a pour horizon chomage et emploi au smic au mieux). Toute la politique francaise est axee sur la preservation des acquis de ceux qui en ont (et tant pis pour les autres)

Apres c est sur que quand on decide que l alpha et omega est le fric (des annees Mitterrand/Tapie a Sarkozy), c est sur que ca facile pas les choses
Réponse de le 25/11/2015 à 9:38 :
@cd : Je ne crois pas qu'une priorité particulière a été donnée aux vieux, la France dépense au contraire beaucoup, et probablement beaucoup trop (et mal) pour la jeunesse, entre la multitude d'allocations de tous genres (allocs familiales qui ne sont même pas mises sous conditions d'une éducation parentale convenable, prime de rentrée au montant démesuré par rapport au coût réel d'une rentrée), l'école maternelle qui sert surtout de garderie gratuite là où ailleurs dans le monde ce service sont payant (et rien ne prouve que l'existence de l'école maternelle que soit-disant "tout le monde nous envie" apporte une quelconque plus-value aux études ultérieures), organisation obligatoire d'un périscolaire de la même farine qui grève lourdement les finances communales, un lycée où règne le gaspillage des options les plus improbables qui coûte de ce fait au bas mot 2 milliards de trop, la mascarade d'un bac qu'on donne pratiquement à tous ceux qui se donnent la peine de passer les épreuves et qui ne prouve plus rien, le supérieur quasiment gratuit alors que c'est de moins en moins le cas dans les autres pays, la gabegie des 60000 réouvertures de postes d'enseignants (2,5 milliards en année pleine) qui n'enraye nullement la dégradation des performances éducatives françaises dans tous les domaines (écrit-maths-sciences, cf Pisa), et, dernier coûteux gadget, la garantie-jeunes. Il est temps de dire des choses simples, ce n'est pas le fait d'avoir 5 élèves de plus dans une classe qui dégrade les performances, c'est le fait d'avoir abdiqué sur toute ambition en termes de niveau. L'évaluation de tout ce qui est supposé discriminant est supprimée (par exemple l'écrit en langues, la notion même de preuve en maths en physique...). Il est temps de redescendre sur terre, de favoriser à nouveau l'élitisme fondé sur le mérite, par exemple de se montrer aussi exigeant au lycée Auguste Blanqui de Saint Ouen qu'à Louis le Grand (et d'y faire enseigner les mêmes profs)... et on aura alors la surprise de constater qu'il n'y a pas de déterminisme ethnique. Quant à l'exil de la jeunesse formée, on a tellement fait pour décourager les entreprises en France, du moins celles ouvertes à concurrence internationale (coûts salariaux trop élevés, normes sociales et environnementales trop contraignantes et surtout beaucoup trop fluctuantes...) et pour favoriser démesurément l'économie de service (sans même se rendre compte qu'à l'heure des télécoms, les services à haute valeur ajoutée comme l'informatique et les services bancaires peuvent parfaitement être produits ailleurs pour moins cher, en Inde par exemple... et donc que ne restent que les services non délocalisables : sécurité privée, ménage-entretien, services à la personne...) qu'il ne faut pas s'étonner de ce mouvement.
a écrit le 25/11/2015 à 7:32 :
Dans les années 70, il n'y avait pratiquement pas de musulmans en France (ils sont 8 à 10 millions aujourd'hui), pratiquement pas de chomage, de pauvres et de dette. Les Français vivaient en sécurité dans leur pays (ce qui est tout à fait normal). Quels partis politiques ont dirigé la France depuis 40 ans ? Quelles ont été leurs décisions ? Pourquoi ont-ils pris ces décisions ? Ce sont eux les premiers responsables de la situation actuelle de la France.
Réponse de le 25/11/2015 à 8:14 :
le monde change. en 70 le petrole ne coutait rien, l informatique n extsitait pas et faire fabriquer a l autre bout du monde etait impossible. Il faut pas rever, l afrique va voir sa population doubler avant 2050. elle n arrive deka pas a nourrir la population actuelle. donc le surplus va bien vouloir aller quelque part. soit de gre (immigration choisie), soit de force (invasion, unpeu commel empire romain s est effondre sous les attaques des barbares)
Réponse de le 25/11/2015 à 9:49 :
Il est effectivement urgent de désamorcer la bombe démographique africaine, mais ça, ça dépasse le cadre des seuls politiques français. La Chine, et dans une certaine mesure l'Inde aussi , ont pu connaître l'évolution économique qu'on connaît, uniquement parce qu'elles ont fait leur transition démographique (même si ça a été moins spectaculaire et moins autoritaire en Inde qu'en Chine, le taux de fécondité est passé de 6 enfants par femme en 1960 à 2,5 en 2010). Il faut désormais conditionner toute aide au développement, voire même tous les échanges économiques à ce que les pays fassent leur transition démographique et ramènent tous leur taux de fécondité à moins de 2,5 enfants par femme.
Réponse de le 25/11/2015 à 9:53 :
@réponse de cd
La Terre ne supportera pas les 4/5 milliards d'individus supplémentaires qu'on nous promets pour les quelques dizaines d'années à venir. Il n'y aura pas assez de tout pour tout le monde et les conditions climatiques changeantes ne vont pas améliorer les choses. L'histoire est vieille comme le Monde, c'est l'antagonisme entre ceux qui ont et ceux qui n'ont pas. Ca se résume à: "Je veux ce que tu as et je vais essayer de te le prendre par la force" (sous-entendu, parce que je n'ai que ce moyen à ma disposition). La cause principale de la guerre. Nous en sommes au début, elle va s'intensifier jusqu'à devenir mondiale jusqu'à l'effacement des surplus de populations d'ores et déjà condamnées.
Réponse de le 25/11/2015 à 11:15 :
Merci ,VALBEL89, de nous remonter le moral !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :