Brexit : l'explosion en trompe-l'œil des investissements étrangers au Royaume-Uni

 |   |  1255  mots
Le flux d'investissements directs étrangers* (IDE) vers la Grande-Bretagne ont été près de huit fois supérieurs en 2016 qu'en 2015, passant de 33 milliards à 254 milliards de dollars.
Le flux d'investissements directs étrangers* (IDE) vers la Grande-Bretagne ont été près de huit fois supérieurs en 2016 qu'en 2015, passant de 33 milliards à 254 milliards de dollars. (Crédits : Reuters/Luke MacGregor)
La chute de l'attractivité économique du pays pour les investisseurs figurait parmi les grandes inquiétudes au lendemain du référendum. Pourtant, la Grande-Bretagne enregistre une année record, un premier effet Brexit ? Pas tout à fait. Explications.

Le 23 juin 2016, une courte majorité de Britanniques décidait de voter en faveur du Brexit. Un an après, La Tribune dresse le bilan de douze mois mouvementés, ponctués par le début officiel des négociations entre le Royaume-Uni et l'UE.

_______________________________

Effet macro-économique ou simple hasard du calendrier ? Alors que les Britanniques se sont prononcés en faveur du Brexit, la même année le Royaume-Uni a réalisé un record d'attractivité. Les flux d'investissements directs étrangers* (IDE) vers la Grande-Bretagne ont été près de huit fois supérieurs en 2016 qu'en 2015, passant de 33 milliards à 254 milliards de dollars. Le pays s'est hissé à la seconde place mondiale derrière les Etats-Unis (391 milliards de dollars de flux entrants), après avoir occupé le 14e rang l'année précédente, selon les chiffres de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

Il ne faut pas s'y tromper, cette performance est nullement liée au Brexit. Pour rappel, le montant des IDE sont calculés à partir de la conclusion d'une opération d'investissement. Par exemple, le plus gros deal réalisé sur l'année 2016 concerne le rachat du brasseur britannique SABMiller par le belge AB Inbev pour 101,5 milliards de dollars, soit 40% du total des IDE reçus par le Royaume-Uni cette année. Or, les actionnaires des deux sociétés s'étaient mis d'accord sur cette fusion dès l'automne 2015. Le Brexit a en revanche ralenti la conclusion de l'opération, les deux parties ayant dû revoir des termes de l'accord. Ce cas n'est pas une exception. La Cnuced note dans son rapport que plusieurs investissements concernant des sociétés britanniques ont été annoncés en 2015, soit bien avant le référendum.

"Le Brexit aura probablement un impact limité sur les IDE jusqu'à ce que les termes de la sortie s'éclaircissent"

L'année 2016 a été marquée par la multiplication de ces méga-deals pour le Royaume-Uni. Cinq des dix plus grosses opérations de fusion-acquisition dans le monde ont concerné le rachat d'une société britannique, dont deux sur le podium (SABMiller, mentionné plus haut, suivi du rachat de BG Group par Royal Dutch Shell pour 69,4 milliards dollars), alors qu'en 2015 une seule figurait dans le Top 10. Depuis 2011, les flux d'IDE vers le Royaume-Uni n'ont jamais dépassé les 56 milliards de dollars au global. La performance observé en 2016 relève davantage d'une exception à la règle que d'une tendance.

Si le "Oui" à la sortie de l'Union européenne n'a pas eu d'effet positif sur les IDE, il n'a pas eu d'effet négatif non plus pour le moment. En effet, la Cnuced note dans son rapport que "le Brexit aura probablement un impact limité sur les IDE jusqu'à ce que les termes de la sortie s'éclaircissent". "Tout changement potentiel dans les plans d'investissements étrangers à cause du Brexit devrait prendre quelques années avant de se traduire dans les flux actuels", poursuit-il.

Ces observations contredisent certaines études réalisées avant le référendum du 23 juin. "Les projections sur l'impact du Brexit à court terme prévoyaient toutes une baisse assez rapide de l'investissement vers le Royaume-Uni. Pour l'instant, on ne l'a pas observée", analyse Catherine Mathieu, économiste à l'OFCE et spécialiste du Royaume-Uni. De plus, les atouts historiques du pays, couplés à la politique fiscale offensive de Londres, qui a abaissé à 17% l'impôt sur les sociétés, maintiennent largement son attractivité.

La nature du futur partenariat commercial n'est pas sur la table des négociations

Si les investisseurs ne modifient pas de manière significative leur comportement à l'égard du Royaume-Uni pour le moment, la négociation qui s'ouvre pourrait les faire changer d'avis. Fin mars, la Première ministre Theresa May a déclenché la procédure de sortie par l'invocation de l'article 50 du traité de Lisbonne. Depuis, les Européens ont circonscrit les négociations à deux éléments : les libertés des Européens (notamment la liberté de circulation) et le règlement financier, autrement dit la facture dont devra s'acquitter la Grande-Bretagne à sa sortie.

Ainsi, les discussions sur l'établissement d'un futur partenariat commercial ne sont pour l'instant pas d'actualité et pourraient ne l'être qu'en 2019, autrement dit une fois le divorce consommé. Ce contexte "crée une grosse incertitude pour les investisseurs sur l'avenir des relations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni", souligne Catherine Mathieu. "Cela devrait les inciter à relocaliser leurs investissements dans d'autres pays membres", en anticipant la possibilité d'un échec de l'établissement d'un régime spécifique pour le Royaume-Uni.

"Une équation impossible à résoudre"

La question de l'accès des Britanniques au marché commun est importante pour leur économie. Les projections à quinze ans du Trésor de Sa Majesté, réalisées en avril 2016 (soit deux mois avant le référendum), établissaient que les flux d'IDE seraient de 18% à 26% plus faibles en cas de Brexit sans partenariat spécifique comparés à ce qu'ils seraient si le Royaume-Uni décidait de rester dans l'Union. Dans le cadre d'un accord bilatéral, cet écart serait entre 15% et 20%. Et, dans le cadre de l'Espace économique européen (EEE, le type de partenariat le plus proche du marché unique en vigueur dans l'UE), cet écart se réduirait à 10%.

Dans le même esprit, une étude menée par le cabinet Ernst & Young en 2015 révélait que 72% des investisseurs ont cité l'accès au marché unique comme un élément important de l'attractivité de la Grande-Bretagne. Preuve que l'accès au marché européen constitue un argument de poids pour les agents économiques dans leur décision d'investissement.

Comme indiqué plus haut, les discussions sur un partenariat spécifique ne sont pas d'actualité. "Si le Royaume-Uni n'est pas soumis à la Cour de justice de l'UE et si la liberté de circulation n'est pas assurée, alors les Européens refuseront de lui donner accès au marché unique", pointe Catherine Mathieu de l'OFCE. La défaite, ou plutôt la moindre victoire des conservateurs aux élections du 8 juin a certes donné plus de poids aux partisans d'un "soft Brexit", mais ne change pas fondamentalement la donne.

"Ce que veulent les conservateurs, c'est le contrôle de l'immigration, mais l'UE veut la garantie de la liberté de circulation. C'est une sorte d'équation impossible à résoudre", conclut l'économiste.

"Servir d'exemple"

En maintenant cette incertitude et cette ligne dure envers le Royaume-Uni, symbolisée par le choix du gaulliste Michel Barnier pour mener les négociations côté européen, l'Union européenne risque d'affaiblir la croissance britannique. Pourtant, elle n'y a pas forcément intérêt. "Cela servira d'exemple, pour décourager les autres pays qui songeraient à quitter l'UE, mais cela pénalisera aussi les entreprises européennes", prévient Catherine Mathieu. Pour rappel, la Grande-Bretagne est notamment le premier excédent commercial de la France.

Difficile dans ces conditions de prévoir ce qu'il adviendra. A ce stade, l'économie du Royaume-Uni résiste plutôt bien, mais jusqu'à quand ? De la victoire de Donald Trump à celle d'Emmanuel Macron, en passant par les élections générales britanniques, les retournements de situation s'enchaînent ces derniers mois. Il ne reste alors qu'à attendre et observer.

| DOSSIER : Brexit, un an après le référendum, où en sommes-nous ?

___

(*) Un investissement direct étranger (IDE) consiste pour une société non-résidente à acquérir un intérêt durable - autrement dit, au moins 10% du capital - dans une société résidente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2017 à 7:48 :
"mais il ne faut pas s'y tromper, cette situation n'est nullement liée au Brexit" .... Visiblement, la pilule ne passe toujours pas. Si les éléments positifs de l'économie financière outre- manche sont décrits comme n'étant pas liés au Brexit, on peut tout aussi bien conclure que le Brexit n'entraîne pas les effets catastrophiques annoncés par ses opposants, au RU et sur le continent ; mais cela reviendrait à reconnaître l'orientation politique des analyses faîtes sur le choix britannique. Donc, il vaut encore et toujours mieux dire et soutenir le contraire : tout ce qui est positif en Grand-Bretagne, y compris le retour des déficits publics sous la "barre des 3%" (!), "n'a rien à voir avec le Brexit".
a écrit le 03/07/2017 à 11:04 :
Macron arrive et nous dit qu' il va faire bouger l' Union européenne quand Barnier nous confirme que tous ces politiciens qui nous demandent de voter pour eux pour qu'ils puissent, soi-disant, changer l' Ue... est impossible. On ne pas renégocier en quelques semaines, en quelques mois ou même en plusieurs années, des centaines de compromis qui se sont sédimentés depuis plus de 40 ans.

Voilà qui valide les analyses de l' UPR, l' Union est irréformable..

http://www.europe1.fr/international/michel-barnier-negocier-le-brexit-cest-detricoter-44-ans-de-relations-europeennes-3377738#utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&xtor=CS1-15&link_time=1498997100
a écrit le 02/07/2017 à 10:39 :
Mince alors : M. Asselineau et l'UPR avaient donc -encore- raison : non seulement la fin du monde n' a pas eu lieu, mais en plus, l'économie britannique se porte comme un charme, avec une Theresa May enfin débarrassé des européistes dans son propre parti. Et tant pis pour les quelques points perdus dans l'affaire : il fallait bien faire le ménage chez soi avant de commencer les négociations de sortie - on appelle cela la stratégie. Mais ça évidemment, ça aura échappé, une fois encore, à nos chers médias propagandistes, tous aux mains de la doxa.
Réponse de le 03/07/2017 à 11:03 :
J' ai trop ri voilà qui va enrichir le débat avec nos amis activistes pro UE ....! Merci mille f ois.
Réponse de le 03/07/2017 à 11:58 :
Ça ne vous aura pas échappé que le Royaume-Uni est toujours dans l'UE.

On verra les vrais effets en 2019-2020.
a écrit le 26/06/2017 à 16:22 :
il y a quand même une curieuse coïncidence comme si les entreprises avaient hâté les cessions, reprises, ventes avant le Brexit donc avant de perdre de la valeur!!! Dans ces cas là on se dépêche avant la catastrophe prévisible, évidemment. Si logique!!
les repreneurs seront les dindons de la farce, vieille expression français: équivalent à trouver en anglais, si possible plus récent... vont-ils demander et pouvoir demander des compensations car ils se sont fait arnaqués quelque part...
Réponse de le 03/07/2017 à 9:55 :
"Butt of the joke", easy !
a écrit le 26/06/2017 à 13:13 :
Dans l'article, vous ne citez pas la suppression des normes européennes qui pèsent énormément sur les entreprises et surtout la création, il est normal que les grands groupes investissent en grande Bretagne du fait des centaines de milliers de normes qui disparaissent. Une norme c'est un coût pour les entreprise .
Votre article sent la propagande européiste à plein nez.
Réponse de le 04/07/2017 à 7:52 :
Bien évidemment : la reprise en main à eu lieu et la Tribune n'y échappe pas. Je ne pense pas qu'un Romaric Godin aurait analysé la situation sous l'angle qui nous est présenté dans cet article.
a écrit le 25/06/2017 à 14:08 :
Il serait utile que la CNUCED (ONU) et tous les organismes internationaux et nationaux revoient leurs comptabilisations des flux IDE.
1) Les investissements productifs (création de ligne de production, usines, centres de distribution, modernisation d’équipements, centre de R&D, etc.).
2) Les acquisitions (fusions)
3) Les déplacements purement financiers.
C’est article prouve au moins que les chiffres IDE présentés sont sans intérêts, puisque une explication de texte est nécessaire pour y voir plus clair !
Entre faire un chèque pour créer une usine à l’étranger ou acquérir une entreprise à l’étranger, c’est le jour et la nuit.
Dans le premier cas, y’aura de l’emploi, voir du savoir-faire et de la technologie récupérés.
Dans le second cas, si la fusion est juste pour peser plus sur le marché mondial et faire des économies à grande échelle, pas certain que l’emploi en sorte gagnant ! Parce il faut compter sur la concurrence qui actera de même. Au résultat, moins d’emplois mais pas forcement au résultat des gains de part de marchés.
De plus, il y a aussi une perte de souveraineté (décisionnelle) pour la nation qui récupère le chèque, voir des fuites de savoir faire et de technologie.
C'est bien "le jour et la nuit".
Dans le cas de fusions de services ou de technologies complémentaires, l’emploi est souvent gagnant.
Ensuite, les déplacements de sièges financiers à La City, en Irlande, en Suisse, au Luxembourg ou aux Pays-Bas ne sont pas des investissements productifs, juste des magouilles pour l’optimisation fiscale, souvent juste avec des boites à lettres ou éventuellement quelques personnes dans un bureau pour les grands groupes, alors que les industries et R&D sont ailleurs.
Pour le commun des mortels : optimisation fiscale = truandage, puisque au bout du compte les finances de nations qui n'optimisent pas en pâtissent.
Et il est clair qu'une course mondiale à l'optimisation serait débile et destructif, il faut doit nettoyer la fraude fiscale.
La City et ses satellites financiers sont N°1 mondial dans le domaine.
Ensuite on peut aussi y ajouter le blanchiment d’argent, des mafias, oligarques véreux et finance djihadiste, qui profitent de ce système de paradis fiscaux et autres pavillons de complaisance.
a écrit le 24/06/2017 à 10:54 :
Non content de vous être monumentalement trompés sur le vote du brexit et que le RU devait tomber en enfer pour l'éternité, voilà t'il pas que maintenant vous leur promettez les 7 fléaux du diable pour... bientôt.

C'est plus prudent on comprend mais cela reste de la fabrique à opinion et non de l'information.

Le fanatisme c'est déjà assez difficile à supporter comme ça dans le sport, vous allez finir par me faire lire l'équipe...
Réponse de le 26/06/2017 à 19:45 :
+1000
On voit que les journalistes de La Tribune ont envie de voir les English se planter
Mais voilà, il ne se passe rien en fait.
Réponse de le 27/06/2017 à 14:19 :
Ce n'est pas que sur la tribune, c'est générale et cette véritable pathologie porte un nom: le néolibéralisme.

Individualisation des gains et socialisation des pertes, voilà ce qui fait couler notre économie la concentration des richesses dans seulement quelques mains.
a écrit le 24/06/2017 à 9:59 :
UK a beaucoup d'atout pour attirer les investisseurs : une population très bien éduquée, un système judiciaire performant, une place financière mondiale, une monnaie maîtrisée et non grevée de sur endettement, l'une des deux premières villes du monde. Le Brexit n'est qu'un petit mur de protection à géométrie variable, un bouclier qui permet de se défendre des prédateurs qui ont d'autres fois et lois.
Réponse de le 25/06/2017 à 18:40 :
Donc si je vous ai bien compris, le R-U se défend des prédateurs qui en veulent à son optimisation fiscale et à ses banques qui ont bien participé à la débâcle financière mondiale de 2007. La Banque d'Angleterre a d'ailleurs sauvé le système financier britannique avec des chèques de centaines de milliards dès 2009.
Les boites internationales, ancrées au R-U, qui font du business à l'étranger, tout en ne réglant pas d'impôts auprès des trésor publics concernés par les emplois sont des anges, et doivent se protéger de celles qui magouillent pas ou moins ?
Que le monde est méchant avec le Royaume-Uni, vive le blanchiment et l'optimisation fiscale, chacun pour sa gueule !
Réponse de le 25/06/2017 à 20:14 :
10/04/2017
La banque Barclays soupçonnée d'avoir tenté d'identifier un lanceur d'alerte :
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/la-banque-barclays-soupconnee-d-avoir-tente-d-identifier-un-lanceur-d-alerte-683712.html
20/06/2017
Affaire de fraude au Qatar impliquant Barclays et 4 ex-dirigeants :
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/affaire-de-fraude-au-qatar-impliquant-barclays-et-4-ex-dirigeants-740835.html
12/12/2016
En cédant la France, Barclays achève sa sortie des pays européens
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/en-cedant-la-france-barclays-acheve-sa-sortie-des-pays-europeens-624039.html
Bon débarras !
On comprend que l'Europe, avec la France et l'Allemagne qui avancent (très difficilement) sur la transparence, l'optimisation fiscale et une fiscalité plus régulée, ne peut pas plaire à La City et ses banques et assurances ultra-libérales.
Ultra-libérales, c'est pour rester poli !
---
Oui, l'Europe avance très lentement sur la question financière, mais comme pour la défense commune, jamais, en 2014, personne n'aurait parié sur la moindre avancée réelle dans ces 2 domaines. Terrorisme, Crimée-Donbass sans avancée notable, Trump et Brexit, partis européens extrémistes, gauche et droite, ces changements, entres autres, pèsent dans la balance et tendent à rapprocher l'Allemagne et la France, pour le meilleur et pour le pire !
a écrit le 23/06/2017 à 23:03 :
Le plus dur est à venir...
Réponse de le 26/06/2017 à 4:45 :
Vous voyez juste. Des amis residents depuis + de 20 ans ont decides de vendre pour partir. Leur appart situe a Kensington achete en 2007. Impossible a vendre puisque la demande est en berne. On leur demande de plus une baisse de 30%.
La bulle londonienne va sans doute sous peu faire parler d'elle.
Ce n'est que le haut de l'iceberg.
C'est le debut de la fin du Royaume uni.
a écrit le 23/06/2017 à 19:45 :
Les investisseurs détestent l'incertitude. Et vu la tournure que prennent les négociations du Brexit, le "smog" planera encore longtemps. Je pense même sincèrement qu'au final, de Brexit, il n'y en aura pas. Un retournement de l'opinion publique avec une pression maximum sur les politiques est le plus concevable. Un bon article à parcourir ou à partager sur les réseaux car intéressant: https://www.europa-blog.eu/brexit-deviendra-t-il-effectif/
Réponse de le 24/06/2017 à 9:38 :
"Les investisseurs détestent l'incertitude."

Toujours cette phrase idiote. Si les investisseurs détestait l'incertitude, les marchés et en pariculier le marché britannique ne seraient pas a leur plus haut historique.
a écrit le 23/06/2017 à 18:19 :
PASCAL , sauf erreur de ma part, écrivait : vérité en deça de Pyrénnées , erreur au delà
Vos articles souvent partiaux sur leUK me font penser à ce qui me semble etre votre devise : vérité en deça du Channel , erreur au delà .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :