Turquie : Erdogan demande à l'Occident de "se mêler de ses affaires"

 |   |  573  mots
L'attitude de beaucoup de pays et de leurs représentants sur la tentative de coup d'Etat en Turquie est une honte, a déclaré le président turc devant des centaines de partisans réunis à Ankara.
"L'attitude de beaucoup de pays et de leurs représentants sur la tentative de coup d'Etat en Turquie est une honte", a déclaré le président turc devant des centaines de partisans réunis à Ankara. (Crédits : UMIT BEKTAS)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a rejeté avec véhémence vendredi les critiques occidentales contre les purges en cours au sein de l'armée et d'autres institutions dans la foulée du putsch manqué du 15 juillet, laissant entendre que certains, aux Etats-Unis, se rangeaient au côté des comploteurs.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé vendredi l'Union européenne et les Etats-Unis à "se mêler de leurs affaires", après les critiques des Occidentaux contre les vastes purges qui ont suivi le coup d'Etat raté du 15 juillet.

"Certains nous donnent des conseils. Ils se disent inquiets. Mêlez-vous de vos affaires!" a déclaré M. Erdogan depuis le palais présidentiel à Ankara.

Le chef de l'Etat turc a par ailleurs regretté qu'aucun représentant occidental ne soit venu en Turquie après le coup d'Etat.

"Ces pays dont les leaders ne sont pas inquiets pour la démocratie turque, ni pour la vie de nos citoyens et leur avenir alors qu'ils sont tellement préoccupés par le sort des putschistes, ne peuvent pas être nos amis", a-t-il ajouté.

Purges massives

Plus de 18.000 personnes ont été placées en détention depuis l'échec du putsch, et, sur ce nombre, on en recense 9.677 en état d'arrestation, qui attendent de passer en jugement. En outre, 50.000 passeports ont été confisqués. Le ministère du Travail dit quant à lui enquêter sur les agissements de 1.300 de ses agents, possiblement impliqués dans le putsch. Plus de 130 médias ont également été fermés.

>>LIRE AUSSI : Turquie : Erdogan fait maintenant arrêter ses entrepreneurs

Les purges visent les partisans du prédicateur Fethullah Gülen, en exil aux Etats-Unis et accusé par le pouvoir turc d'être l'instigateur des événements du 15 juillet. Recep Tayyip Erdogan assure que les partisans de Gülen ont infiltré l'Etat à différents niveaux (établissements scolaires, organismes de charité et entreprises) afin de créer un "Etat parallèle" visant à prendre le contrôle du pays.

Les pays occidentaux ont condamné le coup de force, dans lequel 246 personnes ont perdu la vie et plus de 2.000 autres ont été blessées. L'Union européenne a également mis en garde implicitement la Turquie contre un gel des négociations d'adhésion du pays à l'UE si les poursuites contre les putschistes ne se font pas dans le respect de l'Etat de droit.

Réorganisation de l'armée turque, inquiétude aux Etats-Unis

La Turquie a entrepris de réorganiser son armée à la suite du putsch manqué. Près de 1.700 militaires, dont 40% de généraux et amiraux, ont été congédiés pour conduite déshonorante. Les principaux responsables de l'état-major eux sont maintenus à leur poste.

Mais selon le directeur américain du Renseignement James Clapper, la purge effectuée en Turquie a écarté de nombreux officiers avec lesquels Washington était en contact.

"Cela a un impact, parce que (la purge) a affecté tous les segments de l'appareil de sécurité nationale en Turquie", a dit James Clapper jeudi soir. "Beaucoup de nos interlocuteurs ont été arrêtés. Il ne fait pas de doute que cela va rendre la coopération plus difficile avec les Turcs."

S'exprimant vendredi au QG des forces spéciales à Ankara, qui a été fortement endommagé par les combats le soir du putsch, Recep Tayyip Erdogan a condamné les propos des Américains.

"Au lieu de remercier notre pays pour avoir repoussé une tentative de putsch, vous prenez le parti des comploteurs. Le putschiste est déjà dans votre pays", a dit le chef de l'Etat en faisant allusion à Gülen, qui nie toute implication dans le coup de force et vit en exil en Pennsylvanie depuis 1999.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2016 à 18:49 :
Et maintenant, ce sont qui les imbéciles naïfs et crédules qui veulent ouvrir les portes en grand à ce dictateur ? Que leur faut-il donc pour ouvrir les yeux, et commencer à raisonner sainement ?
a écrit le 30/07/2016 à 18:48 :
On en a rien à faire que la Turquie soit devenue une dictature !Nous ou les USA on est pas en dictature et on croule sous les problemes de toutes sortes!Ce qui compte c'est ce que veut la volonté des gens ,il n'y a strictement rien au dessus !Hitler était extrêmement populaire et personne ne forcait des millions d'allemands à se masser en bordure des route pour acclamer les nazis,aucun discourt democrate actuel de quiconque ,de Holande à Obama n'aurait pu faire changer l'opinion les allemands .Nous sommes des vainqueurs de guerre qui imposent leur volonté et mode de vie de vainqueur de guerre aux vaincus et aux plus faibles ,comme cela se pratique depuis la nuit des temps !Erdogan a raison de dire aux autres ''''melez vous de ce qui vous regarde ''''!Beaucoup sont contre ça ,mais si jamais demain en France des evenements graves se produisaient, ces memes donneurs de leçons et de morales serraient les premiers à s'offusquer d'une ingerence étrangere ,en fonction de son propre camp politique bien sur !Tout ça demontre la limite pour ne pas dire la petite limite des pseudo convictions du singe humain aussi lamentable que lui meme .....
Réponse de le 30/07/2016 à 23:58 :
Nous ne sommes pas dans une dictature mais dans une oligarchie. La nuance : ce n'est pas un homme, mais une caste politique autoreproductrice qui nous dirige. Et vous avez raison, la majorité s'en accommode très bien et continue à les maintenir au pouvoir.
a écrit le 30/07/2016 à 18:45 :
C'est une jeu de rôle que les "médias" nous font apprécier mais dont presque plus personne n'est dupe!
Réponse de le 30/07/2016 à 20:40 :
Nous allons devoir bombarder
Réponse de le 11/08/2016 à 0:45 :
Le peuple turque vous attends ils n'ont pas peur ni de vos armes ni de votre technologie ni même de vos bombes atomique .A part créer la zizanie et les guerres c'est tous ce que vous savez faire pays occidentaux et usa . Allez au diable !!!!
a écrit le 30/07/2016 à 18:42 :
Si vous pensez que l’Occident n'est pas de mèche parce qu'elle joue les vierges effarouché pour se dédouaner, alors qu'elle essaye de vous imposez ce genre de chose dans le pays, vous avez une remise en question à faire!
a écrit le 30/07/2016 à 17:58 :
"Beaucoup de nos interlocuteurs ont été arrêtés. Il ne fait pas de doute que cela va rendre la coopération plus difficile avec les Turcs." C'est de l’euphémisme de première qualité.
Erdogan est Erdogan, nos très cher politiciens et médias on l'air de le découvrir... Lui qui été encensé par toute les chancelleries d'Europe depuis 10 ans.

Mais personne dans nos très cher médias pour remarquer que la quasi-totalité des unités putschistes appartenaient de fait quasiment toutes au troisième corps de l'armée Turque, la NRDC-T (Force de Réaction Rapide de l'OTAN pour la région Turque), principalement montées sur les véhicules de la 2ème et 3ème brigade blindée.

Que tous les avions et chasseurs des putschistes appartiennent à des unités modernes (alors que le gros de l'armée de l'air turque est relativement âgée) soit carrément à la base d'Incirlik, base AMÉRICAINE de l'OTAN où les rebelles avaient vraisemblablement leur QG.

En gros les putschistes planifiaient leur coup dans le bureau d’à coté (et faisait maintenir leurs avions par des techniciens de l'USAF) sur des ordis de l'OTAN sans que le commandement américain local (qui a autorité sur la base) s’aperçoivent de rien...

Mais c'est Erdogan qui le méchant, même qu'en fait c'était sûrement un faux coup (et là subitement ça c'est pas du complotisme), oui en Turquie ont fait des frappes aériennes, on y passe la foule à la 12.7mm et la Police au 20mm comme ça, pour le fun.

Alors certes Erdogan n'est pas gentil... mais ça n'empêche pas tout le reste.
a écrit le 30/07/2016 à 17:39 :
La Turquie sans l'occident n'est rien économiquement donc deux solutions soit on met un frein d'un côté à l'aide occidentale avec bien sur un arrêt immédiat de toute possibilité d'un entrée dans l'UE et on arme les kurdes soit on la ferme et on baisse le pantalon soit on met en application un arrêt aux échanges turcs. Une bonne révolution en Turquie commence par la fin des relations commerciales avec l'UE, la Chine et/ou la Russie ne pourront pas contre balancer la fin des échanges avec l'occident.On connaît la solution choisit par l'occident baisser le pantalon et pour Mme Merkel la meilleure alliée de la Turquie baisser jupe. Les occidentaux ont peur que la Turquie quitte l'OTAN se lie avec la Russie et comme d'habitude notre peur de l'affrontement fait que les occidentaux ne feront rien.
a écrit le 30/07/2016 à 15:00 :
Les propos de M.Erdogan, ne sont pas politiquement corrects mais il a raison, sur le principe, car le choix, les orientations politiques, le mode de fonctionnement sociétal d'un pays, appartiennent aux seuls habitants de ce pays. Belle prétention de croire qu'il n'y a qu'un modèle possible, alors que l'histoire de l'homme nous montre, que des modèles se succèdent, ou se remplacent, sans fin.
a écrit le 30/07/2016 à 14:26 :
Très bonne idée Erdogan, chacun chez soit , et pas d'adhésion de la Turquie dans l'UE.
a écrit le 30/07/2016 à 14:14 :
Vous imaginez ce pays entrer dans l'UE ? Non merci !
a écrit le 30/07/2016 à 13:08 :
Je ne suis pas un défenseur d' Erdogan.Mais il a raison.Les USA et la France sont sans doute derrière le putsch.Ils veulent punir Erdogan(pour je ne sais quoi) mais la bourgeoisie turque(15 e puissance économique mondiale.Les USA et la France se croient-ils peut-être en Afrique ???) a montré qu'on ne peut pas l'humilier par un coup d'Etat en contradiction avec la démocratie que les occidentaux sont censés défendre.

Le comportement de ces pays est sans doute contradictoire: comment défendre un putsch contre un homme élue démocratiquement ? Une fois de plus, ils ne font que montrer leur semblant de démocratie à la face du monde entier.

Et ce n'est pas la première fois que la démocratie est foulée au pied par les soi-disant défenseurs de la démocratie, Tsipras avait été élue contre l'austérité mais on a vu comment l'Eurogroupe a imposé son diKtât pour imposer encore plus d'austérité.Le peuple grec devant se sacrifier pour sauver les profits des banquiers européens et américains.
Réponse de le 30/07/2016 à 14:17 :
Vous n'êtes pas un défenseur d'Erdogan ? ...Mais vous y ressemblez fortement.
Réponse de le 30/07/2016 à 19:18 :
Vous melangez tout !La Grece doit de l'argent à ses créanciers la Turquie non !Il est étonnant qu'on s'offusque que des cranciers demandent à etre remboursés !Qui a profité et ou sont passés les milliards engloutis ???? En France quand on emprunte on vous dit '''un emprunt vous engage à le rembourser ,verifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager !'''Des milliers de français sont saisis tous les jours et on ne leur laisse qu'un lit une table et des chaises ,mais la Grce qui doit 40 milliards d'€ à la France soit 700 € par habitant là on s'offusque pas !Il y a quelque chose de pourrie au plus profond de l'etre humain .
Réponse de le 30/07/2016 à 19:25 :
"Ils veulent punir Erdogan(pour je ne sais quoi) "

En résumé, vous ne savez rien mais vous le partagez.
Réponse de le 30/07/2016 à 19:46 :
avant de vous exprimer, repondez à votre propre question de savoir pourquoi la France et les US voudraient punir ERDOGAN.
Cela donnerait plus de sens à votre interpretation car pour l instant c est juste parler pour parler.
Réponse de le 31/07/2016 à 0:10 :
@Patriot9, @angel103 je suis pas membre des services secrets et donc je ne peux pas savoir exactement pourquoi les occidentaux défendent les putschistes.Mais ce qui est clair, comme la lumière du jour, pour Erdogan, pour les turcs(oui, pour la majorité des turcs qui a élue démocratiquement Erdogan), pour tous ceux qui défendent la démocratie de façon impartial, c'est que les occidentaux défendent les putschistes.

Maintenant chercher à savoir "pourquoi" les occidentaux défendent les putschistes qui veulent passer au pouvoir par la force sans passer par la voie démocratique est très différent du "constat" du "fait cru", que l'on peut voir à travers les médias et l'article ci-dessus, que les occidentaux soutiennent les putschistes.C'est pour cela qu' Erdogan dit clairement:

"Ces pays dont les leaders ne sont pas inquiets pour la démocratie turque, ni pour la vie de nos citoyens et leur avenir alors qu'ils sont tellement préoccupés par le sort des putschistes, ne peuvent pas être nos amis"(Voir l'article ci-dessus).Voilà comment l'homme qui a été élu démocratiquement par les turcs parlent, et donc, par définition, c'est le peuple turc qui parle ainsi.

Quand je dis tout cela, je ne défends pas Erdogan.Je ne fais que faire sortir la contradiction entre la défense de la démocratie en UE et aux USA par les occidentaux et la défense de putschistes en Turquie.Ce qui est une absurdité.

Ensuite quand je dis démocratie, je veux parler de la démocratie capitaliste, une démocratie par nature très limitée basée sur l'antagonisme de classe entre les travailleurs et les propriétaires.Donc je ne parlent pas de la démocratie véritable où les travailleurs contrôlent réellement la vie politique de la nation.Ce qui est impossible sans révolutionner la société actuelle.

Par ex: Tsipras a été élu contre l'austérité et n'a pas hésité à les trahir car le rapport de force économique était en faveur de l'Eurogroupe, la lutte contre l'austérité a été refoulé au second plan.

Un autre exemple: Hollande a été élu pour simplement diminuer le chômage mais on voit le résultat:

« Sous mon prédécesseur, le chômage a augmenté d’un million. Depuis 2012, de 600.000. » Au micro d’Europe 1 le 17 mai 2016, François Hollande.

etc.
a écrit le 30/07/2016 à 12:05 :
surtout pas de ce type en Europe
a écrit le 30/07/2016 à 12:01 :
fermons toutes les frontières avec ce pays, ce type est pire qu'un dictteur, il se comporte le dirigeant de la corée du nord, alors pas de çà chez nous
Réponse de le 30/07/2016 à 14:28 :
Oui nous on est bien : on a rasé la Libye, la Syrie...mais c'est pas grave parce qu'on est bien !! Lui est un dictateur élu et Hollande avec moins de 5% est un grand démocrate....
Réponse de le 30/07/2016 à 14:29 :
Oui nous on est bien : on a rasé la Libye, la Syrie...mais c'est pas grave parce qu'on est bien !! Lui est un dictateur élu et Hollande avec moins de 5% est un grand démocrate....
a écrit le 30/07/2016 à 11:11 :
La Turquie est devenue une dictature, il faut le prendre comme tel !
Réponse de le 31/07/2016 à 17:28 :
j'aime la démocratie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :