Guerre commerciale : l'économie chinoise prend des couleurs

 |   |  490  mots
(Crédits : Aly Song)
La Chine a dévoilé ce lundi une série d'indicateurs économiques au beau fixe alors que Pékin et Washington viennent de décréter une trêve dans leur guerre commerciale.

La Chine va bien. La production industrielle a progressé en novembre de 6,2% sur un an, contre 4,7% en octobre. Il s'agit de sa plus forte augmentation depuis six mois. Les ventes au détail, reflet de la consommation, ont pour leur part augmenté de 8%, soit leur meilleure performance depuis juin. Quant à l'investissement en capital fixe, sa croissance depuis le début de l'année s'affichait fin novembre à 5,2%, selon le Bureau national des statistiques (BNS). Le rythme est inchangé par rapport au mois précédent.

La publication de ces indicateurs intervient au moment où la Chine, engagée depuis près de deux ans dans une guerre commerciale sans merci avec les Etats-Unis, a annoncé vendredi une trêve avec Washington. "En dépit de risques et de défis toujours plus importants en Chine comme à l'étranger (...), les indicateurs économiques ont été meilleurs que prévu et l'économie chinoise a maintenu une tendance stable", s'est félicité un porte-parole du BNS, Fu Linghui.

En attendant la signature début janvier d'un accord commercial préliminaire qui reste à coucher sur le papier, Pékin a renoncé dimanche à de nouveaux droits de douane qui auraient dû frapper des produits américains. De son côté, l'administration Trump a suspendu toutes nouvelles surtaxes sur les biens chinois aux Etats-Unis en échange de l'engagement de Pékin à acheter, notamment, davantage de produits agricoles américains.

"Un accident"

Washington a également accepté de diminuer de moitié les droits imposés le 1er septembre sur 120 milliards de dollars de produits chinois importés annuellement. Les chiffres du mois de novembre surpassent les estimations des analystes: les experts interrogés par l'agence financière Bloomberg tablaient sur une augmentation de 5% seulement de la production industrielle et de 7,6% des ventes de détail.

"C'est probablement plus un accident qu'une tendance", prévient toutefois l'économiste Ting Lu, de la banque d'investissement Nomura, notant que la semaine de congés nationaux début octobre en Chine avaient pu fausser certains indicateurs du mois suivant. La "fête des célibataires", qui chaque 11 novembre voit le commerce en ligne battre ses records avec d'alléchants rabais, a pu en outre profiter aux ventes au détail.

Lire aussi : Guerre commerciale : 1,5 million d'emplois américains menacés

Quant à l'accord commercial de principe, annoncé vendredi par les deux premières puissances économiques mondiales, il ne va pas résoudre tous les problèmes de fond, estiment les analystes. "Le risque d'une nouvelle détérioration des relations" entre la Chine et les Etats-Unis et d'un "retour en arrière" sur la question des droits de douane n'est pas à exclure, relève l'économiste d'Oxford Economics, Tommy Wu. Au-delà de l'accord préliminaire, Washington exige de la Chine des réformes structurelles : que Pékin s'engage à ne plus subventionner ses entreprises publiques, ouvre ses marchés publics aux entreprises étrangères et cesse d'obliger ces dernières à accorder des transferts de technologies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2019 à 13:12 :
Les indices économiques venant d une dictature me paraissent plus que douteux.
Les Chinois ont toujours surévalué leur croissance. La guerre commerciale avec les USA a pesé très lourd sur leur
et ils ne sont pas prêts de l'admettre ou de l'avouer publiquement.
Donc prudence prudence....
a écrit le 16/12/2019 à 13:36 :
que du bon dans tout ça: malgré toutes les défauts que l'on peut lui trouver, il en a beaucoup, le président Trump a les c...s de dire ce que tout le monde pense tout bas: assez du dictat chinois concernant le transfert de technologie, et son statut d epays en voie de développement
a écrit le 16/12/2019 à 12:23 :
Les statistiques chinoises tombent toujours à pic...

C'est qu'il faut les tenir les un milliard d'habitants ! Surtout avec des mouvements contestataires de plus en plus nombreux et soutenus.

Ils peuvent compter sur les américains là dessus qui ne prendront jamais le risque de déstabiliser le régime.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :