En Europe, l'inquiétant retard des PME et des ETI dans la décarbonation

Seules 11% des PME et des entreprises de taille intermédiaire en Europe ont engagé un véritable plan de décarbonation selon un baromètre du BCG et du fonds d'investissement Argos Wityu. Pourtant, les entreprises de plus de 250 salariés et de 40 millions d'euros de chiffre d'affaires vont devoir se conformer à la directive CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) à partir de 2026. Autrement dit, les dirigeants devront déclarer l'impact direct et indirect de leur entreprise sur le climat.
Grégoire Normand
Beaucoup d'entreprises en Europe vont devoir se conformer à la directive CSRD à partir de 2026.
Beaucoup d'entreprises en Europe vont devoir se conformer à la directive CSRD à partir de 2026. (Crédits : Reuters)

Températures inédites en septembre en France, inondations dévastatrices en Grèce et en Libye, gigantesques feux de forêt au Canada, accélération de la fonte des glaciers...la multiplication des événements climatiques extrêmes ces dernières semaines a rappelé l'urgence de la situation. Les scientifiques n'hésitent plus à parler « d'un point de bascule ». Dans ce contexte alarmant, les entreprises sont appelées à accélérer la baisse de leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2) pour respecter les ambitions européennes et les accords de Paris. La feuille de route européenne « Fit for 55 » vise à faire baisser les émissions de 55% en 2030 par rapport à 1990.

Lire aussiDécarbonation : l'industrie souhaite doubler ses investissements d'ici à 2025, selon une étude

Mais une grande partie des PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) accusent un sérieux retard. Selon un baromètre réalisé par le Boston consulting group et le fonds d'investissement Argos Wityu à partir d'un panel de 700 entreprises,  « seuls 11% » des dirigeants interrogés ont une approche structurée comprenant « la mesure de leurs émissions de GES, la conception d'une feuille de route et le déploiement d'investissements substantiels ». « Le chemin vers une approche structurée et globale, permettant de saisir la complexité de ce processus sera long », a averti Fabien Hassan du cabinet de conseil lors d'un point presse.

Difficultés à obtenir des financements et réglementation

Une vaste majorité des entreprises (84%) considèrent que la baisse des émissions est « importante » voire « critique ». Sur ce total, 71% estiment même que la décarbonation est une source d'opportunités comme l'accès à de nouveaux marchés ou des économies réalisées dans la consommation d'énergie.

Mais beaucoup de dirigeants se heurtent à des difficultés. Parmi les principaux freins évoqués, figurent en premier lieu la montagne d'investissements et les difficultés à obtenir des fonds (57%).

Lire aussiRéindustrialiser sans polluer, un parcours d'obstacles pour la France

Viennent ensuite la complexité réglementaire (55%) pour mettre en place des panneaux photovoltaïques par exemple ou d'autres installations. Les experts ont bien évoqué des assouplissements ces dernières années, mais le fossé entre l'Europe et la Chine sur le déploiement de panneaux solaires est criant. Le troisième frein évoqué (48%) concerne le manque d'expertise en interne et le temps. Beaucoup d'entreprises moyennes ou de petites sociétés n'ont pas forcément les compétences pour opérer cette transition pourtant nécessaire.

Des contrastes entre secteurs et pays

L'autre leçon importante de cette enquête est qu'il existe des contrastes saisissants entre secteurs. Dans les transports et la logistique par exemple, 51% des dirigeants interrogés affirment avoir fortement investi dans la décarbonation. À l'opposé, les industries émettrices produisant du verre, des métaux ou de la céramique ne sont que 24% à avoir entamé une telle démarche. Du côté de la chimie ou de la construction, près de 40% des entreprises déclarent avoir beaucoup investi dans la décarbonation de leur processus de production.

Sur le plan géographique, certains pays affichent de meilleures performances que d'autres. Les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) font la course en tête (44%) quand l'Allemagne est en queue de peloton (33%). Quant à la France (39%) et l'Italie (36%), elles se situent en milieu de tableau.

Objectifs climatiques : 70% des entreprises interrogées estiment qu'ils sont « réalisables »

S'agissant des objectifs climatiques, 70% des dirigeants interrogés estiment qu'ils sont « réalisables ». Dans le même temps, 78% affirment qu'ils ont besoin d'aide extérieure pour affronter les obstacles. « L'engagement de toutes les parties prenantes -
régulateurs, investisseurs, agences gouvernementales, partenaires commerciaux, fournisseurs de solutions - est essentiel pour répondre aux besoins spécifiques de ces entreprises », a déclaré Benjamin Entraygues, directeur associé au BCG. Autant dire que la décarbonation pourrait se transformer en chemin de croix.

(*)Méthode : baromètre réalisé en juillet 2023 auprès d'un échantillon de 700 entreprises implantées dans six pays européens (Italie, Allemagne, France, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). Les entreprises ciblées réalisent un chiffre d'affaires de moins d'un milliard d'euros et possèdent moins de 250 salariés. Elles peuvent à la fois faire partie du public et du privé.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 14/09/2023 à 8:59
Signaler
c'est assez extra ordinaire.... des ronds de cuir baveux dans des bureaux, bien payes et non virables, votent des trucs qui ne tiennent pas la route et vont amener la catastrophe economique et sociale, pendant que l'inde la chine la russie et le tier...

le 14/09/2023 à 9:29
Signaler
Nos entreprises continuent de fonctionner avec les bonnes vieilles recette du siècle dernier, que ce soit dans les technologies ou les ressources humaines. Il est impossible de transiger avec les dogmes du passé, ce qui réduit considérablement notre ...

le 14/09/2023 à 9:34
Signaler
@PAFO On suppose que vous êtes un super chef d'entreprise qui gère avec succès une ETI parfaitement décarbonisée. Bravo, continuez comme ça.

à écrit le 14/09/2023 à 7:59
Signaler
Le système fiscal est fait pour ne peser que sur les entreprises et les individus pauvres et moyens il est bien évident que c'est bien plus compliqué dans ces conditions pour une PME de suivre le dogme du moment.

à écrit le 13/09/2023 à 20:33
Signaler
Oui...sauf que derrière la belle étiquette, Argos est surtout un fond de capital-investissement (qui soutient la croissance des PME et ETI🤣) qui prêche pour ses opportunités de profit à court terme. Un business vert où tout le monde se presse au port...

à écrit le 13/09/2023 à 18:51
Signaler
Tout cela pour imposer un "pass carbone" géré financièrement limitant les libertés individuelles .... une nouvelles "religion" dans la consommation !:-)

à écrit le 13/09/2023 à 17:53
Signaler
Retard sur qui ? Les ETI asiatiques et américaines ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.