L’informatique, un métier plus que jamais stratégique pour les banques

 |   |  1105  mots
La Société générale dépense 3,2 milliards d'euros par an dans les technologies de l'information. REUTERS.
La Société générale dépense 3,2 milliards d'euros par an dans les technologies de l'information. REUTERS. (Crédits : DR)
La banque de détail de la Société générale en France recrute 120 à 150 informaticiens par an, pour faire face à la révolution du numérique et aux enjeux de sécurité qui en résultent.

Quelque part dans la banlieue de Lille (Nord), au sein d'une sorte de zone industrielle, se dressent quelques entrepôts gris, dépourvus de toute signalétique, parfaitement banals. C'est pourtant là que bat l'un des cœurs informatiques de la Société générale, plus exactement de sa division de banque de détail (collecte de l'épargne et distribution de crédits) en France. En effet, les entrepôts en question ne sont autres que l'un des data centers (centres de données) de la banque.

 Sur une superficie totale de 1.500 m2, trois salles maintenant une température et une humidité constantes abritent des "armoires", où sont stockées les données informatiques permettant le fonctionnement des réseaux France de la Société générale, qu'il s'agisse des postes de travail des collaborateurs du groupe, de la comptabilité, du calcul des risques, des paiements ou encore de l'accès des clients au site Internet de la banque.

 La Société générale dépense 3,2 milliards par an dans les technologies de l'information

 Des équipements si sophistiqués qu'ils ne coûtent pas moins de 25 millions d'euros par an à la Société générale, laquelle dépense au total 3,2 milliards d'euros par an dans les technologies de l'information. Dans l'une des salles trône l'un des plus précieux d'entre eux, le "mainframe", ce supercalculateur qui connaît notamment en temps réel les soldes des comptes des clients et est donc en mesure d'autoriser - ou non - les automates bancaires à leur délivrer des billets. C'est également au "mainframe" que revient le traitement des 2 millions à 5 millions de transactions par heure qui déferlent sur la banque de détail chaque premier mardi du mois, après le paiement des salaires, les achats du week-end et la réouverture des agences bancaires fermées le lundi.

 C'est dire que ce supercalculateur n'a pas le droit à la moindre défaillance, que celle-ci soit technique ou humaine. Aussi le "mainframe" possède-t-il "quelque part" un jumeau, capable de prendre son relais en cas de problème. La banque n'en dira pas davantage sur la localisation de ce double, par sécurité. Par sécurité toujours, les équipes de la Société générale elles-mêmes n'ont pas le droit de pénétrer comme bon leur semble au sein du "data center." Seules quatre ou cinq personnes travaillant pour le groupe informatique IBM, propriétaire du centre de données, disposent de ce privilège.

 12 fois plus d'attaques informatiques cette année qu'en 2011

 "La sécurité constitue notre top priorité", clame Raymond Bunge, directeur des systèmes d'information de la banque de détail en France. Une priorité qui pourrait friser la paranoïa car "à la Société générale, nous avons appris que l'ennemi pouvait être dans la maison", poursuit Raymond Bunge, un ton plus bas. Une allusion à peine voilée à Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la banque que la Cour de cassation avait reconnu, le 19 mars, coupable d'introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

 Mais l'ennemi est aussi, et surtout, à l'extérieur : depuis le début de l'année, "la Société générale a subi 12 fois plus d'attaques qu'en 2011, et deux fois plus que l'an dernier", indique Raymond Bunge. L'une des dernières tentatives date d'il y a trois semaines seulement. Venue de Hong Kong, elle a obligé la banque à basculer sur un système de secours et à solliciter l'aide du CERT-FR, le centre gouvernemental de veille, d'alerte et de réponse aux attaques informatiques. L'une des hantises de la banque étant de se retrouver au cœur d'un scandale similaire à celui survenu en janvier en Corée du Sud, où quelque 100 millions de comptes bancaires avaient été piratés, amenant trois émetteurs de cartes de crédit à présenter des excuses publiques.

 Une course de vitesse contre les pirates informatiques

 C'est là le revers de la médaille de la révolution numérique.

"Avant Internet, les clients n'avaient pas accès aux systèmes informatiques des banques. Avec l'essor du Web, qui fait que les deux tiers des contacts des clients avec leurs banques passent désormais par les canaux mobiles, nous avons ouvert une boîte de Pandore (pour les pirates informatiques). Si bien que nous sommes désormais engagés dans une course de vitesse pour fermer des portes (aux hackers) tout en laissant d'autres ouvertes (aux clients)"

, décrypte François Boucher, directeur des systèmes d'information, organisation et processus de la banque de détail de la Société générale en France. Cette course de vitesse passe par l'expérimentation de nouvelles méthodes de protection, comme la biométrie vocale, qui exige par exemple de l'utilisateur d'une application mobile que celui-ci répète une phrase à trois reprises pour que "l'appli" se déverrouille.

 "Il ne s'agit là que d'un test car la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) ne permet pas que nous élaborions des bases de données biométriques", poursuit Raymond Bunge. Pour qui les mots de passe actuellement utilisés afin de permettre l'authentification de l'utilisateur d'une messagerie électronique, d'un site de commerce en ligne ou d'une application mobile "ne serviront plus à rien dans trois ou cinq ans, car ils auront tous été piratés."

 Une trentaine d'experts informatiques, contre huit il y a deux ans

 Aussi "recrutons-nous énormément dans le domaine de la sécurité informatique", ajoute Raymond Bunge. De fait, l'équipe de sécurité informatique du groupe Société générale, qui comptait huit experts il y a deux ans, en comprend aujourd'hui une trentaine, et l'objectif est de parvenir assez rapidement à 50. Autre profil très recherché, celui de développeur de solutions mobiles pour la clientèle, sans oublier les compétences en "big data", qui permettent d'analyser des monceaux de données afin de mieux connaître les comportements des clients et, partant, de leur proposer des offres plus adaptées à leurs besoins.

 Au total, la banque de détail de la Société générale en France embauche 120 à 150 informaticiens par an. "Cette année, nous avons déjà recruté 70 personnes, il reste environ 60 postes à pourvoir", indique Raymond Bunge. Des embauches pas toujours évidentes, "le secteur de la banque étant moins trendy (à la mode) que les Facebook, Google et autres start-up high-tech, qui attirent davantage les diplômés d'écoles d'ingénieurs", précise François Boucher. Décidément, sur le terrain du recrutement aussi, les géants de l'Internet concurrencent les banques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2014 à 11:48 :
Si on faisait comme en Finlande et qu'on installait des data center dans les fondations d'immeuble pour réutiliser la chaleur dégagée...
a écrit le 13/07/2014 à 13:02 :
Je m'étonne que le DSI de la SG s'étonne de ne pouvoir attirer les informaticiens français venant des mastodontes US sachant que ceux-cis gagnent 2 à 3 fois plus que les salaires misérables proposés par les banques et que ce secteur n'est pas réputé pour favoriser une quelconque expertise dans ces rangs excepté dans la recherche quantitative . Connaissez vous bcp informaticiens brillants qui accepteraient de se faire "manager" par des généralistes reconvertis dans l'informatique avec une progression à l'ancienneté comme c'est le cas dans ce secteur ?
a écrit le 21/06/2014 à 11:10 :
la course contre la montre s'accellere et les pirates en herbe ou expérimentés ont toujours un coup d'avance , les programmeurs et les sécurités liés a ces systèmes vont amplifier dans le temps , déjà regardez la censure chinoise , elle mobilise bon nombre d'internautes qu'ils soient d'état ou bénévoles , donc pour les organismes bancaire le soucis va en grandissant et il va couter de plus en plus cher et un jour il se repecutera sur quelqu'un ..inevitable et logique ..
a écrit le 19/06/2014 à 21:47 :
l'Offshore existe déjà au datacenter de Tigery avec de nombreux postes en pologne au lieu de postes sur site.
a écrit le 19/06/2014 à 20:28 :
Sans informatique plus rien n'est possible malgré le développement des technologies (mobile banking) les coûts opérationnels sont toujours très élevés et naturellement c'est le client qui paye .Vous verrez et c'est le cas pour certaines banques que les data center iront également vers le offshore ….
Réponse de le 21/06/2014 à 11:12 :
oui cela existe depuis longtemps le offshore des data centers , certains sont US et s'implantent depuis quelques années en région parisienne car le cout énergétique est moindre , par contre si le cout énergétique s'envole un peu partout , le problème sera si grand que ces data center présenteront la facture énergétiques aux clients finaux .. vous et moi .. via les opérateurs telecoms .. ce mécanisme va en s'amplifiant helàs ..
Réponse de le 21/06/2014 à 16:45 :
et alors, quelles énergies vous imaginez pour le futur ? Et si les gens par le passé avaient moins gaspillé le pétrole et le gaz, on en serait pas là non ?
Réponse de le 03/07/2014 à 9:24 :
vous avez raison sur le pétrole et le gaz , incluez quand meme le charbon car certains états américains sont très généreux avec des data centers , mais on peut pas taper sur les Enr et le Nucleaire sans arrêt sans réfléchir deux secondes .. il faudra bien revoir nos besoins et surtout notre demande qui sera un jour répercutée inévitablement et ce jour là cela fera ..... mal

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :