Gênes : au moins 39 victimes dont quatre Français, l'état d'urgence déclaré

 |   |  614  mots
Construit à la fin des années 1960, le viaduc autoroutier, qui se situe à une hauteur comprise entre 45 et 55 mètres au-dessus du sol, a connu d'importants travaux de rénovation en 2016.
Construit à la fin des années 1960, le viaduc autoroutier, qui se situe à une hauteur comprise entre 45 et 55 mètres au-dessus du sol, a connu d'importants travaux de rénovation en 2016. (Crédits : Reuters)
Le bilan de l'effondrement d'un pont autoroutier mardi à Gênes, dans le nord de l'Italie, s'élève désormais à 39 morts, dont quatre Français, et 16 blessés.

>> Article en ligne le 14/08/2018 à 15h02 / mise à jour le 15/08/2018 à 18h50

Suite à l'effondrement d'un pont autoroutier mardi 14 août à Gênes, dont le dernier bilan  fait état d'au moins 39 morts dont quatre Français, et 15 blessés,  le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a annoncé mercredi devant la presse l'instauration d'un "état d'urgence pour 12 mois" à Gênes.

"Nous avons entendu la requête du président de la région et décrété l'état d'urgence pour 12 mois", a déclaré M. Conte, à l'issue d'une réunion extraordinaire à Gênes du conseil des ministres.

"Nous avons débloqué, pour la mise en place des premières interventions, 5 millions d'euros du fonds d'urgence nationale", a-t-il ajouté.

Un jour de deuil national, dont la date n'a pas encore été arrêtée, sera également déclaré.

Selon la protection civile, environ 35 voitures et trois poids-lourds ont été précipités dans le vide lorsqu'une portion de ce viaduc s'est effondrée mardi à la mi-journée. Certains passagers s'en sont sortis sans une égratignure mais d'autres manquent encore à l'appel.

Dans la nuit, les pompiers ont extrait trois corps sans vie, a rapporté Emanuele Gissi, un responsable des pompiers sur le site. Avec l'arrivée de renforts, ce sont désormais 400 pompiers professionnels qui sont engagés dans ces recherches.

"Tous les espaces vides accessibles ont été explorés, maintenant on déplace les morceaux de débris les plus gros", a-t-il expliqué alors que deux grandes grues ont été amenées sur le site pour ces opérations de déblaiement.

"On ne peut pas savoir s'il y a encore des survivants, mais c'est notre travail de chercher", a-t-il ajouté en précisant que les recherches prendraient "des jours".

Une longue portion d'un viaduc de l'autoroute A10 s'est effondrée mardi 14 août à Gênes, dans le nord de l'Italie, alors qu'un violent orage s'abattait sur la région.

"Je m'engage auprès des Italiens à aller jusqu'au bout pour déterminer les responsables d'une catastrophe inacceptable, parce qu'il n'est pas possible en 2018 de travailler et de mourir dans ces conditions", a exhorté le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini depuis Catane, en Sicile, lors de la conférence de presse.

Outre la trentaine de véhicules qui ont basculé dans le vide, des blocs du viaduc se sont abattus sur une voie ferrée, des immeubles et une rivière se situant en contrebas. La scène serait "apocalyptique".

--

--

L'autoroute A10, dite Autoroute des Fleurs, relie Gênes et Vintimille à la frontière française, dans une succession de ponts et de tunnels en raison du relief accidenté de la côte ligure. Long de 1.182 mètres et situé à une hauteur comprise entre 45 et 55 mètres au-dessus du sol, ce viaduc autoroutier avait pourtant déjà connu d'importants travaux de rénovation en 2016.

Interrogé par le média en ligne Linkiesta, le professeur Antonio Brencich assure que "c'est bien la structure qui (a fait défaut)" (et non l'orage, ni le béton). L'état de l'ouvrage inspirait, en effet, de nombreuses inquiétudes ces dernières années. Mais prudence, on ignore encore la raison précise du drame. Une enquête sera chargée de la déterminer.

--

viaduc genes

--

La société d'autoroutes déboulonne en Bourse

La société italienne d'autoroutes Atlantia a perdu jusqu'à plus de 10% mardi à la Bourse de Milan après l'effondrement du viaduc.

Suspendu en début d'après-midi après avoir perdu 10,1%, le titre d'Atlantia, qui construit et gère la plupart des autoroutes italiennes, s'est repris en partie et perdait 7,52% à 23,01 euros à 14h45, dans un marché en légère baisse de 0,12%.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2018 à 8:08 :
Pour info :
https://www.wort.lu/fr/economie/genes-atlantia-n-est-pas-luxembourgeoise-5b753264182b657ad3b9171e
https://www.wort.lu/fr/international/etat-d-urgence-a-genes-apres-l-effondrement-meurtrier-du-viaduc-5b751e1c182b657ad3b91713
a écrit le 17/08/2018 à 14:44 :
Pouvez vous préciser vos sources comme quoi cette société fait des super profits et paye peu d'impot ?
Quels sont les chiffres ? le CA ? Le Resultat net ? Les impôts payés ?
Avez vous des données précises à communiquer ou s'agit'il de simples ragots de bistrots ?
a écrit le 16/08/2018 à 17:26 :
La société Autostrade va devoir s'expliquer sur les raisons pour lesquelles elle n'a pas donné suite à un rapport technique rédigé en février 2009. Ce rapport faisait état d'une «intense dégradation des structures du viaduc soumises à d'immenses sollicitations» du fait du passage de 25,5 millions de véhicules par an, «avec un trafic multiplié par quatre au cours des trente dernières années et qui devrait augmenter de 30% au cours des trente prochaines».
a écrit le 16/08/2018 à 14:46 :
pour info source boursoramam..

L'an dernier, Atlantia a dégagé un bénéfice net de 1,17 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires de 5,97 milliards (des résultats en progression de respectivement 4,5% et 8,9% sur l'année précédente). La capitalisation du groupe, dont le titre a perdu 25% à la Bourse de Milan jeudi 16 août.
Réponse de le 16/08/2018 à 17:39 :
La société concessionnaire avait donc bien les moyens financiers d'entretenir sa concession et l'UE ne serait donc pas responsable d'une paupérisation qui la mettrait dans l'obligation de bâcler ses devoirs.

Ce qui nous ramène à une défaillance de contrôle de la part de l'Etat et aux pressions politiques locales afin que des solutions alternatives au viaduc, pourtant évoquées fortement, ne soient pas mises en œuvre.

Et c'est là qu'on retrouve nos amis du M5*, alliés de salvini au gouvernement, qui ont refusé depuis des années le contournement de Gênes qui aurait permis de détruire et/ou de remplacer le viaduc.

Le M5* a pour politique de bloquer tous les grands aménagements de transport , depuis la ligne LGV lyon-Turin (c'est tellement mieux les files de camions...) jusqu'aux ponts...
a écrit le 16/08/2018 à 14:17 :
Salvini accuse l'UE et son austérité pour l'accident (pont) intervenu ce mardi à Genova (anglais). "Si des contraintes extérieures (U.E) nous empêchent de dépenser pour avoir des routes et des écoles sûres, cela remet en question le fait de suivre ces règles", a déclaré Salvini, qui dirige la Ligue des eurosceptiques.
"Il ne peut y avoir de compromis entre les règles fiscales et la sécurité des Italiens."

https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-08-14/salvini-points-finger-at-eu-as-italian-bridge-disaster-kills-35
Réponse de le 16/08/2018 à 15:34 :
et qu'il propose aux italiens par référendum la sortie de l'Euro et le retour pour l'Italie à l'Europe d'avant Maastricht. Ça, ce serait cohérent.

Sauf qu'il a déjà accepté pour accéder au pouvoir avec le MI5* de renoncer à la sortie de l'Euro et par voie de conséquence de revenir à l'avant Maastricht.

C'est toujours le problème avec les populistes. Ça a une grande gueule mais c'est prêt à tous les compromis pour arriver au pouvoir.

Et une fois arrivé au pouvoir, on s'aperçoit que , tel le brexiteur moyen, ils n'ont aucun plan sérieux et responsable et qu'ils sont incapables d'en concevoir un.
a écrit le 16/08/2018 à 11:31 :
A propos d'autoroutes privatisés MAL ENTRETENUS par les concessionnaires malgré des péages qui leurs génèrent milliards de bénéfices,

le silence de BAYROU serait elle la marque de son étouffement par les bandits LaREM PS UDI Modem et LR qui ont tous été gavés de commissions occultes lors des privatisations et AUSSI à chaque hausse de tarifs inflationnistes obtenus lors de fausses négociations ? ?
Réponse de le 16/08/2018 à 16:10 :
M. Bayrou vous assignait en justice pour diffamation?
Réponse de le 16/08/2018 à 18:21 :
C'est effectivement une question, le silence BAYROU Modem faire valoir de la macronitude ? ? ?
a écrit le 16/08/2018 à 11:15 :
La tragédie du viaduc de Gênes ainsi que la réaction justifiée du gouvernement italien ont soudain rendu muets les partisans acharnés de la construction européenne et des traités européens qui exigent de tous les États-membres qu’ils se dessaisissent progressivement de leurs services publics en les vendant à des sociétés privées prétendument plus efficaces alors que leur seul objectif est de dégager toujours plus de profit...
On ne peut que déplorer le résultat qui porte aux larmes...
Réponse de le 16/08/2018 à 16:29 :
Ca me fait beaucoup rire quand l'UPR (ou quelqu'un qui s'en réclame) déplore la fin d'une espèce de collectivisme d'état qui n'a jamais existé en Europe de l'Ouest.

De tous temps, la réalisation des routes, autoroutes et des ouvrages d'art a été confiée à des entreprises privées. Seul l'entretien courant avait été laissé aux DDE ainsi que les opérations de sablage, salage...

Et ça n'a pas changé pour les routes communales, départementales et nationales. Il y a encore des services de l'Equipement en France qui dessinent des ponts et vérifient la conformité des travaux.

Leur plus gros problème c'est qu'avec les coupes budgétaires qu'on inflige aux régions et aux collectivités locales, on repousse la construction de ponts, les bureaux d'études sont en sous-effectif, et les collectivités locales n'ont plus de budget pour entretenir les routes.

Et ce n'est pas une volonté européenne, c'est un choix délibéré de l'Etat français macronien de revenir à un état centralisé par l'étranglement financier des régions.

Et puis un peu de cohérence intellectuelle ne peut pas nuire. On ne peut pas dans le même temps accuser les sociétés concessionnaires de faire des super profits et pleurer le manque de moyen pour l'entretien des autoroutes concessionnées.
a écrit le 16/08/2018 à 10:59 :
Le passage aux 80km/h va diminuer les risques de vibration qui endommagent a terme les ouvrages routiers.Philippe avait vu juste en baissant la vitesse,finalement une très bonne mesure.
Réponse de le 16/08/2018 à 11:54 :
Houlà, comme vous y allez ! Un certain nombre de ponts ayant des faiblesses structurelles en France, au nom du principe de précaution il vaudrait mieux passer la vitesse à 10km/h maximum sur toutes les routes, ça nous sécuriserait plus largement :-)) !!
Réponse de le 16/08/2018 à 13:44 :
@Jessifer a écrit le 16/08/2018 à 10:59

Le passage aux 80km/h n'a que 2 seuls buts :

primo :
en créant une gêne et un allongement de 12 % des temps de parcours, diriger les automobilistes professionnels vers les autoroutes payantes pour que les gestionnaires privés amis du pouvoir encaissent d'énormes profits supplémentaires

secundo :

rançonner, faire les poches, les automobilistes qui persistent à rouler sur les nationales et départementales, en augmentant les amendes

pour la sécurité,

a) moins on va vite, plus on reste longtemps sur et sous les ponts, DONC plus on augmente la probabilité d'être écrasé par un pont au dessus, ou précipité lorsqu'on roule sur un pont ;

b) à 80 kms la probabilité d'être écrabouillé comme une pizza entre 2 camions ou autocars est multipliée par 100, car ces camions autocar roulent plus vite que les voituresah
Réponse de le 16/08/2018 à 13:46 :
renee.grefrtuoipmltve@yahoo.com
Propagnde Philipomacronienne
@Jessifer a écrit le 16/08/2018 à 10:59

Le passage aux 80km/h n'a que 2 seuls buts :

primo :
en créant une gêne et un allongement de 12 % des temps de parcours, diriger les automobilistes professionnels vers les autoroutes payantes pour que les gestionnaires privés amis du pouvoir encaissent d'énormes profits supplémentaires

secundo :

rançonner, faire les poches, les automobilistes qui persistent à rouler sur les nationales et départementales, en augmentant les amendes

pour la sécurité,

a) moins on va vite, plus on reste longtemps sur et sous les ponts, DONC plus on augmente la probabilité d'être écrasé par un pont au dessus, ou précipité lorsqu'on roule sur un pont ;

b) à 80 kms la probabilité d'être écrabouillé comme une pizza entre 2 camions ou autocars est multipliée par 100, car ces camions autocar roulent plus vite que les voitures
a écrit le 16/08/2018 à 9:28 :
La société d’autoroutes italienne incriminée a toujours fait des supers profits et payait peu d'impôts....ajouter à cela la corruption et vous avez le résultat !!!!!
Réponse de le 16/08/2018 à 11:26 :
D'où viennent ces informations ? Avez vous accès à une source fiable indiquant que la société fait des profits et ne paye peu d'impôts ?
Quels sont les montants que vous évoquez ? Quel est le CA de cette boite ? Sa marge ?
Réponse de le 16/08/2018 à 14:27 :
Vous pouvez écouter en replay sur France Info vers 9h14, Mme Ludmilla Acone, historienne et spécialiste de l'Italie...tout ça est accablant.
a écrit le 16/08/2018 à 8:40 :
C'était en 2013: Luigi Di Maio, vice-Premier ministre et actuel chef de file du Mouvement 5 étoiles s'opposait à la construction d’une bretelle du pont Morandi appelée "La Gronda", de 72 kilomètres de long (coût estimé : 5 milliards d’euros). Cette bretelle devait décharger le pont de tout ou partie du trafic.

Voici ce qu'ils avait déclaré à l'époque "...il n’y a aucun risque d’écroulement du pont, c’est une bonne blague que de le soutenir. Il durera cent ans".


Et lequel Di Maio de déplorer l'absence de voies de contournement. Parfois le ridicule tue.
a écrit le 16/08/2018 à 5:04 :
Il y en a qui melangent tout. Parler de Malpasset en 1956 n'a rien a voir avec l'affaire actuelle. Le barrage a cede a cause d'une mauvaise estimation geologique des failles laterales de l'edifice. Le barrage en lui meme etait une merveille d'un point de vue resistance, une des premieres construction en ogive. Le fait d'avoir attendu en vain l'autorisation de l'ouverture des vannes de securite reste fermees a precipite les evenements. L'eau a commence par ruisseller sur le flanc est et a ravine entre le beton et les shistes. Il est facile de verifier toutes ces infos.
Réponse de le 16/08/2018 à 9:11 :
En fait d'étude géologique. Le budget alloué pour ce volet était ridicule, moins de 100 000 F pour un ouvrage qui allait couter plus d'un milliard de francs de l'époque pour la construction.
Le travail avait été confié au génie rural qui n'est pas spécialisé en géotechnique et on n'est pas allé chercher les failles profondes et conjuguées qui ont été une des causes de la catastrophe.

La catastrophe du Malpasset a été abondamment étudiée après le drame, avec des expertises et contre-expertises "légales" qui se sont en partie contredites et un certain nombre de livres ont été écrits.

Ce qui ressort in fine, c'est que le barrage a été construit avec un souci d'économie qui l'a rendu dangereux, mais sans intention mafieuse.
Réponse de le 18/08/2018 à 9:35 :
@matins calmes a écrit le 16/08/2018 à 5:04
Je ne mélange pas tout et dans votre post vous mentionnez bien deux erreurs humaines sur cette catastrophe:
1. faille dans l'étude géologique
2. ouverture des vannes de sécurité en retard.
J'aurais pu prendre l'exemple du terminal de Roissy pour montrer que 99.9999% des accidents sont dus à une erreur humaine (fausse conception ou changement non maîtrisé).
Cordialement
a écrit le 15/08/2018 à 20:41 :
Trop facile de montrer du doigt le maitre d'oeuvre : cela évite de poser la question des responsabilités du maitre d'ouvrage. Dans un contrat de concession, il y a deux parties. Quels ont été les exigences (fréquence et nature des visites d'ouvrage) et les contrôles de l'Etat Italien ?
a écrit le 15/08/2018 à 20:33 :
L'UE est responsable par l'imposition de la privatisation des infrastructures, elle continue a contribuer a cette privatisation des bénéfices et la mutualisation des pertes monétaires comme humaines!
Réponse de le 15/08/2018 à 20:53 :
l'UE a bon dos, il est vrai que mettre l'effondrement sur le compte des réfugiés ça aurait été un peu trop gros.

On va voir ce qu'il va donner notre équipe de neo-mussolinien au pouvoir.

En général ceux là ne font pas des étincelles une fois au pouvoir. Ce sont tous des fonctionnaires et/ou d'ancien députés européens qui crachent abondamment dans la soupe mais ne sont même pas capable d'ouvrir un sachet maggi.
Réponse de le 15/08/2018 à 21:30 :
Si on suit votre logique il faudrait tout nationaliser et revenir comme au temps de l'URSS, dont on connait le résultat. Privatiser ne veut pas dire donner un blanc seing.L'état doit mettre des règles et veiller à leurs applications.
Réponse de le 16/08/2018 à 11:01 :
C'est tout le contraire, en privatisant, vous responsabilisez un actionnaire sur le long terme.
En maintenant dans le domaine public, vous êtes à la merci d'un arbitrage politique dont l'échéance est la prochaine élection.
a écrit le 15/08/2018 à 19:04 :
Personne ne semble s'offusquer d'une déclaration de 12 mois pour un accident d'infrastructure ? Cela ressemble fort au fait de profiter de la première occasion pour reprendre le pouvoir au peuple (stratégie du choc)... ou alors se préparer à l'affrontement avec Bruxelles avec les mains plus libres. Que represente/autorise l'état d'urgence transalpin ? Voilà une question pertinente pour des journalistes qui souhaiteraient nous informer.
Réponse de le 15/08/2018 à 21:09 :
C'est une récupération politique grossière de l'accident, tout comme l'épisode de l'Aquarius en était une autre.

Les neo-fachos en sont réduits à de la gesticulation raciste et xénophobe, ils sont incapables de faire autre chose. Pourtant il y a de quoi faire.

La dette italienne est la seconde plus forte en Europe, le taux de chômage est de 33% chez les jeunes, la population est en chute libre (183 000 personnes en moins chaque année hors immigration, 83 000 avec l'immigration, l'Italie a un des taux de natalité les plus faible au monde: 1.35 enfant/femme).
Sans l'immigration le système de retraite s’effondrera en quelques années.

etc etc...
a écrit le 15/08/2018 à 17:55 :
Comme en Italie, à Genova, en aussi nous allons vers un accroissement MASSIF du risque d'effondrement de piliers de ponts des autoroutes et AUSSI de ceux qui surplombent les autoroutes anciennes comme l'A6 et l'A7,

le danger vient de l'accroissement des fréquences des vibrations à chaque passage,

il faut comprendre que le 80 kms a été décidé pour créer des gênes et des allongements des temps de parcours de tous les professionnels de la route AUX FINS que le trafic routier se transfère des routes nationales VERS LES AUTOROUTES PRIVATISEES dans le BUT d'AUGMENTER MASSIVEMENT les recettes des sociétés d'autoroute

cette décision de Macron Philippe n'a qu'un but, faire plaisir à leurs amis financiers des autoroutes qui agissent en bandes organisées et les récompensent largement via des "véhicules financiers" de type cabinets avocobscurs ...

la presse devrait fouiller plus ce manège
Réponse de le 15/08/2018 à 18:41 :
T'es marrant toi ! Faut bien financer les partis....
a écrit le 15/08/2018 à 16:28 :
L'Europe impose des contrôles techniques poussés pour les véhicules. Qu'en est-il de l'infrastructures routières : les voies de circulation ainsi que les ouvrages d'arts font-ils l'objet d'un contrôle régulier et obligatoire ?
a écrit le 15/08/2018 à 14:44 :
Salvini accuse l'UE et son austérité pour l'accident (pont) intervenu ce mardi à Genova (anglais).

"Si des contraintes extérieures (U.E) nous empêchent de dépenser pour avoir des routes et des écoles sûres, cela remet en question le fait de suivre ces règles", a déclaré Salvini, qui dirige la Ligue des eurosceptiques. "Il ne peut y avoir de compromis entre les règles fiscales et la sécurité des Italiens."

https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-08-14/salvini-points-finger-at-eu-as-italian-bridge-disaster-kills-35
Réponse de le 15/08/2018 à 16:16 :
salvini (avec un petit s et sans monsieur) devrait avoir honte de dire des choses pareilles mais on sait à qui on a affaire avec ces personnes des extrêmes.
J'ai une pensée très profonde pour les victimes et les proches de ce terrible événement. Il y a bien sur erreur humaine comme dans 99.9999% des accidents mais la majorité des commentaires de ce fil sont du niveau voisin du zéro absolu.
Vous rappelez-vous de la catastrophe de Fréjus ?
Cordialement
Réponse de le 15/08/2018 à 23:26 :
Oui Marie, Salvini analyse parfaitement la paupérisation rampante des pays du sud pour conforter la géopolitique us à l' est de l' Europe et entretenir la guerre froide avec la nouvelle Fédération de Russie. Voici le texte exprimant la position de Salvini, en français cette fois.

https://francais.rt.com/international/53365-matteo-salvini-italie-pointe-doigt-contraintes-imposees-union-europeenne-catastrophe-viaduc-genes
Réponse de le 16/08/2018 à 0:26 :
Salvini a raison, l' Italie est comme nous contributeur net et se laisse dépouiller par cette entité technocratique sous influence extérieure qu' est l' UE qui n' a pas le sou hormis celui qu' elle prélève aux états du club.

Et c' est bien cet argent qui manque année après année qui paupérise les services publics et plombe l' économie du pays.
CQFD.
a écrit le 15/08/2018 à 11:44 :
Fallait pas supprimer la vignette auto dont les revenus servaient a entretenir le patrimoine routier!Je pense que nous serons un peu plus nombreux en France a militer pour son rétablissement!
Réponse de le 15/08/2018 à 12:05 :
Avec le PS, c'est toujours plus d'impôts et de taxes...c'est vrai qu'ils ne savent pas que c'est de l'argent du contribuable...
Réponse de le 15/08/2018 à 13:52 :
Taxes........il faut adopter un autre pseudo.Celui-ci vous va bien.
Pour info.la vignette avait été créée dans un autre but.Renseignez-vous!
Réponse de le 15/08/2018 à 19:34 :
En 2000, elle est supprimée par Laurent Fabius, ministre de l'Économie du gouvernement Jospin, pour tous les véhicules particuliers (l'État versant à la place une nouvelle dotation aux départements), mais continue d'exister pour les véhicules professionnels. Elle s'appelle ensuite la taxe différentielle sur les véhicules à moteur.En 2006, la taxe différentielle sur les véhicules à moteur est supprimée pour les professionnels.Quant à leur utilité, les retraités et non le patrimoine routier ne verront pas la couleur de cet argent prélevé et au bout de trois ans, Michel Debré, alors Premier ministre annonce que celles-ci seront finalement "acquises au budget de l'Etat".
a écrit le 15/08/2018 à 5:56 :
Les italiens n'ont pas fait pire que les français.

Chacune des équipes gouvernementales a suivi les mêmes égarements en sabrant à grand coups de serpe les dépenses de maintenance des réseaux routiers jusqu'à rendre toutes les infrastructures et par extension les déplacements de plus en plus dangereux. Et l'incompréhensible est arrivé en Italie alors que la structure de ce viaduc faisait débat et l'objet de sévères critiques.

En France, au lieu de se préoccuper d'améliorer sans cesse l'existant, l'équipe au pouvoir préfère régler la question en inventant des révisions de vitesse de plus en plus réduites et en clamant qu'elles sont salvatrices et vont régler tous les problèmes.

Mais les faits sont bien là et aucun discours dilatoire ne peut les travestir.
La sécurité des déplacements dépend avant tout du bon état des infrastructures et de leur perpétuelle amélioration visant à effacer les points noirs sources de pièges mortels.

Tout le reste n'est que fallace et piperie.

Le summum de la comédie nous vient du théâtre romain. Dans cette ville, les citoyens ont fini par se créer eux même un tout nouvel impôt de quelques euros afin de remplir les ornières des chaussées. Les Autorités romaines, ces comédiantes, continuent à collecter l'impôt qui remplit l'ornière de leurs profondes poches et font mine d'ignorer cette collecte civile qui remplace leurs déficiences.

Déjà, dans quelques endroits en France, des particuliers saturés des insuffisances publiques remplissent eux même quelques trous devant chez eux.
Si cela devait continuer, ce ne sont pas quelques ornières qu'il nous faudrait combler, c'est un grand coup de balai qu'il faudrait donner au sommet de l'Etat.
Réponse de le 15/08/2018 à 9:40 :
Tout à fait bien dit. A force de vouloir respecter les discours de ces inutiles de Bruxelles, on arrive à ce genre de situation. Je crois que la Borne à intérêt à se méfier, car vu l'état des routes, des ponts etc, elle risque très gros s'il arrive un accident. On sabre les budgets, on s'en fout, l'important c'est de respecter ce que disent les allemands 3 % de déficit, donc tout ce qui n'est pas important d'après eux on ne fait pas. La vie est surement plus important que ces arguments de déficit.
a écrit le 14/08/2018 à 19:21 :
En France, il suffit de lever les yeux sur l'A7 et l'A6 pour constater le piètre état des ponts qui passent sur les voies des autoroutes ;

pour les ponts et les viaducs des autoroutes A7 et A6, il vaut mieux ne pas aller voir !!!

idem sur les nationales en règle générale en France ...

c'est Bruxelles qui gouverne, le gouvernement Philippe est inutile, impotent, un gouvernement simulacre de 1ère classe,

Macron n'est qu'un lobbyiste de Bruxelles
Réponse de le 14/08/2018 à 23:33 :
Voila un ingénieur expert en structures qu'il nous faut.Bravo.
a écrit le 14/08/2018 à 19:17 :
Vous allez voir, tous vont se rejeter la faute, la société d’autoroutes, les politicards et tutti quanti....
Pourquoi faut il attendre une tragédie pour prendre des mesures drastiques de sécurité ?
Une prière à toutes les victimes .
a écrit le 14/08/2018 à 18:51 :
Si tout s'effondrait périodiquement comme le système financier, ce sont tous les ouvrages qui devraient s'écrouler, tous les malades qui devraient trépasser, toutes les centrales qui devraient exploser régulièrement. Heureusement la compétence de nombreux corps de métier n'est pas à l'image du système bancaire, sauf exceptionnellement comme dans ce cas malheureusement.
a écrit le 14/08/2018 à 18:04 :
La mafia s 'est fait attribuer presque tous les contrats des gros chantiers publics en Italie depuis les années 50 jusqu'à la fin des années 90, notamment les chantiers autoroutiers.

Beaucoup d'ouvrages d'art ont été salopés pour maximiser les profits sur fond d’impunité (Berlusconi...1961 - 2013) : non respect des plans de ferraillage, non respect des dosages des bétons, non respect des normes techniques, malfaçons multiples. Forcément il arrive des catastrophes.
Réponse de le 14/08/2018 à 18:31 :
en Italie la mafia a sévit 1961 - 2013,

en France la mafia politico-financière est à l'oeuvre depuis la fin des années 1990, elle s'accentue depuis 2007 et s'aggrave MASSIVEMENT depuis 2016 ..

A Bruxelles, il n'y a pas une mafia, mais DES mafias.

ces mafieux sont des assassins doivent être traités comme des assassins sans aucune circonstance atténuante
Réponse de le 15/08/2018 à 11:53 :
Ce qui m'impressionne le plus est le fait qu'on a tout de suite accusé le gouvernement italien et qu'on n'a pas osé parler d'une autre cause pls courante ces derniers mois.

Paix à l'âme des victimes. Quelle terreur ils ont dû éprouver avant de mourir.

Il faudrait revoir aussi les autorisations accordées à ces mastodontes de poids lourds, qui polluent, saccagent les routes et appauvrissent par ce qu'ils nous apportent les producteurs et commerçants français, sans oublier les trafics de toutes sortes que certains d'entre eux propagent parfois sans le vouloir.
Réponse de le 15/08/2018 à 20:13 :
Qu'entendez vous par "une cause plus courante ces derniers mois" ?

Un pont, soit il est trop mal foutu et il s'écroule toute de suite, soit il se dégrade plus ou moins vite selon sa conception et sa qualité de construction, mais c'est une question de décennies, pas de mois.

Ce qui me frappe au vu des images qui tournent en boucle c'est la pauvreté des armatures métalliques au regard de la masse énorme de béton du tablier et des piliers.

Il me semble que cet ouvrage d'art était à la fois hyper lourd et sans souplesse, ce qui fait deux énormes défauts pour un pont. Analyse qui serait corroborée par les riverains qui évoquent une chaussée toute en ondulations.
a écrit le 14/08/2018 à 16:45 :
L'Italie connait un désastre, certes,

les routes Françaises sont dans le même piteux état par grande négligence de l'Etat qui n'a de cesse de rançonner les automobilistes et les routiers, aussi de faire les poches des contribuables, pour gaver de pognon les fonctionnaires et les lobbyistes de Bruxelles, à Paris Rome Madrid et Lisbone

Il devient urgent que les Peuples d'Europe du Sud se réveillent pour bouter dehors du pouvoir ce magma politique d'une puanteur absolue qui devrait se voir traduit par devant une Justice Populaire qui les envoie TOUS et TOUTES en prison pour 25 ans..
Réponse de le 14/08/2018 à 17:06 :
bien dit
Réponse de le 14/08/2018 à 18:24 :
Mars 2018

Les groupes italien Atlantia et espagnol ACS se sont finalement mis d'accord pour lancer une offre commune de plus de 18 milliards d'euros sur l'exploitant d'autoroutes espagnol Abertis, le propriétaire de la Sanef, la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France. Le gouvernement espagnol s'était inquiété de voir l'un des principaux gestionnaires autoroutiers du pays passer sous contrôle étranger si l'offre d'Atlantia, contrôlé par la famille Benetton, était retenue.Bien que cet accord ne réponde pas aux ambitions initiales d'Atlantia, qui souhaitait exercer un plein contrôle sur un géant mondial des infrastructures de transport, l'entreprise italienne pourra se développer en France, en Espagne, en Allemagne et en Amérique latine.Les banques Credit Suisse, BNP Paribas, JP Morgan et UniCredit ont procédé à un montage financier de 14 milliards d'euros pour cette opération,
a écrit le 14/08/2018 à 16:07 :
ET on est pas prêt d'arrêter d'en subir les conséquences de toutes ces politiques d'austérité budgétaires en Europe.

"Ré-investir dans le futur est une nécessité, d’autant que les infrastructures non entretenues coûteront très cher à reconstruire si on les laisse s’effondrer"

"De l’austérité à la stagnation" https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/austerite-iags-croissance/

"Austérité : en Espagne, de nombreux patients ne peuvent plus se soigner" https://www.sudouest.fr/2015/12/15/austerite-en-espagne-de-nombreux-patients-ne-peuvent-plus-se-soigner-2218283-4696.php

Vite un frexit.

Par contre j'ai regardé la première dépêche reuteurs concernant cette catastrophe en effet, une horreur, mais elle parlait de zéro mort ou quand la productivité et la vitesse priment sur la vérité. A un moment il serait bon de s'arrêter et de penser svp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :