Turquie : Erdogan demande à l'Occident de "se mêler de ses affaires"

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a rejeté avec véhémence vendredi les critiques occidentales contre les purges en cours au sein de l'armée et d'autres institutions dans la foulée du putsch manqué du 15 juillet, laissant entendre que certains, aux Etats-Unis, se rangeaient au côté des comploteurs.

3 mn

L'attitude de beaucoup de pays et de leurs représentants sur la tentative de coup d'Etat en Turquie est une honte, a déclaré le président turc devant des centaines de partisans réunis à Ankara.
"L'attitude de beaucoup de pays et de leurs représentants sur la tentative de coup d'Etat en Turquie est une honte", a déclaré le président turc devant des centaines de partisans réunis à Ankara. (Crédits : UMIT BEKTAS)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé vendredi l'Union européenne et les Etats-Unis à "se mêler de leurs affaires", après les critiques des Occidentaux contre les vastes purges qui ont suivi le coup d'Etat raté du 15 juillet.

"Certains nous donnent des conseils. Ils se disent inquiets. Mêlez-vous de vos affaires!" a déclaré M. Erdogan depuis le palais présidentiel à Ankara.

Le chef de l'Etat turc a par ailleurs regretté qu'aucun représentant occidental ne soit venu en Turquie après le coup d'Etat.

"Ces pays dont les leaders ne sont pas inquiets pour la démocratie turque, ni pour la vie de nos citoyens et leur avenir alors qu'ils sont tellement préoccupés par le sort des putschistes, ne peuvent pas être nos amis", a-t-il ajouté.

Purges massives

Plus de 18.000 personnes ont été placées en détention depuis l'échec du putsch, et, sur ce nombre, on en recense 9.677 en état d'arrestation, qui attendent de passer en jugement. En outre, 50.000 passeports ont été confisqués. Le ministère du Travail dit quant à lui enquêter sur les agissements de 1.300 de ses agents, possiblement impliqués dans le putsch. Plus de 130 médias ont également été fermés.

>>LIRE AUSSI : Turquie : Erdogan fait maintenant arrêter ses entrepreneurs

Les purges visent les partisans du prédicateur Fethullah Gülen, en exil aux Etats-Unis et accusé par le pouvoir turc d'être l'instigateur des événements du 15 juillet. Recep Tayyip Erdogan assure que les partisans de Gülen ont infiltré l'Etat à différents niveaux (établissements scolaires, organismes de charité et entreprises) afin de créer un "Etat parallèle" visant à prendre le contrôle du pays.

Les pays occidentaux ont condamné le coup de force, dans lequel 246 personnes ont perdu la vie et plus de 2.000 autres ont été blessées. L'Union européenne a également mis en garde implicitement la Turquie contre un gel des négociations d'adhésion du pays à l'UE si les poursuites contre les putschistes ne se font pas dans le respect de l'Etat de droit.

Réorganisation de l'armée turque, inquiétude aux Etats-Unis

La Turquie a entrepris de réorganiser son armée à la suite du putsch manqué. Près de 1.700 militaires, dont 40% de généraux et amiraux, ont été congédiés pour conduite déshonorante. Les principaux responsables de l'état-major eux sont maintenus à leur poste.

Mais selon le directeur américain du Renseignement James Clapper, la purge effectuée en Turquie a écarté de nombreux officiers avec lesquels Washington était en contact.

"Cela a un impact, parce que (la purge) a affecté tous les segments de l'appareil de sécurité nationale en Turquie", a dit James Clapper jeudi soir. "Beaucoup de nos interlocuteurs ont été arrêtés. Il ne fait pas de doute que cela va rendre la coopération plus difficile avec les Turcs."

S'exprimant vendredi au QG des forces spéciales à Ankara, qui a été fortement endommagé par les combats le soir du putsch, Recep Tayyip Erdogan a condamné les propos des Américains.

"Au lieu de remercier notre pays pour avoir repoussé une tentative de putsch, vous prenez le parti des comploteurs. Le putschiste est déjà dans votre pays", a dit le chef de l'Etat en faisant allusion à Gülen, qui nie toute implication dans le coup de force et vit en exil en Pennsylvanie depuis 1999.

(Avec AFP et Reuters)

3 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 30/07/2016 à 18:49
Signaler
Et maintenant, ce sont qui les imbéciles naïfs et crédules qui veulent ouvrir les portes en grand à ce dictateur ? Que leur faut-il donc pour ouvrir les yeux, et commencer à raisonner sainement ?

à écrit le 30/07/2016 à 18:48
Signaler
On en a rien à faire que la Turquie soit devenue une dictature !Nous ou les USA on est pas en dictature et on croule sous les problemes de toutes sortes!Ce qui compte c'est ce que veut la volonté des gens ,il n'y a strictement rien au dessus !Hitler ...

le 30/07/2016 à 23:58
Signaler
Nous ne sommes pas dans une dictature mais dans une oligarchie. La nuance : ce n'est pas un homme, mais une caste politique autoreproductrice qui nous dirige. Et vous avez raison, la majorité s'en accommode très bien et continue à les maintenir au po...

à écrit le 30/07/2016 à 18:45
Signaler
C'est une jeu de rôle que les "médias" nous font apprécier mais dont presque plus personne n'est dupe!

le 30/07/2016 à 20:40
Signaler
Nous allons devoir bombarder

le 11/08/2016 à 0:45
Signaler
Le peuple turque vous attends ils n'ont pas peur ni de vos armes ni de votre technologie ni même de vos bombes atomique .A part créer la zizanie et les guerres c'est tous ce que vous savez faire pays occidentaux et usa . Allez au diable !!!!

à écrit le 30/07/2016 à 18:42
Signaler
Si vous pensez que l’Occident n'est pas de mèche parce qu'elle joue les vierges effarouché pour se dédouaner, alors qu'elle essaye de vous imposez ce genre de chose dans le pays, vous avez une remise en question à faire!

à écrit le 30/07/2016 à 17:58
Signaler
"Beaucoup de nos interlocuteurs ont été arrêtés. Il ne fait pas de doute que cela va rendre la coopération plus difficile avec les Turcs." C'est de l’euphémisme de première qualité. Erdogan est Erdogan, nos très cher politiciens et médias on l'air d...

à écrit le 30/07/2016 à 17:39
Signaler
La Turquie sans l'occident n'est rien économiquement donc deux solutions soit on met un frein d'un côté à l'aide occidentale avec bien sur un arrêt immédiat de toute possibilité d'un entrée dans l'UE et on arme les kurdes soit on la ferme et on baiss...

à écrit le 30/07/2016 à 15:00
Signaler
Les propos de M.Erdogan, ne sont pas politiquement corrects mais il a raison, sur le principe, car le choix, les orientations politiques, le mode de fonctionnement sociétal d'un pays, appartiennent aux seuls habitants de ce pays. Belle prétention de ...

à écrit le 30/07/2016 à 14:26
Signaler
Très bonne idée Erdogan, chacun chez soit , et pas d'adhésion de la Turquie dans l'UE.

à écrit le 30/07/2016 à 14:14
Signaler
Vous imaginez ce pays entrer dans l'UE ? Non merci !

à écrit le 30/07/2016 à 13:08
Signaler
Je ne suis pas un défenseur d' Erdogan.Mais il a raison.Les USA et la France sont sans doute derrière le putsch.Ils veulent punir Erdogan(pour je ne sais quoi) mais la bourgeoisie turque(15 e puissance économique mondiale.Les USA et la France se croi...

le 30/07/2016 à 14:17
Signaler
Vous n'êtes pas un défenseur d'Erdogan ? ...Mais vous y ressemblez fortement.

le 30/07/2016 à 19:18
Signaler
Vous melangez tout !La Grece doit de l'argent à ses créanciers la Turquie non !Il est étonnant qu'on s'offusque que des cranciers demandent à etre remboursés !Qui a profité et ou sont passés les milliards engloutis ???? En France quand on emprunte on...

le 30/07/2016 à 19:25
Signaler
"Ils veulent punir Erdogan(pour je ne sais quoi) " En résumé, vous ne savez rien mais vous le partagez.

le 30/07/2016 à 19:46
Signaler
avant de vous exprimer, repondez à votre propre question de savoir pourquoi la France et les US voudraient punir ERDOGAN. Cela donnerait plus de sens à votre interpretation car pour l instant c est juste parler pour parler.

le 31/07/2016 à 0:10
Signaler
@Patriot9, @angel103 je suis pas membre des services secrets et donc je ne peux pas savoir exactement pourquoi les occidentaux défendent les putschistes.Mais ce qui est clair, comme la lumière du jour, pour Erdogan, pour les turcs(oui, pour la major...

à écrit le 30/07/2016 à 12:05
Signaler
surtout pas de ce type en Europe

à écrit le 30/07/2016 à 12:01
Signaler
fermons toutes les frontières avec ce pays, ce type est pire qu'un dictteur, il se comporte le dirigeant de la corée du nord, alors pas de çà chez nous

le 30/07/2016 à 14:28
Signaler
Oui nous on est bien : on a rasé la Libye, la Syrie...mais c'est pas grave parce qu'on est bien !! Lui est un dictateur élu et Hollande avec moins de 5% est un grand démocrate....

le 30/07/2016 à 14:29
Signaler
Oui nous on est bien : on a rasé la Libye, la Syrie...mais c'est pas grave parce qu'on est bien !! Lui est un dictateur élu et Hollande avec moins de 5% est un grand démocrate....

à écrit le 30/07/2016 à 11:11
Signaler
La Turquie est devenue une dictature, il faut le prendre comme tel !

le 31/07/2016 à 17:28
Signaler
j'aime la démocratie

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.