En Iran, Internet ne répond plus, la population empêchée de montrer les violences de l'État

 |   |  960  mots
(Crédits : Wana News Agency)
Des Iraniens vivant en France s'alarment de la situation dans leur pays où la connexion à Internet a entièrement été coupée. Des témoignages anonymes postés sur les réseaux sociaux évoquent des dizaines de morts suite aux manifestations qui ont eu lieu à Téhéran contre la hausse des prix de l'essence.

La voix des internautes iraniens s'est brutalement tue. Depuis samedi 16 novembre, jour d'une manifestation à Téhéran contre la hausse des prix de l'essence, des Iraniens résidant en France s'alarment sur les réseaux sociaux du blocage d'Internet dans leur pays d'origine, décidé par le Conseil Suprême de la Sécurité Nationale Iranienne. La hausse du carburant, qui a provoqué de violentes émeutes dans la capitale et des villes de province ces derniers jours, pourrait atteindre 300%, rapporte le réseau Les Observateurs de la chaîne France24. Le bilan humain à Téhéran et dans les banlieues reste, lui, encore inconnu.

« Je n'ai plus aucune nouvelles de mes amis à Téhéran depuis samedi, jour de mon dernier contact avec eux », raconte à La Tribune une irano-néerlandaise qui vit à Paris et qui tient à rester anonyme. « Au début les gens manifestaient en paix. Pour protester, toutes les voitures s'étaient arrêtées sur l'un des périphériques les plus importants de Téhéran pour stationner. Des images montrent ensuite des agents d'Etat qui arrivent pour battre violemment les gens : cela a tout de suite donné une autre tournure à la manifestation. On entend ensuite chanter des slogans politiques tels : "On en a assez de vous, Khamenei (le guide suprême de la révolution ndlr) dégage, Valiahd (ex-héritier du trône ndlr) reviens nous sauver!" ou encore : "notre argent du pétrole part à Gaza (pour le Hezbollah), moi je donne ma vie pour l'Iran ».

Une coupure qui concerne 72,8% des foyers

Pour elle, la situation est inquiétante : « les agents de sécurité sont prêts à tuer s'il le faut. On parle de dizaines de corps par villes, surtout en province; ces régions déjà pauvres, sans emplois, et désormais sans Internet », poursuit-elle. En 2016, l'Iran a présenté son Internet national, une sorte d'intranet ou « Shoma » qui, lui, fonctionnerait encore après le black-out général.

Or, en Iran, 64% de la population se connecte à l'Internet mondial sur 80,6 millions d'habitants en 2018, soit un peu plus de 46 millions d'individus qui vivent avec le world wide web. Ce sont aussi 72,8% des foyers qui ont d'ordinaire un accès à la toile, selon les chiffres du Statistical Center of Iran relayés par le Teheran Times.

Pour communiquer, il reste le téléphone mais là aussi jugé trop risqué. « Il faut faire attention car les conversations sont écoutées. Les mesures de sécurité sont actuellement poussées à l'extrême », explique cette Parisienne qui partage massivement depuis ces derniers jours une capture d'écran diffusée sur le réseau Telegram, en perse. Et de citer son auteur qui reste anonyme :

Bonjour, j'arrive à peine à me connecter à Telegram. Je suis dans la ville de Shahriar, je n'ai pas Internet. C'est comme la Syrie ici : détruit. Ils ont tué tellement de gens qu'il y a du sang dans les rues et même des enfants. Mais sans Internet, personne ne peut envoyer ces images ».

La Tribune n'a pas été en mesure de retracer l'origine de cette capture d'écran.

La hausse x3 du prix de l'essence, le recul des libertés

Le déchaînement de violences est survenu, comme le rappelle France 24, suite à la décision de répercuter une hausse significative du prix de l'essence, de 50% au moins pour atteindre 15.000 rials (soit 11 centimes d'euros). Mais ce barème concerne les 60 premiers litres retirés par mois à la pompe. Ensuite, la hausse doit tripler pour financer des aides aux Iraniens les moins favorisés, promet de son côté le gouvernement iranien. En Iran, le prix de l'essence est subventionnée. C'est cette part de subvention que le gouvernement a décidé de réduire.

Depuis la révolution islamiste en 1979, le pays chaque année voit fondre ses libertés, notamment économiques. De 99e sur 162 États en 1980, il se classait 143e en 2017 dans le World Economic Freedom Index établi par le Fraser Institute. Pour rappel, la France est 50e en 2017, d'après ce think tank canadien.

De même, sur 180 pays, l'Iran occupe la 170e place en matière de liberté de la presse en 2019 selon le classement annuel établi par Reporters Sans Frontières. Il est l'un des pays les plus répressifs au monde pour les journalistes.

Depuis le rétablissement d'une série de sanctions en 2018 et 2019 à l'encontre de la République islamique, notamment sur le pétrole, décidée par le président Trump - que lui-même considère comme "les plus sévères jamais imposées à un pays"-, l'Iran est logiquement pénalisée sur "sa liberté de commercer à l'international". Depuis avril 2019, l'administration américaine a même décidé d'interdire toute importation du brut en provenance d'Iran; une manne qui pèse 17% de son PIB en 2017, d'après la Banque mondiale.

Cet affaiblissement économique programmé du régime par les Etats-Unis se traduit dans les chiffres. Entre 2017 et 2018, l'économie iranienne est entrée en récession avec un PIB en recul de plus de 3%. Cette année, les perspectives sont encore plus assombries, à -6%, selon le FMI. Mais les Gardiens de la Révolution n'entendent pas laisser se dérober le terrain des recettes budgétaires. L'armée idéologique de la République islamique, a averti, dans un communiqué, qu'ils étaient prêts "à réagir de manière décisive (...) face à la poursuite de l'insécurité et d'actions qui perturbent la paix sociale", précise France 24.

A ce jour, les pays disposant de systèmes capables de contrôler entièrement l'accès à Internet est la Chine et, depuis récemment, la Russie, avec le vote le 1er novembre dernier d'une loi augmentant le contrôle de l'Etat sur les réseaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2019 à 9:55 :
Ils sont toujours mieux la-bas que dans la colline au crack porte de la chapelle, un enfer sur terre...
a écrit le 21/11/2019 à 9:50 :
Célèbre la chute de l’embassade Us mais veux l’internet made in usa, la blague
a écrit le 20/11/2019 à 18:17 :
Donc, la dictature passe bien aujourd'hui par le contrôle du web et des fournisseurs d'accès. On ne peut que craindre le poison chinois ou américain dans le développement de la 5G. Seule une 5G européenne en Europe pourrait au moins et peut-être nous assurer un peu plus d'indépendance.
a écrit le 20/11/2019 à 12:51 :
Il faut imposer aux mollah d'aller mollo.
a écrit le 20/11/2019 à 10:56 :
Ben dis donc, ils ne sont pas mollahson là bas !!
a écrit le 20/11/2019 à 8:53 :
Cette population Perse est prise en otage par une dictature religieuse qui lui impose une culture qui n'est pas la sienne, nous avons une leçon à tirer de cette situation..
Réponse de le 20/11/2019 à 11:17 :
C'est tres juste. Contrairement a d'autres pays voisins qui approuvent l'ordre nazislamique en place, ce n'est pas la culture de l'Iran (et contrairement au commentaire d'Anne Sophie, ils n'ont pas vraiment vraiment voulu ce systeme: ils ont voulu la fine d'un régime d'un autre age et une indépendance politique . Billan: ils se sont retrouvés avec les barbus - je ne connais pas un iranien qui soutienne ce systeme -). Quant aux leçons a en tirer, il faudrait que les Francais acceptent de voir la situation en face et ouvrent leurs ornières au dela de l'universalisme bisounours dans lequel nous avons grandi. Le simple fait d'evoquer une islamisation politique (fasciste) de la France leve immédiatement le bouclier de l'islamophobie.
a écrit le 20/11/2019 à 8:50 :
Erreur fatale venant d'un pouvoir politique à l'agonie car incapable d'évoluer ne serait-ce que de quelques années, ne rigolons pas en UE nous n'en sommes pas si loin que ça de ce conservatisme oligarchique d'un autre temps que celui d'internet.
a écrit le 20/11/2019 à 7:31 :
En 1979, TOUTE !! la population était devenue riche,
comme Quatar, Koweit, Emirats Arabes

L'AYATOLLAH Khomeiny, était clair : il l'appelait à se révolter pour une Dictature Islamique et était très précis.

Qu'ils s'en prennent donc à eux-mêmes, ou parents et grands-parents.

C'est de leur PROPRE faute.
a écrit le 19/11/2019 à 22:07 :
Des religieux au pouvoir ... Paix et amour normalement
Réponse de le 20/11/2019 à 9:26 :
Et Idées à foison ( à défaut de pétrole )
en tortures sadiques précédant les exécutions politico-religieuses.
Réponse de le 20/11/2019 à 12:50 :
Qui aime bien châtie bien.
a écrit le 19/11/2019 à 20:18 :
Voila où mène la surnatalité.
a écrit le 19/11/2019 à 14:55 :
Le "black out" sur de soit disant "violence" peut être provoqué de l'intérieur comme de l'extérieur, comment savoir?
Réponse de le 20/11/2019 à 12:49 :
Tout simplement en ouvrant les yeux et les oreilles.
a écrit le 19/11/2019 à 14:25 :
Signe caractéristique des oligarchies en déclin, on s'oppose au lieu d'accompagner comme le font les américains permettant ainsi à tout le monde de s’adapter, d'évoluer et de progresser, c'est certes un peu risqué à court terme mais tellement efficace à long terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :