Syrie : Bachar al-Assad conditionne la tenue d'élections au soutien du peuple

 |   |  487  mots
D'après l'agence Bloomberg, qui cite des sources diplomatiques russes, Moscou fait pression sur le président syrien pour qu'il accepte un plan de partage du pouvoir.
D'après l'agence Bloomberg, qui cite des sources diplomatiques russes, Moscou fait pression sur le président syrien pour qu'il accepte un plan de partage du pouvoir. (Crédits : REUTERS/Alexei Druzhinin/RIA Novosti/Kremlin)
Le président syrien serait prêt à organiser des élections présidentielle et législatives ainsi qu'à discuter d'amendements à la constitution, d'après des parlementaires russes cités par des agences de presse russes.

Bachar al Assad a déclaré à des parlementaires russes qu'il était disposé à organiser une élection présidentielle si le peuple syrien soutient ce projet, rapporte dimanche 25 octobre l'agence RIA.

"Assad a dit que si les Syriens jugent que c'est nécessaire, il ne s'opposerait pas à une élection présidentielle", a déclaré Alexander Iouchtchenko cité par l'agence de presse.

Citant le même parlementaire, Interfax écrit que le président Assad a également exprimé sa volonté de discuter d'amendements à la Constitution syrienne et la tenue d'élections législatives.

Quelques jours plus tôt, mercredi 21 octobre, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a estimé "que le gouvernement syrien n'a plus aucune légitimité et notre réflexion, à ce sujet, n'a pas changé [...]. Il doit y avoir une transition en Syrie, qui garantisse le départ d'Assad". Il a ajouté qu'Ankara soutiendrait un processus de transition seulement s'il est accepté par le peuple syrien.

Moscou ne veut pas d'une démission d'al-Assad

D'après l'agence Bloomberg, qui cite des sources diplomatiques russes, Moscou fait pression sur le président syrien pour qu'il accepte un plan de partage du pouvoir dans le cadre d'une transition politique, le temps d'organiser un scrutin internationalement reconnu "d'ici une année". La Russie estime que Bachar El-Assad "a tous les droits pour rester au pouvoir et se représenter", écrit l'agence américaine.

     Lire Syrie : "On ne peut pas faire travailler ensemble les victimes et le bourreau" (Hollande)

Le gouvernement russe n'entend donc pas sacrifier le président syrien. Bien au contraire. La Russie cherche, avec ce plan de transition, à maintenir au pouvoir le président syrien dans le cadre d'un gouvernement de transition ouvert à l'opposition. Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, avait indiqué jeudi 22 octobre qu'il avait obtenu l'assurance de Bachar El-Assad qu'il était ouvert à des discussions avec les groupes rebelles qui souhaitait combattre Daech. Le président russe avait précisé que l'armée libre syrienne (FSA), groupe dissident de l'armée syrienne soutenu par les Etats-Unis, faisait partie de ces groupes. Moscou semble donc vouloir chercher à trouver un terrain d'entente avec les adversaires du régime baasiste trois semaines après le début de son intervention militaire.

Soutien à l'opposition

Lors d'une rencontre dimanche entre le secrétaire d'État des États-Unis et le roi Salman d'Arabie Saoudite, les deux pays ont convenu d'intensifier leur soutien à l'opposition syrienne modérée tout en s'efforçant de travailler à une résolution politique du conflit. La nature du soutien n'a toutefois pas été précisée par le département d'État américain.

     Lire aussi Ryad va acheter à Washington quatre frégates pour 11 milliards de dollars

Les insurgés demandent un accroissement de l'aide militaire étrangère afin de pouvoir résister aux offensives militaires de l'armée syrienne appuyée par -outre le Hezbollah libanais et des combattants iraniens- les bombardements russes.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2015 à 19:17 :
SI DES ELECTIONS PEUVENT ARETTE CETTE GUERRE ?ILNE FAUT LES FAIRE?MAIS IL FAUDRAS ENCORE LES FAIRE SURVEILLE PAR L O N U ???
a écrit le 25/10/2015 à 17:47 :
Assad, sous la pression de Poutine, pressé d'organiser des élections alors que la moitié de sa population a pris la fuite pour s'éloigner de ses exactions, de la guerre et du terrorisme qu'il a organisé ? De qui se moque-t-il ? En résumé Assad Président... et Poutine 1er Ministre !
Réponse de le 25/10/2015 à 20:16 :
Tiens, un fan de Laurent Fabius
Réponse de le 30/01/2016 à 8:17 :
"alors que la moitié de sa population a pris la fuite pour s'éloigner de ses exactions,"
Celles de Daesh plutôt!

Bachar El Assad doit résister à l'Hégémonie occidentale,surtout américaine,pour éviter un embrasement de la région.
Les américains ont faits assez de mal comme ça en Irak,Libye,Afghanistan,en déstabilisant et détruisant ces pays provoquant des milliers de morts,sans aucune aide à la reconstruction.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :