En 2030, Internet sera administré par la Chine et les États-Unis, selon l'ancien patron de Google

 |   |  450  mots
Eric Schmift, Pdg de Google entre 2001 et 2011.
Eric Schmift, Pdg de Google entre 2001 et 2011. (Crédits : Mike Blake)
Eric Schmidt, ancien Pdg de Google, estime qu'Internet sera entièrement soumis aux mains des États-Unis et de la Chine à l'horizon 2030. S'il vante les "fantastiques produits et services chinois", il s'inquiète d'une éventuelle censure. Ces déclarations interviennent deux mois seulement après les rumeurs d'un retour en Chine de Google, jusqu'ici banni du territoire de la seconde économie mondiale.

À l'horizon 2030, Eric Schmidt table sur un Internet entièrement administré par les États-Unis et la Chine. L'ancien patron de Google, puis de sa maison-mère Alphabet, a livré sa vision lors d'un événement tenu le 19 septembre à San Francisco, rapporte CNBC. Interrogé sur sa vision d'Internet à 10 ou 15 ans, Eric Schmidt a répondu : "Je pense que le scénario le plus probable n'est pas l'éclatement, mais une bifurcation vers un Internet mené par la Chine d'une part, et un Internet non-chinois mené par les États-Unis d'autre part." Et de poursuivre :

"Regardez ce qui se passe en Chine : la taille des entreprises et des services qu'ils sont en train de construire est phénoménale. (...) Si vous pensez que la Chine est simplement douée pour le numérique, vous ratez un point important. (...) Je pense que nous allons vers un leadership fantastique des produits et services chinois. Mais il y a un vrai danger pour qu'ils soient contrôlés par le gouvernement, ou même, censurés."

Vers un retour de Google en Chine ?

Ces déclarations interviennent alors que Sundar Pichai, actuel Pdg de Google, s'apprête à rencontrer vendredi 28 septembre des représentants du parti républicain afin de répondre à leurs inquiétudes concernant un potentiel retour du moteur de recherche en Chine, selon le Wall Street Journal. En effet, une fuite dans la presse américaine cet été évoquait un projet interne, baptisé "Dragonfly" (en français, libellule). Dans les tuyaux depuis le printemps 2017, ce projet consisterait en une version censurée de son moteur de recherche afin de se plier aux exigences de contrôle du Parti communiste. Le pays est réputé pour sa politique de censure de l'Internet, connue sous le nom de "Great Firewall of China" ("Grande Muraille électronique de Chine", en français).

Ce moteur filtrerait les sites internet et les mots clés interdits par le gouvernement chinois. Parmi les thèmes classés sur liste noire pour la version censurée, se trouvent les droits de l'Homme, la démocratie, la religion ou encore les manifestations. Cette rumeur a provoqué dans la foulé la gronde de certains salariés de la firme de Mountain View. Plusieurs employés auraient refusé de travailler sur ce projet de moteur de recherche censuré - préférant changer de service voire même, quitter l'entreprise. Pour d'autres salariés, ce projet viole la position adoptée par Google il y a huit ans. L'entreprise américaine, alors dirigée par Eric Schmidt, avait retiré son moteur de recherche en 2010, invoquant une trop forte censure et des cyberattaques à répétition.

____

Retrouvez notre dossier à l'occasion des 20 ans de Google :

| Où va Google ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2018 à 8:47 :
Un bon entretien, merci aux américains d'essayer le plus osuvent possible de poser un regard avec du recul sur les phénomènes, c'est là que l'on comprend la suprématie américaine sur la compromise UE.

On m'a prêté un wico, le truc je l'ai même pas utilisé 24h que déjà 10% de ma consommation internet était bouffée sans que bien entendu je m'y sois connecté et pire en refusant toutes les demandes d'autorisation d'accéder à toutes mes données numériques.

Oui la Chine est une puissance économique incontestable mais il est définitivement irresponsable de s'appuyer sur eux sans se compromettre totalement dans un concept aliénant et dangereux pour tous.

Mais hélas nous sommes en néolibéralisme et des dirigeants économiques et politiques irresponsable il y en a pléthore...
a écrit le 25/09/2018 à 18:46 :
Il me semble qu'on est en plein dans l'âge d'or du web made in usa.
On dit qu'on innove beaucoup aux usa au niveau du numérique, mais si on rapporte les innovations aux bénéfices réalisés, je dirais que les USA vont se faire doubler et que la montée en puissance de la Chine va paradoxalement permettre à des entreprises européennes d'émerger.
a écrit le 25/09/2018 à 18:28 :
A mon sens c’est un «  big fake »...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :