Comment le recyclage permet d'éviter l'équivalent des émissions du transport aérien

 |   |  768  mots
Une fois prouvé, l'apport positif du recyclage aux objectifs des politiques environnementales pourra orienter l'attribution des marchés publics, ou la définition d'une nouvelle fiscalité, espère la fédération.
Une fois prouvé, l'apport positif du recyclage aux objectifs des politiques environnementales pourra orienter l'attribution des marchés publics, ou la définition d'une nouvelle fiscalité, espère la fédération. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
En 2014, les principales filières françaises du recyclage ont permis d'économiser 80% de la consommation électrique des foyers français, révèle une étude de l'organisation professionnelle du secteur et de l'Ademe. Unique au monde pour son ampleur, l'analyse vise à démontrer les bénéfices environnementaux de l'économie circulaire.

Et si l'économie circulaire était incontournable dans la lutte contre le changement climatique et pour la réussite de la transition énergétique ? Une étude réalisée pour la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) par le cabinet RDC Environnement avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), publiée mercredi 31 mai, vient enfin valider cette hypothèse. En 2014, les principales filières françaises du recyclage ont en effet permis d'économiser 124 TWh d'énergie primaire, à savoir 80% de la consommation électrique des foyers français. Dix-huit réacteurs nucléaires - donc entre quatre et neuf centrales - auraient été nécessaires pour la produire. Elles ont également eu un impact sensible en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre : quelque 22,5 Mt CO2-éq ont été évitées, ce qui correspond aux émissions annuelles du transport aérien français. Une belle contribution à l'objectif que s'est fixé la France de diviser par quatre ses émissions entre 1990 et 2050.

Cette performance est notamment due au recyclage des métaux ferreux, qui représentent 25% des tonnages et 76% des émissions de gaz à effet de serre évitées, montre l'étude. Les économies d'énergie sont en revanche surtout imputables au recyclage des cartons, qui représentent 33% du bilan total pour 8,8% des tonnages. Par tonne de matière collectée, la matière la plus intéressante à recycler d'un point de vue environnemental se révèle être l'aluminium : l'utilisation de matière recyclée permet d'éviter, par rapport à l'utilisation de matière vierge, plus de 93% de consommation d'énergie comme d'émissions. Il est suivi par le textile, puis par le HDPE.

Un enjeu stratégique

Le périmètre de cette étude, qui applique aux dix matériaux les plus représentatifs du marché (métaux ferreux, aluminium, cuivre, papier, carton, verre, deux résines de plastique, granulats, textiles chiffons) la même méthodologie d'analyse de cycle de vie promue par l'Ademe (ACV, qui tient compte du chemin d'un produit de l'extraction de ses matières premières à son élimination) lui confère un caractère unique au niveau mondial, souligne Federec. Son enjeu est stratégique : pour l'industrie du recyclage, qui a beaucoup souffert de la baisse des prix des matières premières, l'objectif est en effet de gagner en compétitivité, en attirant l'attention des fabricants de produits de consommation comme des pouvoirs publics sur d'autres critères que les coûts.

"Dorénavant, les industriels seront en mesure de quantifier et communiquer à leurs clients les gains environnementaux de chaque tonne de matériaux issus du recyclage", souligne le président de Federec, Jean-Philippe Carpentier. Les collectivités locales en charge de la gestion des déchets pourront pour leur part évaluer les effets de leurs activités. Une fois prouvé, l'apport positif du recyclage aux objectifs des politiques environnementales pourra également orienter l'attribution des marchés publics, ou la définition d'une nouvelle fiscalité, espère la fédération.

Prudence et ambition

Ces objectifs expliquent la prudence dont l'Ademe et Federec ont fait preuve avant de publier le rapport, qui a pris deux ans. Les données de l'agence nationale ont été intégrées par d'autres issues des professionnels ou d'études indépendantes. Le périmètre géographique a été défini en tenant compte des exportations des matériaux issus des déchets collectés et triés en France. L'ACV a inclus les impacts non seulement produits au long mais aussi découlant de la chaîne de recyclage (collecte, fin de vie et production de matières premières vierges évitées), et l'étude a été révisée à plusieurs niveaux.

Afin de rendre le bilan reproductible dans le temps et utilisable par tous les acteurs du recyclage, un logiciel est par ailleurs en cours de perfectionnement qui, dans sa version basique, sera mis gratuitement à disposition des adhérents de la fédération et des collectivités locales. Federec prévoit de l'assortir de tutoriels, de continuer de mettre à jour les données de base voire d'élargir le nombre de filières et les indicateurs environnementaux analysés, et de le traduire en anglais. Aux yeux de la fédération, qui les présentera en septembre à la Commission européenne, l'étude comme le logiciel ont en effet aussi vocation à dépasser les frontières de la France. Avec, en ligne de mire, la fixation d'un prix mondial du carbone, que Jean-Philippe Carpentier appelle de ses vœux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2017 à 15:31 :
Curieux de voir quel crétin profond (Patrickb ?) va avoir quelque chose à redire sur cet article très intéressant
a écrit le 01/06/2017 à 12:27 :
La notion de "déchets" est propre à l'homme. Elle n'existe pas dans la nature, où tout est "recyclé" par la consommation par une autre espèce par exemple, ou par des délais de décomposition saisonniers. Pour un pays comme la France, pauvre en matière 1ère, elle doit redevenir une opportunité et non seulement une contrainte environnementale
a écrit le 31/05/2017 à 20:20 :
C'est bien : on va pouvoir continuer à faire voler encore plus d'avions... La terre, c'est VOTRE planète. Et il n'y en a qu'une pour l'instant.
a écrit le 31/05/2017 à 19:37 :
Cà va même bien au delà car grâce à des sociétés comme Morphosis qui recycle à 99,99% on reconstitue des stocks de minerais stratégiques recyclables à quasi perpétuité et via une organisation mondiale très pertinente qui se développe ! N'oubliez pas de porter à recycler vos appareils électroniques etc : Voir https://www.morphosis.fr/page/technologies-innovantes.html#contenu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :