Etats-Unis : la croissance du PIB du premier trimestre révisée en hausse

Selon la troisième estimation du département du Commerce publiée ce jeudi, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis atteint 2% en rythme annualisé au premier trimestre 2023. Lors de l'estimation précédente, publiée fin mai, la croissance sur la même période avait été annoncée à 1,3%.
Au premier trimestre de l'année 2023, la croissance du PIB américain a atteint 2% en rythme annualisé, selon le département du Commerce, publiée ce jeudi 29 juin.
Au premier trimestre de l'année 2023, la croissance du PIB américain a atteint 2% en rythme annualisé, selon le département du Commerce, publiée ce jeudi 29 juin. (Crédits : POOL)

Le spectre d'une récession aux Etats-Unis est-il en train de s'éloigner ? Au premier trimestre de l'année 2023, la croissance du PIB américain a atteint 2% en rythme annualisé, selon le département du Commerce. Publié ce jeudi 29 juin, ce chiffre marque une très forte progression.

Lire aussiRécession ou pas récession ? Les Etats-Unis dans l'expectative

Lors de l'estimation précédente, publiée fin mai, la croissance sur la même période avait été annoncée à 1,3% en rythme annualisé, et même 1,1% lors de l'estimation préliminaire. Cette nouvelle estimation dépasse par ailleurs les attentes du marché, qui envisageait une croissance toujours à 1,3%, selon le consensus publié par briefing.com.

« L'estimation mise à jour reflète principalement une révision à la hausse des exportations et des dépenses de consommation, et ce, malgré une baisse des investissements non résidentiels et des dépenses de l'administration fédérale », a détaillé le ministère dans son communiqué.

Autre effet positif sur la croissance, les importations ont également été revues à la baisse. En utilisant le même mode de calcul que d'autres économies avancées, qui comparent simplement au trimestre précédent, la croissance est également revue fortement à la hausse, à 0,7% pour les trois premiers mois de l'année contre 0,3% pour l'estimation précédente, soit légèrement supérieure au rythme observé au dernier trimestre 2022 (+0,6%).

« Même si l'économie a dépassé les attentes » sur le premier trimestre, « nous anticipons que les effets de la politique restrictive de la Fed devrait faire ralentir le rythme de l'activité à l'avenir et l'amener en dessous de la croissance potentielle », a nuancé dans une note l'économiste en chef de HFE, Rubeela Farooqi.

Une pause dans la hausse des taux...

Mercredi, son patron, Jerome Powell, a laissé la porte ouverte à deux hausses supplémentaires consécutives des taux de la part de la banque centrale américaine dans les prochains mois, lors d'une conférence des banquiers centraux à Sintra au Portugal mercredi.

Pour rappel, la dernière réunion de la Fed s'est conclue par une pause, après une série de dix hausses consécutives pour porter son principal taux dans une fourchette comprise entre 5% et 5,25%, avec pour objectif de laisser plus de temps à son comité de politique monétaire (FOMC) de voir les effets des hausses déjà réalisées sur l'inflation, qui reste supérieure à la cible de 2%. Bien qu'en baisse, l'inflation aux Etats-Unis restait à 4% en mai, selon l'indice CPI. Celle calculée selon l'indice PCE, privilégié par la Fed, devrait être connu vendredi.

Cependant « nous sommes loin d'un retour à la normale », a insisté le président de la Fed,« nous ne nous attendons pas à un retour de l'inflation sous-jacente (c'est-à-dire hors prix de l'alimentation et de l'énergie, ndlr) sous les 2% cette année ou l'année prochaine, plutôt pour la suivante ».

... mais temporaire

Durant la dernière réunion, mi-juin, la majorité des membres du FOMC ont estimé que les taux devraient être encore relevés par deux fois, a souligné Jerome Powell. « Nous pensons qu'il y aura encore un resserrement » de la politique monétaire, a souligné le président de la Fed. Il a indiqué qu'il n'a pas été décidé si ces hausses se réaliseront lors des deux prochaines réunions ou plus lissées dans le temps. « Je n'écarte pas la possibilité de hausse lors de deux réunions successives », a cependant ajouté Jerome Powell.

Mais les effets de la politique monétaire américaine prendront du temps pour se faire sentir, a-t-il rappelé, avant que l'inflation ne revienne vers la cible de 2% et s'y maintienne. « La politique monétaire n'a pas été suffisamment restrictive et pour suffisamment longtemps », a martelé le patron de la banque centrale américaine.

Lire aussiTaux : la Fed pourrait frapper encore deux fois cette année pour endiguer l'inflation

Si l'inflation est bel et bien sur le chemin d'un retour à la normale, la décélération de la hausse des prix se fait à un rythme bien plus lent qu'attendu, dans un contexte où le marché du travail et la croissance restent également plus solides qu'anticipé. En début d'année, la Fed avait annoncé s'attendre à une légère récession durant la seconde partie de l'année, mais Jerome Powell n'écarte pas le fait que l'économie américaine puisse l'éviter.

« Ce n'est pas la possibilité la plus évidente mais c'est tout de même une possibilité », a-t-il estimé.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 30/06/2023 à 7:18
Signaler
Ben oui pendant que la classe dirigeante européenne pille les peuples européens, les américains eux consolident leur pays où contempler l'Amérique régner avec certes la complicités d'une oligarchie européenne demeurée.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.