Le Mexique, un nouvel eldorado pour les entreprises françaises ?

 |   |  1406  mots
La visite du chef de l'état mexicain en France a été l'occasion de signer 11 contrats. Le pays possède de nombreux atouts à l'international miné par des problèmes d'insécurité.
La visite du chef de l'état mexicain en France a été l'occasion de signer 11 contrats. Le pays possède de nombreux atouts à l'international miné par des problèmes d'insécurité. (Crédits : AFP)
Le président mexicain a clos son voyage officiel en France par un forum sur les échanges commerciaux entre les deux pays au Medef. Si les relations avec le Mexique ont parfois été tumultueuses, celui-ci présente aujourd'hui de nombreux atouts pour les entreprises françaises...

C'est la première fois en 18 ans qu'un président mexicain est en France. A l'occasion d'un voyage officiel, Enrique Peña Nieto a honoré l'invitation du Medef et participé à un forum sur les relations commerciales avec la France, au siège du syndicat patronal, après avoir été l'invité d'honneur du défilé du 14 juillet. Les relations entre les deux nations n'ont pas toujours été faciles, notamment avec l'affaire Florence Cassez, mais les échanges commerciaux entre les deux pays sont au beau fixe : 4, 275 milliards d'euros en 2014. La balance commerciale affiche un excédent de 787 milliards d'euros mais à son plus bas niveau depuis 2008. Le Mexique est notre deuxième partenaire d'Amérique Latine. La France est le 11ème investisseur direct du Mexique. Il faut dire que le pays possède de nombreux atouts.

Un pays dans une position stratégique

 Lors de son discours devant le Medef, le Président mexicain Enrique Peña Nieto a insisté sur la liaison très importante de son pays avec les Etats-Unis, qui représente 80% des exportations et presque autant de ses importations. Des échanges favorisé par l'ALENA, un accord de libre échange signé en 1992, qui facilite les échanges transfrontaliers. Le pays est de ce fait extrêmement dépendant de l'économie américaine.

Pour les 150 entreprises françaises installées au Mexique, cette position stratégique est primordiale. Engie (ex GDF Suez) construit un gazoduc baptisé « Los Ramones » qui relie le Texas au Mexique, qui pourrait leur permettre de "proposer les prix de l'énergie les plus compétitifs au monde", selon Gérard Mestrallet, le patron d'Engie (ex-GDF Suez). Sanofi loue aussi cette proximité : "La proximité des Etats-Unis est une opportunité pour les experts, puisqu'elle favorise les interventions et réunions scientifiques" précise Guillaume Leroy, Vice-Président Amérique Latine du groupe pharmaceutique.

Une économie plutôt stable parmi les pays émergents

Un autre atout du pays est sa stabilité économique, surtout quand les performances de ses voisins ne sont pas si bonnes. Le Mexique est la deuxième économie d'Amérique Latine derrière le Brésil.

Marie Albert - chargé risque pays à Coface, expert en assurance-crédit, explique :

« Dans le contexte de ralentissement économique des grands émergents, le Mexique détonne avec 2,1% de croissance en 2014. Il bénéficie du rebond économique américain et de la reprise du marché automobile. L'inflation est reste maîtrisée et la dette externe contenue. Le pays a entrepris de nombreuses réformes qui sont bien accueillies par la communauté internationale, mais moins par la population locale. Coface évalue donc le risque du pays à A4, soit un  risque globalement faible.»

Depuis 1997, les liens avec l'Europe sont privilégiés. Un accord commercial avec l'UE créé une zone de libre-échange qui supprime les droits de douanes sur les produits industriels. En 2014, la France a par exemple importé pour 1, 74 milliards de dollars de produits mexicains . Et ne compte pas s'arrêter là.

De nombreuses opportunités avec les réformes structurelles

Emmanuel Macron, également invité au forum du Medef,  a d'ailleurs insisté sur "la modernisation commune de nos pays." Car comme la France, le pays doit - et a déjà commencé - à rénover sa législation et ses institutions, via le Pacte pour le Mexique engagé par le parti au pouvoir dès 2012. Au programme, d'importantes réformes structurelles dans l'énergie, la fiscalité, l'éducation et les télécoms.

Marie Albert - chargée des risques pays  à Coface y voit une réelle opportunité pour tous les partenaires commerciaux du Mexique :

« Il y a des opportunités suite  aux réformes structurelles et des infrastructures, pour Total par exemple mais aussi Airbus.»

En France, le gouvernement fixe un objectif de 7 milliards de dollars d'échanges d'ici à 2020. Car aujourd'hui, les échanges sont encore modestes. Le total ne représente que 0,35% des importations françaises. A peine plus sur les exportations (0,60%) où la France est le 4ème européen derrière l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Pourtant, la France a des cartes à jouer sur plusieurs secteurs.

Un potentiel d'exploitation des hydrocarbures

La privatisation de l'énergie, notamment, amène des ouvertures historiques. Elle clôt 75 ans de monopole d'Etat sur le pétrole. Cependant, les premières enchères pétrolières ouvertes aux capitaux étrangers de mercredi dernier ne se sont pas passées comme prévues. Sur 14 sites d'exploitation proposés, seuls deux ont été attribués et neuf des 25 entreprises retenues étaient présentes. Le géant français Total, absent ce jour-là, salue pourtant cette privatisation. Il s'intéresse particulièrement à l'exploitation de l'offshore profond et des hydrocarbures non conventionnels. Pour Patrick Pouyanne, Directeur général de la compagnie, Total à « une capacité d'investissement et une expertise technique » à offrir. Le groupe collabore déjà avec Pemex, la compagnie publique d'exploitation du pétrole, dans les appels d'offre. Un nouvel accord entre les sociétés a été signé hier. Il entend également profiter de l'ouverture du Mexique... pour exploiter les hydrocarbures non conventionnels dans le Sud du Texas. L'ouverture sur l'Amérique Latine parait moins importante.

Le pays regorge également de gaz naturel. Une denrée qui intéresse grandement Engie (ex Gdf-Suez) présent dans le pays depuis plus de 50 pour la gestion de l'eau, et plus de 15 pour l'électricité, les services à l'énergie et le gaz. Le groupe développe des activités avec des PME et les grands groupes mexicains. Cinq accords ont été signés avec des compagniee comme Pemex. Les derniers concernent un partenariat sur la gestion de l'électricité avec CFE (l'entreprise d'Etat qui s'occupe de la production et la commercialisation de l'électricité) et un sur des échanges technologiques avec CENEGAS (Centre national pour le contrôle du gaz naturel).

Le développement de l'aéronautique

Le secteur aéronautique pourrait aussi trouver son bonheur sur le marché mexicain. Bien que la récente vente d'hélicoptères Super Puma (H225M) ait été reportée, le Président mexicain a profité de sa visite à Marseille pour visiter la chaîne de montage d'Airbus Helicopter des Super Pumas, signe que les velléités d'achat du pays ne sont pas complètement éteintes.

Mais le premier investisseur français de l'aéronautique au Mexique, c'est Safran. Olivier Piepsz, Vice-Président Amérique Latine du groupe décrit un pays avec beaucoup de "potentiel" notamment grâce à "la hausse des voyages avec le développement d'une classe moyenne". Il apprécie « une population jeune, motivé et très bien formé » et les évolutions « des Maquilladoras en cluster d'innovation. ». Le groupe - en croissance dans la production de moteurs, de trains d'atterrissage et de câblage - fabrique son Boeing dans l'une de leurs plus grosses usine à Chihuahua et veut investir dans un programme de drones.

Un marché intérieur attractif

Autre atout, un marché intérieur attractif pour les entreprises étrangères. «  Le Mexique est une population de 120 millions d'habitants dans une zone tropicale », explique Guillaume Leroy, Vice-Président Amérique Latine du groupe Sanofi, spécialiste des vaccinations, dans le pays depuis plus de 50 ans. La compagnie développe le vaccin contre la dengue et celui contre la grippe, en partenariat avec les autorités de santé. Elle produit et vend sur place, avec 2000 employés à Mexico sur ces plateformes industrielles et de recherche et développement.

Une main d'œuvre pas chère

Non mentionné par les entreprises françaises - mais tout aussi important - le coût du travail est un facteur-clé. Au Mexique, il est très attractif. Un travailleur mexicain  vaut moins cher qu'un travailleur chinois. Selon le département du commerce américain, le coût horaire moyen de main d'œuvre industrielle est désormais inférieur au Mexique qu'en Chine, de l'ordre de 3 contre 4 dollars US de l'heure.

La sécurité, un frein aux échanges

Cependant, tout n'est pas rose pour les partenaires commerciaux. Particulièrement pour la sécurité de leurs employés. « Au niveau juridique, il n'y a pas de souci mais il y a des problèmes liés à la sécurité à la frontière américaine. »  précise Benoit Eschbach, du groupe Géos, spécialisé dans la sûreté. La sécurité des transporteurs est en effet parfois mise à mal par des gangs au Nord du pays. Probablement le dernier défi à relever pour convaincre les entreprises les plus réticentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2016 à 16:17 :
Basé à Puebla, au coeur du Mexique, j´offre mes services à toute entreprise intéressée par ce marché. Services à la carte. Merci
a écrit le 18/07/2015 à 11:13 :
main d'oeuvre avec un flingue dans le dos, faites donc un reportage sur la culture de l'avocat, les narco tiennent le marché...

Ce n'est vraiment pas un pays favorable aux investissements, à moins de mettre en dangers d'autres pour son intérêt.
a écrit le 18/07/2015 à 9:25 :
La balance commerciale affiche un excédent de 787 milliards d'euros WTF?????
Vous confondez les millions et les milliards bravo!! pourtant vous êtes un journal économique...
a écrit le 18/07/2015 à 8:13 :
Article intéressant mais, connaissant bien le Mexique, il est encore bien prématuré de s'y aventurer économiquement et ce, pour les PME-PMI...
a écrit le 17/07/2015 à 18:22 :
Désolé, on se retrouve encore devant un titre fallacieux de la même presse qui il y a une année accusait le Mexique d'être un "paradis de caïds de la drogue". L'affaire Florence Cassez empoisonnait les ardeurs de certains patriotes et les rédactions n'ont pas épargné le Mexique ni son gouvernement. Le Mexico bashing battait son plein. Une année passée, cette même presse fait les yeux les plus doux à cet "Eldorado pour les entreprises françaises" quand on sait qu'il n'y en rien.

Le Mexique, important producteur de pétrole, a été pénalisé par la chute des cours mondiaux en 2014 tandis que les investissements directs étrangers ont fortement diminué. Le taux de chômage a atteint 5% en 2014. Les inégalités concernent les revenus, mais aussi l'exposition aux catastrophes naturelles. Plus de 46% de la population est pauvre. L'insécurité liée aux crimes perpétrés par les cartels de la drogue constitue un problème central. Enfin, en août 2014 le Mexique a été frappé par un accident industriel de grande ampleur, le fleuve Sonora ayant été pollué à l'acide sulfurique.

Le Mexique est l'un des pays les plus dépendants du commerce extérieur. Sa part dans le PIB est d'environ 65%. Le Mexique a enregistré un déficit commercial en 2013, du fait d'une faible croissance économique et de la lente reprise américaine. En 2014, le Mexique a bénéficié du renforcement économique des États-Unis pour ses exportations. Toutefois, le déficit commercial a augmenté par rapport à 2013 pour atteindre 2,44 milliards USD. Les exportations ont progressé à un rythme équivalent aux importations (environ +4,5%), mais elles ont été pénalisées par la nette baisse des cours mondiaux du pétrole.

Voilà "l'Eldorado pour les entreprises françaises" dévoilé en toute sa nudité. Bon week-end à tous. :)
Réponse de le 17/07/2015 à 20:16 :
Vos arguments m'ont laissé sans paroles. Bravo.
Réponse de le 17/07/2015 à 23:19 :
Désolé mais tous vos arguments contre le Mexique pourraient s'appliquer à bien d'autres pays. Les fléaux qui empoisonnent effectivement le pays sont la drogue et la corruption. Après le pays disposent de nombreux atouts et et très dynamiques.
Ce dynamisme je le constate tous les jours, qu'on se le dise, en France nous sommes des charrettes et le Mexicains, beaucoup moins résistants au changement se développent très rapidement, au grand bonheur des entreprises françaises implantées là-bas.

Cordialement.
Réponse de le 18/07/2015 à 8:28 :
Je viens de lire votre post et suis totalement en accord avec votre analyse, il est toujours facile pour les journalistes d'écrire n'importe quoi, sans avoir mis les pieds dans ces pays.
Et pour la petite anecdote, nous connaissons un journaliste, ayant qualité de grand reporter dans une rédaction française, qui ne bouge pas de chez lui (sauf sur invitation) et qui rédige ses papiers qu'avec des infos que son réseau lui transmet... bonjour les analyses dont les données sont non vérifiées et plus encore..........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :