Croissance : la France peine à maintenir son élan, accélération surprise en Allemagne

 |   |  450  mots
Dans la zone euro, l'indice PMI composite des directeurs d'achats de Markit, qui porte sur des milliers d'entreprises et est considéré comme un bon indicateur de la croissance, est ressorti en août à 54,1 en version flash, contre 53,9 le mois dernier.
Dans la zone euro, l'indice PMI composite des directeurs d'achats de Markit, qui porte sur des milliers d'entreprises et est considéré comme un bon indicateur de la croissance, est ressorti en août à 54,1 en version flash, contre 53,9 le mois dernier. (Crédits : © Tobias Schwarz / Reuters)
La hausse de l'activité en France ralentit, selon l'indice PMI. Alors que la zone euro a connu une accélération inattendue ce mois-ci, Paris fait figure d'exception. Cet indicateur est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement, qui table sur une croissance du PIB supérieure à 1% en moyenne cette année.

Un plus bas depuis quatre mois. L'activité du secteur privé en France a continué de ralentir au mois d'août, signe que l'économie française peine à maintenir son élan, selon l'indice flash composite PMI publié vendredi 21 août par Markit. Il  s'est établi en août à 51,3 après 51,5 en juillet, selon le cabinet qui s'appuie pour ce résultat sur environ 85% des réponses habituelles à son enquête mensuelle, dont le résultat final sera connu le 3 septembre.

L'indice PMI reste néanmoins au-dessus de la barre des 50, qui délimite les périodes de croissance des périodes de récession. Cela signifie que la hausse de l'activité ralentit mais pas que l'activité elle-même recule. Selon Markit, c'est encore une fois les services qui concentrent l'activité, en hausse pour le septième mois consécutif. L'industrie en revanche enregistre un repli de la production comme en juillet.

Après l'annonce inattendue la semaine dernière d'une croissance nulle au deuxième trimestre, cet indicateur est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement. Ce dernier table sur une croissance du Produit intérieur brut supérieure à 1% en moyenne cette année. Si le troisième trimestre et le quatrième trimestre enregistraient des croissances nulles, la croissance annuelle s'établirait à +0,8%.

Vers un solide troisième trimestre en Allemagne

Alors que la zone euro a connu une accélération inattendue ce mois-ci, Paris fait figure d'exception. L'indice PMI composite des directeurs d'achats de Markit, qui porte sur des milliers d'entreprises et est considéré comme un bon indicateur de la croissance, est ressorti en août à 54,1 en version flash, contre 53,9 le mois dernier.

L'Allemagne a ainsi vu la croissance de son secteur privé accélérer en août, reflétant un 28e mois consécutif d'expansion économique suggérant que la première économie européenne pourrait connaître un solide troisième trimestre. L'indice PMI composite des directeurs d'achats, qui regroupe les secteurs secondaire et tertiaire, est ressorti à 54,0 en août en version flash contre 53,7 en juillet.

"L'économie du secteur privé allemand est passée à la vitesse supérieure en août, la production et les nouvelles commandes connaissant leur croissance la plus marquée en quatre mois", relève Oliver Kolodseike, économiste de Markit.

Malgré les inquiétudes au sujet du ralentissement de l'économie mondiale, les nouvelles commandes à l'exportation ont atteint leur plus haut niveau en un an et demi, notamment soutenues par la demande en provenance de Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Selon Oliver Kolodseike, ces chiffres suggèrent que la croissance allemande, qui s'est élevée à 0,4% au deuxième trimestre, connaîtra une progression comparable au troisième trimestre.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2015 à 16:38 :
Ben avec un code du travail de plus de 2000 pages, et des syndicats politisés la France continue a aller dans le mur.
Pourquoi cela changerait-il
a écrit le 24/08/2015 à 14:31 :
Le PMI français serait en baisse et en hausse chez nos voisins, l’Etat relance ou bien sabote ?
a écrit le 21/08/2015 à 20:52 :
Aller, vous allez voir une belle fuite en avant, un quatrième QE aux Etats Unis et le premier big QE en Chine! Le Japon est déjà en QE .... illimité . Les néolibéraux ont perdu les pédales ils n'ont plus que la planche à billets (lignes de crédit artificiel) pour masquer leur échec et vous savez bien que la planche à billet ça finit toujours très très mal toute l'histoire de l'économie en témoigne......Privatiser la monnaie était une folie dénoncée dès le début par Maurice Allais (prix noble d'éco) Un état n'est pas une entreprise ,mettre en concurrence un étudiant , une grand mère et un homme d'affaire n'a pas de sens, même Hayek en convenait dans ses moments de lucidité. Le Japon est à l'arrêt,la Chine ça va être violent ils n'ont pas de olet social .....La seule question est Où partira la panique et quand , les assurances vies adossées aux dettes souveraines partiront en fumée .Moi j'ai tout dans l'immobilier... Tous aux abris . Vous n'êtes pas des gogos qui pensent que les néolibéraux vont imprimer des billets jusqu'au ciel tout de même ....écoutez Delamarche (un libéral anti néo) sur BFM ou yutube ou Sapir ou Jorion ou les éconoclastes ou les aterrés etc ,le retour à l'économie réelle (la seule) sera violent (50 000 milliards de "shadow banking " ça va faire boum comme 30 000 milliards de CDS pshitt! comme les paradis qui seront interdit un vendredi par une loi d'une ligne: interdiction de tout trafic sous peine de retrait des licences bancaires ......BOUM !!!!
Réponse de le 23/08/2015 à 9:55 :
+1
a écrit le 21/08/2015 à 18:13 :
Bonjour, On oppose dans cet article le capitalisme industriel allemand qui a su ne pas disparaitre après la seconde guerre mondiale et le capitalisme financier français qui a privilégier la finance et le service à tort car cela empêche le financement de l'économie réelle et donc assure la croissance par la consommation. Étant donné que la finance ne se préoccupe que du rendement financier les délocalisations sont massives et les salaire sont maintenus bas pour maximiser les dividendes des actionnaires. Forcément cela a une incidence directe sur la consommation qui doit se faire à crédit mais également sur la RD et l'innovation qui ne sont plus financé alors que le principe même du capitalisme moderne c'est la croissance par l'innovation qui emmène régulièrement de nouveaux produits et de nouveaux métiers. Le modèle de dérégulation financière est arrivé en bout de course et les acteurs se focalisent à cacher l’étendue du gouffre d'endettement et de malversation qui sont généralisés dans les économies financiarisées. DE ce fait la démocratie commence à disparaitre les meilleurs exemples sont les sorties violentes de certains politiciens européens contre les référendums notamment grecs. Le mouvement a commencé avec le traité constitutionnel qui a été voté au parlement au lieu de respecter la volonté des peuples qui auraient du être consultés.
Il va en résulter un rejet du système massif par une frange importante de la population qui s'organise petit à petit à mettre en place un système parallèle basé sur la gratuité, l'échange et le do it yourself. Les impression 3D, les Fablab, le CrowdFundiing, Linux, le mouvement openHardware vont dans ce sens.
Le capitalisme financier essaye de récupérer ces innovations en vain car les communautés citoyennes ne monétisent pas leur production, ils coopèrent et pratiquent l'auto-partage. Les industriels réussissent à survivre grâce à la robotisation et l’automatisation mais aussi en jouant le juste prix on trouve à présent des voitures à 8000€, des ordinateurs à 500€ etc ... . Cela permet aux industriels de survivre mais la finance par contre ne peut plus en tirer de profits substantiels donc elle opère de grande manœuvre pour fusionner de nombreuses entreprises qui du coup licencient massivement. Cela ne durera qu'un temps car un mouvement mondial de création de PME innovante non cotées est en cours partout dans le monde et s'appuient sur des réseaux de financement citoyens. Au final le monde se rend compte que le financement des entreprises peut très bien être citoyen et que le développement des produits sera dorénavant lié au besoin et aux choix des consommateurs. Tout un monde qui va disparaitre et quelque part c'est tant mieux si cela relance l'emploi, relance l'innovation, fais sortir l’innovation des griffes de la finance et permet aux citoyens de gagner une indépendance économique réelle tout un maintenant un style de vie confortable en le rendant viable écologiquement.
La prochaine crise qui aura lieu dans les 12-14 mois à venir sera bien pire car les banques centrales ne peuvent plus baisser leur taux, la monnaie européenne ne peux plus être dévaluée grâce aux traités internationaux, la dette est abyssale, les CDS et la titrisation ont atteint des sommet bien pire qu'en 2007, l'emploi n'est plus au rendez vous car les patrons veulent un enrichissement rapide en augmentant le stress et la productivité de leur salarié qui du coup font parfois le minimum car ils se savent exploités, les salaires étant bloqués et les prix augmentant pour essayer de palier au déficit de consommation les rentrées de TVA et plus généralement la consommation des ménages s'effondre. Parallèlement les États augmentent les impôts et transforment les placements de bons pères de famille en les apposant à des obligations d’État ce qui permet de capter l’épargne citoyenne pour faire tenir un peu plus le budget de l’État. Mais dans le fond aucune réforme n'est véritablement mise en œuvre car cela impliquerait de ruiner une partie des fortunes illégitimes basées sur la financiarisation de l'économie par la ruine de la classe moyenne. Et les financiers ont une terreur folle de perdre leur position car après tout ils ne sont ni ingénieurs, ni agriculteurs, ni techniciens, ni médecin, ni architecte,ils ne savent finalement que capter la richesse produite par d'autre ce qui est du pur parasitisme. Perdre leur boulot correspondrait à la ruine d'une partie d'entre eux. De nombreuses entreprises commencent à opérer un retrait de la bourse pour mieux diriger leur futur et cela implique que le mouvement de dé-financiarisation de l'économie est amorcé. Par exemple des entreprises comme DELL ou Bosch ne sont pas cotée en bourse ... . A terme les institutions étatiques vont devoir être réinventées pour passer à un modèle de démocratie directe dont le haut de la pyramide ne seait plus un président mais un collectif de personnes ne pouvant s'abstenir et devant voter OUI ou NON à chaque décision. Bien entendu le parlement ne deviendrait qu'une chambre d'enregistrement des décisions populaires et de création des lois afférente. Le Sénat n'aurait plus lieu d'exister et surtout aucun de ces joyeux trublion ne pourrait avoir plus d'un mandat unique pour le gouvernement et surtout seraient payés au salaire moyen d'un cadre supérieur donc environ 4000-5000€ par mois et non plus les largesses d'aujourd'hui dépassant souvent les 10.000€/mois. Le mouvement provient des pays du nord qui pratiquent de plus en plus cela et cela commence à être une revendication claire chez nous. En bref une véritable 6ème république non présidentielle. A cela on va voir s'ajouter des collectifs citoyens (qui sont interdits aujourd'hui) pour contrecarrer les Lobbys et les manœuvres anti-sociale et parfois criminelles des grandes entreprises. Mais le mouvement n'est amorcé que depuis 5-6 ans et l'inertie mettra au moins 20 ans à faire apparaitre un tel modèle qui émerge dans les BRICS mais aussi dans les pays du nord ou encore en Islande et en Inde.
a écrit le 21/08/2015 à 16:42 :
Encore une fois vous racontez n'importe quoi !!!! L'indice PMI mesure les décélérations ou accélérations des tendances d'une l'économie en général ou par secteur. Par exemple si la Chine avait une croissance de 6% par an et un indice de 48 cela voudrait dire que l'on peut s'attendre à une décélération de cette croissance vers 5,8% par an par exemple (et pas une récession comme vous l'indiquez). Pour la France dont la croissance a été de 0,7 % au premier semestre 2015 (soit une tendance de 1,4% par an) un indice 51 indique que l'on est dans un renforcement timide cette progression (vers 1,5%?) ; s'il passait à 48 cela voudrait dire que l'on décélére vers les 1% peut-être...Est-ce si dur à comprendre où faites vous exprès de jouer au journaliste économique "lapin crétin" pour abuser le lecteur inculte en économie qu'est le français moyen?
Réponse de le 22/08/2015 à 12:28 :
0,7% de croissance au premier semestre ne signifie en rien une tendance à 1,4% sur l'année . on peut connaître une évolution zéro au troisième et au quatrième trimestre .ce n'est pas à souhaiter bien sûr .
a écrit le 21/08/2015 à 16:32 :
La tendance de fond reste malgré tout à la stagnation de l'économie. La croissance durable, c'est terminé tant qu'on ne changera pas le logiciel actuellement en vigueur qui fait fonctionner l'économie. Le principal "bug", c'est d'avoir laisser aux banquiers le soin de créer la monnaie sans contrôle, ainsi que le financement des dettes publiques. Ils disaient que c'était mieux ainsi et qu'ils s'autoréguleraient...Nous avons vu comment ils étaient responsables!.. des centaines de milliards évaporés et pour éviter leur faillite, sauvetage avec de l'argent public... qu'ils ont prêté avec intérêt! Il devrait être mis un terme à un tel système et peut-être même en pendre quelques-uns.
a écrit le 21/08/2015 à 16:25 :
LEVEES DE CAPITAUX FRANÇAIS :
2009 : 3,7 Md€ (après premier choc)
2010 : 5,0 Md€
2011 : 6,5 Md€
2012 : 5,0 Md€ (après second choc)
2013 : 8,2 Md€ (+64%)
2014 : 10,1 Md€ (+24%, proche de la moyenne d’avant crise)
Les investisseurs étrangers couvrent 41% de la collecte (45% en 2013)
…………
INVESTISSEMENTS FRANÇAIS :
2009 : 4,1 Md€ (après premier choc)
2010 : 6,6 Md€
2011 : 9,8 Md€
2012 : 6,1 Md€ (après second choc)
2013 : 6,5 Md€
2014 : 8,7 Md€ (+35%)
1648 entreprises ont été accompagnées
75% sont des TPE et des PME. 86% ont leur siège social en France.
53% des montants ont été investis dans de nouvelles entreprises.
Le capital-développement a accompagné 923 entreprises (53% du total) pour un montant de 2,6 Md€, en hausse de +43% par rapport à 2013, après 2 années de repli.
Les 272 sociétés en capital-transmission ont bénéficié de 5,5 Md€ d’investissement, + 39% par rapport à l’année précédente, dans la continuité du rebond amorcé en 2013. La situation reste préoccupante pour le capital-innovation. Tous les indicateurs sont en repli : les montants investis (626 M€ vs 642 M€ en 2013), le nombre d’entreprises accompagnées (438 vs 469 en 2013), et les intentions d’affectation des capitaux levés (828 M€ vs 1.375 M€ en 2013)
2014 est une année record en montants désinvestis au coût historique à 9,3 Md€, avec un total de 1.091 cessions proche du record de 2007 (1.093).
Réponse de le 22/08/2015 à 10:12 :
Sa person­na­lité : Capri­cieuse, diffi­cile à vivre, Cora­lie n’est pas très douée pour se faire des amis et d’ailleurs, elle en a très peu. La vie en collec­ti­vité va consti­tuer pour elle une épreuve en soi et pour gagner, elle devra apprendre à nouer des alliances. Mais son côté ours mal léché pour­rait aussi l’ai­der à éloi­gner les personnes qui pose­raient trop de ques­tions sur son secret.

Fiche signa­lé­tique

Âge : 19 ans

Pays : Belgique

Profes­sion : mannequin
Réponse de le 24/08/2015 à 7:45 :
Cher Marco, même si je mettais des talons aiguilles de 15 cm. Je ne vous arriverais pas à la hauteur de la cheville. Cette semaine, sera publier les chiffres du chômage et on verra bien si l'activité en France a repris. Je parle de l'addition A+B+C+D+E. Pour info le taux de chômage aux Etats-Unis, pour moi, est le U6. En espérant que le gouvernement est le courage politique de publier les catégories D et E. Car un chômeur est une personne sans contrat de travail.
Cher Marco, mes propos serait les mêmes avec un autre président ou parti politique. Car je confonds Nicolas Hollande et François Sarkosy. A mes yeux se sont les mêmes incompétents. Se sont des hommes du passé et dépassé comme la majorité des politiques.
Au plaisir de vous retrouver prochainement.
a écrit le 21/08/2015 à 16:19 :
La Tribune parle d'élan avec +0% de croissance de la richesse...euhhhh de qui se moque -t-on? Ce gouvernement engrange échec sur échec depuis 3 ans et il continue dans la même voie...Parlez de baisse d'impôts , de croissance de 1% et crier victoire en dit long sur l'incapacité de gouverner d'Hollande. Pauvre de nous... il suffit de regarder dans quels types de voitures les français roulent ( Dacia, petites cylindrées car ponctionner par le malus écologique, voiture de seconde main...) pour réaliser que nous sommes tombés bien bas. Faites un tour en Allemagne, Belgique, Suisse , GB......cela saute aux yeux. La bagnole n'est pas une fin en soi mais révélatrice du niveau de vie d'un pays.
a écrit le 21/08/2015 à 15:49 :
L'indice 'flash' composite de l'activité globale se replie à 51,3 ce mois-ci contre 51,5 en juillet, un plus bas de quatre mois.

L'indice flash de l'activité des services recule quant à lui à 51,8, contre 52 en juillet, marquant là encore un plus bas de quatre mois.

Plus inquiétant pour notre croissance. Rendez vous en septembre pour les chiffres corrigés.
L'indice PMI 'flash' de l'industrie manufacturière a baissé à 48,6 en août, contre 49,6 en juillet, un plus bas de quatre mois.
Si j'ai bien compris un indice en dessous de 50, c'est mauvais pour la croissance car l'activité baisse. Donc le chômage monte et l'investissement baisse. Au dessus de 50 le secteur croit. Donc l'emplois et l'investissement augmente. Je trouve que la tendance générale, c'est à la baisse ou au plus bas. Pas rassurant, cela va pas être de faire plus que 0% au troisième trimestre. Au faite quelle est la marge d'erreur +- 0.1%? +-0.2%. Y-a-t-il des corrections à la baisse de la croissance en France?
Réponse de le 21/08/2015 à 19:14 :
@Benoit
Les chiffres non pas de couleur politique, alors pourquoi sur les 4 indices Markit oubliez vous de citer celui qui est stable?
Celui de la production manufacturière qui englobe l'industrie manufacturière.
3 chiffres plus bas depuis 4 mois, mais néanmoins bien plus haut que la moyenne 2014 ou la moyenne du T1-2015.
Et comme le composite est au-dessus des 50, jusqu'à preuve de contraire l'économie s'améliore.
Vous oubliez d'autres détails du document Markit:
"Le volume global des nouvelles affaires augmente pour le 9ème mois consécutif en août."
"Parallèlement, les nouvelles commandes à l’export dans l’industrie manufacturière augmentent pour la première fois depuis 3 mois"
"Le volume global du travail en attente enregistre sa 9ème hausse mensuelle consécutive en août."
"Enfin, les perspectives d’activité des prestataires de services au cours des 12 prochains mois restent bien orientées en août, le degré de confiance des entreprises affichant en outre son plus haut niveau depuis mars 2012."
"L’optimisme des répondants quant à une progression de leur activité repose sur le lancement de nouveaux produits et sur des prévisions de hausse des nouveaux contrats."
.......
Alors, même si la baisse de ces 3 indices n'est pas très rassurante, elle reste modérée ce mois (-0,2/-0,2/-0,8/ stable). Vous avez un métro de retard, puisque la baisse importante était sur le mois précédent:
53,3 > 51,5 > 51,3 (flash).
54.1 > 52.0 > 51,8 (flash).
50,7 > 49.6 > 48,6 (flash).
..........
En novembre 2014, le composite était 47,9, soit 3,4 points de moins.
Ce qui prouve que l'économie est montée d'un cran, et est passée d'une tendance négative à positive.
Et si ces indices sont de bons indicateurs, ils ne font pas loi pour ce qui est de la valeur ajoutée des biens et services, du PIB et du calcul la croissance.
Réponse de le 21/08/2015 à 19:53 :
On ne peut pas raisonner avec les indices PMI comme avec les chiffres économiques. Il s'agit de sondages d'opinions dans le secteur privé. Donc ces chiffres peuvent être biaisés de diverses manières, dont la méthode du sondeur par exemple. Le panel de markit est plus restreint que celui de l'INSEE et il me semble que c'est l'une des raisons pour lesquelles il est moins fiable. Aussi, cette entreprise markit n'existe que depuis 2008-2009 et n'a peut-être pas encore assez de recul au niveau de ses méthodes.
Réponse de le 22/08/2015 à 21:07 :
L'interprétation des chiffres est politique. Je m'explique. Prenons un exemple. On part d'un indice de 49 qui monte à 52 sur 3 mois puis descend de 0.5 chaque mois sur un trimestre. Pendant ce temps là la croissance du premier trimestre est montée,le deuxième a stagné. Une personne peut dire grâce à moi la tendance est à la hausse sur six mois. Moi je vois un pic d'activité sur trois mois. Et une tendance à la baisse sur les trois derniers mois. Tout dépend comment on a envie de regarder. Et à partir d'ou commence son analyse. C'est tout l'art de la propagande politique.
Réponse de le 23/08/2015 à 20:36 :
@Benoit
"C'est tout l'art de la propagande politique"
Et vous êtes un spécialiste!
a écrit le 21/08/2015 à 15:06 :
Pourquoi continuer avec de tels articles qui ne sont plus du tout crédibles?
Nous sommes en récession depuis longtemps et l'économie est maintenue en perfusion grâce aux saignées fiscales, poursuites fiscales de toutes sortes, pillage des héritages, attaques contre l'épargne populaire...
Continuer à essayer de faire croire à une reprise est de la pure propagande à laquelle plus personne ne croît. Seuls MM. Godin et aujourd'hui (surprise) M.Attali disent la vérité. A la différence que M.Attali ne propose pas les bonnes solutions.
a écrit le 21/08/2015 à 14:51 :
Bonjour, On oppose dans cet article le capitalisme industriel allemand qui a su ne pas disparaitre après la seconde guerre mondiale et le capitalisme financier français qui a privilégier la finance et le service à tort car cela empêche le financement de l'économie réelle et donc assure la croissance par la consommation. Étant donné que la finance ne se préoccupe que du rendement financier les délocalisations sont massives et les salaire sont maintenus bas pour maximiser les dividendes des actionnaires. Forcément cela a une incidence directe sur la consommation qui doit se faire à crédit mais également sur la RD et l'innovation qui ne sont plus financé alors que le principe même du capitalisme moderne c'est la croissance par l'innovation qui emmène régulièrement de nouveaux produits et de nouveaux métiers. Le modèle de dérégulation financière est arrivé en bout de course et les acteurs se focalisent à cacher l’étendue du gouffre d'endettement et de malversation qui sont généralisés dans les économies financiarisées. DE ce fait la démocratie commence à disparaitre les meilleurs exemples sont les sorties violentes de certains politiciens européens contre les référendums notamment grecs. Le mouvement a commencé avec le traité constitutionnel qui a été voté au parlement au lieu de respecter la volonté des peuples qui auraient du être consultés.
Il va en résulter un rejet du système massif par une frange importante de la population qui s'organise petit à petit à mettre en place un système parallèle basé sur la gratuité, l'échange et le do it yourself. Les impression 3D, les Fablab, le CrowdFundiing, Linux, le mouvement openHardware vont dans ce sens.
Le capitalisme financier essaye de récupérer ces innovations en vain car les communautés citoyennes ne monétisent pas leur production, ils coopèrent et pratiquent l'auto-partage. Les industriels réussissent à survivre grâce à la robotisation et l’automatisation mais aussi en jouant le juste prix on trouve à présent des voitures à 8000€, des ordinateurs à 500€ etc ... . Cela permet aux industriels de survivre mais la finance par contre ne peut plus en tirer de profits substantiels donc elle opère de grande manœuvre pour fusionner de nombreuses entreprises qui du coup licencient massivement. Cela ne durera qu'un temps car un mouvement mondial de création de PME innovante non cotées est en cours partout dans le monde et s'appuient sur des réseaux de financement citoyens. Au final le monde se rend compte que le financement des entreprises peut très bien être citoyen et que le développement des produits sera dorénavant lié au besoin et aux choix des consommateurs. Tout un monde qui va disparaitre et quelque part c'est tant mieux si cela relance l'emploi, relance l'innovation, fais sortir l’innovation des griffes de la finance et permet aux citoyens de gagner une indépendance économique réelle tout un maintenant un style de vie confortable en le rendant viable écologiquement.
La prochaine crise qui aura lieu dans les 12-14 mois à venir sera bien pire car les banques centrales ne peuvent plus baisser leur taux, la monnaie européenne ne peux plus être dévaluée grâce aux traités internationaux, la dette est abyssale, les CDS et la titrisation ont atteint des sommet bien pire qu'en 2007, l'emploi n'est plus au rendez vous car les patrons veulent un enrichissement rapide en augmentant le stress et la productivité de leur salarié qui du coup font parfois le minimum car ils se savent exploités, les salaires étant bloqués et les prix augmentant pour essayer de palier au déficit de consommation les rentrées de TVA et plus généralement la consommation des ménages s'effondre. Parallèlement les États augmentent les impôts et transforment les placements de bons pères de famille en les apposant à des obligations d’État ce qui permet de capter l’épargne citoyenne pour faire tenir un peu plus le budget de l’État. Mais dans le fond aucune réforme n'est véritablement mise en œuvre car cela impliquerait de ruiner une partie des fortunes illégitimes basées sur la financiarisation de l'économie par la ruine de la classe moyenne. Et les financiers ont une terreur folle de perdre leur position car après tout ils ne sont ni ingénieurs, ni agriculteurs, ni techniciens, ni médecin, ni architecte,ils ne savent finalement que capter la richesse produite par d'autre ce qui est du pur parasitisme. Perdre leur boulot correspondrait à la ruine d'une partie d'entre eux. De nombreuses entreprises commencent à opérer un retrait de la bourse pour mieux diriger leur futur et cela implique que le mouvement de dé-financiarisation de l'économie est amorcé. Par exemple des entreprises comme DELL ou Bosch ne sont pas cotée en bourse ... . A terme les institutions étatiques vont devoir être réinventées pour passer à un modèle de démocratie directe dont le haut de la pyramide ne seait plus un président mais un collectif de personnes ne pouvant s'abstenir et devant voter OUI ou NON à chaque décision. Bien entendu le parlement ne deviendrait qu'une chambre d'enregistrement des décisions populaires et de création des lois afférente. Le Sénat n'aurait plus lieu d'exister et surtout aucun de ces joyeux trublion ne pourrait avoir plus d'un mandat unique pour le gouvernement et surtout seraient payés au salaire moyen d'un cadre supérieur donc environ 4000-5000€ par mois et non plus les largesses d'aujourd'hui dépassant souvent les 10.000€/mois. Le mouvement provient des pays du nord qui pratiquent de plus en plus cela et cela commence à être une revendication claire chez nous. En bref une véritable 6ème république non présidentielle. A cela on va voir s'ajouter des collectifs citoyens (qui sont interdits aujourd'hui) pour contrecarrer les Lobbys et les manœuvres anti-sociale et parfois criminelles des grandes entreprises. Mais le mouvement n'est amorcé que depuis 5-6 ans et l'inertie mettra au moins 20 ans à faire apparaitre un tel modèle qui émerge dans les BRICS mais aussi dans les pays du nord ou encore en Islande et en Inde.
a écrit le 21/08/2015 à 14:42 :
Prudence avec l'indice Markit, qui n'a pas toujours été confirmé par des observations ultérieures sur l'ensemble des activités et sur du réalisé, même s'il donne des indications intéressantes.
a écrit le 21/08/2015 à 14:33 :
Les performances comparées de le France et de l’Allemagne sont conformes au cadre institutionnel de la zone euro. Dans ce cadre, les forts sont de plus en plus forts, les faibles sont de plus en plus faibles car ils ne peuvent plus déprécier le taux de change, ni prendre toute mesure protectionniste pour compenser leur faible compétitivité par rapports aux « forts » et leurs « dévaluations internes », quand ils en font, ont des effets très négatifs, au moins dans un premier temps. Le cadre institutionnel de l’euro est spécialement conçu pour que le malheur des uns fasse, de façon durable, le bonheur des autres . L’autre caractéristique du cadre calamiteux de la zone euro étant que ses performances moyennes en termes de taux de chômage et de croissance du PIB sont inférieures aux performances d’une moyenne de pays développés. CF par exemple les statistiques de l’OCDE pour le confirmer.

La logique du système pour l’Allemagne serait qu’après avoir complètement ruiné les « faibles » de la zone euro, elle sorte du système de l’euro pour ne pas avoir à les prendre en charge financièrement, ce qu’elle doit faire, actuellement, avec l’ensemble des pays de la zone euro, pour la Grèce. Ce n’est pas encore l’heure, pour elle, de faire cette sortie, mais ça viendra.
a écrit le 21/08/2015 à 14:03 :
Acheter Français ne me suffit plus. Je veux savoir exactement qui produit et comment et que ce soit vérifiable facilement. Je veux pouvoir commander aussi sans intermédiaire à défaut de connaître la marge du distributeur.
Voui ! je veux beaucoup de choses n'est ce pas. Ben sinon c'est pas grave, je me débrouille en local de mieux en mieux et je continue ma grève de la consommation pour le reste (débutée en 2007 quand même !).
Le consommateur Français reste à l'image particulière de son peuple : râleur mais pas stupide ;) Il corrigera de lui même (le déniaisement se poursuite) et finira par imposer ses attentes.
La qualité n'est plus allemande depuis longtemps pour le tout venant et l'obsolescence programmée y fait rage.
Réponse de le 21/08/2015 à 14:19 :
Je partage vos choix mais je ne partage pas votre optimisme.
a écrit le 21/08/2015 à 13:54 :
J'ai besoin de quelques explications : au premier trimestre ces indices PMI étaient relativement médiocres pour la France, résultat : 0.7 % de croissance au premier trimestre. Au deuxième trimestre, les indices étaient nettement meilleurs, résultat : 0 % de croissance au deuxième trimestre.
Peut-on m'expliquer la pertinence de ces indices ?
Réponse de le 21/08/2015 à 14:27 :
@jkarl
Les indices en début d'année étaient tous en négatifs mais progressaient fortement:
Rappel chiffres novembre 2014:
Composite: 47,9
Services: 47,9
Production manufacturière: 48,4
D'où croissance corrigée à + 0,7% sur le T1
Maintenant les chiffres sont plus élevés:
Flashs:
51,3
51,8
49,2
Mais font le yoyo et sont plutôt stables si lissés sur 3 ou 4 derniers mois.
Attention, ce sont des indices flashs, une marge d'erreur importante est possible, comme la croissance du T1 +0,4% > 0,6% > puis 0,7%.
Réponse de le 21/08/2015 à 17:04 :
Les indices PMI mesurent n'ont pas la croissance mais les accélérations ou décélération de la croissance ou de la récession C'est comme rouler en voiture : si tu passes de 50 à 100 km heure ton indice va bondir à 59 alors que si tu passes de 110 à 105 ton indices va être de 48 pourtant dans le deuxième cas avec un indice de 48 tu roules quand même toujours plus vite que dans le premier cas avec un indice de 59....
a écrit le 21/08/2015 à 13:43 :
Comme dirait Hollande , maintenant que la France va mieux, il est temps de redonner de l'argent aux contribuables en baissant les impôts. Alors soit Hollande ne lit pas "la Tribune", ou soit il est nul.
Réponse de le 21/08/2015 à 14:19 :
Sourire ! Hollande dit qu'il faut de la croissance pour redistribuer du pouvoir d'achat , tout en constatant qu'il faut du pouvoir d'achat pour avoir de la croissance. C'est pathétique, il tourne en rond.
DONC : si on attend d'avoir du pouvoir d'achat (toujours en baisse pour la grande majorité) pour avoir de la croissance, on va attendre longtemps ... sans compter qu'après le stress le pouvoir d'achat en sus part en épargne de précaution chez soi et pas en banque ! rire
Une politique à l'exact inverse de celle qui aurait pu faire redémarrer l'économie. Ce n'est même pas de l'incompétence, c'est du cynisme orchestré au niveau européen. Pendant ce temps les mêmes toujours plus s'engraissent sur la bête jusqu'à ce que mort s'en suive (mais c'est le fonctionnement des virus, bactéries et parasites divers).
a écrit le 21/08/2015 à 13:19 :
il faut aussi dire qu'en Allemagne, les consommateurs allemands privilégient le made in Germany. Il serait peut-être temps que les consommateurs français achètent français dès que c'est possible et soutiennent leurs industries hexagonale.
Réponse de le 21/08/2015 à 13:46 :
C'est ce que je fais. Je roule en Peugeot (excellente voiture) et achète au maximum français, même si ça coute quelques centimes de plus (mais pas toujours loin de là).
L'administration ne fait pas cet effort et achète bien souvent étranger pour des différences de prix minimes.
Quant aux français, pas mal de snobisme pour certains à acheter étranger, même si c'est quelquefois de la m.. comme le lait ou la viande allemande issus de bêtes qui ne voit jamais un pré de leur vie
Réponse de le 21/08/2015 à 13:57 :
C est sur que si vous avez le choix entre BMW et Renault, il est plus facile de privilegier BMW que renault ...
Le probleme c est qu en france on produit plus grand chose (meme si vous achetez une voiture d une marque francaise, elle a de forte chance d avoir ete montee ailleurs).
regardez quand vous achetez quelque chose, il n y a quasiment pas de made in france dispo !

On paie ici l idee qu on devait se specialiser dans les concepts et laisser la fabrication aux autres. resultat on ne produit plus rien et meme les bureaux d etudes ne sont pas en france (un inge roumain/indien est encore moins cher qu un francais) et la fiscalite francaise fait fuir les dirigeants.
Réponse de le 21/08/2015 à 15:51 :
Pour connaitre un peu les industries francaises et allemandes, les grands groupes allemands sont obligés d'acheter ou de sous traiter en allemagne (nest ce pas Siemens) ALORS que les acheteurs des groupes francais ont des bonus sur la part achetée en low cost avec des objectifs d'augmenter la part low cost. Pourquoi MM Hollande et Wals (Macron n'a evidemment jamais travaillé dans une banque d'affaire lolll) ne le disent pas? Les licenciements sont interdits aussi en allemagne sans reclassement et accord de la région et des syndicats. Bon, j'arrete j'ai honte de l'incompétence de ce gouvernement.
Réponse de le 21/08/2015 à 17:11 :
Elle était bonne la choucroute? Tu en a encore trop mangé c'est pas bien....Car ton commentaire n'a rien a voir avec la choucroute!!! On parle des indices PMI dans cet article pas du made in "où tu veux"......!!!
Réponse de le 21/08/2015 à 17:39 :
Donc il faut acheter breton quand on vit en Bretagne pour aider l'économie bretonne qui est elle même responsable de la crise "porcine"? Acheter de la viande de porc élevé en batterie pour aider les producteurs? Quand on vit en France on doit acheter français? même si les produits sont médiocres ou produits à l'étranger ( un mot que vous aimez bien!) Eh bien non, je vis en EU et j'achète ce qui me correspond le mieux....Si la France veut revenir à la France de avant 1950, frontières fermées, peu ouverte etc... peu pour moi.
a écrit le 21/08/2015 à 13:06 :
c a prouve que nos dirigeants,ou ils sont des bons a rien ou ils ne sont pas capables, droite comme gauche . l Allemagne n est pas contraint aux règles , nous , nous en sommes contaminés voyer avec nos agriculteurs et primeurs de plus ils utilise des travailleurs qu ils paient une misère.
en france il suffit de faire des réajustement comme disait notre ministre de l emploie pour
que cela repart ( pour cacher leur incapacité )
Réponse de le 21/08/2015 à 15:16 :
Que n'êtes vous pas vous même au pouvoir. Vous avez l'air de tout savoir. Et bon en orthographe.
a écrit le 21/08/2015 à 13:05 :
La France est a l'image de son leader suprême et incontesté ! J'avance je recule J'avance je recule J'avance je recule J'avance je recule au moins nous savons ou nous en sommes.
Réponse de le 21/08/2015 à 14:21 :
Faire et défaire, c'est toujours travailler.
a écrit le 21/08/2015 à 12:58 :
Pour relancer la croissance et faire aussi bien que l'Allemagne, il faut acheter français! Soutenons notre agriculture et notre industrie !
Réponse de le 21/08/2015 à 14:02 :
Pour redresser la france, il faut commencer par arreter de gaspiller l argent de l etat dans des secteurs condamnes (ex le cochon bas de gamme breton) ou qui n apporte rien (a quoi ca sert d avoir une politique de l immobilier cher a par a enrichier les baby boomers au depend des jeunes ?)

apres il faut etre capable de faire des produits que les gens veuillent acheter. Pourquoi renault fait des voitures electriques moches et invendables alors qu un nouveau venu (Tesla) arrive a faire un carton sans aucune experience du domaine ni reseau de vente ?
Réponse de le 21/08/2015 à 16:46 :
@cd
L'immobilier cher ne profite pas qu'au baby boomers... Il est extrêmement lucratif pour l'état. Frais de notaire, donation, succession, plus values... tout cela est calculé à partir d'un pourcentage de la valeur immobilière.
Le plus gros perdant d'un effondrement des prix de l'immobilier est l'état.
Réponse de le 23/08/2015 à 12:56 :
Que la France arrête d'avoir autant de fonctionnaires. Que la France arrête d'augmenter les taxes locales, les impots pour payer des dettes publiques. Que la France arrête ses dépenses publiques inutiles, à commencer par les mairies et leurs rond points et autres piscines, "centres culturels", au lieu de créer des usines ou des emplois. Que la France arrête de subventionner les agriculteurs, pour qu'ils deviennent compétitifs, et non pas des fonctionnaires...Questions subsidiaires, pourquoi la Bretagne a des autouroutes gratuites et pas les autres ? Pourquoi la Bretagne n'a pas de centrale nucléaire, mais les autres oui ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :