Énergie : les ventes de pétrole russe à la Chine explosent

En mai, les importations de pétrole russe par la Chine ont connu une hausse de 55%, illustrant la volonté des deux pays de resserrer leurs liens économiques. Depuis l'invasion russe en Ukraine, Pékin n'a eu de cesse, en effet, d'apporter son soutien à Moscou malgré les mises en garde des puissances occidentales.
Selon les dernières chiffres des douanes chinoises, le pays a acheté 8,42 millions de tonnes de pétrole à la Russie sur un an.
Selon les dernières chiffres des douanes chinoises, le pays a acheté 8,42 millions de tonnes de pétrole à la Russie sur un an. (Crédits : Thomas Peter)

Alors que l'Europe a adopté fin mai un embargo sur le pétrole russe, la Chine bénéficie, elle, de livraisons en hausse. Les importations par Pékin ont en effet augmenté en mai de 55% sur un an, selon les chiffres officiels publiés des douanes chinoises, ce lundi. Concrètement, ce sont 8,42 millions de tonnes de pétrole qui ont été achetées par le géant asiatique, soit bien plus que les importations venues d'Arabie Saoudite, habituellement premier fournisseur du pays.

Avant cette hausse des livraisons, la Russie fournissait à la Chine 16% de son pétrole, avec en moyenne 1,59 million de barils livrés chaque jour l'an dernier, selon la banque ANZ. Si le gaz naturel russe représentait en temps normal 5% de la consommation chinoise, en février dernier, Pékin et Moscou ont scellé un nouvel accord pour la fourniture de 10 milliards de m3 de gaz naturel à la Chine en provenance de l'Extrême-Orient russe. Les deux pays ont aussi plusieurs projets de gazoducs, dont le premier est entré en service en 2019.

 La solidité du lien économique entre les deux pays se mesure également sur le front des exportations chinoises, la Chine étant le premier partenaire commercial de Moscou. Elles ont, en effet, augmenté depuis le début de l'année. Sur les deux premiers mois de 2022, les ventes du géant asiatique vers son voisin russe ont bondi de 41,5% sur un an, selon les douanes chinoises, sans que le détail des produits concernés ait été précisé.

Un soutien mutuel

Depuis le début du conflit en Ukraine le 24 février dernier, la Chine n'a eu de cesse de rappeler sa proximité avec la Russie, comme lors d'un appel entre le président chinois Xi Jinping avec son homologue russe Vladimir Poutine, mercredi dernier. « La Chine est disposée à poursuivre avec la Russie le soutien mutuel sur les questions de souveraineté, de sécurité, ainsi que sur d'autres questions d'intérêt fondamental et préoccupations majeures », a ainsi indiqué le chef d'Etat chinois, selon des propos cités par l'agence de presse Chine nouvelle.

De son côté, le Kremlin a indiqué que les deux dirigeants étaient convenus d'« élargir la coopération dans les domaines énergétique, financier, industriel, des transports et autres, en tenant compte de la situation économique mondiale qui s'est compliquée en raison des sanctions illégitimes de l'Occident ». Les dirigeants russe et chinois ont en outre discuté du « développement des relations militaires et militaro-techniques », selon la présidence russe, affirmant que leur échange avait été « chaleureux et amical ». Xi Jinping et Vladimir Poutine ont également souligné leur intention de « bâtir un système de relations internationales réellement multipolaire et juste ».

La Chine se refuse depuis l'intervention russe en Ukraine à employer le mot « invasion » pour décrire cette opération militaire. Elle censure d'ailleurs sur son territoire les contenus en ligne jugés pro-occidentaux ou défavorables à la Russie. Tout en disant reconnaître la souveraineté de l'Ukraine, elle considère également que la Russie a des préoccupations légitimes en matière de sécurité qui doivent être entendues et rejette la faute du conflit sur les Etats-Unis et l'Otan.

Mises en garde des Occidentaux

Ces derniers n'ont de cesse de condamner ce rapprochement et d'alerter la Chine sur ses conséquences. Ils l'ont notamment mis en garde contre tout soutien au régime du président russe qui permettrait à Moscou d'atténuer l'impact des sanctions. « Nous sommes préoccupés par le fait qu'ils envisagent d'assister directement la Russie avec de l'équipement militaire qui serait utilisé en Ukraine », s'est ainsi alarmé le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, mi mars, prévenant que la Chine s'exposerait à des représailles si elle devait « soutenir l'agression russe » contre l'Ukraine.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 20/06/2022 à 20:44
Signaler
Les Occidentaux livrent bien du matériel militaire à l'Ukraine et pourquoi pas la Chine ?

à écrit le 20/06/2022 à 20:31
Signaler
Ces prédateurs occidentaux se croient encore au temps des croisades et de la colonisation, où ils dictaient leur conduite à d'autres pays. Mais le monde a changé. Le rapport de forces pour le leadership du monde est en faveur de la Chine, de la Russ...

à écrit le 20/06/2022 à 17:17
Signaler
Le pari risqué des américains qui ont fait croire aux ukrainiens qu'ils rentreraient dans l'OTAN ne marche pas si bien. Il leur reste la réussite d'avoir au moins fait reculer toute ambition de l'UE pour au moins 20 ans et de pouvoir remplacer les ru...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.