Ingérence russe : qui sont les proches de Trump dans la tourmente ?

 |   |  924  mots
Donald Trump a toujours réfuté toute collusion entre le pouvoir russe et son équipe de campagne.
Donald Trump a toujours réfuté toute collusion entre le pouvoir russe et son équipe de campagne. (Crédits : Kevin Lamarque)
Le procureur spécial Robert Mueller a inculpé trois membres de l'équipe de campagne de Donald Trump ce lundi. Cette étape représente un tournant majeur dans l'affaire de la possible ingérence russe dans la campagne de l'élection présidentielle de 2016.

La tension monte à la Maison-Blanche. A quelques jours du premier anniversaire de son accession au pouvoir, Donald Trump doit faire face à de nombreuses critiques relatives aux membres de son équipe de campagne. Parmi les proches du président américain dans le viseur du FBI figurent, son ancien directeur de campagne Paul Manafort et son associé Rick Gates. Son ancien conseiller en politique étrangère George Papadopoulos a également été entendu et inculpé par la police fédérale. Ce dernier pourrait avoir joué un rôle déterminant dans la mise en relation du camp russe avec l'équipe du magnat de l'immobilier américain.

Qui est Paul Manafort ?

paul manafort

Paul Manafort est loin d'être un novice en politique américaine. Cet homme, né en 1949 dans le Connecticut, a été, à de multiples reprises, dans l'entourage de candidats républicains depuis 40 ans. Ce redoutable stratège a travaillé dans les années 1970 et 1980 pour les campagnes de Gerald Ford (1974-1977) et Ronald Reagan (1981-1984). Il a également accompagné Georges Bush père (1989-1983) en 1988 et Bob Dole en 1996. Cet habitué des cercles républicains aux Etats-Unis a également multiplié les relations et les contrats avec des dirigeants étrangers au passé trouble.

Le 19 août 2016 en pleine campagne présidentielle, Donald Trump avait annoncé lui-même la démission de son directeur de campagne Paul Manafort dans un communiqué. "Ce matin, Paul Manafort a offert, et j'ai accepté, sa démission de la campagne. Je suis très reconnaissant de son excellent travail pour nous aider à être là où nous sommes aujourd'hui". Ce départ faisait suite à des révélations du New York Times, qui avait révélé que Paul Manafort s'était retrouvé au centre d'une affaire de corruption en Ukraine. Ancien conseiller de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch renversé en 2014, Paul Manafort est soupçonné d'avoir reçu 22 versements entre 2007 et 2012 pour un montant total de 12,7 millions de dollars provenant du parti de M.Ianoukovitch. Il avait été remplacé par le sulfureux stratège Steve Bannon pour la fin de la campagne électorale.

> Lire aussi : Steven Bannon, le conseiller et idéologue trop gênant de Trump

Il a été inculpé ce lundi par le FBI avec son collaborateur Rick Gates. Douze chefs d'inculpation ont été retenus contre eux dont conspiration contre les Etats-Unis et blanchiment d'argent, a annoncé lundi le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur les ingérences russes dans l'élection présidentielle de 2016. Ils sont également poursuivis pour violation des lois fédérales sur le lobbying et les activités bancaires, faux témoignage et dissimulation de comptes bancaires à l'étranger, précise le communiqué diffusé par les services du procureur. Présentés lundi devant un juge à Washington, les deux hommes ont plaidé non coupable, mais ont été assignés à résidence.

> Lire aussi : L'ex-directeur de campagne de Trump inculpé pour fraude fiscale et blanchiment

Qui est George Papadopoulos ?

 .

george papadopoulos

.

Affiche de campagne postée sur le compte officiel de Donald Trump où apparaît George Papadopoulos. (Crédits : Reuters.)

Les services du procureur spécial Robert Mueller ont, par ailleurs, annoncé qu'un ex-conseiller de Trump, au rôle bien moins important selon la Maison-Blanche, avait reconnu avoir menti à des agents du FBI. Il s'agit de George Papadopoulos qui a rejoint l'équipe de campagne de Donald Trump au titre de conseiller en politique étrangère en mars 2016. Il a notamment menti sur le nombre de contacts qu'il avait eu avec des officiels du Kremlin et sur ses connaissances dans l'affaire des e-mails d'Hillary Clinton.  Ces dernières révélations pourraient être très embarrassantes pour Donald Trump qui ne cesse de rappeler sur Twitter qu'il n'y a pas de collusion entre son équipe de campagne et le pouvoir russe.

....Also, there is NO COLLUSION!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 30 octobre 2017

George Papadopoulos, qui dit avoir rencontré à Londres un professeur étranger prétendant disposer d'un dossier compromettant pour Clinton et contenant des "milliers de courriels", avait affirmé, devant ces agents, que cette rencontre était préalable à son arrivée dans l'équipe de campagne de Trump. Il a finalement reconnu qu'elle s'était déroulée alors qu'il avait déjà rejoint l'équipe du candidat républicain, rapporte Reuters.

Cet homme de 30 ans est diplômé d'un master spécialisé en sécurité qu'il a obtenu en 2010 et vit à Londres. L'année d'après, il commence à travailler pour l'Hudson Institute, un think tank basé à Washington. Il va collaborer avec ce centre de recherche jusqu'en 2015. Avant de rejoindre l'équipe de campagne, il avait conseillé le candidat aux primaires républicaines Ben Carson avant que ce dernier intègre la Maison-Blanche en tant que secrétaire au Logement au développement urbain. Il se présente également comme un consultant spécialiste du gaz et du pétrole et de la politique énergétique en Méditerranée.

Dans l'acte d'inculpation publié ce lundi, ni le nom du président, ni d'autres noms de son équipe de campagne ne sont mentionnés. Mais selon Reuters, "plusieurs juristes voient dans l'initiative du procureur Mueller une possible manoeuvre visant à inciter Manafort et Gates à coopérer dans le cadre plus large de l'enquête sur une possible collusion avec la Russie". D'autres proches du milliardaire, comme son fils aîné Donald Trump Jr ou son gendre Jared Kushner, pourraient être inquiétés par la poursuite de l'enquête.

> Lire aussi : Qui est Donald Trump Jr, le fils au centre de l'affaire russe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2018 à 0:17 :
Si vous aussi vous n'en pouvez plus de voir les faits navrant quotidiens de Donald Trump. Il y'a pour Firefox une extension " Make donald duck great again "
Cela change les photos de de donald par celles de donald et supprime son nom par donald aussi, vous pouvez toujours le chercher dans google sous trump, ça marche.

Il y'a aussi pour ceux comme moi, qui ont assez des commentaires d'extrême droite et de gauche l'extension firefox " Shut Up comment blocker ", ça supprime toutes les rubriques commentaires, sauf celle de la tribune, pour ce cas rare, soit vous éviter de scroller vers le bas, soit vous utiliser blocksite.
a écrit le 01/11/2017 à 23:15 :
L'affaire Manafort, encore une bonne occasion d'alimenter le feuilleton du russiagate,
toujours sans aucune preuve. Sont très forts ces russes pour orienter le vote US ! Les médias au service des Clinton et des néocons ne sortent pas grandis de ce marécage.
a écrit le 01/11/2017 à 17:44 :
on ferait mieux de s'occuper des islamistes fêlés !
a écrit le 01/11/2017 à 8:22 :
Les lobby américains exercent bien leur influence sur la commission européenne sans être inquiétés. Ils renversent même des états, ont effectué une ingérence en géorgie, crimée et ukraine sans aucun état d’âme. Que des lobby russes fasse la même chose me parait un effet boomerang logique. Mais ce n'est en fait qu'un prétexte d'acharnement contre Trump. Pourquoi une majorité de la classe politique est contre lui ? Tout simplement parce qu'il est le vrai visage du système politico-économique de l'occident. Et Trump représente ce que les citoyens ne doivent pas voir et comprendre. C'est pourquoi ils cherchent à le dégager par n'importe quel moyen.
Réponse de le 01/11/2017 à 14:27 :
"Les lobby américains exercent bien leur influence sur la commission européenne sans être inquiétés."
Et bien justement , c'est une situation scandaleuse.
Quand les lobby russes viennent opérer aux USA, la classe politique américaine a l'intelligence de réagir et nos élites devraient s'en inspirer.
Réponse de le 01/11/2017 à 16:34 :
@johnmckagan Les lobbys russes ont dépensé plusieurs dizaines de milliers de dollars sur les réseaux sociaux pour discréditer Clinton. A comparer aux centaines de millions de dollars de propagande pro-Clinton par 95% des medias y compris en France.

S'il y a un truc qu'on ne nous fera jamais croire, c'est que la propagande pro-Trump a été plus importante que la propagande pro-Clinton.
a écrit le 01/11/2017 à 7:11 :
qui est Robert Mueller ????? son nom est marqué dans une affaire de vente d'uranium aux russes en compagnie de Clinton !!!!! ce procureur n'en serait visiblement pas à son coup d'essai
Il; fallait surtout allumer un contrefeu à l'une des multiples affaires Clinton qui sort sur cette affaire de vente d'uranium aux russes depuis le Canada !!!!
a écrit le 31/10/2017 à 17:52 :
Financement de la campagne anti Trump par les époux Clinton, cherchez l'erreur..... gare au boomerang.
Réponse de le 01/11/2017 à 14:21 :
Les époux Clinton ne sont pas une puissance étrangère. Hein?
Réponse de le 01/11/2017 à 16:29 :
@ johnmckagan, non mais monter des dossiers bidons en récupérant des infos sur 4chan et en innondant la presse avec est aussi passible de la justice.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :