Pendant que Trump tweete, les États-Unis émettent moins de CO2

 |   |  472  mots
Donald Trump, le 1er septembre 2019, au siège de l’Agence fédérale des situations d'urgence, venu s'informer de l'évolution des dégâts créés par l'ouragan Dorian.
Donald Trump, le 1er septembre 2019, au siège de l’Agence fédérale des situations d'urgence, venu s'informer de l'évolution des dégâts créés par l'ouragan Dorian. (Crédits : Reuters)
Le "CONTRARIAN" OPTIMISTE. Décidé par Donald Trump, le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat signé en 2015 est devenu effectif depuis le début du mois. Pourtant, de nombreuses initiatives sont prises pour réduire les émissions outre Atlantique, l'une des plus prometteuses est celle d'un projet de loi bi-partisan émanant des élus au Congrés. Par Robert Jules, directeur-adjoint de la Rédaction.

En ce début novembre, les Etats-Unis ont entamé officiellement leur retrait de l'accord de Paris sur le climat. A peine élu, Donald Trump, qui a répété être climato-sceptique, avait décidé de retirer le deuxième pays émetteur mondial de gaz à effet de serre de cet accord signé par Barak Obama et 196 autres pays en 2015 lors de la COP21. Paradoxalement, la décision de Donald Trump a revigoré les initiatives outre Atlantique. La plus jeune élue du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), qui s'est fait un nom en proposant un « Green new deal », a réussi sinon à convaincre le parti démocrate au moins à faire du sujet un thème central de la prochaine présidentielle.

Pour autant, ne se passe-t-il rien en la matière aux Etats-Unis ? C'est inexact, outre que de nombreux Etats, plutôt démocrates, et des entreprises ont pris des initiatives, un autre projet bipartisan émanant d'élus, majoritairement démocrates, du Congrès américain pourrait intensifier la lutte. Ce projet de loi, intitulé « Energy Innovation and Carbon Dividend Act » (EICDA), vise à imposer un mécanisme de taxation du carbone aux entreprises. Mais, et c'est là la nouveauté, plutôt que le montant de cette taxe aille...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2019 à 9:45 :
Heureusement qu'il n'y a pas que des HillBilly ( plouc des collines ) aux USA....C'est quand même malheureux qu'ils arrivent à élire un gars comme Trump avec une minorité de voix !
a écrit le 25/11/2019 à 9:44 :
J'avais encore raison donc mais merci de le montrer ça fait toujours du bien à l'égo.

"Mais, et c'est là la nouveauté, plutôt que le montant de cette taxe aille alimenter le budget fédéral, il sera redistribué aux ménages sous la forme d'un chèque ou d'une déduction de la feuille d'impôt"

Ce qui ne serait pas possible en UE, puisque celle ci étant une intermédiaire des propriétaires de capitaux et d'outils de production il faut tout faire transiter par la machine publique afin qu'une partie aille directement alimenter leurs paradis fiscaux européens ou non.

L'avantage des mégas riches américains c'est qu'ils n'ont pas besoin d'être de plus en plus subventionnées par l'Etat, parce qu'ils sont bons eux et pas en déclin total, permettant ainsi à tout le monde d’avancer même si à des vitesses différentes ils avancent quand même tous ensemble alors que l'oligarchie européenne elle nous empêche d'avancer s'empêchant d'avancer elle même mais trop aliénée pour le voir.

Le déclin c'est encore plus long vers la fin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :