Panama : démarrage d'une mine malgré l'annulation en justice de la concession

 |   |  323  mots
(Crédits : Reuters)
Une filiale du canadien First Quantum Minerals a démarré lundi l'exploitation d'une mine de cuivre au Panama, malgré l'annulation en justice de la concession pour raisons environnementales, ont indiqué le gouvernement et des défenseurs de l'environnement.

En septembre, la Cour suprême avait déclaré anticonstitutionnel le projet de Minera Panama, invoquant les dégâts potentiels pour les sols, la végétation, l'air et l'eau, et estimant que l'exploitation léserait l'Etat et les ressources naturelles du pays.

Pour autant, le président panaméen Juan Carlos Varela, ainsi que le directeur général du groupe canadien, Philip Pascall, ont assisté à la mise en exploitation du gisement, situé dans la province de Colon (côte atlantique), a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

"Aujourd'hui commence une nouvelle ère économique pour le pays", s'est félicité le président Varela, cité dans ce communiqué, estimant que "les piliers de la croissance économique et sociale se diversifient".

M. Pascall a salué le Panama comme "le meilleur pays où (First Quantum Minerals) ait jamais investi". L'investissement prévu s'élève à quelque 6,3 milliards de dollars.

Selon les projets de l'entreprise, l'exploitation doit permettre d'exporter dès cette année quelque 320.000 tonnes de cuivre par an, pour une valeur de 2 milliards de dollars, équivalant à 4% du PIB du pays. Les autorités panaméennes font valoir qu'il s'agit du projet industriel le plus important du pays, avec plus de 12.000 emplois à la clé.

Sonia Montenegro, la directrice de l'ONG de défense de l'environnement Ciam, qui avait porté l'affaire devant la Cour suprême, a protesté. "Nous considérons que les actions des autorités ne sont pas en conformité avec l'arrêt qui déclare le contrat (d'exploitation de 1997) anticonstitutionnel", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Ciam avait engagé en 2009 les poursuites contre le contrat signé par l'Etat panaméen avec la compagnie minière canadienne Minera Petaquilla. Au gré de reventes successives, ce contrat d'exploitation était passé aux mains de Minera Panama.

First Quantum Minerals a présenté en octobre cinq recours, toujours pendants, pour demander à la Cour suprême "de revoir la portée et le contenu" de sa décision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2019 à 10:08 :
C'est le problème de ces paradis fiscaux dépendant uniquement des fonds des milliardaires du coup il n'y a plus du tout de puissance politique et n'importe quel riche peut y faire n'importe quoi.

Ce à quoi commence à ressembler fortement notre europe.

"Panama Papers" https://fr.wikipedia.org/wiki/Panama_Papers

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :