L'ex-commissaire européenne à la Concurrence dirigeait une société offshore

 |   |  734  mots
Au siège de la Commission européenne, à Bruxelles, le 21 mars 2006, la commissaire à la concurrence Neelie Kroes, accueillant Fulvio Conti, directeur exécutif de l'énergéticien italien Enel.
Au siège de la Commission européenne, à Bruxelles, le 21 mars 2006, la commissaire à la concurrence Neelie Kroes, accueillant Fulvio Conti, directeur exécutif de l'énergéticien italien Enel. (Crédits : Reuters)
[ Bahamas Leaks ] En pleine affaire Barroso (l'ex-président de la Commission embauché par Goldman Sachs), l'ancienne commissaire européenne à la Concurrence Neelie Kroes se voit épinglée pour conflit d'intérêts. Des journaux européens ont révélé mercredi que, alors qu'elle était chargée de surveiller le monde des affaires, elle dirigeait une société aux Bahamas pendant son mandat. Au mépris des règles européennes.

[Article publié le jeudi 22 septembre à 10:48, mis à jour à 11:36]

D'après les documents en possession du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et du fameux Consortium international des journalistes d'investigation ICIJ (responsable de la diffusion des "Panama Papers"), Neelie Kroes a été directrice de Mint Holdings Ltd., une entreprise offshore établie aux Bahamas, "du 4 juillet 2000 au 1er octobre 2009", ont révélé les quotidiens néerlandais Trouw et Het Financieele Dagblad.

Or, sur cette même période, elle a été commissaire à la Concurrence entre 2004 et 2009 (avant d'être vice-présidente de la Commission européenne jusqu'en 2014) et le code de conduite de l'Union européenne dispose que "les membres de la Commission ne peuvent exercer aucune autre activité professionnelle, rémunérée ou non".

Les commissaires européens doivent, au début de leur mandat, non seulement renoncer à toutes leurs fonctions de direction mais aussi notifier dans un registre public toutes celles, ayant donné lieu ou non à un paiement, exercées les dix années précédentes.

"Neelie Kroes est restée 9 ans à la tête d'une société des Bahamas sans rien déclarer, avec de forts soupçons de conflit d'intérêts. C'est là une violation totale du code de conduite des commissaires européens. Faut-il rappeler que M. Barroso avait tout fait pour la protéger lors de sa désignation comme commissaire européenne, alors que le Parlement européen soulevait de nombreux cas de risque de conflit d'intérêts ?", s'est demandée la délégation des socialistes français au Parlement européen, dans une déclaration recueillie par le site d'actualités européennes Euractiv.

Conseil stratégique pour achats de parts dans l'énergéticien Enron

L'ex-ministre néerlandaise des Transports assure avoir abandonné en 2002 son poste au sein de Mint Holdings et avoir quitté cette entreprise en 2004 au début de son premier mandat en tant que commissaire européenne, ont rapporté les médias néerlandais.

L'ancienne commissaire "était, selon ses propres dires, un directeur non-exécutif et aurait donné des conseils stratégiques à Mint Holdings, qui voulait acheter des parts dans le géant américain de l'énergie Enron pour 6 milliards de dollars", précisent les deux quotidiens. "Cet achat a échoué à l'été 2000." Donc, avant sa prise de fonction.

Trouw et Het Financieele Dagblad, qui publient plusieurs documents dont la source n'a pu être confirmée, poursuivent:

"Parce que Mint Holdings n'a jamais été opérationnelle selon elle, elle (Mme Kroes) n'a jamais fait état de ses fonctions dans la direction" de cette firme.

L'équipe de juristes de l'ex-commissaire reconnaît l'infraction

Neelie Kroes a reconnu auprès de ces deux journaux qu'elle avait été "officiellement en infraction avec le code de conduite des commissaires européens". L'équipe de juristes de l'ancienne commissaire européenne a pour sa part déclaré au Guardian que leur cliente était "d'accord qu'officiellement, elle aurait dû déclarer ses fonctions de directrice".

"Mme Kroes informera le président de la Commission européenne de cette omission et en assumera la pleine responsabilité", ont-ils dit à ce quotidien britannique.

Ils ont ajouté que Neelie Kroes pensait que la société Mint Holdings avait été liquidée en 2002 et que, en outre, elle n'y avait reçu aucune rémunération. Une porte-parole de la Commission a, quant à elle, déclaré que l'ex-commissaire avait désormais informé les autorités européennes de cette affaire. "Nous allons vérifier et analyser cette information avant de prendre une décision", a-t-elle ajouté.

Des combats contre les positions dominantes... mais pas toutes

Neelie Kroes, actuellement conseillère rémunérée de Bank of America et d'Uber, s'est fait une réputation à Bruxelles en s'en prenant dans le cadre de sa lutte contre les positions dominantes sur les marchés, à Microsoft ainsi qu'aux groupes énergétiques E.ON et GDF Suez, entre autres.

Le site Euractiv rappelle cependant que c'est elle qui s'est illustrée récemment en montant au créneau contre l'amende de 13 milliards d'euros infligée à Apple. Essayant au passage de tacler celle qui (après Joaquín Almunia) lui a succédé à la Commission,  Margrethe Vestager.

Au total, quelque 1,3 million de documents d'entreprises aux Bahamas en possession de la Süddeutsche Zeitung et de l'ICIJ ont été rendus publics sous le nom de BahamaLeaks, selon Trouw et Het Financieele Dagblad.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2016 à 19:49 :
L argent n'a pas d'odeur... et l'on s'aperçoit qu'il y a beaucoup de bienveillance vis à vis de ces gens là ! Et bien sûr il n'y a pas de contrôle dès qu'ils rentrent en fonction et après.
Les copains d'abord. D'ailleurs il serait intéressant qu'il y ait une enquête pour tout le monde !!!
a écrit le 22/09/2016 à 18:56 :
L europe est à l image de la royauté bananiere de la France... Des gros financiers ont acheté des petits politiques... sous la coupe des etats unis... Il parait qu on est pessimiste...moi je ne vois rien qui me fait rire...
a écrit le 22/09/2016 à 17:24 :
75 ans ! la soupe doit-être bonne.
a écrit le 22/09/2016 à 15:54 :
vas t on lui reclame les appointements recu
plus une amande et surtout annule toute les directives auquel elle a participe
certe pas a l'image du president de l'Europe
l'instigateur de l'evasion fiscale
le staff est pouri meme si quelque personne sont innocente
il faut reconaitre que rien ne vas
la coruption est totale
il ont laisse une place trop importance au lobing
a écrit le 22/09/2016 à 14:51 :
comment voulez vous que l'UE soit crédible. On est en droit de se poser la question. Les membres de la commission européenne sont ils réellement indépendants !!! Au moment où l'on discute, dans le plus grand secret, de l'accord de libre échange (TIPP), on peut craindre le pire pour l'Europe et elle risque d'exploser en plein vol.
Réponse de le 22/09/2016 à 16:28 :
Elle aime beaucoup l'argent : elle est donc apte et même parfaitement digne de faire partie des dirigeants de
l'Union Européenne...
a écrit le 22/09/2016 à 14:28 :
Quand donc sortira -t-on de cette haine des riches si typique a la France?Cette dame avait crée une entreprise et cherchait la rentabilité comme le font la majorité des grosses sociétés françaises publiques ou non.Cela fait plaisir de voir que nos politiques sont aussi des entrepreneurs
Réponse de le 22/09/2016 à 15:09 :
@élu UMP : sauf qu'il y a des règles du jeu qu'elle n'a pas respecté. Alors, sauf à penser que certains sont plus égaux que d'autres, ton commentaire pourrait être celui de notre "élu PS" :-)
a écrit le 22/09/2016 à 12:39 :
Quelle honte, voilà de quoi l'Europe est le nom, compromission, affairisme, oligarchie.

Nos dirigeants européens ? Une bande de voyous, les anglais ont bien fait de sortir de cette bouffonnerie et nous ferions mieux de les suivre au lieu d'insister de nous vautrer dans cette corruption et incompétence permanente.

Merci pour cette information même si franchement elle est dégoutante.
a écrit le 22/09/2016 à 12:21 :
Évidemment qu'ils profitent tous des combines ! S'ils s'égorgent presque pour avoir le poste, c'est qu'il est lucratif :-)
a écrit le 22/09/2016 à 12:21 :
La Commission à Bruxelles est vraiment une "grosse commission", vérolée jusqu'à la moëlle parce qu'aux mains du PPE, d'inspiration néo-libérale. Soumise aux lobbies. Vendu aux anglo-saxons. En fait mafieuse... Et avec Junker, le félon Luxembourgeois, ça ne risaque pas de s'améliorer.
C'est insupportable. Il ne faut donc pas s'étonner que les citoyens européens ne veulent plus de cette Europe là.
a écrit le 22/09/2016 à 12:10 :
Pour sa crédibilité (si elle existe encore), l'UE devrait établir une charte rigoureuse avec engagement et une clause de parjure avec sanctions notoires financières et pénales. Mais n'est-il déjà pas trop tard ?
a écrit le 22/09/2016 à 11:56 :
"l'ancienne commissaire européenne à la Concurrence Neelie Kroes se voit épinglée pour conflit d'intérêts." Oui et après ? Rien, il ne se passera rien, comme d'habitude....encore une bien mauvaise image renvoyée par l'Europe.
a écrit le 22/09/2016 à 11:30 :
Les citoyens Européens n'en veulent plus de cette commission des voyous en bandes organisées à bruxelles;

Il faut fermer Bruxelles et utiliser les batiments de la commission pour loger les miséreux engendrés par l'europe pourrie nauséabonde
a écrit le 22/09/2016 à 10:57 :
Continuons, cette Europe est en voie de dislocation, attention au bilan !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :