Arkéa : pourquoi les Bretons sont vent debout

 |   |  1342  mots
Les salariés d'Arkéa ont manifesté devant le ministère de l'Economie, à Paris, le 17 mai pour soutenir la stratégie d'indépendance du groupe breton face au Crédit Mutuel.
Les salariés d'Arkéa ont manifesté devant le ministère de l'Economie, à Paris, le 17 mai pour soutenir la stratégie d'indépendance du groupe breton face au Crédit Mutuel. (Crédits : DR (via Twitter))
Le groupe Crédit Mutuel Arkéa sait qu'il peut compter sur la forte mobilisation du tissu économique et politique, finistérien et breton, très attaché à la décentralisation. Des voix dissonantes, y compris politiques, s'élèvent cependant.

Menée contre vents et marées, la stratégie d'indépendance de Jean-Pierre Denis, le président du groupe brestois, qui regroupe le Crédit Mutuel de Bretagne et ceux du Sud-Ouest et du Massif central, est largement devenue celle d'un écosystème, Finistère en tête, et de ses réseaux au service de la cohésion du territoire.

Patrons de grands groupes, CCI régionale, entreprises et dirigeants du numérique ainsi qu'une bonne partie des représentants et des instances politiques de la région, LR, LRM, MoDem et PS, soutiennent le processus de scission de la filiale bretonne du Crédit Mutuel. Arkéa a su rallier des voix en dénonçant une politique de centralisation de l'organe central qui pourrait menacer des emplois (le chiffre de 4.500 suppressions de postes est évoqué, dont un millier à Brest) et pénaliser ses investissements dans les entreprises régionales. En Bretagne, la décentralisation n'est pas un vague concept.

Une mobilisation de salariés, d'élus et d'entrepreneurs

Des élus et des entrepreneurs de la région se sont joints le 17 mai aux salariés lors d'un grand rassemblement organisé à Paris : plusieurs milliers de personnes (4.000 selon la police, 6.000 selon les organisateurs, dont 5.500 salariés) ont ainsi défilé entre la place de la Bastille et Bercy, à l'appel du collectif de salariés Indépendance pour Arkéa. Ils voulaient se faire entendre par Bruno Le Maire en marchant jusqu'au ministère de l'Économie et des Finances.

À Brest, une première mobilisation, en janvier 2016, avait réuni 15.000 personnes.

« Nous voulons réagir à une volonté de centralisation de la Confédération nationale du Crédit Mutuel affichée depuis 2015 et qui menace les emplois et les valeurs mutualistes », précise Anne-Katell Quentric, porte-parole du collectif qui se déclare représentatif d'une grande majorité de salariés. « Des collègues du Crédit Mutuel du Sud-Ouest étaient d'ailleurs à nos côtés. » Mais pas les syndicats.

Dubitative sur le projet d'indépendance, jugé flou, la CFDT, majoritaire, soupçonnée de pencher vers l'organe central, a dénoncé des « pressions » du groupe breton sur ses salariés pour participer à « une manif' tous frais payés ». « Si le projet est porteur de profits, d'emplois, de croissance... pourquoi est-il besoin de solliciter les salariés pour convaincre les autorités de tutelle et les pouvoirs publics ainsi que ses interlocuteurs ? » s'interroge le syndicat.

D'autres salariés évoquent anonymement sur Twitter « le coût exorbitant de la journée #arkeaindependant. Un total supérieur à 3 millions d'euros », financé par le groupe (donc les sociétaires). Et sponsorisé par Armor Lux, qui a fourni les bérets rouges (et gris) ! Jean-Guy Le Floch, le patron de la marque de vêtements, faisait en effet partie du cortège, aux côtés d'entrepreneurs comme Christian Guillemot, d'Ubisoft, mais aussi d'élus : des Finistériens, comme le maire PS de Brest François Cuillandre, le député (LRM) Didier Le Gac ou le maire "frondeur" de Carhaix à l'origine du mouvement des bonnets rouges, Christian Troadec, et des Costarmoricains comme le député LR Marc Le Fur. Ce dernier est le signataire, aux côtés d'Erwan Balanant (MoDem, Finistère), Didier Le Gac et Graziella Melchior (LRM, Finistère), d'une lettre adressée début mai à Bruno Le Maire, lui demandant de permettre que le processus d'indépendance d'Arkéa puisse aller à son terme, « sans entrave à la volonté citoyenne » et dans « un climat apaisé ».

Le mouvement est également soutenu par les associations de maires bretons des quatre départements et par la Région. Le président PS du conseil régional, Loïg Chesnais-Girard, avait déclaré en février vouloir « le succès du projet d'indépendance, qui doit développer l'économie, les centres de décisions et l'emploi en Bretagne ». Insistant sur la logique de partenariats existant entre la Région et le monde bancaire implanté en Bretagne, qui « sait s'impliquer pour l'économie bretonne », le conseil régional traduit ce que les milieux d'affaires et certains élus pensent d'Arkéa : un « fleuron breton, reconnu comme un pilier de l'économie numérique française, proche des chefs d'entreprise et des élus locaux », selon la lettre des députés au ministre.

"C'est la plus grosse entreprise du territoire en termes d'emplois"

« C'est un soutien franc et entier de l'ensemble de l'écosystème », se félicite d'ailleurs l'entrepreneur Charles Cabillic, cofondateur du fonds, lié à Arkéa, West Web Valley, avec Ronan Le Moal et Sébastien Le Corfec, et initiateur du collectif Avis de tempête. Composé à l'origine de 150 entrepreneurs, dont quelques membres, comme Jean-Pierre Denis, du Club des Trente (un groupe de réflexion qui réunit une soixantaine de grands patrons bretons au service de la Bretagne), d'associations et d'élus bretons, ce collectif a lancé mi-février une pétition sur change.org.

Rejetant « l'OPA hostile du CM11CIC », il revendique plus de 50.000 soutiens et 450 personnalités signataires : des Bretons comme Gilles Falc'hun (président de Sill Entreprises, groupe d'agroalimentaire regroupant des marques comme Malo, Le Gall, Matines, et dont Arkéa est actionnaire), Christian Guyader (rillettes et terrines Guyader Gastronomie), Patrick Le Lay (ancien PDG de TF1), mais aussi des partisans extérieurs.

L'ex-ministre Fleur Pellerin (Korelya Capital), Marie Ekeland, du fonds Daphni, ou Frédéric Mazzella, de BlaBlaCar, ont signé la pétition. Ces patrons du numérique ont l'habitude de se retrouver chaque année en juillet au West Web Festival de Carhaix, durant les Vieilles Charrues.

Ces soutiens veulent « défendre le maintien en Bretagne de la plus grosse entreprise du territoire en termes d'emplois (dont 2.200 au siège) et d'impact sur l'écosystème ».

Lire aussi : Crédit Mutuel Arkéa : l'écosystème de la tech apporte son soutien

Deux tiers des entreprises régionales seraient en relation avec la banque. Face au fossé qui se creuse entre Rennes et le Finistère, Arkéa encourage les initiatives de la pointe bretonne. « Arkéa irrigue le tissu local et participe au financement de grands projets régionaux », fait valoir Édouard Coudurier, Pdg du groupe Le Télégramme. Selon Jean-Guy Le Floch, Arkéa représente « une masse salariale de l'ordre de 500 millions d'euros réinjectée par an en partie dans l'économie bretonne ».

« Le groupe joue aussi un rôle majeur dans le développement des entreprises et le dynamisme du territoire breton en termes d'investissement, de participations, de trésorerie » relève Frank Bellion, président de la CCI métropolitaine Bretagne ouest, vice-président de la CCI Bretagne et dont la famille est à l'origine du groupe brestois de négoce Cofibel.

« Très investi dans l'écosystème lié à la mer [Arkéa Capital et le Crédit Maritime Bretagne-Normandie ont créé en octobre 2017 un fonds de 10 à 12 millions d'euros dédié aux activités de la pêche en Bretagne, ndlr], il est aussi pour les PME sous-traitantes un gros donneur d'ordre », ajoute-t-il.

Une pétition contre "l'aventurisme"

Dans ce concert de louanges, des voix dissidentes s'élèvent. D'autres personnalités politiques font part de leurs doutes, comme Marylise Lebranchu (ex-ministre et exdéputée PS du Finistère) ou Christine Cloarec, députée LRM d'Îlle-et-Vilaine, qui écrit sur Twitter :

« Cette volonté d'indépendance est contraire aux valeurs de l'économie sociale et solidaire que je défends. »

En cela, elle se dit d'accord avec le Collectif des mutualistes bretons, monté pour « rester sociétaires de leur Crédit Mutuel ». Formé d'une quinzaine de personnalités comme l'universitaire Yves Morvan, ancien président du Conseil économique et social de Bretagne, Philippe Noguès, ex-député du Morbihan, et d'anciens cadres et responsables de la CFDT du Crédit Mutuel, ce collectif dénonce « l'aventurisme » de la direction d'Arkéa, soupçonnée de s'être lancée dans une aventure personnelle. Sa pétition en ligne, sur change.org, a recueilli plus de 20.000 signatures.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante à Rennes pour La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2018 à 8:52 :
Pourquoi manifester en rouge quand on est breton ? Pour qu'on ne regarde plus les algues vertes sur les plages ?
a écrit le 31/05/2018 à 4:35 :
Sortir du Crédit Mutuel, c'est perdre son statut de mutualiste, cela veut dire que les sociétaires disparaîtront à terme pour devenir simplement des clients, les conseils des caisses suivront le même chemin. La bourse viendra suppléer le mutualisme. Arkéa deviendra une banque comme les autres. Le mal sera fait. A terme un nouveau crédit mutuel viendra sur le terrain et il y a de forte chance que sa direction s'installe à Rennes. Dire que des régionalistes soutiennent ce coup d'état financier, c'est à y perdre son latin, pardon son breton!
Réponse de le 02/06/2018 à 0:09 :
Au risque de vous heurtez... aujourd'hui mutuel n'est pas incompatible avec la bourse, vous trouverez à Euronext les valeurs ACA (Crédit agricole) ou encore CIC (CM11-CIC) pour ne citer qu'eux.
Après pour ce qui est la disparition des sociétaires, et des valeurs mutualiste d'Arkéa... ça seul le temps le dira. Au final, le client est roi, il pourra partir au profit d'une autre banque si ça ne lui convient pas.
a écrit le 30/05/2018 à 14:36 :
Otez moi d'un doute. Le formidable développement d'Arkéa, sa contribution à l'irrigation du tissu économique local, son avant-gardisme en matière de banque numérique ne se sont-ils pas fait en tant que membre du groupe Crédit Mutuel qu'il veut maintenant quitter en le vouant à tant de gémonies?
Réponse de le 30/05/2018 à 23:49 :
On peut ôtez en effet le doute. Les produits du CMB, CMSO et CMMC, Suravenir, Federal Finance, Fortunéo, Leetchi, etc. (pour ce citer qu'eux) n'ont rien à voir avec le CM11-CIC qui ont leurs propres produits et marques. De plus Arkéa possède son propre SI (système informatique, qui est un point névralgique pour une banque). Bref, tout ça pour dire que le CMB, CMSO et CMMC sont des banques différentes avec les autres CM de France. Dans la confé CM il existe que deux entités réellement indépendantes (que ce soit SI, produits, et marques), Arkéa et CM11-CIC. De plus il est important de rappeler que la tête dirigeante du CNCM est la même tête que le CM11-CIC (pas du tout de conflit d’intérêt). Arkéa a raison de quitter le CNCM avant d'être gober (tout simplement).
a écrit le 30/05/2018 à 10:19 :
Qui soutient BANQUE ARKEA ? l'ex-crédit mutuel de bretagne : des financiers intéressés, des politiques " lobbyisés " par Arkéa, les clients désinformés et instrumentalisés, de meme qu'une fraction des salariés promenés-payés tout compris à paris ( plainte du vrai crédit mutuel : abus de biens sociaux ), des syndicats non politiques indépendants objectifs, quant à eux, distants vis à vis de ces manœuvres du sommet d'ARKEA, banque régionale que par son adresse centrale, banque hyper centralisée-verticalisée des agences vers brest et inversement.
a écrit le 30/05/2018 à 9:55 :
Ainsi la biodiversité végétale est admise parce qu’elle est un luxe, alors que la biodiversité des organisations humaines n'est pas admise parce qu'elle est un risque. Justement, la biodiversité est essentielle pour la survie de l'espèce humaine, car elle couvre tous les risques. Arkéa va-t-il succomber à la loi de Darwin? Cela dépend seulement du peuple.
a écrit le 30/05/2018 à 8:35 :
Comme on le voit à Barcelone, comme on le voit en Italie, sortir de la pensée unique néolibérale européenne est interdit or l'indépendance, l'autonomie, la richesse, la différence les marchés financiers n'en veulent surtout pas, ils veulent voir une seule tête sortir du rang !

Je suis à fond derrière eux, nager à contre courant d'une pensée unique aliénante est une réelle preuve de compétence, d'objectivité et de quête d'efficacité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :