En 25 ans, la mortalité infantile a été divisée par deux

 |   |  384  mots
Les pays d'Afrique subsaharienne continuent d'avoir le plus fort taux de mortalité infantile dans le monde: un enfant sur 12 y meurt avant son cinquième anniversaire, douze fois plus que dans les pays riches (1 sur 147 en moyenne).
Les pays d'Afrique subsaharienne continuent d'avoir le plus fort taux de mortalité infantile dans le monde: un enfant sur 12 y meurt avant son cinquième anniversaire, douze fois plus que dans les pays riches (1 sur 147 en moyenne). (Crédits : Reuters)
16.000 enfants continuent néanmoins de mourir en bas âge chaque jour, déplore un rapport de l'Unicef, de l'OMS et de la Banque mondiale. Les objectifs de développement durable fixés par l'ONU prévoyaient une réduction de deux tiers de la mortalité infantile sur la période.

En un quart de siècle, la chute a été spectaculaire. Le nombre d'enfants qui décèdent avant l'âge de cinq ans est passé de 12,7 millions en 1990 à 5,9 millions en 2015, relève un rapport publié mercredi 9 septembre par l'Unicef, l'OMS et la Banque mondiale. C'est la première fois que ce chiffre annuel passe en dessous des six millions.

45% des décès interviennent dans les 28 jours suivant la naissance

Bien que positif, ce résultat n'est néanmoins pas suffisant pour atteindre les objectifs de développement durable fixés par l'ONU, qui prévoyaient une réduction de deux tiers de la mortalité infantile entre 1990 et 2015, note ce "Rapport sur les niveaux et tendances de la mortalité infantile pour 2015".

16.000 enfants en bas âge continuent en effet de mourir chaque jour. Les causes principales sont la naissance prématurée, les complications de l'accouchement et diverses affections (pneumonie, diarrhée, paludisme). La malnutrition est un facteur aggravant dans la moitié des cas.

L'étude souligne que tout se joue très vite après la naissance: 45% des décès interviennent dans les 28 jours suivants, un million de bébés meurent le jour même et près de deux millions au cours de la première semaine.

Le plus fort taux de mortalité infantile en Afrique subsaharienne

En particulier, les pays d'Afrique subsaharienne continuent d'avoir le plus fort taux de mortalité infantile dans le monde: un enfant sur 12 y meurt avant son cinquième anniversaire, douze fois plus que dans les pays riches (1 sur 147 en moyenne).

Cependant, les pays de cette région ont intensifié leurs progrès depuis 15 ans. Certains ont  d'ores et déjà atteint l'objectif de l'ONU d'une réduction des deux tiers en 2015 -Erythrée, Ethiopie, Liberia, Madagascar, Malawi, Mozambique, Niger, Rwanda, Ouganda et Tanzanie, comme d'ailleurs, en Asie, Cambodge et Bangladesh.

De nouveaux objectifs encore plus ambitieux pour l'ONU

Le défi pour l'Afrique subsaharienne, souligne le rapport, sera de maintenir ces progrès malgré une pauvreté persistante et une hausse prévue de 30% du nombre d'enfants de moins de cinq ans d'ici 2030.

L'ONU même se fixe d'ailleurs pour la période 2015-2030 de nouveaux objectifs encore plus ambitieux qu'auparavant: ramener la mortalité infantile à 25 enfants ou moins morts avant cinq ans pour mille naissances.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :