L'Espagne soutient son ministre pour présider l'Eurogroupe

 |  | 324 mots
Lecture 2 min.
Interrogé par plusieurs journaux, dont El Pais, pour savoir si le chef de l'Eurogroupe pourrait être espagnol, Mariano Rajoy a apporté son soutien à son ministre de l'Economie Luis de Guindos.
Interrogé par plusieurs journaux, dont El Pais, pour savoir si le chef de l'Eurogroupe pourrait être espagnol, Mariano Rajoy a apporté son soutien à son ministre de l'Economie Luis de Guindos. (Crédits : © Andrea Comas / Reuters)
Selon le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, le ministre espagnol de l'Economie ferait un bon chef de l'Eurogroupe en remplacement du néerlandais Jeroen Dijsselbloem, au centre d'une controverse.

Le ministre espagnol de l'Economie ferait un bon chef de l'Eurogroupe, a estimé dimanche le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, sur fond d'appels à la démission de l'actuel président de l'institution regroupant les ministres des Finances de la zone euro. Le ministre néerlandais des Finances Jeroen Dijsselbloem est en effet au centre d'une controverse depuis qu'il a déclaré dans une interview publiée lundi dans un journal allemand que les pays du Sud de l'Europe dilapidaient leur argent en « schnaps et en femmes ».

Dijsselbloem fragilisé

Les réactions ont été vives, les chefs des gouvernements portugais et italien appelant à la démission de Jeroen Dijsselbloem, déjà fragilisé par la défaite de son parti travailliste aux élections législatives du 15 mars aux Pays-Bas. Son mandat à la tête de l'Eurogroupe n'expire qu'en janvier 2018. Interrogé par plusieurs journaux, dont El Pais, pour savoir si le chef de l'Eurogroupe pourrait être espagnol, Mariano Rajoy a apporté son soutien à son ministre de l'Economie Luis de Guindos dans une interview publiée dimanche.

« Que puis-je dire? Certainement, le ministre espagnol de l'Economie, si vous me posez la question, est l'une des personnalités les plus importantes et compétentes de l'Eurogroupe », a-t-il déclaré.

Luis De Guindos détient son portefeuille dans le gouvernement de centre-droit de Mariano Rajoy depuis 2012.

Luis De Guindos, principal rival

Alors que l'Espagne s'est trouvée au cœur de la crise financière de la zone euro, il a dû procéder à une coupe spectaculaire dans les dépenses pour réduire le déficit public et a surveillé la mise en œuvre d'un plan de sauvetage européen du secteur bancaire. Luis De Guindos avait été le principal rival de Jeroen Dijsselbloem pour le remplacer à la fin de son premier mandat en 2015 mais le Néerlandais avait réussi à sauver son poste. Jeroen Dijsselbloem a exprimé des regrets mercredi mais a écarté toute démission.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2017 à 16:02 :
cher gegemalaga
vs oubliez qu il etait directeur executif chez lehmann puia ensuite
chez princewater avec l affaire luxembourg leaks
c est vrai que cet homme est tout a fait blanc comme neige et qu´il appuie bien fort
sur les salaries de son pays.
buen dia señor
a écrit le 27/03/2017 à 16:36 :
Rajoy ,un des premiers à avoir imposé une loi travail venant de la commission europeenne dans son pays .Il devrait donc être remercié par ses pairs.
a écrit le 27/03/2017 à 16:03 :
oui oui n oublions jamais que mr deguindos est a l origine de cette grande crise
il dirigeais lehmann europe.Comme quoi !!!!!!!
Réponse de le 28/03/2017 à 7:23 :
FAUX ...: il dirigeait la filiale Esp / Portugal ...et ce n'est pas de là qu'est venu le " problème " Lehmann , vous le savez bien .
a écrit le 26/03/2017 à 19:45 :
Il faut un français ,pour mettre de l'éthique et de l'honneur ,il ne faut surtout pas un européen du nord , ils sont corrompus et à la botte des multinationales et bien sur de l'Allemagne atlantiste de Merkel!
Réponse de le 27/03/2017 à 10:43 :
De le qualité des candidats à la présidentielle qui laisse 40% des électeurs indécis ?
Réponse de le 28/03/2017 à 7:25 :
Tiens , ce pourrait etre un job pour ...Fillon ? non ?
a écrit le 26/03/2017 à 18:27 :
Un décideur encore à la botte de l'allemagne donc, l'UE ne devrait pas s'y opposer.

Nos décideurs haïssent leurs peuples mais par contre il ne faut surtout pas le dire ni le montrer du coup comme cela doit être des discussions de salon on comprend que certaines ne puissent pas s'empêcher d'expulser leurs puissants ressentiment.

C'est le problème de l'oligarchie elle est puissante par l'argent mais faible par le caractère et c'est bien pour cela qu’elle cherche à tout posséder pour tout contrôler, caractéristique de la peur.

Vite un frexit.
a écrit le 26/03/2017 à 18:07 :
Et apres tout le controle financier du UE se trouve dans les mains des pays d'ail surendettees, la France inclus.
l'Heure de separation en faveur des pais du nord c'est plus urgent que jamais avant.
a écrit le 26/03/2017 à 18:03 :
Ils nous ont déja fournit Rato !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :