Électricité : Bruxelles va plafonner les prix pour économiser 140 milliards d'euros

Lors de son troisième discours sur l'état de l'Union, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a confirmé sa volonté de réformer le marché de l'électricité, alors que les prix de l'électricité se sont envolés dans le sillage des cours du gaz. « Il faut donc découpler les prix de l'électricité de l’influence dominante du gaz », a-t-elle affirmé mercredi devant le Parlement européen. Souhaitée désormais par les Européens, cette réforme interviendrait vraisemblablement au premier semestre 2023.
Ursula von der Leyen s'exprimait ce mercredi 14 septembre devant le Parlement européen, lors de son troisième discours sur l'état de l'Union.
Ursula von der Leyen s'exprimait ce mercredi 14 septembre devant le Parlement européen, lors de son troisième discours sur l'état de l'Union. (Crédits : POOL)

[Article publié le 14.09.2022 à 11:12, mis à jour à 11:54 avec réserves stratégiques ]

Face à la flambée des prix du gaz et de l'électricité, l'Union européenne compte bien engager « une réforme complète et en profondeur » de son marché de l'électricité, a confirmé mercredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen, lors de son troisième discours sur l'état de l'Union.

L'objectif des Vingt-Sept est de trouver un terrain d'entente sur des dispositifs d'urgence pour préparer l'hiver, protéger les ménages face à la flambée des prix et maintenir le bon fonctionnement du marché de l'énergie. La réforme du marché de l'électricité qu'appellent désormais de leurs vœux les Européens interviendrait dans un deuxième temps, vraisemblablement au premier semestre 2023.

« Au-delà de la crise immédiate, nous devons penser à l'avenir. La conception actuelle du marché de l'électricité ne rend plus justice aux consommateurs, ils devraient récolter les fruits des énergies renouvelables à bas-coût. Il faut donc découpler les prix de l'électricité de l'influence dominante du gaz », a affirmé la dirigeante, alors que les prix de l'électricité se sont envolés dans le sillage des cours du gaz, l'Union européenne.

Sur le marché européen interconnecté, le prix de l'électricité est ajusté sur le prix de revient de la dernière source d'énergie mobilisée pour répondre à la demande, souvent une centrale au gaz. Or, le prix du gaz s'est envolé, dans le sillage de la guerre en Ukraine et du tarissement des flux par la Russie, entraînant avec lui celui de l'électricité. De nombreux gouvernements appellent à opérer d'urgence un découplage.

Plafonner les revenus des producteurs d'électricité, une manne qui pèse « plus de 140 milliards d'euros »

En outre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé que plafonner les revenus des producteurs d'électricité à base d'énergies renouvelables et de nucléaire permettrait de lever « plus de 140 milliards d'euros » pour les Etats de l'UE, qui pourraient les redistribuer aux ménages et entreprises vulnérables. En effet, la Commission estime que, contrairement aux industriels du gaz et du charbon, les coûts de production des acteurs du nucléaire et des ENR sont restés stables. Au-delà d'un certain prix du mégawattheure qui sera plafonné, Bruxelles récupèrera les bénéfices.

A la faveur de l'envolée des prix de l'électricité dans le sillage de ceux du gaz, ces entreprises revendent leur production très au-delà de leurs coûts de production et génèrent des superprofits que Bruxelles propose de récupérer :

« En ce moment, il n'est pas juste de réaliser des bénéfices extraordinaires grâce à la guerre sur le dos des consommateurs », a affirmé Ursula von der Leyen devant le Parlement européen à Strasbourg.

Investir 3 milliards d'euros dans l'hydrogène

En outre, l'Union Européenne va mettre sur pied une nouvelle banque publique dédiée au développement de l'hydrogène, capable d'investir 3 milliards d'euros « pour construire le futur marché » de cette énergie en plein essor, a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

« Nous devons passer du marché de niche au marché de masse, nous voulons produire dix millions de tonnes d'hydrogène renouvelable dans l'UE chaque année d'ici à 2030 » ce qui nécessite « de combler le déficit d'investissement », a-t-elle indiqué devant le Parlement européen, assurant que cette banque publique contribuera également à « garantir l'achat d'hydrogène ».

Constituer "des réserves stratégiques" de lithium et autres "terres rares"

L'autre sujet de préoccupation de von der Leyen ce matin est la question des ruptures d'approvisionnement dans les matières premières "critiques" pour l'industrie européenne, notamment le lithium (crucial pour les batteries automobiles) et les terres rares (indispensables à la fabrication des produits électroniques civils et militaires, aux éoliennes, etc.) dont l'offre mondiale est contrôlée par la Chine.

"Le problème est qu'actuellement, un unique pays contrôle la quasi-totalité du marché (...) près de 90% des terres rares et 60% du lithium sont transformés en Chine", a-t-elle averti, appelant les Vingt-Sept à "sécuriser leurs approvisionnements".

Parce que "les besoins en terres rares de l'UE vont être multipliés par cinq d'ici 2030", ces matériaux "seront bientôt plus importants encore que le pétrole et le gaz", a averti la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors de son "discours sur l'état de l'UE".

Poursuivre l'aide européenne à l'Ukraine et renforcer son intégration

Par ailleurs, Ursula von der Leyen compte se rendre à Kiev dans la journée pour rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont la femme était présente au Parlement européen à Strasbourg.

« Je vais me rendre aujourd'hui à Kiev pour rencontrer le président Zelensky », afin de discuter « en détail » de la poursuite de l'aide européenne, a-t-elle annoncé dans son discours sur l'Etat de l'UE devant les eurodéputés.

Ursula von der Leyen, qui s'est déjà rendue à deux reprises à Kiev depuis le début de la guerre lancée par la Russie, a proposé d'accorder à l'Ukraine « un accès aisé au marché unique européen » et de l'intégrer à la zone d'itinérance (roaming) gratuite de l'UE. L'Union européenne a déjà fourni un appui militaire et plus de 19 milliards d'euros d'aide financière à l'Ukraine depuis le début du conflit et a infligé de lourdes sanctions économiques à la Russie. « Les sanctions ne sont pas prêtes à être levées », a averti la présidente de l'exécutif européen. « L'heure est à la détermination, pas à l'apaisement. »

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 14/09/2022 à 18:12
Signaler
Lorsque je lis comment cette teutonne a répondu à une député LFI à Strasbourg (Manon AUBRY) "envoyez votre facture d'électricité à POUTINE si vous n'êtes pas contente" lamentable. J'espère qu'avec pleins d'Etats de droite populaire et nationaliste, d...

à écrit le 14/09/2022 à 17:22
Signaler
Tiens, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen veut rencontrer Biden pour organiser une réunion mondiale des leaders ? ,elle voulait peut-être dire des young leaders comme Macron ?. pour contrer ...la Chine et la Russie à l’éc...

à écrit le 14/09/2022 à 14:07
Signaler
Une commissaire non élue à 29000 € par mois qui trouve une bonne idée. c'est rare

le 14/09/2022 à 16:52
Signaler
« Je suis venue ici avec les factures que des citoyens m’ont demandé de vous montrer ». Ce mercredi 14 septembre, le discours annuel sur l’état de l’Union prononcé par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a été suivi d’un d...

à écrit le 14/09/2022 à 13:02
Signaler
Il est loin, le libéralisme, là dedans. Ca ressemble plutôt à une économie communiste à la chinoise

le 14/09/2022 à 14:06
Signaler
ta tout compris , temp de frexite apres temp de mensonge

le 14/09/2022 à 14:27
Signaler
LA Chine a une économie libéral et respecte plus le marché et les règles monétaire que l'UE qui en effet, ont tendance à vouloir contrôler des marchés? Pire, les usa avec leur actuel démocratie ont énormément subventionné et leur boss aime aussi le c...

à écrit le 14/09/2022 à 12:09
Signaler
Vive l'€RSS et merci à Vladimir de nous débarrasser de ces euronouilles!

le 14/09/2022 à 13:07
Signaler
Vous avez du faire une faute de frappe sur votre speudo.

le 14/09/2022 à 16:32
Signaler
@marc469 Toi aussi d'ailleurs

le 14/09/2022 à 17:21
Signaler
C'est pas plutôt vous ? Macron s'écrit comme tel non ?

à écrit le 14/09/2022 à 12:02
Signaler
L'UE à mis en place dans le secteur de l'énergie des règles plus stupides les une que les autres et maintenant, elle nous propose de mettre en place de nouvelles règles pour pallier leur nombreuses deficiences. On marche sur la tête... Je suis étonn...

à écrit le 14/09/2022 à 11:31
Signaler
C'est une super idée ! On pourrait la décliner en matière de plafonnement des loyers pour le commerce comme pour les particuliers, pour les charges de copropriété, pour le prix des voitures, et pour le prix du caviar (bah oui, ça doit être bon......

le 15/09/2022 à 9:58
Signaler
On pourrait même demander a ses entreprises d'électricité de ne pas payer ses salariés pour économiser et verser cette argent a un fond européen pour l'énergie ? Sérieusement quand on voit l'état financier d'EDF qui va croire que ces entreprises crou...

à écrit le 14/09/2022 à 11:29
Signaler
Ce que l'Europe fini par avouer implicitement, c'est que c'est le prix du gaz Russe qui fixait celui de notre électricité. Cela freinait l'électrification de notre économie qui aurait concurrencé le marché des hydrocarbures. Preuve encore que l'écolo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.