Gaspard Gantzer "passe à l'Ouest" pour La République en marche

 |   |  688  mots
Gaspard Gantzer, ici en octobre 2014 aux côtés de François Hollande.
Gaspard Gantzer, ici en octobre 2014 aux côtés de François Hollande. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer.)
Le parti d'Emmnuel Macron a investi 21 premiers candidats en Bretagne, dont beaucoup d'élus avec des mandats locaux, régionaux voire nationaux, et moins d'un tiers de femmes. Le parachutage à Rennes du conseiller en communication de François Hollande, Gaspard Gantzer fait des vagues.

Catapultage en terres bretonnes. L'actuel conseiller en communication de François Hollande fait partie des candidats surprise investis par La République en marche dans la deuxième circonscription d'lle-et-Vilaine, celle de la députée-maire PS Nathalie Appéré. Ironie du sort : alors que Rennes Métropole débute le 17 mai une campagne d'attractivité pour attirer les chefs d'entreprise, les investisseurs et les jeunes actifs franciliens avec la LGV, l'ancien camarade de promo et ami d'Emmanuel Macron à l'ENA, fait donc sien le slogan de cette campagne. En cas d'élection, il profitera donc du trajet Paris-Rennes en 1h25 à compter du 2 juillet.

Ce parachutage médiatique, dans une circonscription où Emmanuel Macron a obtenu son meilleur score - 35, 02 % au premier tour de l'élection présidentielle, 84 ,96 % au second tour -  ne passe pas inaperçu. D'autres personnes actives localement pour En Marche ! étaient pressenties pour l'investiture, et l'image du nouveau candidat rime plus avec les allées du pouvoir parisien qu'avec le terrain rennais. Ce fils de médecins du XVème arrondissement, habitant aujourd'hui le  XVIème, est « l'archétype du bobo parisien cool et sûr de lui », éduqué mais décoincé, fan de Netflix et de littérature contemporaine, écrivait de lui le quotidien Libération en janvier dernier.

Un fidèle de la gauche parisienne

Ancien conseiller en communication à la mairie de Paris, et porte-parole du maire Bertrand Delanoé, l'homme de 37 ans, marié Emilie Lang, la conseillère presse d'Audrey Azoulay au ministère de la Culture, passe ensuite aux Affaires étrangères auprès de Laurent Fabius. En avril 2014, il est nommé conseiller chargé des relations avec la presse, chef du pôle communication à l'Elysée, où il succède à Aquilino Morelle. Depuis le départ (la trahison ?) d'Emmanuel Macron du gouvernement, Gaspard Gantzer ne lui parlait plus, et avouait « qu'il ne pensait pas retravailler avec, ce serait difficile ». Le différend est visiblement enterré.

À Rennes, Gaspard Gantzer affrontera la socialiste Gaëlle Andro, vice-présidente de Rennes Métropole, puisque Nathalie Appéré ne se représente pas. Si Florian Bachelier, avocat et référent d'En Marche ! en Ille-et-Vilaine, lui-même investi dans la 8ème circonscription, se félicite de cette candidature, l'investiture de Gaspard Gantzer, qui n'était pas connue du président de la Région et ministre Jean-Yves Le Drian, ni de son entourage, provoque une marée de commentaires acerbes. Gaëlle Andro parle « d'un vrai parachuté, issu de la sphère de médiatico politique parisienne. Il vient en province par opportunisme ». Quant au vice-président du conseil régional , Loïg Chesnais-Girard, il réprouve «  ce genre de pratique politique, éloignée de ma conception de la politique ». Même sentiment chez les candidats Les Républicains et Front national, envers ce candidat venu d'ailleurs et qui « recycle la Hollandie ».

Absence de parité en terres bretonnes

En Bretagne, les 21 investitures font la part belle à des élus locaux, régionaux ou conseillers municipaux, la plupart sous étiquette PS mais aussi du centre. C'est le cas de Paul Molac, député PS du Morbihan, Bruno Joncour, maire MoDem de Saint-Brieuc et président de Saint-Brieuc Agglomération, ou encore d'Olivier Alain investi dans la 3ème circonscription des Côtes d'Armor. Protégé de Jean-Yves Le Drian, le vice-président de la région en charge à l'Agriculture, a aussi été pressenti un temps comme ministrable.

A noter qu'avant de se rétracter, La République en marche a annoncé l'investiture d'Hortense Le Pape, maire-adjointe de Vannes (UDI) dans la première circonscription du Morbihan. A suivre. Pour l'heure la parité ne joue pas en Bretagne avec sept femmes investies, dont une poignée vraiment issue de la société civile comme Valérie Fribolle chef d'entreprise et fondatrice du site de vente en ligne spécialiste de la déco pour enfants Machambramoi à Saint-Malo et la kinésithérapeute Annaïg Le Meur-Roux en Finistère. Le jeune économiste de 27 ans né au Rwanda, Hervé Berville à Dinan (22) et  Mustapha Laabid (48 ans), le directeur de la fondation Face Rennes qui agit contre l'exclusion, font l'ouverture à la diversité.

Pascale Paoli-Lebailly

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2017 à 10:30 :
Ganzer le narcissique sera représentatif de cette présidence. Premiere faute notable.
a écrit le 13/05/2017 à 8:45 :
Gaspard Gantzer, c'est pas celui qui a, un peu, été à la tête du "Pénélopegate", contre Fillon. Mais, pas de "cabinet noir" bien sûr.
a écrit le 12/05/2017 à 17:39 :
Gaspard Gantzer le conseillé le plus proche de Hollande qui roule pour Macron, c'était un peu prévu. Pour ceux qui croyait que tout allait changer avec Macron vont avoir un réveil brutal. Macron recycle l'équipe Hollande pour encore 5 nouvelles années.
La dégringolade vers le déclassement va s’accélérer j'ai l’impression.
a écrit le 12/05/2017 à 17:39 :
Pour tous ceux qui se trouvent cocufiés après leur vote du 7 mai, il est encore temps de temporiser l'effet "Macronade socialo compatible" avec les législatives. Tous ceux qui ont rêvé debout, s'assoient pour regarder la réalité en face: vive les anciens socialos convertis en "République en marche". Ne serait ce que pour inverser durablement la courbe du chômage.
a écrit le 12/05/2017 à 13:00 :
Les socialistes font le forcing pour rentrer d'en ce soit disant parti du centre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :