Crise de l'énergie  : Bruxelles présente ses mesures d'urgence

Plafond des prix de l'électricité quand elle produite par une autre source d'énergie que le gaz ou le charbon, taxation des bénéfices des industriels... La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, va présenter ce mercredi des mesures d'urgence lors de son «discours sur l'état de l'UE. La dirigeante devrait, lors de cette allocution, dérouler ses propositions pour enrayer la flambée des prix de l'énergie. La commissaire à l'Energie a promis « des mesures sans précédent » pour « amortir l'impact » de la flambée des prix.
Après une allocution d'environ quarante minutes, Ursula von der Leyen s'engagera dans un débat de plus de deux heures avec les eurodéputés.
Après une allocution d'environ quarante minutes, Ursula von der Leyen s'engagera dans un débat de plus de deux heures avec les eurodéputés. (Crédits : JOHANNA GERON)

C'est à Strasbourg, ce matin, au Parlement européen, devant la Première dame ukrainienne Olena Zelenska, qu'Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne va présenter des propositions pour que l'Europe puisse faire face à la crise de l'énergie. Réunis vendredi, les ministres européens de l'Energie ont demandé à la Commission de préparer en quelques jours « une proposition solide et concrète ». La commissaire à l'Energie, Kadri Simson a promis « des mesures sans précédent » pour « amortir l'impact » de la flambée des prix.

L'exécutif européen a déjà esquissé plusieurs pistes : un plafonnement des superprofits du nucléaire et des renouvelables, dont les coûts de production sont très en-deçà du prix du marché, pour les redistribuer, des objectifs contraignants de réduction de la demande d'électricité ainsi qu'une « contribution » réclamée aux groupes gaziers et pétroliers...

Un plafond à 180 euros par mégawattheures pour les revenus des producteurs d'électricité issue d'énergie autres que le gaz et le charbon

Selon Les Echos, la Commission prévoit ainsi de « de fixer un plafond à 180 euros par mégawattheures pour les revenus des producteurs d'électricité issue d'énergie autres que le gaz et le charbon : électricité renouvelable, nucléaire, biomasse, dont les coûts de production sont restés stables ». Une mesure qui pourrait rapporter quelque 100 milliards d'euros. Autres pistes avancées : « une réduction volontaire de la consommation d'électricité des entreprises et des ménages de 10% et obligatoire pour 5% ».

Les Vingt-Sept ont aussi demandé à la Commission d'étudier un possible plafonnement du prix des importations de gaz de l'UE, une mesure que Bruxelles souhaitait initialement appliquer seulement au gaz russe.

« Nous sommes impatients de connaître les propositions concrètes de la Commission. Nous ne pouvons plus nous permettre de dépendre d'acteurs non fiables », a prévenu mardi la présidente du Parlement, Roberta Metsola. A ses côtés, la Première ministre finlandaise Sanna Marin a dénoncé le « chantage » de Moscou sur l'approvisionnement en gaz.

Les ministres de l'Energie se réuniront à nouveau le 30 septembre pour se prononcer sur ce plan d'urgence, dont certaines mesures potentielles divisent déjà les Vingt-Sept, aux situations énergétiques très variées.

« C'est le moment de ne pas avoir la main qui tremble »

Après une allocution d'environ quarante minutes, prévue à 9h00, Ursula von der Leyen s'engagera dans un débat de plus de deux heures avec les eurodéputés. « C'est peut-être le discours le plus important de la mandature d'Ursula von der Leyen, il y a des attentes très fortes de mots et d'actes rapides et décisifs », considère Valérie Hayer, eurodéputée Renew.

Après plus de six mois de guerre et une unité européenne qui s'émousse, « c'est le moment de ne pas avoir la main qui tremble, de ne pas opposer soutien aux Ukrainiens et protection des Européens », abonde la socialiste Sylvie Guillaume. Selon elle, il est temps « que la Commission européenne devienne vraiment la commission géopolitique » qu'elle affirmait vouloir être au début de sa mandature en 2019.

Au-delà de la question énergétique, Ursula von der Leyen, qui s'exprimera alternativement en anglais, allemand et français, devrait également aborder la « transition verte » de l'UE, le plan de relance économique et la défense de l'Etat de droit.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 14/09/2022 à 17:45
Signaler
Elle est où notre souveraineté énergétique ?

à écrit le 14/09/2022 à 10:10
Signaler
Peut-être qu'entre toutes les interdictions, obligations et perspectives toutes plus ou moins délirantes qu'on nous impose de plus en plus, la planète ira un peu mieux (?), mais le peuple sera mort d'inanition et de pauvreté bien avant

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.