Poutine peut-il nous imposer sa solution pour la Syrie ?

 |   |  175  mots
(Crédits : DR)
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, Poutine peut-il nous imposer sa solution pour la Syrie ?

Pour son premier discours depuis dix ans à l'Assemblée générale des Nations Unies, Vladimir Poutine a proposé la mise sur pied d'une coalition politique et militaire internationale « élargie », en vue de combattre Daech en Syrie. Il n'a pas « exclu » la possibilité de frappes russes mais écarté l'envoi de troupes combattantes au sol. S'imposant à l'ONU comme un acteur incontournable, le chef du Kremlin espère se positionner en leader pour trouver une sortie de la crise. À l'issue d'un entretien avec Barak Obama, il a déclaré :

« Ce n'est ni à Barack Obama ni à François Hollande de décider qui doit diriger la Syrie ».

Le président russe peut-il dicter ses résolutions à ses homologues américain et français?

Pour en débattre, Gérard Chaliand, géopolitologue, spécialiste des conflits irréguliers, Dominique Moïsi, géopoliticien, conseiller spécial de l'Institut français des relations internationales et Marie Mendras, Politologue au CNRS, professeure à Sciences-Po.

_____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2015 à 22:22 :
Obama arrivera t-il à imposer sa solution ? C est plutôt cette question qu il faudrait poser . Faut-il qu il l impose d ailleurs ? La question se pose quand on connaît les résultats de ses interventions en Syrie, en Irak, en Afghanistan, en Libye.
a écrit le 30/09/2015 à 19:55 :
Ça commence toujours par une ingérence "humanitaire" - comme si les décisions politiques avaient une once de souci humanitaire ! - et ça finit généralement par un capharnaüm contagieux. Finalement, il vaudrait mieux décider que, quelles que soient les circonstances, on n'interviendra pas chez les autres; et que cette décision soit défendue par les armes si nécessaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :