Washington veut limiter l'immigration vers la Silicon Valley

 |   |  414  mots
Les services de l'immigration (US Citizenship and Immigration Services, USCIS) ont assuré lundi qu'ils allaient prendre de multiples mesures pour prévenir et détecter les fraudes et abus dans les visas H-1B.
Les services de l'immigration (US Citizenship and Immigration Services, USCIS) ont assuré lundi qu'ils allaient prendre "de multiples mesures pour prévenir et détecter les fraudes et abus dans les visas H-1B". (Crédits : Patrick Nouhailler/Flickr/CC)
Plébiscité par les sociétés de nouvelles technologies, le visa H-B1 pourrait prochainement être restreint, afin de limiter les "abus" et privilégier le recrutement d'ingénieurs et de programmateurs américains.

L'administration américaine a annoncé lundi une nouvelle série de mesures pour limiter le programme de visas d'immigration de travail H-1B, surtout utilisé par les entreprises technologiques, afin de lutter contre les "abus" et les discriminations visant les travailleurs américains. Ce visa, qui s'applique aux scientifiques, ingénieurs, programmateurs informatiques et à certains emplois spécialisés, programme plébiscité par la Silicon Valley, est l'une des cibles du gouvernement de Donald Trump dans le cadre de sa lutte anti-immigration.

Lire aussi : Face au Congrès, Donald Trump précise le cap "America First"

Les services de l'immigration (US Citizenship and Immigration Services, USCIS) ont assuré lundi qu'ils allaient prendre "de multiples mesures pour prévenir et détecter les fraudes et abus dans les visas H-1B".

Nouvel étape dans le programme "America First"

"Le programme de visa H-1B devrait aider les entreprises américaines à recruter des ressortissants étrangers hautement qualifiés lorsqu'il y a une pénurie de travailleurs qualifiés dans le pays", a estimé l'agence. "Toutefois", explique l'USCIS, "de trop nombreux travailleurs américains qui sont qualifiés, volontaires et qui méritent de travailler dans ces domaines ont été ignorés ou injustement désavantagés".

Lire aussi : America first vs Europa first ?

Dans la ligne de la politique de l'"Amérique d'abord" ("America First", en VO) impulsée par le président américain, les services d'immigration affirment qu'ils vont adopter une "approche plus ciblée" dans leurs visites aux entreprises qui "abusent" du programme au détriment des Américains.

85.000 visas chaque année

La semaine dernière déjà, la nouvelle administration avait émis des directives obligeant les employeurs à démontrer que les emplois qu'ils proposent, notamment dans la programmation informatique, requièrent des compétences spécifiques qui nécessitent l'embauche d'un travailleur étranger. Lundi, le ministère de la Justice a également mis en garde les entreprises contre tout "détournement du visa H-1B dans le but de discriminer les travailleurs américains".

Ces derniers "ne doivent pas être défavorisés et le ministère est pleinement déterminé à enquêter et à poursuivre" les entreprises qui contreviendraient aux nouvelles directives, a expliqué le ministre adjoint de la Justice, Tom Wheeler.

Les mesures annoncées lundi interviennent au moment où les Etats-Unis ouvrent l'attribution annuelle des quelque 85.000 visas H-1B qui s'arrachent chaque année par les sociétés spécialisées dans les nouvelles technologies.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2017 à 14:51 :
Un étranger avec un visa 1B renouvelable est plus souple sur les horaires et plus flexible sur la rémunération un peu comme les travailleurs détachés en Europe. Le reste relève de la légende urbaine.
Réponse de le 04/04/2017 à 15:28 :
ça, c'est la réaction franchouillarde, tout comme cet article. En Amérique du Nord, et surtout dans les secteurs concurrentiels, on va chez celui qui paie le mieux. Quant à la souplesse sur les horaires, on travaille quand le projet le demande sans se soucier de la pendule ou de la CGT. Cela dit, je réitère ma question à la Tribune: sur quelques 350 millions d'habitants aux US, n'y aurait-il que des idiots pour prétendre que Trump fait de l'anti-immigration ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :