Produits agricoles, tarifs douaniers : ce que l'on sait déjà de l'accord commercial sino-américain

 |   |  534  mots
(Crédits : Aly Song)
Le 15 janvier prochain, le texte régissant l'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine sera dévoilé dans son intégralité à l'occasion de sa signature. Voici les principaux éléments déjà connus.

Le texte de l'accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine sera rendu public dans son intégralité mercredi 15 janvier lors de la signature du document à Washington, selon le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow. Voici les principaux éléments de l'accord qui avaient été dévoilés lors de son annonce le 13 décembre dernier.

Domaines concernés

 L'accord inclut la propriété intellectuelle, les transferts forcés de technologies, les produits alimentaires et agricoles, les services financiers, le taux de change, le renforcement des échanges commerciaux ou encore la résolution des différends.

"L'accord établit un solide système de règlement des différends qui garantit une mise en oeuvre et une application de l'accord rapides et efficaces", avait insisté le représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer.

Depuis le début des négociations commerciales, les Etats-Unis ont souligné qu'un tel mécanisme était totalement indispensable pour pouvoir s'assurer que la Chine respecte ses engagements.

Produits agricoles

 La Chine, qui était le deuxième marché pour les exportations agricoles, est tombée à la cinquième place depuis le début des hostilités. Selon les Américains, la Chine s'est engagée à acheter pour 200 milliards de biens américains, parmi lesquels des produits agricoles représentant 40 à 50 milliards de dollars. Mais le flou demeure sur l'échéance: 50 milliards sur deux ans, par an? Les autorités chinoises n'ont pas confirmé ces montants pour le moment.

Jeudi, Donald Trump, faisant état de montants d'achats inédits, s'est interrogé sur la capacité des agriculteurs et éleveurs à fournir une telle quantité. Ce serait environ deux fois plus élevé que le pic des achats de la Chine, en 2012. En 2017, avant le lancement de la guerre commerciale, la Chine importait encore pour 19,5 milliards de dollars de produits agricoles américains, un nombre tombé à un peu plus de 9 milliards en 2018.

De son côté, Han Jun, vice-ministre chinois de l'Agriculture, a expliqué que l'accord préliminaire prévoyait un accroissement des exportations agricoles de la Chine vers l'Amérique, citant notamment la volaille cuite, les poires et les dattes.

"Certains de ces problèmes font l'objet de discussions depuis plus de 10 ans. Cette fois-ci, il y a eu une percée importante", avait-il commenté.

Tarifs douaniers

Depuis le début, Pékin exigeait que Washington supprime tout ou partie des droits de douane additionnels sur les importations en provenance de Chine.Les tarifs douaniers de 25% portant sur l'équivalent de 250 milliards de dollars de marchandises chinoises resteront en place. En revanche, ceux de 15% portant sur 120 autres milliards de biens chinois, en vigueur depuis le 1er septembre, sont réduits de moitié (7,5%).

En outre, le président américain a consenti à annuler la salve de tarifs douaniers de 15% sur quelque 160 milliards initialement programmée pour la mi-décembre. De son côté, le vice-ministre chinois des Finances, Liao Min, n'a pas précisé si Pékin allait supprimer les droits de douane punitifs déjà imposés sur les produits américains arrivant sur le territoire chinois. Pékin avait suspendu en septembre pour un an des droits de douane supplémentaires sur 16 catégories de produits importés des Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2020 à 18:05 :
"Les tarifs douaniers de 25% portant sur l'équivalent de 250 milliards de dollars de marchandises chinoises resteront en place"

Un beau pactole, de toutes façons il est évident que cela profitera aux états unis mais jusqu'où ? Une guerre de tranchées est obligée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :