Cameron poursuit la formation de son gouvernement

 |   |  807  mots
Contrairement à ce que les sondages prédisaient, David Cameron a été largement réélu au 10, Downing Street.
Contrairement à ce que les sondages prédisaient, David Cameron a été largement réélu au 10, Downing Street. (Crédits : POOL)
Largement réélu, le Premier Ministre britannique a d'ores et déjà reconduit sa garde rapprochée. Le gouvernement sera 100 % conservateur.

Le conservateur David Cameron vainqueur de législatives britanniques aux allures de séisme, poursuit la formation de son gouvernement tandis que l'opposition travailliste se cherche un nouveau chef de file. Conforté par un résultat inespéré qui lui a donné la majorité absolue, le leader des Tories a rendu visite vendredi à la reine Elizabeth II, au palais de Buckingham, recueillant son assentiment formel pour la formation du nouveau gouvernement.

David Cameron a ainsi maintenu Nicky Morgan en tant que ministre de l'Education, et a nommé Michael Gove ministre de la Justice à la place de Chris Grayling qui remplace William Hague comme chef des conservateurs à la chambre des Communes. Chris Grayling sera chargé de superviser les réformes constitutionnelles parmi lesquelles les transferts de pouvoirs promis à l'Ecosse mais aussi aux autres régions du Royaume-Uni. Chris Grayling devrait en outre chapeauter le projet de loi pour donner aux députés anglais un droit de veto sur les lois votées à Westminster et ne concernant que l'Angleterre.

La garde rapprochée renouvelée dès vendredi

Mark Harper, secrétaire d'Etat aux handicapés dans le gouvernement sortant, a quant à lui été nommé "chief whip", la personnalité chargée de faire respecter la discipline du parti parmi les parlementaires conservateurs. Il avait auparavant été secrétaire d'Etat chargé de l'immigration mais avait été contraint de démissionner en février 2014 pour avoir employé de façon irrégulière sa femme de ménage.

Ces annonces font suite au renouvellement, dès vendredi, de la garde rapprochée de David Cameron qui a confié à nouveau les quatre postes clé de son cabinet à George Osborne (Finances), Theresa May (Intérieur), Philip Hammond (Affaires étrangères) et Michael Fallon (Défense). Le maire de Londres, Boris Johnson, était pressenti pour entrer au gouvernement mais, pour l'heure, aucune annonce n'a été faite en ce sens.

Le vrai travail de Cameron commence maintenant

Les résultats définitifs après dépouillement des 650 circonscriptions allouent 331 députés aux conservateurs (+24), 232 aux travaillistes (-26), 56 au SNP (+50), huit aux libéraux démocrates (-49), 1 à l'Ukip (-1). Le Labour a été laminé en Ecosse, où les indépendantistes du SNP ont raflé 56 des 59 sièges en jeu dans leur région autonome, jusqu'ici considérée comme un fief travailliste inexpugnable. "Les électeurs britanniques ont rendu un verdict écrasant sur le dos de deux grands partis nationaux, remis le pouvoir à un troisième et déclenché une révolution en Ecosse", résume le Times dans son éditorial de samedi. Le "vrai travail" de David Cameron "commence maintenant", écrit encore le quotidien, qui souligne comme ses concurrents les défis qui attendent le Premier ministre : maintenir l'Ecosse sous la bannière de l'Union Jack, et la Grande-Bretagne dans le giron de l'Union européenne.

Démissions en série dans la classe politique

Nombre d'analystes avaient prédit "un bain de sang" politique, et ils avaient raison.  Nigel Farage, le chef de file du parti europhobe Ukip, battu à South Thanet, a été le premier à démissionner, portant un coup sévère à son parti, pourtant crédité d'un score flatteur de près de 13% en voix. Peu après, le leader libéral-démocrate Nick Clegg, 48 ans, a jeté l'éponge au sortir d'une nuit "dévastatrice", selon sa propre expression. Ed Miliband, 45 ans, le patron des travaillistes, a suivi le même chemin, endossant "l'entière responsabilité de la défaite". Les autres grands perdants sont les instituts de sondages qui n'ont cessé de prédire un résultat ultra serré, voyant les deux partis traditionnels frappés de déclin dans un paysage caractérisé par le multipartisme.

Le SNP décuple presque sa représentation à la Chambre des communes. "Le lion écossais a rugi cette nuit", s'est félicité son ancien leader, Alex Salmond. Le triomphe du SNP est symbolisé par l'élection de Mhairi Black, une étudiante de 20 ans qui devient la plus jeune députée de Westminster depuis 1667, aux dépens du député sortant et cadre du Labour Douglas Alexander.

Le risque du Brexit

Critiqué pour son manque d'engagement en début de campagne, David Cameron, à peine réélu, a réitéré sa principale promesse : l'organisation d'ici à 2017 d'un référendum sur le maintien ou non du pays dans l'Union européenne. Une perspective inquiétante pour ses partenaires européens, qui craignent un "Brexit", un acronyme désignant une sortie du club des 28. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dont David Cameron avait contesté la nomination, a envoyé ses félicitations, se déclarant prêt à "conclure un accord équitable pour le Royaume-Uni au sein de l'Union européenne". Le président de l'exécutif bruxellois avait déjà ouvert la porte à des modifications mineures des traités.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2015 à 19:38 :
Il ne faut, malheureusement, pas se faire d'illusion : les Anglais SAVENT qu'ils auront plus à perdre qu'à gagner à sortir de l'Europe. Donc, si nous ne les virons pas, chose peu probable vu que leur "pib city" sert à augmenter artificiellement le "pib" de notre zone, nous devrons continuer à nous soumettre à leur "libéralisme" issu de l'oncle sam. Le prochain Avènement tel que celui de Lehman pourra néanmoins remettre les choses à leur place. Vivement.
Réponse de le 10/05/2015 à 21:21 :
dites vous êtes plus "fort" que les économistes britanniques apparemment, car vous détenez la vérité. Dites vous savez, téléphonez à M. Cameron pour lui faire part de vos conseils, faites comme hollande, M. Cameron a besoin de rigolos en face.....ça le détend.
a écrit le 10/05/2015 à 18:46 :
Cameron devrait s'imposer en France .
a écrit le 10/05/2015 à 16:30 :
Je ne suis pas un fan de la perfide Albion, je dois malgré tout tirer un coup de chapeau à ses politiques: de VRAIES réformes, des résultats, une réélection haut la main et des vaincus qui tirent leur révérence avec panache et retournent à la société civile. On est loin de l'oligarchie énarque de nos politiciens français accrochés à leurs mandats et leurs privilèges à vie. Le contraste est saisissant, et navrant.
Réponse de le 10/05/2015 à 18:46 :
Tout est dit.

On peut ne pas être fan de sa politique, mais pour le reste on peut que féliciter.

Pareil pour les opposants, grande classe.

J'ai beaucoup de jalousie.
Réponse de le 10/05/2015 à 19:41 :
Officiellement, 3 millions de Britanniques ne peuvent même pas s'acheter de quoi manger pour UNE journée. Génial, le pays, non..?? (N.B.: j'ai constaté sur PLACE, sinon, je n'en parlerais même pas.)
Réponse de le 10/05/2015 à 23:21 :
@yvan Tu as constaté quoi? Tu étais sur place waouh, tu as vu 3millions de personnes crèver de faim?? Une analyse terrain (qualitative) sur 3 millions de personnes (quantitatif) tu es très fort...

Plus sérieusement lis ce qu'on te dit, je n'apprécie pas la politique de Cameron, mais j'admire sa manière de faire. Il pourrait être d'extrême gauche, mon regard serait le même.

Tout comme les travaillistes qui savent tirer leur révérence.
a écrit le 10/05/2015 à 14:44 :
Deuxième mandat de Cameron : plus d’austérité, moins d’UE et pas de concessions à l’Ecosse. Un point, c'est tout.
a écrit le 10/05/2015 à 12:16 :
Voila ce qu'on appelle un gouvernement qui gagne des élections, un winner. On peut donc réformer et avoir du soutien. L’Angleterre fait de la croissance, l’Allemagne aussi, la France est sous la moyenne, à 0,4% en 2014, hors inflation c’est la stagnation depuis 2008, que fait l’Etat ? Le PMI est négatif en Avril et positif ailleurs. On vend des entreprises à l’étranger, on manque de fonds en France, ou bien l’Etat fait de l’intelligence avec l’étranger ? On perdrait 157000 emplois industriels depuis 2009, on dénombrait depuis 2009 des ouvertures de commerces, on passe en négatif en 2014, que fait l’Etat ? Le QE est-il considéré libéral comme produisant des bulles spéculatives susceptibles de nuire ? Pourquoi ne pas rouvrir les usines et y mettre des fonctionnaires au lieu de faire des fonctionnaires et des chômeurs ? L’Etat a-t-il une logique de destruction économique ou est-il inintelligent ? Le chômage aux usa fait un plus bas de 7 ans, l’Europe fait-elle de la destruction humaine par le chômage, surtout des jeunes, et de la destruction économique par la stagnation ou la récession alors que le pib n’a pas le même périmètre dans les pays. L’Europe ne doit-elle pas se remettre en cause alors qu’elle fabrique du terrorisme et de l’antisémitisme. En Europe le nombre de +65 ans augmente et celui des jeunes baisse, on nous sert le malthusianisme des boomers avec la faible croissance, est-ce un modèle mondial ou bien une oppression politique ? Ne nous sert-on pas des génies de l’organisation qui font des pénuries de médicaments, des PMU financiers instables on jouerait à la roulette russe avec la population, ou bien des génies des carpattes alors qu’on dit que l’Etat étoufferait les forces vives ? La relance à la française, ne cocotte-t-elle pas le chômage et le blabla sur la croissance qui est incohérent avec une monnaie désajustée. On parle d’un déclin, y aura-t-il déni et 20 ans de déclin ? Y a-t-il détournement de démocratie quand on fait ce qu’on veut ? Pourquoi l’Europe ne fait-elle pas du développement économique et des emplois alors qu’on dit que les retraités plombent la croissance et donc l’emploi et les revenus des jeunes. Que fait la France, elle parle mais ne fait rien?
Réponse de le 10/05/2015 à 19:56 :
Votre fond est bon, René, mais vous avez été touché par la propagande commerciale ambiante. Zum beispiel, "Le chômage aux usa fait un plus bas de 7 ans" : un gars qui bosse "à la demande", soit les contrats Zéro heure, n'est pas considéré comme chomiste. Mais 53 millions d'Américains ont BESOIN des food-stamps... Mince. Simplement, les plus puissants dirigent les gouvernements qui ... nous enfument.
Réponse de le 11/05/2015 à 13:11 :
tellement d'accord avec "yvan", certes le RU a fait 2,8% de croissance l'an dernier mais aussi deux recessions entre 2008 et 2013 (inedit en Europe) et son PIB revient juste au niveau de 2008 en 2015 (pour la france c'était en 2013). Le RU est un pays ultra-libéral qui vend très bien son système en oubliant de dire qu'ils n'ont plus d'industrie, qu'ils exportent bien moins que la France ou l'Allemagne, que leur déficit commercial est le 3ème de la planéte et qu'ils sont les champions hors categorie en Europe des inégalités et des travailleurs pauvres....
a écrit le 10/05/2015 à 12:09 :
L’Angleterre fait de la croissance, l’Allemagne aussi, la France est sous la moyenne, à 0,4% en 2014, hors inflation c’est la stagnation depuis 2008, que fait l’Etat ? Le PMI est négatif en Avril et positif ailleurs. On vend des entreprises à l’étranger, on manque de fonds en France, ou bien l’Etat fait de l’intelligence avec l’étranger ? On perdrait 157000 emplois industriels depuis 2009, on dénombrait depuis 2009 des ouvertures de commerces, on passe en négatif en 2014, que fait l’Etat ? Le QE est-il considéré libéral comme produisant des bulles spéculatives susceptibles de nuire ? Pourquoi ne pas rouvrir les usines et y mettre des fonctionnaires au lieu de faire des fonctionnaires et des chômeurs ? L’Etat a-t-il une logique de destruction économique ou est-il inintelligent ? Le chômage aux usa fait un plus bas de 7 ans, l’Europe fait-elle de la destruction humaine par le chômage, surtout des jeunes, et de la destruction économique par la stagnation ou la récession alors que le pib n’a pas le même périmètre dans les pays. L’Europe ne doit-elle pas se remettre en cause alors qu’elle fabrique du terrorisme et de l’antisémitisme. En Europe le nombre de +65 ans augmente et celui des jeunes baisse, on nous sert le malthusianisme des boomers avec la faible croissance, est-ce un modèle mondial ou bien une oppression politique ? Ne nous sert-on pas des génies de l’organisation qui font des pénuries de médicaments, des PMU financiers instables on jouerait à la roulette russe avec la population, ou bien des génies des carpattes alors qu’on dit que l’Etat étoufferait les forces vives ? La relance à la française, ne cocotte-t-elle pas le chômage et le blabla sur la croissance qui est incohérent avec une monnaie désajustée. On parle d’un déclin, y aura-t-il déni et 20 ans de déclin ? Y a-t-il détournement de démocratie quand on fait ce qu’on veut ? Pourquoi l’Europe ne fait-elle pas du développement économique et des emplois alors qu’on dit que les retraités plombent la croissance et donc l’emploi et les revenus des jeunes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :