Jour du dépassement : l'humanité vit à crédit à partir de ce mercredi

 |   |  405  mots
Les émissions de gaz à effet de serre représentent à elles seules 60% de notre empreinte écologique mondiale, rappellent WWF et Global Footprint.
Les émissions de gaz à effet de serre "représentent à elles seules 60% de notre empreinte écologique mondiale", rappellent WWF et Global Footprint.
Chaque année depuis 1971, l'humanité consomme toujours plus vite l'ensemble des ressources que la Terre peut renouveler en une année. 1,7 planète serait nécessaire pour subvenir aux besoins de l'Homme.

L'humanité a consommé ce mercredi 2 août toutes les ressources que la Terre a à lui offrir pour 2017. Elle vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, selon les calculs de l'ONG Global Footprint Network, soulignant que ce moment survient de plus en plus tôt chaque année.

Le mercredi 2 août marque pour la Terre le "jour du dépassement" ("overshoot day" en anglais). "À partir de cette date, l'humanité aura consommé l'ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année", écrivent Global Footprint et le WWF dans un communiqué commun. Si cette date se stabilise depuis cinq ans, elle survient trois mois plus tôt qu'il y a 30 ans (5 novembre 1985).

"Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,7 planète", précisent les ONG. L'humanité ne parvient plus à se contenter de ressources "d'une planète" depuis 1971.

Jour du dépassement depuis 1971

(Capture d'écran overshootday.org)

60% de l'emprunte écologique résulte de l'émission de gaz à effet de serre

Pour ses calculs, Global Footprint rapporte la biocapacité de la planète à l'empreinte écologique totale, une méthode discutable car elle englobe des impacts différents comme l'empreinte carbone et les conséquences de la consommation des ressources de la pêche. Reste qu'elle permet de donner un aperçu de la situation écologique.

"Le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces. Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n'est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment", soulignent le WWF et Global Footprint.

Les émissions de gaz à effet de serre "représentent, à elles seules, 60% de notre empreinte écologique mondiale", rappellent-elles. Selon les deux organisations, "des signes encourageants" indiquent cependant qu'"il est possible d'inverser la tendance".

Le développement important des énergies renouvelables dans l'électricité

Malgré la croissance de l'économie mondiale, "les émissions de CO2 liées à l'énergie n'ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive", relèvent-elles. Selon elles, "cela peut s'expliquer en partie par le développement important des énergies renouvelables dans l'électricité".

La communauté internationale s'est engagée à la Conférence de Paris sur le climat, en décembre 2015, à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de juguler le réchauffement climatique.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2017 à 22:11 :
Je ne vois pas ou est le problème ?
L'humain est de passage comme ceux avant nous et ceux après nous
aurons moins de chance, mais bon il paraît que l'autre parallèle n'est pas mal.
a écrit le 04/08/2017 à 10:23 :
Prise de conscience, ou simple vœu pieux ?
Soyons optimistes, il y déjà eu un énorme progrès à reconnaitre la situation critique actuelle et que l’eau devient désagréablement chaude dans la marmite (voir la métaphore de la grenouille).
Je ne vois que deux issues possibles, ou suites logiques.
1) Chacun à son niveau prend conscience du problème, réduit sa consommation et évite les gaspillages, je parle surtout pour les pays riches. Puisque le problème de la faim y est résolu, c’est à nous de montrer l’exemple.

2) Personne ne cède et on continue cette course folle autodestructrice, qui ne devrait durer que le temps de la cuisson ou de l’asphyxie de la planète.

(3) Accessoirement, il y aussi la méthode du bouc émissaire, qui consiste à s’en prendre à des innocents, si possible sans défense et à accuser les étrangers, les victimes, les sorciers, les extraterrestres, les etc…
Ha NON !, on me signale que cette rhétorique est déjà prise, qu’elle a été reconnue comme débile et qu’elle est surtout prônée par des fous furieux sanguinaires.

Assez bizarrement, côté bouc émissaire il y a déjà les écologistes, qui pourtant alertent depuis longtemps sur les risques des excès actuels et essayent de limiter les dégâts.
Sauf qu’ils semblent victimes d’un phénomène d’association. A mi-chemin entre le sort réservé dans les sociétés primitives aux messagers porteurs de mauvaises nouvelles et le dénigrement acharné des pollueurs sans scrupules, (qui n’apprécient pas d’être exposés au grand jour).

Le problème, c’est qu’il faudrait retrouver une forme d’équité ou de renoncement et d’humilité. Surtout de la part de ceux qui pensent avoir droit à plus que les autres, sous prétexte qu’ils se croient supérieurs, ou héritiers éphémères d’on ne sait quelle caste, race ou religion.
Il y a bien des gens de bonne volonté qui essayent de trouver des solutions. Des êtres humains qui ont encore suffisamment de conscience universelle, tels Nicolas Hulot
Mais comme à l’impossible nul n’est tenu, …

En attendant, je reprendrai une citation de la reine Genièvre (Kaamelott) :
« Hé ben on est pas sortis du sable ! »
a écrit le 03/08/2017 à 9:05 :
Ce n'est pas le sujet mais votre remarque sur la retraite peut aussi s'énoncer "je paye la retraite de mes parents".Est ce scandaleux?
Pour en revenir au problème de l'article je ne sait pas comment est élaboré ce chiffre.Que l'ensemble des journaux qui reprennent ce chiffre nous éclairent.
J'ai idée que pour les hydrocarbures ce fameux jour de dépassement est le premier janvier.Idem pour tous les produits "géologiques" tel que marbre ardoise sable..?
Pour l'eau c'est forcement le 31 décembre: l'eau ne disparaît pas.
Il conviendrait de considérer l'eau potable à part.Encore faut il être d'accord sur les critères qui définissent ce précieux liquide.Et les traitements qu'il est acceptable de faire subir pour rendre potable.
Bref on peut facilement faire dire ce que l'on veut à un chiffre aussi imprécis.
a écrit le 02/08/2017 à 20:40 :
ou est le probleme?
la france finance bien sa secu et ses retraites en faisant payer ca par les enfants et les petits enfants, non?
alors si on met en plus un petit supplement ou pas, ils ne vont pas raler, ils sont d'accord ( en langage socialiste, ca veut dire ' pas le choix')
a écrit le 02/08/2017 à 17:57 :
On n'a qu'à diviser la population mondiale par 1.7, c'est mathématique .
Pour cela, il faut soutenir toute initiative positive visant à promouvoir la guerre en tant que concept écolo-citoyen et encourager la famine.
De même des tirs de prélèvement sur les humains pourraient être effectués par des militants écologistes en visant prioritairement les humains ayant la plus forte empreinte carbone.
Il faut être fermes mais bienveillants.
a écrit le 02/08/2017 à 17:17 :
Que notre société gaspille encore trop, c’est vrai ; mais à qui la faute ? Le monde voulu par les tenants du néolibéralisme, est générateur de de gaspillage en tous genres. La financiarisation de notre monde actuel, qui privilégie la cupidité au détriment du bien-être de l’homme, n’est plus compatible à une évolution rationnelle de nos comportements en matière environnementale.
Un exemple flagrant, le principe du flux tendu commercial, dont l’argument financier est de réduire les couts de stockage, qui en contrepartie, augmente de façon exponentiel les transports et leur pollution associées. On peut citer dans le même ordre d’idée, l’obsolescence programmée des matériels manufacturés,
Mais il y a pire ,le réchauffement constaté ces deux dernières décennies, et une minorité activiste écologique en mal de noble cause à défendre , trouvant dans la question climatique une extension possible du domaine de la lutte,a entrainé, une série de décisions dont, une des principales, fut élaborée lors du protocole de Kyoto, avec la mise en place d’un marché des droits a pollution carbone. Malheureusement, comme il fallait s’y attendre, les financiers se sont emparés du système, et ont trouvé le moyen de titriser ces droits à polluer. Conséquence, au lieu de responsabiliser les acteurs du marché, cette décision n’a fait que stimuler les mécanismes de transmission néolibéraux de la profitabilité : création de produits dérivés, multiplications des intermédiaires… et déresponsabilisation des acteurs politiques ! Paradoxe ultime: les entreprises coupables de pollution, celles qui auraient dû se serrer la ceinture, sont désormais celles qui spéculent et bénéficient financièrement de l’émission de crédits carbone. Une nouvelle preuve de l’impuissance des régulateurs à exiger quoique ce soit des entreprises, voir l’ouvrage de Aur2lien Bernier, « le climat otage de la finance ».
Le constat n’est guère rassurant : le marché des droits à polluer n’est plus là pour « encadrer » la pollution, il est devenu une extension du domaine de la finance.
a écrit le 02/08/2017 à 16:38 :
Une énième preuve de l'échec déplorable du capitalisme a préserver l'humanité et la planète.

Enfin bon l'avantage c'est que parti comme on est l'humanité devrait disparaitre bien avant la nature ce qui lui permettra enfin de respirer.
a écrit le 02/08/2017 à 15:51 :
Et du gaspillage en tout genre on en parle ?
a écrit le 02/08/2017 à 15:44 :
Et la sur-démographie, c'est tabou ? Parce que le facteur numéro 1 devant tout autre, c'est quand même qu'on est un peu trop nombreux autour de la table. Et que ce n'est pas parti pour s'arranger.

La Chine, tant décriée pour ses choix autoritaires, avait pourtant montré la voie.

Entre une démographie régulée à coups de canons et une démographie régulée par contrôle raisonné, le choix n'est pas tant cornélien que ça. Faut juste calmer les lobbys...
Réponse de le 02/08/2017 à 18:19 :
C'est faux ! C'est pas le nombre d'habitants le problème ! C'est la consommation par habitant ! Et donc les pays riches comme la France ou les USA sont les plus gros consommateurs ou les plus gros pollueurs ! Il faut arreter de chercher des excuses chez les autres ! Commence par toi meme !
a écrit le 02/08/2017 à 15:20 :
"60% de l'emprunte écologique résulte de l'émission de gaz à effet de serre"
C'est un jeu de mots ou une coquille?
(Empreinte écologique)
Pour le reste le procédé médiatique me parait douteux scientifiquement (cf Lavoisier) et moyennement pédagogique qui démontre par l'absurde que cette vie "à crédit" est tout a fait confortable.
Réponse de le 02/08/2017 à 16:39 :
"que cette vie "à crédit" est tout a fait confortable"

Ben parlez en aux grecques pour voir...
a écrit le 02/08/2017 à 14:00 :
la société produit un gaspillage énorme des ressources , il n'y a qu'a voir les tonnes de nourritures jetées dans la restauration , les process de production qui vont faire laver des coquilles st jacques en Chine , et le pétrole qui sera épuisé d'ici 30ans et dont on a dépassé le peak oil.
Réponse de le 02/08/2017 à 16:41 :
30% de la production mondiale de viande est jetée, non pas aux animaux ou bien pour faire des engrais, non carrément jetée, oui il y a un problème flagrant.
a écrit le 02/08/2017 à 13:19 :
En fait on ne consomme vraiment que 1,7 fois .4 puisque 60% c'est du co2 qui va disparaître avec la cop21 Et la neutralité carbone en 2050, donc 0,68 planète on a de la marge
a écrit le 02/08/2017 à 13:16 :
En fait il n'y a pas vraiment de problème puisque comme le dit l'article 60% de l'impact vient des gaz à effet de serre: donc 1,7*.6=1,42 donc mis à part le co2 nous ne consommons que 0,3 planète
Comme il faut être neutres en carbone en 2050, nous serons largement excédentaires. CQFD
Tout ceci n'est que du vent pour les moulins à paroles
Réponse de le 02/08/2017 à 15:36 :
"En fait il n'y a pas vraiment de problème"...

Franchement, j'ai adoré. Il faudrait un peu sortir de votre confort occidental. Il y a urgence à tous les niveaux, et la "neutralité carbone" dont vous parlez n'est de loin pas acquise d'avance !

Heureusement que d'autres personnes se remettent en cause et agissent.
a écrit le 02/08/2017 à 13:07 :
Sans bien comprendre d'où vient le "crédit" que ces écologistes stigmatisent, je pense que ces dogmatiques devraient promouvoir la seule bonne solution (pour régler leur problème): éradiquer 3MM d'humains "en trop"... Faut assumer.
Réponse de le 02/08/2017 à 15:30 :
3mm d'humains en trop ? ? Et ont commence par qui ? Toi? ?
Réponse de le 02/08/2017 à 16:45 :
@ bob, oui en effet il est plus prudent de commencer à éradiquer d'abord les éradicateurs qui ont eu l'idée surtout qu'un occidental pèse très lourd pour la planète.
Réponse de le 02/08/2017 à 17:26 :
Je ne suis pas pour éliminer ceux qui prône la solution d'un problème par la suppression.

Prenez un fusils et commencer votre mission ... Combien de balles vous faudra t il pour perdre définitivement votre humanité ? Ou combien de balles pour la retrouver ? ( ça dépend : soit vous avez perdu votre humanité ; soit vous n'en avez jamais eu ).
Vous pouvez commencer par moi si vous voulez...

N'ayant pas transmis mon code génétique pour la génération futur , mon cas devrait être réglé au alentour des 9 milliards d'humains...
Ce problème ( malheureusement ) ne me regarde pas ( surpopulation ) mais ce n'est pas pour autant que les générations futur doivent payer l'insouciance de leur aînés !

Ma plus grande peur , c'est que nos générations futurs répondent au problème par la solution énoncée !
L'homme devra perdre alors son humanité pour continuer à vivre.
Mais me direz vous : il l'a déjà fait pour raisons économiques ( guerre ) ou ethnique , alors pour sa survie ou est le problème ?
Réponse de le 02/08/2017 à 22:05 :
@citoyen blasé: et il est d'autant plus lourd quand il en tient une sacrée couche :-)
Réponse de le 03/08/2017 à 9:14 :
"@citoyen blasé: et il est d'autant plus lourd quand il en tient une sacrée couche :-) "

Vous n'arrêtez pas de me troller, comment voulez vous que je porte un quelconque intérêt à vos propos en dehors de ces trollages ? C'est quoi votre légitimité et crédibilité là ?

Évitez moi définitivement, merci.
a écrit le 02/08/2017 à 12:56 :
"Empreinte" écologique pas "emprunte" ! Ho la faute !
Réponse de le 02/08/2017 à 17:45 :
@concombre: si l'humanité vit à crédit, c'est qu'elle emprunte :-) :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :