Etats-Unis : la Fed promet une hausse des taux "dans les prochains mois"

 |   |  460  mots
Janet Yellen s'est montrée plus confiante que par le passé dans la vigueur de l'économie américaine.
Janet Yellen s'est montrée plus confiante que par le passé dans la vigueur de l'économie américaine. (Crédits : © Kevin Lamarque / Reuters)
La présidente de la banque centrale américaine a renforcé vendredi l'hypothèse d'un nouveau tour de vis monétaire en juin ou en juillet, après celui de décembre.

Un nouveau resserrement du crédit se profile aux Etats-Unis. La présidente de la banque centrale américaine (Fed), Janet Yellen, a affirmé vendredi 27 mai qu'une hausse des taux d'intérêt sera "appropriée probablement dans les prochains mois" si l'économie le permet.

"Il est approprié (...) pour la Fed de relever progressivement et prudemment dans le temps notre taux d'intérêt au jour le jour, et probablement dans les mois à venir une telle initiative serait opportune", a-t-elle notamment déclaré.

Janet Yellen, qui s'exprimait lors d'un entretien à la tribune de l'Université d'Harvard, a expliqué qu'elle s'attendait à ce que le marché du travail continue de s'améliorer et à ce que l'inflation remonte vers l'objectif de 2% de la Fed.

Les cours du pétrole et du dollar semblent "se stabiliser"

La présidente de la Fed a ainsi renforcé l'hypothèse d'un nouveau tour de vis monétaire en juin ou en juillet, qui a ressurgi la semaine dernière après la publication du compte-rendu de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC). Tout en mettant en garde contre un relèvement trop brutal des taux, elle a paru plus confiante que par le passé dans la vigueur de l'économie américaine:

"L'économie continue de s'améliorer (...) la croissance semble accélérer", a-t-elle observé.

Alors que la faiblesse des cours du pétrole et la vigueur du dollar figurent parmi les facteurs régulièrement mis en avant pour expliquer que l'inflation aux Etats-Unis ne parvienne pas à atteindre l'objectif de la Fed, Janet Yellen a déclaré vendredi qu'ils "semblent à peu près se stabiliser". Elle a aussi dit ne pas avoir constaté "beaucoup d'amélioration dans la croissance des salaires ce qui donne à penser qu'il reste de la marge sur le marché du travail".

Deux hausses de taux évoquées pour cette année

La hausse des taux envisagée pourrait intervenir lors de la prochaine réunion du FOMC les 14 et 15 juin, ou lors de la réunion suivante, les 26 et 27 juillet, a atteint 60% et a plus que doublé en un mois.

La Fed a déjà relevé ses taux en décembre, pour la première fois en près de 10 ans. Depuis, elle s'est toutefois abstenue de les relever à nouveau en raison du ralentissement de l'économie mondiale et des turbulences sur les marchés financiers en début d'année. Lors de sa réunion de mars, elle a évoqué deux hausses de taux cette année.

Les prix des obligations du Trésor ont baissé et le dollar s'est apprécié après ces déclarations, tandis que Wall Street a légèrement réduit ses gains.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 10:42 :
Pas fiable du tout la dame...
a écrit le 29/05/2016 à 16:15 :
Quand des responsables laissent entendre que tout est sous controle, on sait ce que ca veut dire. Avec le petrole qui va a 70$ puis 90$ avant fin d'année, la remontée des taux va avoir lieu beucoup plus vite que prévu.
a écrit le 29/05/2016 à 1:51 :
Comme il est difficile d'exprimer une hilarité clinton maximale par clavier, j'essaie : :-)))))) Notes trump, là, ils vont et NOUS allons pleurer... Il faudra VRAIMENT agir néanmoins contre la religion (entre autres) argent, un jour. Roosevelt, ça parle..??
a écrit le 28/05/2016 à 14:34 :
Prochains... n'est pas certain de correspondre à cette année, même s'il semble qu'un pacte avalise le fait d'une petite augmentation chaque année, presque pour le principe. L'économie américaine en a-t-elle besoin (hors banquiers, assureurs et spéculateurs) est une autre question ? La réponse est Non, dans l'immédiat. Cette année 2016 verra l'ensemble des Q.Es passer dans l'économie à plus de 40%, depuis les satellites financiers où ils tournent; l'année prochaine verra ce taux remonter à près de 90%. Les pompiers auront alors presque éteint le feu, il sera alors possible de reconstruire. C'est donc à la même période mais dans 2 ans seulement que les taux pourront reprendre un peu d'élan. Pour le moment c'est la théorie du manque à perdre qui préside : on n'avance pas mais l'on essaie de reculer le moins possible. Ce que l'on peut dire en suivant la vie des entreprises américaines est que ces dernières se transforment à grande vitesse, elles on senti passer le vent du boulet et savent désormais que d'autres les pointent. Pas plus que les françaises elles n'ont voulu anticiper, doutant même qu'elles puissent être une cible. Il leur faudra à l'avenir beaucoup plus de vélocité, à nous aussi.
a écrit le 28/05/2016 à 13:06 :
Décidément ils continuent leur cirque avec leur fable concernant une possible hausse des taux. Allez-y ! Montez les taux d'intérêt, suicide assuré !
a écrit le 28/05/2016 à 12:43 :
Très bon pour l'€uros tout ça !
a écrit le 28/05/2016 à 11:38 :
Ça va faire mal à certain pays qui sont surendetté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :