Amazon aussi se lance dans le prêt aux PME

 |   |  412  mots
Tout comme ses concurrents du crowdlending, Amazon entend offrir des prêts en peu de temps.
Tout comme ses concurrents du crowdlending, Amazon entend offrir des prêts en peu de temps. (Crédits : reuters.com)
Après son concurrent chinois, c'est au tour du géant américain du e-commerce de se lancer dans le prêt aux entreprises. Son nouveau service, "Amazon Lending" proposera des crédits dans huit pays différents.

Décidément, les organismes qui proposent d'échapper au circuit traditionnel des banques ont tous la même argumentation. Elle repose sur deux mots clefs : simplicité et rapidité. Tout comme ses concurrents du crowdlending, Amazon entend offrir des prêts en peu de temps.

Selon le géant du e-commerce, la moitié des demandes de prêt seront traitées le jour même et il faudra compter 3 à 6 mois pour la durée du remboursement. Les intérêts, quant à eux, ne dépasseront pas les 14%. Pour les commerçants, les sommes prêtées seront comprises entre 1.000 dollars (915 euros) et 600.000 dollars (549.174 euros).

Pas pour tout le monde, ni partout

Pour bénéficier de ce nouveau service, les PME intéressées devront déjà être présentes sur le "marketplace", le site de vente en ligne d'Amazon pour les petits commerçants. Le programme n'est donc pas ouvert à tous, bien au contraire.

C'est d'ailleurs Amazon lui-même qui invitera ses commerçants à faire un prêt, et non l'inverse. Un choix stratégique, qui limite les risques pris par le géant, alors même que les PME sont les entreprises les plus sujettes aux défauts de paiement :

"Nous connaissons beaucoup de choses sur le business de nos vendeurs et n'invitons que ceux dont nous pensons qu'ils sont dans la meilleure position pour emprunter et croître" a expliqué Peter Faricy, le directeur d'Amazon Marketplace.

Le service sera proposé dans 8 pays : Chine, France, Canada, Allemagne, Inde, Italie, Espagne et Royaume Uni d'ici la fin de l'année. "Amazon Lending" existe déjà aux Etats Unis et au Japon depuis 2012 mais le géant de l'e-commerce n'a divulgué aucune information chiffrée sur cette activité.

Un marché à se disputer

Pour sa rémunération, Amazon prendra directement une commission sur le chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise à l'issue du prêt, tout comme il le fait déjà sur les ventes faites sur le marketplace. Actuellement, ce service représente 40% du chiffre d'affaire total des différents sites du géant.

Si Amazon prévoit de s'installer en Chine ce n'est pas au hasard. Alibaba, le leader de l'e-commerce Chinois, a déjà lancé "MYBank" le 25 juin dans l'espoir de prêter "aux petites entreprises, aux particuliers et aux usagers du secteur rural", jusqu'à 730.000 euros.

Le géant du commerce en ligne américain prévoit l'augmentation de son chiffre d'affaire de 16% en 2015. La concurrence est donc en marche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2015 à 21:53 :
Comment une entreprise déficitaire peut prêter de l'argent...
a écrit le 07/07/2015 à 21:24 :
Ca s appelle l economie gauche caviar ! Pas plus socialiste que moi plombier !👹
a écrit le 07/07/2015 à 21:22 :
Hollande pourrait leur demander de prêter aux grecs ! Lui qui n a rien compris a l economie! Sauf quand il fait déclasser le terrain de Trierweiler à Loc maria ker afin qu il devienne edificandis comme par miracle !
Réponse de le 07/07/2015 à 22:36 :
Le tout abrité derrière une Sci comme la sapinière ! Spécialité gauche caviar ! Madame n est qu actionnaire de SCI 👹🙈🙊💐
a écrit le 07/07/2015 à 18:50 :
"Les intérêts, quant à eux, ne dépasseront pas les 14%. "!!!!!!!!!! c'est énorme !!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :