Espoir d'une fin de conflit : la Russie va présenter les propositions "constructives et substantielles" de l'Ukraine à Poutine

L'Ukraine a proposé mardi d'adopter un statut neutre en échange de garanties pour sa sécurité, lors d'une séance de négociations avec la Russie à Istanbul, ce qui constitue les propositions de sortie de crise les plus détaillées et les plus concrètes depuis le début de l'invasion russe de son territoire le 24 février. Le principal négociateur russe, Vladimir Medinski, a jugé pour sa part que ces pourparlers avaient été "constructifs" et il a annoncé que la proposition ukrainienne allait désormais être soumise à Vladimir Poutine. La Russie a promis de "radicalement" réduire son activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv.

4 mn

(Crédits : UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SER)

Le bond des cours de Bourse de Renault, Alstom, Société Générale, trois entreprises très présentes en Russie, mais aussi la remontée de l'euro face au dollar et la montée en flèche du rouble, traduisaient l'espoir d'un début de sortie de conflit entre la Russie et l'Ukraine. Après plus d'un mois de guerre et alors que la situation semble s'enliser sur le terrain, avec des villes ukrainiennes toujours assiégées et bombardées mais une armée russe à l'arrêt au sol, le négociateur en chef ukrainien, David Arakhamia, a déclaré, à l'issue d'une nouvelle session de pourparlers russo-ukrainiens en Turquie, que les conditions pour une première rencontre entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue russe Vladimir Poutine, sont désormais "suffisantes".

"Les résultats de la réunion d'aujourd'hui (à Istanbul) sont suffisants pour une rencontre au niveau des chefs d'Etat", a-t-il déclaré

 Statut de neutralité

Lors de cette séance de négociations, l''Ukraine a proposé d'adopter un statut neutre en échange de garanties pour sa sécurité, ce qui constitue les propositions de sortie de crise les plus détaillées et les plus concrètes depuis le début de l'invasion russe. La proposition de l'Ukraine signifie qu'elle n'adhérerait à aucune alliance militaire et qu'elle n'hébergerait pas de bases militaires étrangères sur son sol, ont expliqué les négociateurs ukrainiens. Les garanties de sécurité réclamées par l'Ukraine en échange de sa neutralité seraient identiques aux dispositions de l'article 5 de l'Otan, qui constitue une clause de défense collective. La Pologne, Israël, la Turquie et le Canada pourraient figurer parmi les pays garants de cet éventuel dispositif.

"Si nous parvenons à consolider ces dispositions essentielles, et pour nous c'est le plus fondamental, alors l'Ukraine sera en position de régler effectivement la question de son statut actuel en tant que pays hors bloc et non nucléaire sous la forme d'une neutralité permanente", a fait valoir le négociateur ukrainien Oleksander Chaly.

"Nous n'accueillerons pas de bases militaires étrangères sur notre territoire, ni le déploiement de contingents militaires sur notre territoire et nous n'intégrerons pas d'alliances politico-militaires", a-t-il ajouté, dans une déclaration retransmise à la télévision nationale ukrainienne.

"Les manoeuvres militaires sur notre territoire auront lieu avec l'assentiment des pays garants."

Les négociateurs ukrainiens ont jugé que ces propositions étaient suffisamment étoffées pour permettre la tenue d'un sommet entre les présidents ukrainien Volodimir Zelensky et russe Vladimir Poutine. Ils ont dit attendre désormais la réponse de Moscou à cette offre, formulée lors des premiers pourparlers de paix en présence directe depuis plus de deux semaines entre les deux pays.

Kiev propose aussi une période de consultation de 15 ans sur le statut de la Crimée, annexée par la Russie en 2014. Cette consultation ne pourrait toutefois débuter qu'avec un cessez-le-feu complet sur le terrain.

"Pourparlers constructifs" pour la Russie

Le chef de la délégation russe et représentant du Kremlin, Vladimir Medinski, a jugé pour sa part que ces pourparlers avaient été "constructifs" et "substantiels" et il a annoncé que la proposition ukrainienne allait désormais être soumise à Vladimir Poutine. La Russie a promis de "radicalement" réduire son activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv en Ukraine.

"Les négociations sur un accord sur la neutralité et le statut non-nucléaire de l'Ukraine entrant dans une dimension pratique (...), il a été décidé, pour accroître la confiance, de réduire radicalement l'activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv", a déclaré à Istanbul le vice-ministre russe de la Défense, Alexandre Fomine, à l'issue des discussions.

Vladimir Medinski, a fait état de "discussions substantielles" et dit que les propositions "claires" de l'Ukraine en vue d'un accord allaient être "étudiées très prochainement et soumises au président" Vladimir Poutine.

Selon lui, une rencontre des dirigeants ukrainien Volodymyr Zelensky et russe Vladimir Poutine, et de représentants d'Etats garants, serait possible en cas d'accord pour mettre fin aux hostilités.

"En ce qui concerne une rencontre des deux présidents, nous avons dit depuis le début qu'elle sera possible lorsqu'il y aura un accord (...) La rencontre pourrait être multilatérale, avec la participation d'Etats garants", a-t-il dit.

"Après la discussion substantielle d'aujourd'hui, nous nous sommes entendus et proposons que la rencontre se fasse pour parapher l'accord", a-t-il dit.

"A condition d'(effectuer) un travail rapide sur l'accord, et de trouver les compromis nécessaires, la possibilité de conclure la paix se rapprochera", a expliqué Vladimir Medinski.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 30/03/2022 à 10:19
Signaler
Enfin, à trop écouter les sirènes occidentales, et particulièrement celles de Washington, les Ukrainiens se sont vus dotés de contingents et matériels offensifs, de nature à déclencher des réactions-que l'on ne voyait pas à court terme si rapides et ...

à écrit le 30/03/2022 à 8:50
Signaler
"Les ukrainiens négocient avec un pistolet sur la tempe." C'est ce que disent les étasuniens et donc, leurs alliés européens. En clair : Quelques soient les accords entre Russes et Ukrainiens, nous ne les reconnaîtrons pas, les sanctions resteront en...

à écrit le 29/03/2022 à 18:47
Signaler
Les plus de 3 millions de réfugiés constituent une saignée quasi fatale pour l'économie ukrainienne en n'oubliant pas les destructions et l'Anschluß (annexions) de fait. C'est aussi un vote de défiance à l'égard de Putin, en attendant l'holodomor !

à écrit le 29/03/2022 à 18:42
Signaler
Toutes ces déclarations font le jeu de Mr Poutine qui gagne du temps. Comme le disait Turenne : "La diplomatie est la meilleure façon de continuer la guerre". Je l'ai déjà écrit dans cette tribune, Mr Poutine est un joueur d'échecs, il a l'initiati...

le 30/03/2022 à 6:15
Signaler
Peut-etre mais la russie a tres mal en ce moment. Elle ne peut plus tenir longtemps. Elle cherche une porte de sortie. Zelenky le lui offre.

le 30/03/2022 à 10:33
Signaler
@ Jam Jam La Russie peut tenir 2 ans comme ca, alors que l'UE ne peut tenir plus de 6 mois. Il faut vous eveiller a la geo-politique, mais la vraie, celle de specialistes et non celle des pseudo-experts de plateau TV...

à écrit le 29/03/2022 à 18:36
Signaler
J'aurais bien suggéré des propositions secrètes: la démission de Poutine et son exil aux Bahamas contre la réintégration de la Fédération de Russie dans l'Europe, ce qui changeait l'équilibre mondial, mais on ne me demande jamais mon avis. Heureuseme...

à écrit le 29/03/2022 à 18:34
Signaler
Les américains n'ont pas tardé à réagir pour" pourrir" un accord éventuel qui ne ferait pas leurs affaires dans cette grande manipulation qu'ils ont fabriquée en laissant croire aux ukrainiens qu'ils rentreraient dans l'OTAN pour démolir l'UE.

à écrit le 29/03/2022 à 18:02
Signaler
Question subsidiaire, l'ukraine va t elle continuer a se chauffer au gaz russe?

à écrit le 29/03/2022 à 17:53
Signaler
Le problème est de savoir si l'OTAN respectera les accords ou les ignorera engendrant un futur problème!

à écrit le 29/03/2022 à 17:37
Signaler
Comme le disait en gros un spécialiste de la question il y a quelques jours: les Russes vont finalement obtenir à peu près ce qu'ils demandaient avant l'invasion et que Zelenski ou son prédécesseur leur refusaient obstinément depuis 8 ans avec l'app...

à écrit le 29/03/2022 à 17:37
Signaler
Comme le disait en gros un spécialiste de la question il y a quelques jours: les Russes vont finalement obtenir à peu près ce qu'ils demandaient avant l'invasion et que Zelenski ou son prédécesseur leur refusaient obstinément depuis 8 ans avec l'app...

à écrit le 29/03/2022 à 17:12
Signaler
La Russie a besoin de temporiser pour se réorganiser. L'objectif de la "denazifucation" n'est pas atteint et compte tenu du niveau de mensonge et de coups tordus des Russes de Poutine, Ukrainien, je ne baisserai pas la garde tant qu'un seul soldat Ru...

à écrit le 29/03/2022 à 16:10
Signaler
Et le cours des entreprises qui commercent avec la Russie remonte déjà! Les investisseurs en bourse sont vraiment des gens sans morale: déjà prêt à remettre des sous dans la tirelire de Poutine alors que il bombarde encore l'Ukraine. Et zou on re...

à écrit le 29/03/2022 à 15:40
Signaler
La solution russe on la connaît déjà: le génocide et le rideau de fer.

le 29/03/2022 à 16:05
Signaler
( Presque ) : ... Sympathy For The Devil ( live ) [ Music / Videooo ... ] by The Rolling Stones . ..... You know ? ! . АФФ ИСС .

à écrit le 29/03/2022 à 15:38
Signaler
... en gros ; ... TANT QUE PARLE L ' ECONOMIE ( Music / VideOOOOO.... ) >>> Vive l ' abandon de la chasse aux fachos , nazis et Cie ! . ...Enfin , si on a bien compris ?( ! ) .

le 29/03/2022 à 18:53
Signaler
Heu! heu! ouai c'est bien a peu près ça et que devient le standardiste Macron dans cette affaire et son élection Vladimir l'oublie pas !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.