La banque CreVal juge l'OPA du Crédit Agricole "inattendue et non sollicitée"

La banque italienne s'étonne du projet d'OPA annoncé par Crédit Agricole. L'un de ses actionnaires juge le prix de l'offre insuffisant.

2 mn

L'Italie représente le deuxième marché domestique du groupe Crédit Agricole
L'Italie représente le deuxième marché domestique du groupe Crédit Agricole (Crédits : Reuters)

La consolidation bancaire n'est jamais un fleuve tranquille. Alors que les banques espagnoles BBVA et Sabadell viennent d'annoncer l'abandon de leur projet de fusion, la banque italienne Credito Valtellinese (CreVal) a jugé l'offre publique d'achat (OPA) de Crédit Agricole Italia, filiale du groupe mutualiste, "d'inattendue et de non sollicitée".

Dans un communiqué, publié mercredi soir, la banque italienne, a même annoncé son intention de recruter des conseils financiers et juridiques pour faire face cette offre.

Peu avant cette annonce, un des actionnaires de la banque, le fonds d'investissement britannique Petrus Advisers, avait déclaré publiquement qu'il n'apporterait pas ses titres à l'offre publique, de 10,5 euros par action, soit une prime de 20 % par rapport au dernier cours avant l'annonce du projet. Un prix qui valorise la banque italienne à 737 millions d'euros.

Une offre jugée "opportuniste qui sous évalue considérablement la banque", estime l'investisseur. De fait, l'action se traite actuellement à un cours supérieur à celui de l'offre, ce qui traduit des anticipations du marché pour un relèvement du prix par Crédit Agricole.

Prix juste et en cash

De son côté, le groupe Crédit Agricole n'a pas réagi vendredi soir. Dans la presse italienne, Ariberto Fassati, président de Crédit Agricole, avait jugé l'offre  "juste et payée intégralement en cash".

Lors du lancement de l'offre, Crédit Agricole Italia avait déjà reçu le soutien de deux actionnaires de poids de CreVal, le gestionnaire d'actifs Algebris (5,4% du capital) et de Crédit Agricole Assurances (9,8%).

Toutefois, le communiqué de CreVal n'évoque pas de caractère hostile à l'offre et vise avant tout à obtenir un meilleur prix. Il ne devrait pas remettre en cause le projet industriel de créer le sixième groupe bancaire en Italie, avec notamment une présence plus forte dans la riche région de Lombardie.

Lire aussi : Crédit Agricole se renforce en Italie

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.