L'agressivité de la Russie en Ukraine au menu du sommet du G7

Les ministres des Affaires étrangères du G7 se réunissent samedi et dimanche à Liverpool, dans le nord de l'Angleterre, pour montrer leur unité contre les "agresseurs mondiaux" et discuter notamment de la Russie, dont les manœuvres à la frontière ukrainienne inquiètent.
(Crédits : SPUTNIK)

Montrer "un front uni contre les agresseurs mondiaux". Tel sera le message envoyé par les pays du G7 lors du sommet qui se déroule samedi 11 et dimanche 12 décembre à Liverpool, dans le nord du Royaume-Uni, entre les ministres des Affaires étrangères de l'Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l'Italie, du Japon et du Royaume-Uni.

Condamnation de l'attitude de la Russie en Ukraine

Depuis des semaines, l'Otan, les Etats-Unis et les Européens accusent la Russie de vouloir envahir l'Ukraine, ce que Moscou dément. La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, dont le pays assure la présidence du G7, exhortera ses homologues du G7 "à présenter un front uni contre les comportements malveillants - y compris les positions russes envers l'Ukraine - et à s'engager en matière de sécurité et de soutien économique pour défendre "les frontières de la liberté dans le monde".

Liz Truss, qui a remplacé Dominic Raab en septembre à la tête de la diplomatie britannique, a averti mercredi lors de son premier grand discours de politique étrangère que la Russie commettrait une "erreur stratégique" si elle envahissait l'Ukraine. Ces propos faisaient écho à ceux du président américain Joe Biden, qui avait "fait savoir" la veille à son homologue russe Vladimir Poutine que la Russie s'exposerait à de "fortes sanctions, entre autres économiques", en cas d'escalade militaire en Ukraine.

Outre ce sujet sensible, les chefs de la diplomatie des pays du G7 discuteront des crises en cours, notamment en Birmanie, avec le coup d'Etat militaire du 1er février et la récente condamnation à de la prison de l'ex-dirigeante civile Aung San Suu Kyi.

La Birmanie et l'Iran dans le viseur aussi

Les ministres du G7 devraient aussi appeler l'Iran à cesser l'escalade nucléaire et revenir à l'accord de Vienne.

"Ce week-end, les démocraties les plus influentes du monde prendront position contre les agresseurs qui cherchent à porter atteinte à la liberté et enverront le message clair que nous présentons un front uni", a déclaré Liz Truss en amont de la rencontre.

"Je veux que les pays du G7 approfondissent leurs liens dans des domaines comme le commerce, l'investissement, la technologie et la sécurité afin que nous puissions défendre et faire progresser la liberté et la démocratie à travers le monde. Je vais plaider pour cela au cours des prochains jours", a ajouté la ministre.

Il s'agit de la deuxième réunion en personne des ministres des Affaires étrangères du G7 cette année, après un rassemblement en mai à Londres. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken est arrivé vendredi à Liverpool où il a rencontré Liz Truss, ainsi que l'écologiste Annalena Baerbock qui vient juste de prendre la tête de la diplomatie allemande. Après le G7, il se rendra en Asie du Sud-Est pour une tournée visant à souligner l'importance de la région indo-pacifique, au cœur de la stratégie anti-Chine des Etats-Unis.

Sécurité sanitaire, investissements en Afrique

En raison de la situation sanitaire, avec la récente propagation du variant Omicron au Royaume-Uni, de strictes mesures seront en place au musée de Liverpool qui accueille l'événement, avec l'obligation pour les délégués de présenter un test PCR avant d'arriver et des dépistages quotidiens.

Au cours du week-end, Liz Truss participera à des réunions bilatérales avec ses homologues des pays du G7 et de l'UE. La Corée du Sud et l'Australie participeront à la rencontre en tant qu' "invités", tandis que d'autres pays y prendront part virtuellement. Elle lancera également ce week-end une initiative, menée par le Royaume-Uni, pour soutenir une meilleure collaboration des investissements dans les "marchés les plus fragiles" d'Afrique.

Dimanche, la ministre organisera des sessions plénières sur la sécurité sanitaire mondiale ainsi que sur la région indo-pacifique. Des ministres des Affaires étrangères de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) se joindront à la réunion du G7 pour la première fois, signe de l'importance croissante de cette région.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 13/12/2021 à 8:24
Signaler
Combien coute ses réunions de salon pour dire des phrases toutes faites sans aucun fond et surtout aucune portée. Les Européens ont peur de faire mourir un soldat alors que les Russes Chinois et Iraniens savent ce qu'est la guerre. Voir au Sahel la p...

à écrit le 13/12/2021 à 8:23
Signaler
Combien coute ses réunions de salon pour dire des phrases toutes faites sans aucun fond et surtout aucune portée. Les Européens ont peur de faire mourir un soldat alors que les Russes Chinois et Iraniens savent ce qu'est la guerre. Voir au Sahel la p...

à écrit le 12/12/2021 à 17:44
Signaler
et l'agressivité de l'OTAN qui veut intégrer l'Ukraine?

à écrit le 11/12/2021 à 20:59
Signaler
Les USA ont failli déclencher une guerre nucléaire quand l'URSS a essayé d'installer des fusées à Cuba, et maintenant on fait semblant de ne pas comprendre qu'une Ukraine "otanisée" mettrait Moscou à quelques minutes des missiles de l'OTAN ? Mais de ...

le 12/12/2021 à 9:50
Signaler
@Britannicus. Ce que vous affirmez est totalement exact. La Crimee est Russe depuis son annexion au territoire russe par la grande imperatrice Catherine II de toutes les Russies en l'an 1768.

le 12/12/2021 à 15:41
Signaler
Vous oubliez l'histoire depuis la Révolution d'octobre Rouge , c'est une chappe de plomb qui est tombé sur les populations Européennesde la finlande en passant par l'Allemagne jusqu'aux Balcans. On a vu que souffrance déportation famine dans toute l'...

à écrit le 11/12/2021 à 16:28
Signaler
Il faut renvoyer dans les casernes russes tout les tanks, chars d'assault et artillerie russe à la frontière russe et ukrainienne. Il faut défendre l'ukraine pour qu'elle puisse vivre libre face à l'ours russe. La crainte de la russie est que l'ukrai...

le 11/12/2021 à 17:11
Signaler
Le monde libre ? les ricains et leur trainée de soumis européens ? Ah oui, c'est etre libre que d'etre une marionnette des ricains ... Nous n'avons pas les memes valeurs et j'en suis fier

le 11/12/2021 à 17:14
Signaler
Le premier a violé le traité de minsk c'est celui qui en demande le respect, les armes lourdes cela l'embête .

le 11/12/2021 à 19:05
Signaler
les Américains ont pris raclée sur raclée : Vietnam, Corée, Irak, Afghanistan, cela sera une de plus. Tant que l'argent coule à flot pour financer ces guerres commerciales et le lobby militaro industriel américain, le sang sera versé.

le 11/12/2021 à 19:43
Signaler
"Poutine ne gagnera pas contre le monde libre" Monde libre dans lequel les manifestants qui descendent dans la rue sont plus durement réprimandés qu'en Russie. Oser parler d'un "monde libre" par les temps qui courent est franchement culotté quand mêm...

à écrit le 11/12/2021 à 15:55
Signaler
Ce que l'Occident n'a pas compris sur Poutine, il fonctionne avec les codes de sa formation qui avait cours en Union Sovétique . L' Ukraine est un pays vassal de la Russie et son territoire lui appartient , d'où sa guerre de recoquête en Crimée et ma...

à écrit le 11/12/2021 à 14:59
Signaler
Croire a l'agressivité de la Russie alors qu'elle désire vendre son gaz, ne profite qu'a l'Oncle Sam!

à écrit le 11/12/2021 à 11:56
Signaler
Objectivement ce papier est une honte.

le 11/12/2021 à 12:40
Signaler
que dire de l'agressivité de l'ue et des etats unis passe sous la dictature occidentale qui ne voit que ses intérêts exp le peuple de Crimée a voter ou est la reconnaissance

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.