Arkéa : les Bretons demandent à Bercy son aide pour divorcer du Crédit Mutuel

 |   |  962  mots
Le cortège des salariés de Crédit Mutuel Arkéa parti, jeudi après-midi, de la Place de la Bastille jusqu'à Bercy.
Le cortège des salariés de Crédit Mutuel Arkéa parti, jeudi après-midi, de la Place de la Bastille jusqu'à Bercy. (Crédits : DR)
Entre 4.000 et 6.000 salariés du groupe bancaire régional sont venus défiler à Paris. Une délégation d’élus de la région, de chefs d’entreprise et d’administrateurs d’Arkéa a été reçue à Bercy. Le ministère campe sur sa position, refusant de modifier le Code monétaire et financier.

« Bercy, Bercy, entends-nous ! Bercy aide-nous, à divorcer ! La liberté, pour Arkéa. C'est ça qui sauvera nos emplois ! » Sous un soleil radieux, plusieurs milliers de salariés du groupe breton Crédit Mutuel Arkéa ont entonné ces slogans en battant le pavé parisien dans l'après-midi du jeudi 17 mai, depuis la place de la Bastille jusqu'au ministère de l'Économie et des Finances. Environ 4.000 personnes selon la préfecture de police, près de 6.000 personnes, dont 5.500 salariés, selon les organisateurs, pour un groupe en employant près de 10.000, filiales comprises, dont 60% en Bretagne, sont venus donner de la voix et montrer leur soutien au vote des administrateurs des caisses locales en faveur d'un projet d'indépendance, de sortie de l'ensemble Crédit Mutuel, passant par un abandon de la marque.

« Nous voulons une sortie par le haut. Nous avons besoin d'un coup de pouce de l'État pour faire venir la Confédération [nationale du Crédit Mutuel, l'organe central de la banque mutualiste, ndlr] autour de la table, que celle-ci reconnaisse le vote des caisses locales et que l'on mette en place rapidement notre indépendance », a expliqué à la presse Anne-Katell Quendric, porte-parole du collectif de salariés Indépendance pour Arkéa.

La Confédération avait déclaré ce vote invalide avant même les résultats, ressortis en faveur de l'indépendance à 94,4%. En tout, 307 caisses locales de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif Central sur 331 avaient participé à cette consultation, 17 ont voté contre la sortie du Crédit Mutuel.

Centre de décision en Bretagne

Le cabinet de Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances, a reçu en fin d'après-midi une délégation d'administrateurs d'Arkéa, d'élus de la région (dont le député (LReM) du Finistère Didier le Gac, le maire divers droite de Plougastel Dominique Cap, le maire de Brest PS François Cuillandre), et de chefs d'entreprise (Christian Guillemot, fondateur d'Ubisoft, Céline Lazorthes de la cagnotte en ligne Leetchi, rachetée par Arkéa). Marc Le Fur, député LR des Côtes d'Armor et vice-président de l'Assemblée nationale, en faisait également partie :

« Ce groupe est singulier dans le paysage bancaire, c'est le seul de sa taille où les décisions ne sont pas prises à Paris. En tant qu'élu breton, je suis attaché à ce que l'on garde un centre de décision bancaire dans la région. Nous en avons déjà perdu, avec la Banque de Bretagne par exemple [rachetée en 1989 par BNP Paribas]. Le ministère ne souhaitait pas cette évolution initialement, il doit respecter ce vote. Il faut qu'il intervienne », est-il monté au créneau lors d'un point presse.

Les intervenants ont souligné l'ancrage de la banque dans sa région. Le collectif de salariés et les personnalités invitées mettent en avant les menaces pour l'emploi chez Arkéa avec les pouvoirs renforcés de l'organe central. « Il y a 1.000 informaticiens et 2.000 personnes aux services centraux à Brest. S'il y a une fusion au sein du Crédit Mutuel, il y a peu de chances que le siège de Fortuneo [la banque en ligne d'Arkéa], avec 400 personnes, ou celui de Suravenir [filiale d'assurance-vie], 400 personnes aussi, reste à Brest » fait valoir Anne-Katell Quentric.

Le député LReM du Morbihan Erwan Balanant a confié qu'il avait « un compte chez CMB-Arkéa depuis [sa] naissance, [sa] mère était présidente de la caisse de Lorient Centre. Arkéa est un exemple de banque connectée à son territoire, aux entreprises et aux particuliers. Ce conflit s'il perdure, va nuire aux deux entités [Arkéa et le reste du Crédit Mutuel, ndlr] », a-t-il mis en garde.

« En tant qu'administrateur [du Crédit Mutuel Arkéa], je ne voudrais pas qu'on nous vole ce vote. Beaucoup d'administrateurs sont présents [dans le cortège]. Nous demandons aux pouvoirs publics de faire en sorte que les deux parties se mettent autour d'une table pour préparer une séparation bien ordonnée », a plaidé Auguste Jacq, administrateur d'Arkéa et vice-président la Fédération du Crédit Mutuel de Bretagne.

Bercy fermé à toute modification de la loi

Pourtant, à Bercy, la position reste imperturbablement la même. Le ministère martèle qu'il ne veut pas prendre parti, ni encourager, ni décourager, qu'il a avant tout le souci de la stabilité financière et de la sécurité des dépôts des épargnants et des sociétaires. À ce stade, il n'est pas envisagé de modification législative. Or le statut des groupes mutualistes est régi par le Code monétaire et financier qu'il faudrait amender pour agréer un nouveau groupe bancaire. Une solution non législative serait toutefois possible selon certains schémas, dont discute actuellement Arkéa avec les régulateurs, la Banque centrale européenne (BCE) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France). Le gouvernement rêve d'une sortie par le haut, d'un apaisement, d'une retour au calme entre les deux camps, dont on semble bien éloigné.

À l'annonce de ce rassemblement de salariés, la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM) avait procédé le 30 mars dernier à un signalement pour abus de biens sociaux auprès du procureur de Brest au sujet du soutien financier d'Arkéa à la manifestation (frais de déplacement et de repas pris en charge, participation considérée comme une journée travaillée), à la demande de présidents de caisses affiliées à Arkéa, assure la CNCM. L'organe central se réjouit d'ailleurs de constater « un essoufflement du mouvement par rapport à la manifestation de janvier 2016 à Brest » qui avait rassemblé 15.000 personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2018 à 12:57 :
Vous avez raison sur un point le Crédit-mutuel Centre Est Europe (Aujourd'hui CM11-CIC)... est bel et bien propriété de la banque privée CIC (M. Nicolas Théry préfère recevoir dabs les locaux du CIC qu'il préside comme le Crédit-mutuel Centre Est Europe, le CM11 et la CNCM)... Mais de grâce évitez de dire que la banque privée CIC est mutualiste.
Pour votre information le Crédit-mutuel Arkea a déjà dû payer par 2 fois pour les égarements financiers du CIC, notamment dans des produits financiers risqués aux États-Unis (donc solidaire dans les pertes mais jamais dans les bénéfices, c'est une des raisons du départ du crédit mutuel Arkea)... Si vous préférez investir dans une banque privée non mutualiste qui risque votre épargne à l'étranger pour enrichir des actionnaires cela est votre choix... évitez par contre d'y entraîner d'autres personnes.
a écrit le 20/05/2018 à 16:23 :
Qu'ARKEA Enlève cette TROP malhonnete et trompeuse enseigne : " crédit mutuel de bretagne ", et la remplace par Banque Arkéa : SON identité vraie.
a écrit le 20/05/2018 à 1:13 :
Les Cadres des agences locales d'Arkéa, sont réduits à n'etre que les secrétaires-sténo-dactylo, du Seul décisionnaire : Brest Arkéa.
a écrit le 19/05/2018 à 22:37 :
Les Dirigeants au Sommet d'Arkéa les paient pour manifester.
a écrit le 19/05/2018 à 17:20 :
J'ai vécu plus de 10 ans en Bretagne, Saint-Brieuc, Rennes. Bruz, Goven, etc...où le credit mutuel de Bretagne était taxé de la banque du curé, avant le crucifix bien en place. J'avoue ne pas comprendre ce qui se passe entre Arkéa et le CM. Le CMB est-il devenu Arkéa ? Explication SVP Merci.
Réponse de le 19/05/2018 à 20:45 :
Le fonctionnement n'est plus Mutuel . L'enseigne " crédit mutuel de bretagne "IMPOSTURE !! et SEULE l'enseigne, le MASQUE, et le dissimule. C EST ARKEA
a écrit le 19/05/2018 à 17:04 :
Pour celles et ceux qui vivent à Quiberon, Auray ou Vannes, ils et elles ont pour échappatoire à Arkéa ( l'ex- crédit mutuel de bretagne) le C.I.C- groupe crédit mutuel à Quiberon ou Auray ou Vannes EXCELLENTS, ou à 30mn par la N165, Dpt 44 le Crédit Mutuel LE VRAI et non Arkéa.
a écrit le 19/05/2018 à 16:28 :
J'ai sollicité un pret résidence principale 35% d'apport perso, chez Arkéa : L' EX !!! Crédit Mutuel de Bretagne, agence de ma commune Sud Morbihan ( 56). Le dossier a évidemment transféré au building Arkéa à Brest. ET REJETE AVEC MEPRIS : l'agence locale n'étant que secrétaire-dactylo me l'a fait savoir. Je me suis donc dirigé à 30 mn par la N165 vers le Crédit Mutuel le plus proche, BIEN ACCUEUILLI ET PRET ACCORDE : DECISION EN LOCAL. Arkéa ( ex crédit mutuel de bretagne) est centralisé intégralement ( BREST à leur BUILDING) verticalisé comme BNP et Société Générale. Arkéa rachète à tout va des fin-tech, financés par les vaches à lait, clients de ses agences jack-pot. Banque d'une poignée de dirigeants, avec président énarque, ex-secrét Gal adjoint de l'Elysée-Chirac. Les ENARQUES FONCTIONNENT EN SYSTEME VERTICAL.
Réponse de le 19/05/2018 à 20:34 :
Donc le plus proche Vrai Crédit Mutuel, hors territoire Arkéa, qui vous a accordé son attention et bienveillance, se situait à Missillac, ou Herbignac (Dpt 44) ?
a écrit le 19/05/2018 à 15:59 :
SUGGESTION : Partout où il y a un Arkéa, Je suggère Sous l'enseigne C.I.C : Groupe Crédit Mutuel.
Réponse de le 19/05/2018 à 22:40 :
Oui, il faut distinguer Le vrai Crédit Mutuel.
Réponse de le 19/05/2018 à 22:43 :
Oui, il faut distinguer Le vrai Crédit Mutuel. ARKEA, c'est LE FAUX : caché dans " Crédit Mutuel de Bretagne " : imposture.
a écrit le 19/05/2018 à 12:45 :
L'argumentation de ce député est assez surprenante. Il est au CM depuis toujours, sa mère est présidente de caisse et subitement rien ne va plus! Dans la gestion quotidienne de son agence, a t'elle été importunée par la confédération du CM? Je pense que tout ça finira mal pour Arkéa et surtout pour ses sociétaires.Quand on voit la manière de faire des dirigeants d'Arkéa qui surfent sur la fibre régionale, sur la crainte non fondée du personnel anesthésié, en oubliant de dire aux sociétaires les avantages qu'ils se sont donnés
Réponse de le 19/05/2018 à 15:29 :
Ce député n'est pas au vrai C.M, mais au faux : hyper centralisé de Brest.
Réponse de le 19/05/2018 à 15:41 :
Chez ARKEA, tout est centralisé, Directeurs et Cadres de caisse n'ont plus de délégation, et devant obtenir l'accord des FINANCIERS DE Brest, sur tout et tout. L'opposé du Crédit Mutuel-CIC
Bretonne, je dégage vers le C.I.C PLUS SAIN. On y sent l'air BIEN MEILLEUR.
Brest méprise les " clients " vaches à lait, et accentue ses rachats d'entreprises hight tech : sa priorité Dominante.
Réponse de le 19/05/2018 à 21:50 :
C'est aussi ma décision : en effet, Le C.I.C c'est le groupe Crédit Mutuel ( le VRAI, et Non l'imposteur : crédit mutuel de Bretagne ( ARKEA )
a écrit le 19/05/2018 à 10:40 :
Le mal français, jacobin à outrance et centralisation parisienne continue. Qu'est-ce qu'une région autonome sans banque régionale et sans pouvoir de lever l'impôt? Le pouvoir central devrait se contenter d'un contrôle a posteriori. Supprimons déjà l'école jacobine par excellence, l'ENA, l'école de la pensée unique..
a écrit le 19/05/2018 à 8:49 :
Ce ne sont pas des gaulois mais bien des Bretons.....qui veulent imposer leur diktat !
Il s'agit surtout de la guerre des chefs dotés d'égo surdimensionné et ne faisant aucune place à la solidarité nationale.
Que va apporter cette indépendance, qui au lieu d'apporter la stabilité et la sécurité financière du groupe, va au contraire affaiblir de facto les 2 entités.....
a écrit le 18/05/2018 à 19:10 :
Une poignée de dirigeants, président en tete, SE SERT, et a complètement centralisé le fonctionnement des agences locales qui n'ont plus aucun pouvoir, à la différence du Crédit Mutuel-C.I.C
a écrit le 18/05/2018 à 9:00 :
Qu'elle est la vraie raison de ce divorce et quid de la pension alimentaire?
Réponse de le 18/05/2018 à 18:10 :
depuis l affaire de mr ferrand ,?
Réponse de le 18/05/2018 à 19:14 :
Le Seul intéret du Sommet arrogant de cette banque.
a écrit le 18/05/2018 à 8:41 :
Avec un gouvernement pro-actionnaires milliardaires il est bien évident qu'il ne va pas aller à l'encontre de leurs intérêts financiers.
Réponse de le 18/05/2018 à 19:48 :
Les financiers c'est Arkéa-Brest, La banque à taille humaine et à fonctionnement humain, mutualiste, en local c'est Le Crédit Mutuel-C.I.C
Réponse de le 19/05/2018 à 18:31 :
Donc Macron va donner un coup de pouce Arkéa, et non au Crédit Mutuel-C.I.C
Réponse de le 19/05/2018 à 18:32 :
Donc Macron va donner un coup de pouce A Arkéa Brest, et non au Crédit Mutuel-C.I.C
Réponse de le 19/05/2018 à 18:32 :
Donc Macron va donner un coup de pouce A Arkéa Brest, et non au Crédit Mutuel-C.I.C

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :