Les eurodéputés plaident pour un gel des négociations d’adhésion avec la Turquie

 |   |  922  mots
De nombreux eurodéputés ont fait part de leurs préoccupations concernant la façon dont le référendum turc, qui soutenait l'extension des pouvoirs présidentiels, a été organisé. Ils ont qualifié ce référendum d'« injuste ». D'après eux, il est temps de réévaluer les relations entre l'UE et la Turquie et d'ouvrir un nouveau chapitre.
De nombreux eurodéputés ont fait part de leurs préoccupations concernant la façon dont le référendum turc, qui soutenait l'extension des pouvoirs présidentiels, a été organisé. Ils ont qualifié ce référendum d'« injuste ». D'après eux, il est temps de réévaluer les relations entre l'UE et la Turquie et d'ouvrir un nouveau chapitre. (Crédits : Fatih Saribas)
Pour les eurodéputés, la récente extension des pouvoirs présidentiels en Turquie constitue une énième raison de suspendre le processus d’adhésion d’Ankara.

Johannes Hahn, commissaire à l'élargissement, a récemment invité les gouvernements européens à envisager de modifier leurs relations avec la Turquie après le référendum qui a renforcé les pouvoirs de son président, Recep Tayyip Erdoğan.

Ce vendredi 28 avril, les ministres européens des Affaires étrangères sont réunis à Malte pour discuter d'un nouveau format de relations avec la Turquie, dans le but de mettre fin aux frustrations mutuelles et de renforcer la coopération entre les deux entités.

"Une pleine intégration de la Turquie dans l'UE n'est pas réaliste"

Le 26 avril, le commissaire Johannes Hahn avait rencontré les eurodéputés sur cette question. À l'ouverture du débat, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a enjoint la Turquie de respecter les droits fondamentaux, qui sont à la base de la construction européenne.  Il a souligné que « l'Europe [n'était] pas un continent islamophobe et qu'elle ne [fermait] pas la porte à la population turque ».

Le député allemand Manfred Weber (CSU), dirigeant du Parti populaire européen (PPE) déclarait ainsi :

« Il est temps de changer notre relation avec la Turquie. Une pleine intégration du pays dans l'UE n'est pas réaliste. Nous devons mettre fin à cette hypocrisie. »

De nombreux eurodéputés ont fait part de leurs préoccupations concernant la façon dont le référendum turc, qui soutenait l'extension des pouvoirs présidentiels, a été organisé. Ils ont qualifié ce référendum d'« injuste ». D'après eux, il est temps de réévaluer les relations entre l'UE et la Turquie et d'ouvrir un nouveau chapitre.

Si certains eurodéputés n'envisage pas que la Turquie puisse devenir un membre à part entière de l'UE, d'autres pensent qu'il suffirait de suspendre les négociations afin de laisser au pays la possibilité de changer le cours des événements.

Kati Piri, une députée néerlandaise (PvdA) qui surveille de près la situation en Turquie, a critiqué l'idée de donner plus de pouvoir à Recep Tayyip Erdoğan. D'après certains critiques, une telle mesure mettra la démocratie en péril et étouffera la liberté d'expression en Turquie.

Intégration impossible

« Avec une telle constitution, la Turquie ne pourra jamais devenir membre de l'UE. Il est donc inutile de continuer les discussions sur l'intégration. Si les changements constitutionnels entrent en vigueur tels quels, l'UE devrait officiellement suspendre les pourparlers d'adhésion », a indiqué l'eurodéputée du groupe S&D.

D'autres membres du Parlement ont partagé son point de vue, affirmant que l'UE devait à présent forger une relation différente avec la Turquie en matière de commerce, de sécurité et d'immigration.

« Ce sera peut-être une relation plus complexe, mais au moins elle sera plus honnête. Plus prudente. Plus critique. Elle se concentrera davantage sur la coopération et non plus sur l'objectif lointain d'une adhésion à l'UE », a déclaré pour sa part Syed Kamall, un conservateur britannique (CRE).

Kati Piri a précisé qu'il n'y aurait aucune suspension tant que la « constitution autoritaire » n'entrerait pas en vigueur, soit après les prochaines élections turques, en 2019.

D'après des représentants politiques à Bruxelles, le président turc pourrait faire entrer les réformes en vigueur rapidement pour augmenter ses pouvoirs, même s'il a assuré qu'il n'en était pas question pour l'instant.

La plupart des législateurs européens ont reconnu que la candidature de la Turquie à l'adhésion européenne devrait seulement être suspendue et pas complètement annulée.

« Je ne veux pas enlever cette perspective au peuple turc », a indiqué Kati Piri. « La Turquie devrait rester un État candidat, mais nous négocions actuellement avec le gouvernement. Or, il est apparu clairement au cours des deux dernières années que le gouvernement ne souhaitait pas respecter les critères requis. »

Kati Piri a ajouté attendre que les ministres européens des Affaire étrangères demandent, le 28 avril, une évaluation officielle de la situation à la Commission européenne. À l'issue de cette évaluation, les dirigeants européens pourront prendre de nouvelles décisions lors de leur sommet de juin.

600 millions de fonds suspendus

L'une des conséquences d'une suspension du processus d'adhésion serait le gel du versement annuel de 600 millions de fonds de pré-adhésion à la Turquie.

Les eurodéputés ont préconisé que Bruxelles ouvrirait des négociations pour l'instauration d'une relation moins étroite, à savoir un « accord d'association », ou pour renforcer l'union douanière déjà en place entre la Turquie et l'UE.

Une union douanière étendue, plus d'échanges, y compris universitaires, et une coopération sur la sécurité et l'immigration comptaient parmi les idées proposées par les eurodéputés pour l'avenir des relations avec la Turquie. Certains ont également préconisé le maintien du soutien des forces démocratiques en Turquie, étant donné que des millions de Turcs veulent faire partie de l'UE.

La commission affaires étrangères du Parlement européen devrait commencer les discussions sur sa résolution annuelle sur les progrès de la Turquie le 2 mai. Le projet de résolution pour 2016, préparé par Kati Piri, invite également l'UE à « suspendre les pourparlers d'adhésion avec la Turquie si la réforme constitutionnelle entre en vigueur telle quelle ».

___

Par Georgi Gotev, Euractiv.com (traduit par Emilie Buffet)

(Article publié le vendredi 28 avril 2017 à 9:59)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2017 à 0:47 :
Congeler serait plus exact. Il est à rappeler que l'Autriche, qui sait de quoi elle parle, a précisé que si la Turquie intégrait la Communauté Européenne, contre son grè, l'Autriche ne ferait plus partie de ladite Union qui éclaterait de facto le bloc de l'Est n'attendant que çà. Pour cette ultime raison non évoquée et toutes celles précèdentes, la laborieuse approche cinquantenaire de la Turquie s'arrêtera prochainement, et ce sera une excellente chose tant parceque ce pays est bien trop grand pour intégrer l'Europe, et que l'on ne fait pas impunément rentrer le loup dans la bergerie. Le brexit étant la meilleure chose qui soit arrivé comme cessation de l'activisme commercaile de l' UK que ce soit vers les polonais et bien sur les turcs. Nous attendons avec une certaine impatience le prochain référendum populaire turc sur le rétablissement de la peine de mort, de la sorte ce seront eux mêmes à leur manière qui diront non à cinquante ans de bavardages inutiles..
a écrit le 01/05/2017 à 21:06 :
Voilà une annonce qui ressemble à une prise de conscience, comme si trop était trop. Or c'est sur le fond que nous devons considérer l'adhésion de la Turquie dans l'europe. En droite ligne actuelle elle s'inscrit dans la mondialisation où l'europe n'est qu'une extension du marché sous contrôle Américain. Alors qu'il s'agit d'un refus visant à sauvegarder une identité Européenne, pour une économie Européenne indépendante. Libre, et surtout rectificative de tous les débordements de l'économie Américaine. Un changement radical pour traiter d'égal à égal et faire valoir nos différences, sans subir aucune pénalité. Une vraie Europe au service des Européens.
a écrit le 01/05/2017 à 18:27 :
Non seulement les Européens devraient annuler la candidature de la Turquie mais surtout cesser les paiements et rapatrier les fonds versés. Je trouve hypocrite de continuer à faire miroiter une possible adhésion alors que les européens ne veulent pas de la Turquie. Avec le Brexit, un vote ric-rac en France, cela serait suicidaire!
a écrit le 01/05/2017 à 17:54 :
l'ue a peur de facher erdogan,alors elle propose seulement de geler les négos pour quelques temps,ce qu'elle ne fera pas .de toute façon,l'entrée de la turquie doit être validée par un référendum des citoyens de l'ue dont je connais le résultat. il serait plus honnête de dire à la turquie qu'elle n'entrera jamais dans l'ue.
a écrit le 01/05/2017 à 17:35 :
Un "gel" qui fondra bien vite; car le dogme est tout, la démocratie n'est rien a leur yeux!
a écrit le 01/05/2017 à 14:08 :
La Turquie telle qu'elle est actuellement n'a rien à faire dans l'Europe.
a écrit le 01/05/2017 à 12:57 :
Ca ne mange pas de pain et ils ont l'impression au travares de cet acte d'exister en réalité ils ne font qu'enfoncer une porte ouverte car les peuples européens refuseront l'adhésion de la Turquie à moins qu'on les prive de vote comme le sait si bien faire l'UE.
Ils auraient mieux fait de se réveiller sur le CETA!
a écrit le 01/05/2017 à 12:04 :
Il faut arrêter les négos avec la Turquie, et les reprendre aux calendes grecques.
a écrit le 01/05/2017 à 11:42 :
Ils en mettent du temps à tirer les conséquences de ce que pensent leurs électeurs...
a écrit le 01/05/2017 à 10:36 :
l''ue qui commence juste à réagir sur la catastrophe démocratique qui se déroule en turquie.

Avec l'europe les tyrans sont tranquilles.
Réponse de le 01/05/2017 à 17:38 :
L'UE de Bruxelles suit son dogme, rassurer et mentir en font parti!
a écrit le 01/05/2017 à 9:47 :
Encore heureux que nos eurodéputés se réveillent.....la Turquie n'a rien à faire dans l'Europe surtout avev M. Erdogan.....ceci étant elle l'est déjà un peu car nous voyons bien que l'Allemagne est obligée de tenir compte de sa diaspora turque pour sa politique interieure.....c'est également le cas pour d'autres pays comme la France notamment.....
a écrit le 01/05/2017 à 9:27 :
Ne pas s'étonner si les français votent pour le FN . Cette mascarade européenne avec la Turquie .
La décision est simple , à la tête de la Turquie , il y a maintenant un dictateur , c'est une évidence , donc rupteur des relations diplomatique , sortie de la Turquie de toutes les activités sportives .
Mais pour cela , il faut du courage et surtout pas d'intérêt à défendre
a écrit le 01/05/2017 à 9:18 :
La Turquie est candidate depuis 1987 à son entrée à l'UE.. depuis 1987, nous payons des fonctionnaires qui "travaillent" sur ce projet. Cela fait 30 ans que l'on balade les turcs avec de pseudo négociations... ils sont bien patients.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :