Les Vingt-Sept se réunissent à Versailles pour préparer le "sursaut européen"

Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays membres de l'Union européenne se réunissent pour deux jours dans le cadre d'un sommet informel à Versailles. L'objectif est de tracer les principaux contours du plan de résilience destiné à réduire la dépendance du Vieux continent à l'égard de la Russie et accélérer la décarbonation de l'économie.
Grégoire Normand

8 mn

Emmanuel Macron doit recevoir les chefs d'Etat et de gouvernement à Versailles dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne.
Emmanuel Macron doit recevoir les chefs d'Etat et de gouvernement à Versailles dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne. (Crédits : Reuters)

Deux semaines après le début de la guerre en Ukraine, les chefs d'Etat de l'Union européenne se retrouvent dans le cadre prestigieux du château de Versailles ces jeudi 10 et vendredi 11 mars. Alors que les bombes continuent de pleuvoir sur la population ukrainienne, la perspective d'un cessez-le-feu rapide s'éloigne de jour en jour. Malgré la mise en œuvre d'une batterie de sévères sanctions contre la Russie, Moscou semble déterminé à poursuivre le combat. Face à ce cataclysme aux portes de l'Union européenne, les chefs d'Etat et de gouvernement doivent échanger sur "la situation en Ukraine et les conséquences sur les approvisionnements en énergie, sur la révision des capacités de défense et sur les questions macroéconomiques, notamment sur le bon niveau de dépenses publiques et le bon niveau de dépenses privées pour mener à bien les investissements nécessaires dans certains secteurs stratégique", explique-t-on à l'Elysée. "C'est le sommet du sursaut européen. La guerre en Ukraine a appelé à une réponse unie et rapide des pays de l'Europe dans les sanctions et les aides apportées à l'Ukraine", confie un conseiller d'Emmanuel Macron.

Une sorte de "nouveau modèle économique" de l'UE comme le chef de l'Etat l'avait évoqué début mars lors de son allocution à la nation.

Lire aussi 9 mnMacron organise à Versailles un sommet pour décider d'un "nouveau modèle économique" de l'UE

Il faut dire que ce conflit a déjà des conséquences importantes sur l'économie du Vieux continent. La flambée des prix de l'énergie et le renforcement des difficultés d'approvisionnement dans les semaines à venir inquiètent particulièrement les milieux économiques et financiers. Certains secteurs comme l'industrie et l'agriculture sont particulièrement exposés alors que la pandémie a déjà laissé de profondes traces. Le FMI redoute des conséquences "dévastatrices" et les instituts de conjoncture ont déjà commencé à réviser leurs prévisions de croissance à la baisse pour 2022."

Lire aussi 6 mnLa guerre en Ukraine pourrait déjà coûter au moins 20 milliards d'euros de PIB à la France en 2022

Vers un plan de résilience européen

Après deux longues années difficiles liées à la pandémie, les Etats européens ont commencé à plancher sur "un plan de résilience à l'échelle européenne qui serait décliné à l'échelle nationale". "C'est d'ailleurs un sujet important de ce sommet" assure un proche du chef de l'Etat. Au premier semestre 2020, le plan de relance européen de 750 milliards d'euros financé par un emprunt commun avait donné lieu  à d'âpres négociations entre les pays "frugaux" (Pays-Bas, Danemark, Finlande et Suède) et le Sud de l'Europe. "En matière de financement, le plan NextGenerationEU a pris quatre mois de négociation. La guerre a commencé il y quinze jours. Il faut procéder avec méthode" explique l'Elysée.

La première étape "est d'avoir un état des lieux des conséquences économiques de la guerre. Il y a déjà la volonté d'une réponse économique partagée en Europe. Nous discuterons des instruments. Le plan de relance lié à la crise pandémique a été un succès. Nous réfléchissons à un plan qui permet d'accélérer les investissements mutualisés, dans le domaine de la défense, l'énergie et la transition écologique", ajoute-t-on dans le premier cercle du chef de l'Etat français. Face à l'urgence de la guerre russo-ukrainienne, plusieurs options sont sur la table. La première peut être d'utiliser les fonds du plan de relance européen non consommés. Ce qui permettrait de gagner en rapidité. L'autre, plus longue, est de bâtir un plan à l'image du dispositif de 2020 susceptible de fissurer l'Europe sur le montant des moyens à mettre en œuvre et les objectifs de long terme.

Sur la taille des investissements nécessaires, aucun chiffrage n'a été dévoilé. "Il doit y avoir une objectivation des besoins après la guerre et des investissements pour la transition. Il s'agit de converger vers un diagnostic commun entre les chefs d'Etat. Quelle est  la bonne orientation budgétaire et monétaire à mettre en place pour la suite ?", indique cette source.

Un plan de résilience "économique et social" déjà en préparation pour la France

Face à la menace d'un ralentissement de la croissance tricolore, l'exécutif prépare actuellement un plan de résilience économique et social "évolutif". Il devrait être présenté "la semaine prochaine", selon le cabinet du Premier ministre Jean Castex. Cela fait maintenant plus d'une semaine que le gouvernement multiplie les réunions avec les secteurs et les filières en proie à de fortes difficultés. Mardi dernier, le chef du gouvernement a mené plus de cinq heures de réunion, d'abord avec les représentants de l'industrie et de l'agriculture puis avec les partenaires sociaux, afin de bien identifier les problèmes rencontrés depuis l'entrée en guerre de la Russie sur le front Est européen.

"La France sort d'une crise très lourde et systémique. La guerre en Ukraine nécessite une réponse adaptée. Ce n'est pas toute notre économie qui risque un arrêt brutal", explique un proche du Premier ministre. Une manière de rappeler que "le quoi qu'il en coûte" ne devrait pas être d'actualité. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a d'ailleurs écarté cette option lors d'une conférence à Bercy mercredi 9 mars. "Le « quoi qu'il en coûte » était la bonne réponse à la crise du Covid. Ce ne serait pas la bonne réponse à la crise énergétique de 2022, parce que cela ne ferait qu'alimenter l'augmentation des prix et l'inflation dont souffrent tellement nos compatriotes", a déclaré le ministre qui compare la crise énergétique au choc de 1973.

Lire aussi 6 mnPrix de l'énergie : la crise actuelle est « comparable au choc pétrolier de 1973 » (Bruno Le Maire)

Effets indirects

A Matignon, l'entourage du Premier ministre considère que "l'effet macroéconomique devrait être limité car la Russie et l'Ukraine ne représentent que 2% des échanges totaux avec la France. En revanche, les effets indirects via le renchérissement des prix de l'énergie vont affecter les entreprises et les ménages. Les prix à la pompe sont à un niveau record et sur le marché des matières premières agricoles, le prix du blé a doublé depuis 2019 et atteint désormais 400 euros la tonne". Parmi les pistes évoquées figurent "l'accompagnement des entreprises affectées par les sanctions et les difficultés d'approvisionnement, la sécurisation de l'approvisionnement en matériaux critiques et des réponses aux entreprises pour faire face à la hausse des coûts de l'énergie et des intrants."

Selon le cabinet de Jean Castex, les dernières touches à la réponse ne pourront être apportées qu'à l'issue du sommet européen informel de jeudi et vendredi à Versailles, qui devrait proposer "une évolution du cadre (communautaire) en matière d'aides d'Etat". "Ce sera déterminant pour calibrer les dispositifs en vue de la semaine prochaine", a-t-on précisé de même source.

Economie, énergie et défense au programme

La guerre en Ukraine a complètement chamboulé le programme de ce sommet initialement organisé dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne (PFUE) effective depuis le premier janvier dernier. Selon l'Elysée, les chefs d'Etat doivent notamment échanger sur la défense, l'économie et l'énergie. "Sur l'énergie, il faut mener des actions pour réduire notre dépendance en énergie fossile provenant de la Russie. Cela nécessite des actions de court terme et de moyen terme" ajoute le château. "A court terme, chaque pays va devoir accroître ses volumes de stockage, augmenter ses importations de GNL et réduire sa consommation énergétique." À moyen terme, il s'agit d'accélérer la décarbonation de l'économie. "Cela doit passer par le nucléaire et les énergies renouvelables".

Interrogé sur la possibilité d'un embargo sur les importations russes à l'instar des Etats-Unis, le conseiller du chef de l'Etat explique que "les degrés de dépendance de l'Europe et des Etats-Unis en matière d'énergie russe sont extrêmement variables. Notre objectif est d'être réaliste et pragmatique. Cette guerre accélère notre agenda de transition énergétique et notre agenda de diversification des approvisionnements en matière de GNL. Il s'agit aussi d'accélérer les baisses de consommation d'énergie." Autant de sujets sensibles alors que la déflagration des conséquences de la guerre ne fait que commencer.

Grégoire Normand

8 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 11/03/2022 à 10:19
Signaler
"Les Vingt-Sept se réunissent à Versailles" LOL ! Et il faudrait les prendre au sérieux après 30 ans d'exposition de corruptions et d'échecs successifs: "Si si on a changé, cette fois ci c'est juré !" ^^ L'UE où la corruption et le discrédit à tous l...

à écrit le 11/03/2022 à 9:17
Signaler
Qui va encore payer l'Europe ou les français pour briller à Versailles et héberger, les représentants des 27 ? C'est insupportable quand on connaît la dette et les 284 taxes françaises

le 11/03/2022 à 10:02
Signaler
Plaignez vous en s il n y a pas de résultat , réjouissez vous en si on débouche sur du concret et constructif …. Pour vos infos chaque pays présidant l Europe ts les 6 mois le fait … alors au lieu de râler comme un bœuf français ….

à écrit le 11/03/2022 à 8:08
Signaler
Encore un pognon de dingue ! "accélérer la décarbonation de l'économie." c'est sur entre jets privée, voitures... on les entend dire "faites ce que je dis, pas ce que je fais" . Cette caste est t-elle là, à l'insu de notre plein gré ?

le 11/03/2022 à 10:04
Signaler
Cheng @: allez voir la caste du gouvernement Chinois et on en reparle …

à écrit le 11/03/2022 à 7:32
Signaler
Je croyais voir M. Erdogan ou Poutine dans la splendeur théâtrale de leur image. Une nllefois la simplicité n'est pas M. Macron. . . .

le 11/03/2022 à 10:06
Signaler
MR Macron fait comme tous ses prédécesseurs …. Et je doute qu il y ait un endroit aussi grand comme Versailles pour accueillir les 26 autres délégations Européennes… c est marrant il n y a que les français pour râler - comme toujours- les autres euro...

le 11/03/2022 à 10:08
Signaler
MR Macron fait comme tous ses prédécesseurs …. Et je doute qu il y ait un endroit aussi grand comme Versailles pour accueillir les 26 autres délégations Européennes… c est marrant il n y a que les français pour râler - comme toujours- les autres euro...

à écrit le 10/03/2022 à 20:35
Signaler
Mensonge et manipulation de journalistes. Vous ne parlez du coût de la réunion de Versailles ! Et de la dette de notre roitelet.... Mes amis nos arrières arrières arrières petits enfants se poseront des questions

le 10/03/2022 à 21:37
Signaler
Vince tout est dit!!!!!!!!! On est dans un merdier monumental...............

le 11/03/2022 à 10:15
Signaler
Vous pouvez adresser vos reproches à la classe politique française de droite comme de gauche depuis 40 ans pour l endettement.. qu’élues millions de plus ne feront guère pencher la balance : giscard =15 milliards d euros, Mitterand 2 septennats =41...

le 11/03/2022 à 10:17
Signaler
Vous pouvez adresser vos reproches à la classe politique française de droite comme de gauche depuis 40 ans pour l endettement.. qu’élues millions de plus ne feront guère pencher la balance : giscard =15 milliards d euros, Mitterand 2 septennats =41...

à écrit le 10/03/2022 à 19:38
Signaler
La fin de notre petit Napoléon?

à écrit le 10/03/2022 à 18:40
Signaler
L'improvisation, et les non prévisions, comme le font les communistes avec leur plans, quelle horreur, Ça provient d'un mode pensée libérale. Ils adorent le suspense, le risque, j'achète à 30 jours, on verra bien". Là ils sont gatés.

à écrit le 10/03/2022 à 17:37
Signaler
Mr Macron fait le buzz , en réalité cela ne sert qu'a servir sa campagne personnelle .

le 11/03/2022 à 10:19
Signaler
C est vote opinion pas une analyse … de toute façon les autres candidats font exactement ce que vous commentez … ou sont les questions de fond? Aucun- aucune candidate se risque à les aborder pas peur de ne pas être élue … il- elle pourra toujours l...

à écrit le 10/03/2022 à 10:23
Signaler
Avant l'élargissement de l'union européenne aux anciens pays du bloc de l'est, l'extrême droite en France c'est 1 %.. pareil partout ailleurs chez nos partenaires européens.. depuis lors.... du chemin a été parcouru et l'extrême droite en France c'es...

le 10/03/2022 à 13:01
Signaler
Bei oui mais ici en Europe, ce sont les young leaders installés par le mondialiste de Davos et les américains du deep state qui qui ont accouché du plan covid puis du plan ukraine ET sont aux commandes de la machine infernale ue ....

à écrit le 10/03/2022 à 9:39
Signaler
Leur rêve le plus fou: une Europe fédérale dirigée par la reine Ursula..

à écrit le 10/03/2022 à 9:25
Signaler
belle mise en scene au Chateau ! il est bon que le peuple ignore beaucoup de choses vraies et en croie beaucoup de fausses

le 11/03/2022 à 10:23
Signaler
Que faites vous sur ce média sérieux ? C est sur les plateformes complotiste qu il faut que vous œuvriez ..

à écrit le 10/03/2022 à 9:04
Signaler
Macron est un coq qui chante fort mais qui n'obtient rien ou ne fait pas grand chose. Cela me fatigue tous ces politiques qui nous promettent la lune mais qui ne sont pas capables de gérer à court, moyen et long terme. Pour l'Europe c'est pareil rien...

le 10/03/2022 à 9:33
Signaler
Commentaires typiques du français lamda : râleur , fermé et défaitiste … quand je lis la presse étrangère il n y a pas d équivalent …. Macron n est pas un super héros … les français ont tendances à attendre le messie chez le personnel politique … ma...

à écrit le 10/03/2022 à 8:54
Signaler
L'UE de Bruxelles n'a jamais su convaincre, a part ceux qui font du cash sur son dos!

à écrit le 10/03/2022 à 8:53
Signaler
L' L'UE de Bruxelles n'a jamais su convaincre, a part ceux qui font du cash sur son dos!

le 10/03/2022 à 9:40
Signaler
Sans Ue et monnaie unique - qui en est la consequence- le franc aurait été dévalué plusieurs fois - comme dans le passé - on aurait eu une inflation à deux chiffres -1975 a 1979…- et toutes les conséquences sur le pouvoir d achat et par ex les taux...

le 11/03/2022 à 11:11
Signaler
La monnaie est un moyen d'échange et non pas un but a atteindre quelque soit la situation! Elle ne fait que son travail d'usage rien de plus!

à écrit le 10/03/2022 à 7:52
Signaler
Toutes les matieres premieres a la hausse. Poutine se marre, remerciez vos politiques, des as, a n'en point douter.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.