Zone euro : un rebond inédit de la croissance depuis 25 ans avant une nouvelle chute

 |  | 1490 mots
Lecture 8 min.
Ces chiffres historiques, sous l'effet des moindres restrictions à l'activité durant l'été, marquent un net rattrapage après une récession elle aussi historique au printemps.
Ces chiffres historiques, sous l'effet des moindres restrictions à l'activité durant l'été, marquent un net rattrapage après une récession elle aussi historique au printemps. (Crédits : Albert Gea)
Le PIB de la zone euro a rebondi au troisième trimestre de 12,6% après un printemps catastrophique. L'aggravation de la situation sanitaire et la multiplication des mesures de confinement dans la plupart des grandes économies de la zone euro assombrissent les perspectives d'une reprise solide et durable.

C'est une bonne nouvelle qui risque de ne pas durer. Selon les derniers chiffres d'Eurostat communiqués ce vendredi 13 novembre, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a bondi de 12,6% au cours du troisième trimestre et celui de l'Union européenne de 11,6% sur la même période. L'institut de statistiques a révisé à la baisse ses prévisions par rapport aux précédentes estimations du T3 (12,7% en zone euro et 12,1% pour l'Union européenne). Au cours du second trimestre 2020, l'économie européenne avait plongé de 11,8% dans la zone euro et de 11,4% dans l'UE.

Après un printemps cataclysmique, les indicateurs économiques ont retrouvé des couleurs entre juillet septembre. D'après les statisticiens, il s'agit du plus fort rebond depuis que le début de cette série statistique mise en œuvre en 1995. Même si les regards sont déjà tournés sur la fin de l'année, ces chiffres du PIB restent très importants en termes d'acquis de croissance pour l'année 2020. Cela signifie que même si l'activité est en recul au dernier trimestre, la croissance en 2020 sera moins marquée que celle du début de l'année 2021.

La levée progressive des mesures sanitaires pour limiter la propagation du virus ont permis à la plupart des grands secteurs d'activité de rebondir vigoureusement. Malgré ces signaux favorables, la recrudescence de l'épidémie et la saturation des services de réanimation ont obligé la plupart des autorités européennes à remettre en place des mesures de confinement.

Dans ce contexte sanitaire dégradé, les espoirs d'une reprise rapide et durable se sont envolés. La plupart des économistes ont abaissé leurs prévisions de croissance en attendant que les annonces et les résultats pour les vaccins se confirment. Au delà de l'euphorie des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2020 à 19:13 :
Plus la chute a été grande plus le rebond (niveau actuel en % du niveau le plus bas) est fort. C'est mathématique. Cette parenthèse renforce tellement les bureaucraties qu'elles en remettent une couche. Jamais 2 sans 3. Mais alors on aura oublié le monde d'avant, le monde libre.
a écrit le 14/11/2020 à 10:59 :
Ce n'est sûrement pas grâce au rebond Français mais par les pays Nordiques, moins touchés et moins stricts en confinement : comme en Allemagne commerces TOUS OUVERTS, 12.000 morts et nous plus de 42.000 Et un secteur public et nationalisé de 12% inférieur au nôtre. Id° pour les pays nordiques.
a écrit le 13/11/2020 à 15:35 :
Vous commencez à pousser loin le bouchon vu que repartant de pas grand chose il était obligé que la croissance des mois d'après en comparaison soit "historique" certes mais de ce fait information d'aucune utilité.

D'habitude je met 45 litres de carburant dans ma bagnole mais hier j'ai emprunté un camion dans lequel j'ai du mettre 100 litres, jamais je n'ai mit autant de carburant dans un véhicule auparavant dites donc !

Ben ouais c'est logique monsieur de La Palice...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :