Attentat de Londres : Theresa May s’attaque aux géants d’Internet

 |   |  1029  mots
La Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré dans son discours du 6 juin que si les Droits de L’Homme faisaient obstacle à ces démarches (de surveillance), nous n’hésiterons pas à modifier les lois pour les rendre possibles.
La Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré dans son discours du 6 juin que "si les Droits de L’Homme faisaient obstacle à ces démarches (de surveillance), nous n’hésiterons pas à modifier les lois pour les rendre possibles." (Crédits : © Paul Hanna / Reuters)
Suite à l'attaque terroriste de samedi dernier, le Royaume-Uni remet en question sa sécurité. Dans un discours tenu ce mardi 6 juin, la Première ministre Theresa May a accusé les réseaux sociaux de laxisme sur la propagation du terrorisme et de la violence en ligne.

Le "laisser-faire" des réseaux sociaux a été fortement critiqué mardi soir, lors du discours de la Première ministre britannique suite à l'attentat de Londres du samedi 3 juin. En effet, Theresa May n'a pas pesé ses mots dans son adresse aux réseaux sociaux, qu'elle accuse d'offrir un "espace sûr" au terrorisme.

Ce n'est pas la première fois que les géants d'internet sont au cœur des accusations des politiques, outre-Manche. Le 1er mai, suite à l'attentat du pont de Westminster à Londres, le Parlement britannique avait publié un rapport sur la responsabilité des réseaux sociaux dans cette attaque.

"Les réseaux sociaux les plus prospères sont honteusement loin de faire le nécessaire pour s'attaquer aux contenus illégaux et dangereux, appliquer leurs propres règles ou assurer la sécurité de leurs utilisateurs", explique le rapport d'après le Monde.

Ce projet d'augmentation de la surveillance sur Internet a aussi été repris lors du sommet du G7 en mai, au cours duquel les Etats ont fait appel aux grandes entreprises numériques pour mettre fin à la diffusion des messages en lien avec le terrorisme sur leurs réseaux. La ministre de l'Intérieur britannique Amber Rudd avait notamment critiqué l'application de messagerie Whatsapp qui offre selon elle par ses conditions de confidentialité, une cachette pour les terroristes.

Bien que le Royaume-Uni possède déjà un des meilleurs systèmes de surveillance, avec la mise en place du "Investigatory Powers Act" en 2016 par Theresa May elle-même lorsqu'elle était ministre de l'Intérieur, une loi qui permet d'intercepter et de retenir des informations confidentielles en ligne jugées dangereuses pour la nation, cela ne semble pas suffisant.

Une amélioration de la sécurité sur Internet depuis six mois

Les accusations de Theresa May ont suscité la réaction des grands d'Internet qui se sont empressés de rappeler leurs efforts de ces six derniers mois sur la question de la sécurité en ligne. Contrairement aux propos  de la Première ministre, le directeur des affaires publiques de Facebook au Royaume-Uni, Simon Milner, et celui de Twitter, Nick Pickles ont assuré que leurs réseaux s'efforçaient d'être "un environnement hostile aux terroristes" et que leurs équipes réagissaient de plus en plus rapidement pour supprimer des contenus dangereux de leurs sites.

En mars, Twitter avait déjà supprimé près de 400.000 comptes aux tendances extrémistes, et Telegram, une application de messagerie sécurisée souvent utilisée par les groupes de terroristes, en a bloqué 17.000 depuis le début de l'année 2017.

Facebook a de son côté embauché 3.000 modérateurs dont le rôle est de réagir et de supprimer un lien ou un contenu lorsque celui-ci leur est signalé par des internautes. Le géant des réseaux sociaux, ainsi que Google, sont aussi très actifs dans la lutte contre la propagande terroriste, en venant en aide à des groupes anti-terroristes en augmentant la diffusion de leurs comptes. Leur but final: "S'assurer que les terroristes n'ai pas de voix en ligne", d'après Google.

Un porte-parole de Youtube a aussi ajouté: "Nous employons des milliers de personnes et investissons des millions de livres pour lutter contre les abus sur nos plateformes, en collaboration avec le gouvernement britannique, les autorités judiciaires et les associations."

Lire aussiFacebook veut lutter contre les contenus violents avec une armée de modérateurs

Toutes ses mesures ne sont pas passées inaperçues, l'ONU ayant même publié un rapport en décembre 2016, félicitant les géants numériques au sujet de leurs mesures anti-terroristes.

 "Les principales sociétés ont décidé de leur propre gré de prendre des mesures actives pour éviter que leurs produits ou services soient utilisés à des fins terroristes", explique une lettre au Conseil de Sécurité du 28 avril.

Un seul problème persiste : un contenu dangereux ne peut être retiré d'un site qu'après sa publication. Il est donc impossible de couper le message terroriste en ligne à sa source, sauf en installant une censure qui envelopperait tous les contenus sur Internet. Une mesure que le gouvernement de May aimerait faire passer et qui inquiète les entreprises de technologie. Les autorités britanniques voudraient pouvoir avoir accès à des conversations et des messages privés dans des applications comme Whatsapp, pour intercepter de potentielles attaques.

Le début de la fin des Droits de l'Homme

Une vague de critiques face aux accusations de Theresa May est très vite apparue. Le porte-parole de Telegram, Markus Ra a même fait part de son indignation sur son blog, en expliquant que mettre fin à des services de messagerie n'arrêterait pas les terroristes mais les pousserait seulement à employer des moyens de communication plus difficiles à tracer.

Beaucoup d'opposants à la Première ministre ont notamment pointé du doigt sa démarche en l'accusant d'opportunisme, à quelques jours des élections législatives du jeudi 8 juin. En effet, il semblerait que la conservatrice essayerait de faire oublier son erreur passée de réduire les effectifs de police lorsqu'elle était ministre de l'Intérieur.

Enfin, lorsque Theresa May a menacé de porter atteinte aux lois garantissant les Droits de l'Homme dans son discours, ses défenseurs et les opposants aux conservateurs se sont empressés de réagir. Le leader des Lib Dems, Tim Farron n'a pas hésité à faire un commentaire au Guardian quand Madame May expliquait que "si les Droits de L'Homme faisaient obstacle à ces démarches (de surveillance), nous n'hésiterons pas à modifier les lois pour les rendre possibles."

Tim Farron a déclaré que cette réforme de la liberté d'expression serait un scandale.

"L'alternative est un gouvernement qui surveille et contrôle l'Internet comme la Chine ou la Corée du Nord. Si nous transformons l'Internet en un outil de censure et de surveillance, les terroristes auront gagné. Nous ne serons pas plus protégés en étant moins libres."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2017 à 10:22 :
Elle peut toujours bavasser la May, mais ces criminels étaient connus et pas mis hors d'état de nuire, elle est directement responsable de se qui s'est passé.
Puis c'est un royaume en Angleterre, droit régalien du roi (reine), ça leur coûtait quoi de bannir des citoyens indignes de la citoyenneté britannique ou d'expulser des étrangers sans la moindre justification.
Ca devrait faire partie aussi des droits régaliens d'un président.
a écrit le 08/06/2017 à 16:00 :
En français, on écrit: le premier ministre ou Madame le premier ministre.
Michèle Alliot-Marie l'avait bien expliqué lorsqu'elle était ministre de la Défense.

Il s'agit d'un titre ou d'une fonction, il est donc invariant!!!
Si vous avez des difficultés, il suffit de se rappeler qu'on ne dit pas un médecin une médecine!!!
a écrit le 07/06/2017 à 22:50 :
Bien piteux services de renseignements britanniques ...
a écrit le 07/06/2017 à 22:28 :
"C'est le faute à le net. Si tout le people est mieux espionné, nous sommes secure par big brother." (sauf qu'elle a tellement de contre-exemples de gars qui tuent sans avoir besoin du net que ça frise la folie douce...) Fallait pas aller lancer trop de drones sur les croyants, non plus... ça les amuse pas des masses.
a écrit le 07/06/2017 à 17:59 :
L'obscurantisme exploite la misère sociale engendrée par le capitalisme, éradiquez la misère et vous éradiquerez plus de 90% des l'insécurité maintenant celle-ci étant la principale légitimité des gouvernants, en ont ils vraiment envie d'éradiquer l'insécurité ?
a écrit le 07/06/2017 à 17:55 :
Il faut que le web mondial et les geants du net comme Google, Yahoo, You tube ou encore Facebook puisse supprimer les contenus, les sites, les sites miroirs ou encore les sitedu deep web ou du dark web afin de protèger les générations futures de tentatives par les djihadistes et la structurel organisationnel des groupes terroristes d'accèder à des contenus prechant la haine, le mort et le meurtre donc pouvant embrigader les jeunes populations dans le radicalisme et le salafisme. Oui cette protection du web mondial est une necessité aujourd'hui que l'on connait l'etendue possible de l'action dans le monde du terrorisme.Il faut que les geants du net soient patriotes et protègent comme les agents de sécurité, les policiers et autres militaires contre les actes terroristes. Internet est un espace de libertés qui devraient avoir des règles précises contre les images violentes, les contenus racistes et antisemites, contre les videos de propagande, les livres dangereu du négationnisme et des rééditions de mein kampf par exemple. Oui le web mondial doit pouvoir s'autocontrôler et s'autoreguler pour protéger le monde du terorrisme et des cyberattaques. Supprimer le darkweb? Contrôler le web mondial ? Pas simple du tout vu l'ampleur et le developpement d'internet dans le monde !
Oui a des geants du web qui seraient totalemen patriotes et qui puissent supprimer les contenus dangereux pour la santé mentale des enfants et les protègent contre le terrorisme , les videos de propagande et le radicalisme religieux ou politique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :