Bretagne : prime au président sortant, le RN ne confirme pas les sondages

Les estimations, en attente de consolidation, placent Loïg Chesnais-Girard, le président sortant PS, en tête avec 21,3% des voix, devant Isabelle Le Callenec (LR) à 16,1%, Thierry Burlot (LREM) à 15,4%, EELV à 14,7%. Le scrutin était indécis et les scores serrés laissent présager des alliances en vue de second tour. Devant les appels au rassemblement de plusieurs candidats, Loïg Chesnais-Girard se laisse le temps avant de prendre sa décision. L’écologie sera au centre du jeu.

3 mn

Loïg Chesnais-Girard (photo de droite) arrive en tête, avec plus de 21% des voix suivi par la liste LR d'Isabelle Le Callenec créditée de 16,1%. Surtout, Loïg Chesnais-Girard devance de près de cinq points son rival LREM Thierry Burlot (à gauche).
Loïg Chesnais-Girard (photo de droite) arrive en tête, avec plus de 21% des voix suivi par la liste LR d'Isabelle Le Callenec créditée de 16,1%. Surtout, Loïg Chesnais-Girard devance de près de cinq points son rival LREM Thierry Burlot (à gauche). (Crédits : DR)

Treize listes étaient en lice au premier tour des élections régionales en Bretagne. Pourtant, les premières estimations placent en tête les mêmes formations qu'au niveau national.

La liste du président sortant (PS), Loïg Chesnais-Girard arrive en tête, avec plus de 21% des voix suivi par la liste LR d'Isabelle Le Callenec créditée de 16,1%. Surtout, Loïg Chesnais-Girard devance de près de cinq points son rival LREM Thierry Burlot. Autre héritier putatif de Jean-Yves Le Drian, ancien président de région et actuel ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Thierry Burlot enregistre 15,4% des suffrages, devant la liste EELV de Claire Desmares-Poirrier qui obtient 14,7%.

Dans son fief de Liffré (Ille-et-Vilaine), ville dont il a été le maire et où il a obtenu 61,10% des suffrages, Loïg-Chesnais Girard n'a pas caché sa satisfaction, malgré le regret d'une forte abstention.

« C'est une très bonne nouvelle car c'est un choix clair des Bretonnes et des Bretons, qui ont affirmé leur souhait de nous voir continuer l'aventure. C'est le résultat de quatre années de travail et d'une dynamique autour de moi sur le chemin d'une Bretagne qui travaille pour préparer son avenir », a-t-il fait valoir, ne souhaitant pas répondre dès dimanche soir aux sollicitations de rassemblement des uns et des autres. « Cela permet d'avancer sereinement pour la suite, et c'est aussi une très bonne nouvelle car cela met le RN très loin derrière nous. C'était aussi un des enjeux de ce scrutin », s'est-il réjoui.

Gilles Pennelle, la tête de liste RN, se positionne en effet en cinquième place à 14,4%, loin devant l'autre liste écologiste de l'ancien maire de Langouët, Daniel Cueff, à 6,6% et celle de Pierre-Yves Cadalen, pour LFI, à 5,5%. Ces deux dernières listes ne pourront pas se maintenir au second tour mais pourront fusionner avec une autre. Le jeu des alliances possibles a commencé.

Appels au rassemblement de LREM et d'EELV

Ancien vice-président à l'écologie de la majorité sortante, Thierry Burlot a appelé dimanche soir à un rassemblement avec Loïg Chesnais-Girard, constatant volontiers « la scission » de cette majorité à laquelle il a lui-même participé. En cas de refus, il pourrait envisager un rapprochement avec Daniel Cueff autour d'une thématique écologiste.

Daniel Cueff est aussi sollicité par Jean-Yves Cadalen (LFI), qui souhaiterait également associer Claire Desmarres-Poirrier (EELV), à « une majorité alternative qui fasse sens, et qui permette de rompre avec le lobby agro-industriel ».

Proposition rapidement balayée par la candidate EELV. « On souhaite une majorité à gauche et écologiste, la plus large possible, donc l'option de la majorité alternative que propose Pierre-Yves Cadalen n'est pas une option favorable », a-t-elle estimé. Le match n'est donc pas encore joué. Selon les sondages, seule une alliance entre EELV et le PS affiche une garantie de victoire au second tour.

Le RN "pénalisé"

Depuis son QG près de Rennes, le candidat RN Gilles Pennelle a surtout mis en relief « la participation ridicule qui nous pénalise. Les jeunes et les catégories populaires qui forment notre électorat ne se sont pas déplacés. Monsieur Chesnais-Girard, qui arriverait en tête avec ce score, ne peut absolument pas s'en satisfaire. Quand on est président sortant, faire un score si petit, cela prouve que toutes les familles politiques sont touchées par une abstention qui est record ».

En Bretagne, le premier tour s'est, comme au niveau national, caractérisé par une forte abstention. À 17 heures, seulement 28,79 % des électeurs bretons s'étaient exprimés. Ce score est légèrement supérieur au taux national (26,72%).

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 21/06/2021 à 8:57
Signaler
La vague brune tant voulue par la classe dirigeante poussée par les médias de masse donc n'a pas eu lieu, une surprise quand même exposant que le peuple français reste toujours un peuple singulier.

le 22/06/2021 à 20:43
Signaler
Est-ce véritablement ce qu'ils veulent, ou est-ce une incitation à la peur pour aller voter ? Bon je penche plutôt sur la première option, on a bien vu comment cela a permis de donner la victoire au "marcheur" en 2017.

le 24/06/2021 à 13:32
Signaler
Il faut en conclure que ce sont les gens les moins éclairés qui continuent à voter et les politiciens le sachant se cantonnent sur ce miniscule électorat, un cercle vicieux s'est bien installé et enraciné au sein du système électoral. RN et LREM, bon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.