Boeing 737 MAX : "Probablement le plus gros sinistre de l'histoire" de l'assurance

 |   |  381  mots
(Crédits : Lindsey Wasson)
La crise du Boeing 737 MAX, après deux accidents qui ont fait 346 morts, sera "probablement" "le plus gros sinistre de l'histoire" pour le secteur de l'assurance aviation, a estimé mardi un responsable de l'agence de notation S&P Global Ratings.

La crise "va avoir des conséquences" pour les assureurs et réassureurs concernés, a expliqué Marc-Philippe Juilliard, directeur chez S&P Global Ratings, lors d'une conférence de presse. Car outre les accidents, le montant des indemnisations liées à l'immobilisation des appareils sera "d'autant plus élevé que la période d'indisponibilité est rallongée", a-t-il ajouté, tout en soulignant qu'il est "trop tôt" pour estimer le coût de ce dossier pour les assureurs et les réassureurs, qui interviennent de manière significative dans l'aviation.

"Cela va coûter de l'argent au secteur"

Les réassureurs (les assureurs des assureurs, ndlr) prennent le relais au-delà d'un certain montant de dégâts.

"Nous pourrons commenter à partir du moment où les avions seront petit à petit autorisés à voler dans les différentes zones du monde. Mais de toute évidence cela va coûter de l'argent au secteur", a dit M. Juilliard.

L'horizon semble toujours bouché pour l'avionneur, aucune autorisation de vol n'ayant été à ce jour accordée pour son avion-vedette, cloué au sol depuis près de six mois après la succession de deux accidents avec les compagnies Ethiopian Airlines en mars (157 morts) et Lion Air en octobre (189 morts).

La compagnie aérienne américaine United Airlines a récemment prolongé l'annulation de tous les vols programmés sur ses 14 Boeing 737 MAX jusqu'au 19 décembre. Parallèlement, une filiale du conglomérat militaro-industriel russe Rostec a assigné fin août en justice Boeing pour demander l'annulation d'une commande de trente-cinq avions 737 MAX.

Une facture de 7,3 milliards d'euros

Fin juillet, l'avionneur avait annoncé une perte record de 2,94 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) au deuxième trimestre, conséquence des déboires du 737 Max.

Selon les dernières estimations établies cet été, la facture pour Boeing s'élève pour l'instant à quelque 8 milliards de dollars (7,3 milliards d'euros) et ne comprend pas les indemnisations des familles de victimes, qui ont déjà porté plainte, ou d'éventuelles amendes et règlements de litiges.

Ce montant inclut notamment une charge de 5,6 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) dans les comptes de l'avionneur pour les compensations des compagnies aériennes. Celles-ci ont dû annuler des milliers de vols depuis l'immobilisation du 737 MAX et remplacer ces avions dans leurs plans par d'autres appareils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2019 à 3:18 :
Soit plus cher que le coût de développement d'un nouvel appareil (par exemple 4 milliards pour l'A350).
a écrit le 05/09/2019 à 21:50 :
""le plus gros sinistre de l'histoire" pour le secteur de l'assurance aviation". Ouf ... un peu de vérité car le PLUS gros sinistre de l'assurance reste encore celui de 2008 qui a "profité" à AIG... Do NOT remember, pléaze...
a écrit le 04/09/2019 à 14:21 :
Au-delà de la responsabilité financière de Boeing, il y a la responsabilité pénale de ses dirigeants et ingénieurs, car un crash on peut comprendre, mais la cause étant connue, le 2ème est forcément criminel.
Quand on voit les procès faits par les USA aux dirigeants de WW !
a écrit le 04/09/2019 à 9:14 :
Un trouillomètre sera installé dans les salles d'embarquement 737 MAX.
Réponse de le 28/09/2019 à 21:53 :
Et un doublement du personnel pour embarquer de force les passagers récalcitrants !
a écrit le 04/09/2019 à 2:17 :
Comme quoi la financiarisation des entreprises a des limites. Il ne suffit pas d’avoir un nom et du pognon pour sortir des avions corrects.
Par ailleurs la FAA est aussi coupable d’avoir fermé les yeux et fait confiance au constructeur au détriment des usagers.
Boeing fait la sourde oreille, donne le change, mais fait dans son froc pour ne pas semer la panique et fragiliser ses positions commerciales...
Réponse de le 04/09/2019 à 13:13 :
Ce n est pas le premier scandale !!!! Rappelez vous le crash Twa New York Paris défaut de réservoir central ( surchauffe du aux vapeurs de kérosène)
Réponse des assassins de Boeing il vaut mieux indemniser que de changer tous les réservoirs des 747 en service ......
a écrit le 04/09/2019 à 0:42 :
Je préfère pleurer les victimes que Boeing.

Et en plus je suis assez satisfait que pour une fois les États Unis:
- n'imposent pas leur volonté au monde
- qu'une de leur compagnies ait des difficultés
a écrit le 03/09/2019 à 20:02 :
Avec l'annulation prolongée par United jusqu'à mi décembre, une grosse incertitude semble planer sur la certification du Max.
a écrit le 03/09/2019 à 19:42 :
On ne va pas pleurer pour Boeing ni pour ses assureurs car l'on pleure les plus de 300 femmes,enfants et hommes ,passagers et équipages qui ont été tués dans les 2 crashes des Boeing 737 Max.
a écrit le 03/09/2019 à 18:37 :
Je vous cite: ça leur apprendra à acheter Boeing?
Qui viser vous?
Quel commentaire stupide! Merci de tourner le doigt 7 fois autour du clavier avant de commenter la prochaine fois.
a écrit le 03/09/2019 à 18:26 :
Logique c'est un véritable scandale dont on aimerait que les véritables coupables soient sollicités et si pour une fois les propriétaires que sont les actionnaires pouvaient ne pas être épargnés...

"Gardes ! Emparez vous de cet individu !"
a écrit le 03/09/2019 à 17:47 :
Quand le marketing veut prendre le pas sur la sécurité...
a écrit le 03/09/2019 à 17:00 :
Ça leur apprendra à acheter Boeing... Na!

Si jamais le terme de "catastrophe industrielle" peut s'appliquer, il me semble que le 737MAX l'incarne à merveille.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :