Et si des Irakiens portaient plainte contre les États-Unis en utilisant la loi 11-Septembre ?

 |   |  497  mots
Les chercheurs de l'université de Brown avaient estimé en 2013 le coût de la guerre à 2.000 milliards de dollars mais la facture s'alourdit au fil des années et pourrait représenter 6.000 milliards de dollars d'ici à 2053 si l'on inclut les intérêts des emprunts et les pensions aux anciens combattants.
Les chercheurs de l'université de Brown avaient estimé en 2013 le coût de la guerre à 2.000 milliards de dollars mais la facture s'alourdit au fil des années et pourrait représenter 6.000 milliards de dollars d'ici à 2053 si l'on inclut les intérêts des emprunts et les pensions aux anciens combattants. (Crédits : REUTERS/Jason Reed JIR/GMH.)
Le Congrès américain a approuvé la loi Jasta qui permet de porter plainte contre un État qui aurait soutenu des actes terroristes. Un groupe de lobbyistes espère que le Parlement irakien l'utilisera à son avantage.

Depuis le 30 septembre, les familles des victimes des attentats du 11-Septembre peuvent engager des poursuites judiciaires contre contre l'Arabie saoudite pour réclamer des dommages et intérêts grâce à la loi Jasta ("Justice Against Sponsors of Terrorism Act"), outre-passant la question de souveraineté nationale. Un groupe de lobbyiste dénommé "Arab Project in Iraq" voit en cette initiative pour le moins inédite une "possibilité de demander une compensation aux États-Unis pour les violations commises par [leurs] forces après l'invasion américaine qui a vu le reversement de l'ancien président Saddam Hussein en 2003", écrit la chaîne d'information Al Arabiya sur son site Internet (lien en arabe).

Le groupe de lobbyiste prévoit donc de demander aux parlementaires irakiens de débloquer des fonds pour leur permettre de recevoir des plaintes en ce sens et former une équipe d'avocats internationaux pour soulever cette question devant les tribunaux américains, rapporte Al Arabiya.

De 2003 à 2011 (les huit "premières" années de guerre), environ 190.000 personnes (dont 4.448 Américains) ont été tuées. Et si là aussi les estimations varient selon les études, toutes s'accordent à dire que la guerre en Irak a coûté plusieurs milliers de milliards de dollars aux États-Unis. Les chercheurs de l'université de Brown avaient ainsi estimé en 2013 le coût de la guerre à 2.000 milliards de dollars mais la facture s'alourdit au fil des années et pourrait représenter 6.000 milliards de dollars d'ici à 2053 si l'on inclut les intérêts des emprunts et les pensions aux anciens combattants. Le seul coût de la reconstruction de l'Irak pourrait avoisiner quant à lui au maximum 1.000 milliards de dollars, avait calculé la Commission irakienne des investissements en 2012.

L'Arabie saoudite avait prévenu de "l'impact négatif"

Avant que le projet de loi Jasta  ne soit validée par le Congrès américain et ce malgré le veto du président Barack Obama, un groupe qui milite pour les ressortissants irakiens -l'Iraqi National Project (Projet national irakien en français) - avait prévenu préparer le terrain pour poursuivre les États-Unis. Dans une lettre datée du 25 septembre et mise en ligne par le site conservateur Washington Free Beacon, le groupe estime que "le projet de loi constitue une fenêtre d'opportunité pour les millions d'Irakiens qui ont perdu leurs fils et filles dans des opérations militaires américaines [...] d'obtenir une indemnisation du gouvernement des États-Unis pour ce qu'ils ont enduré". Et d'ajouter :

"[Une fois son entrée en vigueur], nous nous efforcerons de pousser à la formation de comités spéciaux auxquels siégeront les meilleurs avocats et juges irakiens ainsi que de nombreux conseillers juridiques internationaux."

Après l'adoption de la loi Jasta, le ministère saoudien des Affaires étrangères avait estimé dans un communiqué que "l'érosion de l'immunité des États aura un impact négatif sur tous les pays, y compris les Etats-Unis".

>> Lire aussi  Le Congrès américain va-t-il faire tomber l'Arabie saoudite

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2016 à 9:36 :
L'un des plus gros mensonges du monde, les soit disant armes de destruction massive des irakiens, doit être en effet suivi par une justice, c'est logique, yen a un peu marre de notre système qui fait que quand on est gros, riche, influent et qu'on possède un gros réseau on peut magouiller autant qu'on veut, tout oser, sans que rien ne puisse nous arriver.

Une journée dédicacée à la justice sur la tribune.fr, merci beaucoup c'est pour cela que je viens sur votre site, pour lire de la véritable information de qualité.
Réponse de le 04/10/2016 à 19:21 :
Vous avez tout à fait raison. Il n y a pas de justice dans ce monde. C'est toujours le plus fort qui fait sa loi. Tous ces criminels mourront sans justice!!!! Il est inconcevable et inacceptable. Et les victimes, qui leur rendra justice???

Moi je pense qu'il y aura une justice quelque part après la mort. Je pense que ces criminels n'échapperont pas à la justice divine. C'est mon raisonnement et après chacun croit en ce qu'il veut.

Salutations.

Merci
a écrit le 04/10/2016 à 9:28 :
Les bonnes idées ne sont pas forcément suivi d'effets, car 1) certains sont plus égaux que d'autres (Orwell) et 2) la raison du plus fort est toujours la meilleure (Lafontaine) :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :