Crise politique italienne : dernière ligne droite pour former un nouveau gouvernement

 |   |  774  mots
Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini.
Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini. (Crédits : TONY GENTILE)
L'Italie vit ce mercredi 28 août une journée décisive : soit le Mouvement 5 Etoiles et le Parti démocrate parviennent à s'unir au sein d'un nouveau gouvernement, soit le président annoncera la tenue d'élections. Guiseppe Conte, qui a pourtant démissionné, tient la corde pour redevenir Premier ministre.

L'heure tourne. Le Mouvement 5 Etoiles et le Parti démocrate (PD) se sont réunis ce mercredi 28 août pour un marathon de négociations de la dernière chance afin de tenter de former un gouvernement, appelé à remplacer celui dont Matteo Salvini, le chef de la Ligue, était devenu l'homme fort. Après des prises de bec et des rabibochages les jours précédents, deux délégations du M5S (anti-système) et du PD, première force de gauche, ont conclu au bout de sept heures des discussions difficiles autour d'un programme commun et la répartition des postes ministériels, entamées à 8h30.

"Les urgences qu'affronte le pays impose des délais resserrés. Nous avons conclu positivement" le travail sur un programme commun qui a pour "nouveauté d'être un document unique des forces politiques" en présence, a indiqué l'un des participants, Andrea Marcucci, chef du groupe PD au Sénat, après la rencontre. Le document doit encore être approuvé par la direction du PD tandis que les Cinq Etoiles ont annoncé vouloir soumettre l'accord à leur plateforme internet de "démocratie directe" Rousseau, très contestée pour son manque de transparence et de représentativité (100.000 inscrits seulement pour plus de 10 millions d'électeurs aux législatives de 2018).

Trois semaines de crise politique

Pour M. Marcucci, "chacun a ses procédures" mais d'autres responsables du PD ont dénoncé "un grave pied de nez aux institutions". Le président Sergio Mattarella a poursuivi ce mercredi un deuxième round de consultations de la classe politique, pour étudier la possibilité d'une nouvelle majorité. Cela fait trois semaines que l'Italie est plongée dans une crise politique profonde, après le dynamitage le 8 août par le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême-droite), de la précédente coalition formée avec les Cinq Etoiles, puis la démission le 20 août du chef du gouvernement Giuseppe Conte.

Lire aussi : Crise politique à l'italienne : Conte annonce la démission du gouvernement

L'idée d'un mariage PD-M5S a été lancée par l'ex-Premier ministre Matteo Renzi (février 2013-décembre 2016) avec pour projets de base une réduction du nombre de parlementaires et un budget 2020 capable d'éviter une hausse de la TVA prévue l'an prochain (à 25%, contre 22% actuellement), pénalisante pour les consommateurs. Depuis, le programme s'est enrichi d'une quinzaine de propositions des deux camps qui convergent sur une relance de la poussive croissance avec une attention pour les plus faibles et l'environnement.

Des fauteuils très prisés

Les points d'achoppement résident plutôt dans l'attribution des fauteuils ministériels. Selon les médias, le PD, qui réunit son état-major mercredi, devrait lever officiellement son veto à une reconduction de M. Conte, à laquelle il était réticent à cause de son silence pendant 14 mois face aux diktats anti-migrants de Matteo Salvini. Le M5S a exercé une très forte pression sur le PD pour obtenir son maintien. M. Conte, très populaire en Italie, a en outre été soutenu ces derniers jours, d'abord par les Européens au G7 de Biarritz (France) puis lundi par le président américain Donald Trump, qui l'a qualifié "d'homme très doué".

Premier parti au Parlement depuis les législatives de 2018 (32% des suffrages), le M5S entend peser sur la répartition des ministères. Mais le PD brigue aussi des maroquins clefs comme l'Economie ou les Affaires étrangères. Les tractations portent "non pas sur des projets mais sur des fauteuils", s'est moqué M. Salvini. Si cette coalition aboutissait, ce serait un cinglant revers pour l'ex-homme fort du gouvernement, qui escomptait un triomphe lors d'un scrutin anticipé. Autre problème: le sort de M. Di Maio, laminé médiatiquement par M. Salvini en 14 mois d'alliance, et très affaibli dans la crise actuelle.

Il voudrait rester vice-Premier ministre mais le PD considère que, si M. Conte, proche du M5S, est Premier ministre, il ne peut y avoir qu'un seul numéro deux, issu du camp social-démocrate. Si on ne lui présente pas de "majorité solide", le président Mattarella a prévenu qu'il décidera d'un retour aux urnes, perspective qui l'inquiète car l'Italie, troisième puissance européenne, est endettée et à l'arrêt. En cas d'accord, "les marchés devraient applaudir car cela éviterait des élections et une longue bataille avec Bruxelles sur le budget", a estimé Craig Erlam, analyste chez OANDA. Pariant sur un accord, le taux italien à 10 ans s'est d'ailleurs détendu fortement à mi-journée, tombant pour la première fois sous les 1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2019 à 14:41 :
Au cas ou Monsieur Matteo Salvini réussirait à être élu, alors nous sortirons de cette zone de turbulences fortes pour les extrêmes de droite et le R.N engrangerait indirectement une victoire pour les prochaines élections en France.
a écrit le 29/08/2019 à 10:03 :
Quand on parle d'Italie on nous annonce - qui sait pourquoi - toujours le pire. Aujourd'hui la bourse de Milan est positive (+1,18%) et la baisse du fameux spread (- 4,87%) continue sa lancée. Tout va bien Nous avons connu des gouvernements balnéaires, du président, … En voici un nouveau, quelle nouveauté.
a écrit le 29/08/2019 à 9:06 :
Conte va donc rester, c'est une bonne chose pour l'Italie étant donné que le peu de paroles qu'il prononce, déjà une qualité en soi pour un politicien, est souvent d'une intelligence remarquable.

Ensuite le spectacle del arte...
a écrit le 29/08/2019 à 8:19 :
Sacré salvini, il aurai mieux fait de fermer sa grande G et se contenter de ce qu'il avait.

Qui va a la chasse, perd sa place
a écrit le 28/08/2019 à 23:32 :
De nombreux médias n'avaient pas cru utile de mentionner que Giusepe Conte avait quand même 58% d'opinion favorable et était le responsable politique le plus populaire d'Italie.
J'aimerais bien que les journalistes n'aient pas peur de descendre un homme politique comme Salvini qui déclenche une crise politique puis qui va faire le kéké torse nu sur la plage parce que les sondages lui font autant enfler les chevilles que sa soif de pouvoir.
a écrit le 28/08/2019 à 22:04 :
Salvini est un imbécile et son parti se retrouve dans l'opposition.
Il a perdu 15% dans les sondages et dieu sait ou il en sera lors des prochaines élections.

Comme prévu...
Réponse de le 29/08/2019 à 8:12 :
Comme prévu, les ONG vont pouvoir reprendre leur petit trafic de "naufragés" et les débarquer à Lampédusa. Les italiens vont être contents de leur nouveau gouvernement.
Réponse de le 29/08/2019 à 17:31 :
@JCML
Ce genre de trafics rapporte plein d'argent à la mafia et personne ne s'amuserait à leur faire de la concurrence.
A la rigueur un homme politique courageux pourrait pointer la mafia du doigt, Salvini, lui, préfère accuser les ONG.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :