Etats-Unis : San Francisco veut expulser les SDF de son centre-ville

 |   |  573  mots
6.686 personnes vivaient dans les rues de San Francisco, en 2015.
6.686 personnes vivaient dans les rues de San Francisco, en 2015. (Crédits : Reuters/Robert Galbraith)
A San Francisco, un projet de loi controversé visant à interdire les tentes de sans-abri est soutenu par des investisseurs de la Silicon Valley. Il vise à inciter les personnes vivant dans la rue à quitter la capitale des nouvelles technologies.

Les tentes de sans-abri sont un des "symptômes" de la crise du logement que traverse San Francisco. Dans une lettre ouverte publiée dans le titre de presse locale Marina Times, le démocrate Mark Farrell justifie ainsi l'une de ses propositions contenue dans la loi polémique qui sera soumise au vote lors des élections locales en novembre. Le maire d'arrondissement souhaite interdire les tentes sur les trottoirs de la capitale des nouvelles technologies, un moyen d'"interdire" la présence de SDF dans la ville.

Deux options sont proposées par le projet de loi. La première laisse 24 heures aux sans-abri pour quitter les lieux, la police ayant le droit de confisquer tente et effets personnels pour une durée de 90 jours. En contrepartie, la ville doit proposer une place dans un centre d'hébergement, le texte ne précisant pas la durée de prise en charge.

Mais les opposants au projet font valoir qu'aucun moyen n'est alloué pour développer les solutions de relogement. Selon le recensement effectué par San Francisco, 6.686 personnes vivaient dans la rue en 2015, soit 250 de plus que les dernières estimations datant de 2013. La ville dispose uniquement de 1.203 lits disponibles pour accueillir les sans-abris et la demande explose. Début août, 875 personnes étaient déjà sur liste d'attente pour obtenir une place en foyer, note le journal local SF Examiner.

Une proposition soutenue par des investisseurs de la Silicon Valley

La deuxième option propose de payer le transport aux sans-abris pour qu'ils quittent la ville, en s'assurant "avec leurs amis et leurs familles qu'ils auront un endroit où vivre et un soutien continu". A la tête de Coalition on Homelessness, une association venant en aide aux personnes vivant dans la rue, Jennifer Friedenbach déclare au Guardian : "Avec cette proposition, on va juste prendre la tente de quelqu'un et le faire dormir sur du béton froid. Ils ne vont pas disparaître."

Cette proposition de loi décriée a pourtant reçu l'approbation de quelques investisseurs de la Silicon Valley. Le milliardaire Michael Moritz a donné 50.000 dollars pour soutenir le projet. Président de Sequoia Capital, une société spécialisée dans le financement d'entreprises de nouvelles technologies, il a notamment financé à ses débuts Google, PayPal, LinkedIn ou Yahoo, souligne Forbes.

Le business angel Ron Conway (SnapChat, AirBnb, Pinterest...) a versé la même somme. Zachary Bogue, le mari de Marissa Mayer, la directrice générale de Yahoo !, a quant à lui donné 2.500 dollars. A TechCrunch, il confie soutenir cette proposition qui va "aider à sortir les gens de la rue en les plaçant dans des centres d'hébergement".

Un taux de pauvreté de 13.8% à San Francisco

En 2010, San Francisco avait approuvé une loi interdisant aux sans-abri de s'asseoir sur les trottoirs pendant la journée. Après un premier avertissement, ils écopent d'une amende de 100 dollars. Le business angel Ron Conway avait déjà donné 85.000 dollars pour soutenir la campagne et faire approuver cette loi.

Selon un rapport de l'institut régional d'études Silicon Valley, 13.8% des habitants de San Francisco, en 2013, vivaient en dessous du seuil de pauvreté, soit 11.490 dollars par an. Certains quartiers atteignant même un taux de pauvreté de 50.6%, bien que la baie de San Francisco "soit l'une des régions les plus riches au monde", souligne le rapport.

| LIRE AUSSI : San Francisco : crise d'identité ou crise immobilière qui tourne mal ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2016 à 19:30 :
On voit autant de SDF, sinon plus à Paris qu' a San Francisco.
Puis que la Californie montre l' exemple au monde, Mme Hidalgo compte t elle s' en inspirer ?
a écrit le 13/10/2016 à 18:17 :
102 500 dollars pour 6686 SDF, ça fait 15 dollars par personne. On comprend que les intéressés soient sceptiques sur ce projet :-) Si encore les "bons samaritains" leur proposaient un emploi dans leur usine à pognon !!!
Réponse de le 14/10/2016 à 3:25 :
Le problème des sans abris n'a rien à voir avec la pauvreté mais avec l'exclusion sociale. Les SDF le deviennent non pas parce qu'ils sont pauvres mais parce qu'ils s'excluent de la société (problèmes psychologiques, alcoolisme,...). Donc, leur proposer un emploi est ridicule. Pour les insérer, il faut les faire suivre par des psy et assistants sociaux. Il faut les réinsérer dans la société. Si un travail aide quelqu'un à se réinsérer dans la société, cela ne suffit pas. Aux USA, bcp de SDF sont des vétérans de l'armée souffrant de stress post traumatiques.
Les travaux dans la silicon valley demandent des compétences spécifiques (être doué dans le domaine des hautes technologiques) que souvent, les SDF ne possèdent pas. Ils ne correspondent pas au profil pour être engagé dans ces sociétés.
a écrit le 13/10/2016 à 18:16 :
Etonnant non? Alors que la petite musique distillée chaque jour par les medias nous rappelle que L'Amérique est un pays génial....la France avec sa laïcité est ringarde et discriminatoire...pourtant eux n'aiment pas les noirs, les portoricains, les mexicains, les indiens, les pauvres....et j'en passe!
a écrit le 13/10/2016 à 16:09 :
C'est comme mettre la poussière sous le tapis. Cela ne règle pas le problème.
a écrit le 13/10/2016 à 15:35 :
Tout ces riches qui ne veulent pas voir la misère qu'ils génèrent sont écœurants. Il est facile d'engranger de juteux profits sans en peser les conséquences mais plus difficiles d'être mis face à ses responsabilités dramatiques.

On met les pots cassés sous le tapis mais dorénavant ce dernier à du mal à tout cacher.

Un élément de plus qui nous montre par contre que la nouvelle économie n'a rien à envier à l'ancienne, plus on possède et plus on est possédé.

Merci pour cet article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :