Panama Papers : le patron de Société Générale se défend, Bercy lui demande de la transparence

 |   |  563  mots
Je trouve scandaleux les amalgames et les inexactitudes qui sont véhiculés concernant la Société Générale, dans le cadre de cette enquête, a martelé M. Oudéa dans un entretien au Figaro.
"Je trouve scandaleux les amalgames et les inexactitudes qui sont véhiculés concernant la Société Générale, dans le cadre de cette enquête", a martelé M. Oudéa dans un entretien au Figaro. (Crédits : DR)
Cette sortie publique du patron de la banque française intervient alors qu'il a été reçu mardi soir par Michel Sapin au ministère pour s'expliquer sur ce dossier.

Le directeur général de Société Générale, Frédéric Oudéa, a lui même défendu mercredi sa banque, citée dans l'enquête "Panama Papers", après la demande de transparence du ministre français des Finances Michel Sapin. "Je trouve scandaleux les amalgames et les inexactitudes qui sont véhiculés concernant la Société Générale, dans le cadre de cette enquête", a martelé M. Oudéa dans un entretien au Figaro. Son groupe a notamment été épinglé dans ce dossier par le journal Le Monde pour avoir ouvert 979 sociétés offshore par l'intermédiaire du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca.

"La Société Générale n'a plus aucune implantation dans les paradis fiscaux. Il ne faut pas confondre une implantation détenue et opérée par une banque, et les sociétés et structures qui sont détenues par nos clients", a affirmé M. Oudéa. Il a souligné que son établissement ne travaillait en offshore qu'avec des clients "dont les motifs sont clairs" et que le fait d'avoir recours à une entité offshore pouvait "avoir bien d'autres motifs que fiscaux", citant par exemple des "situations familiales complexes".

Mardi, Société Générale s'était déjà défendue, en indiquant que quelques dizaines de sociétés offshore créées pour ses clients via Mossack Fonseca étaient encore en activité et qu'elles étaient gérées de façon "totalement transparente". "Nous connaissons systématiquement les ayant-droits de ces structures. Cela fait partie du code de conduite fiscale que nous avons déployé à la Société Générale en 2010 et dont la mise en oeuvre a encore été intensifiée depuis 2012", insiste M. Oudéa dans son entretien publié mercredi.

Cette sortie publique du patron de la banque française intervient alors qu'il a été reçu mardi soir par Michel Sapin au ministère pour s'expliquer sur ce dossier. "Je lui ai dit que je souhaitais que tout soit mis sur la table. J'ai exigé de connaître l'état actuel total de la situation, l'évolution de 2012 à 2015 et les raisons de l'ouverture éventuelle de nouveaux comptes offshore", a expliqué M. Sapin mercredi matin sur la radio Europe 1.

Le directeur général de Société Générale a également été pointé du doigt par le sénateur Eric Bocquet (Communiste, Républicain et Citoyen), qui a annoncé que son groupe avait l'intention de saisir le bureau de la chambre haute afin que M. Oudéa soit poursuivi pour faux témoignage. Ce dernier avait affirmé sous serment, lors d'une audition en 2012, que sa banque avait fermé ses implantations dans les pays figurant sur la liste grise des paradis fiscaux, ainsi que dans les Etats jugés non coopératifs, comme Panama. Le bureau du Sénat peut ensuite saisir la justice. Un faux témoignage devant une commission parlementaire est passible d'une peine allant jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende.

"De mon côté, et à titre personnel, j'ai mandé un avocat en la personne de Me Koubbi, spécialiste de ces sujets, pour agir sur le dossier", a ajouté M. Bocquet. Me David Koubbi est par ailleurs l'avocat de Jérôme Kerviel, l'ancien trader de Société Générale engagé dans un conflit judiciaire avec son ex-employeur (AFP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2016 à 9:40 :
arretons de taper toujours sur la meme; d'autre etablissement sont dans le meme cas mais on evite d'en parler peut etre que ceux qui grondent ont des interets ailleurs et jaloux ils cherchent a destabiliser un groupe international qui refuse de recuperer une bonne partie des canards boiteux de la nation
a écrit le 07/04/2016 à 17:46 :
La société générale est injustement inquiétée,dixit son directeur général, il jure bien évidemment, la main sur le coeur, que rien n'est illégal, et les seules entorses éventuelles résultent de situations particulières tellement complexes qu'il ne peut les expliquer, sans doute du fait du secret professionnel. Bref circulez il n'y a rien à voir, et comme la parole d'un banquier est parole d'évangile il ne faut pas insister...
a écrit le 06/04/2016 à 22:50 :
@societe generale: je suis client chez vous. Pouvez vous m'indiquer la marche a suivre pour ouvrir un compte offshore au Panama ? J'ai une petite affaire a regulariser par une compensation avec les Bermudes par exemple. Reponse rapide souhaitée.
Réponse de le 09/04/2016 à 9:21 :
La réponse sera celle-ci. Nous tenons informé le fisc français de tous ces mouvements, ainsi que Tracfin.. Par ailleurs, nous ne pourrons accepter votre argent des Bermudes que lorsque nous aurons l'assurance qu'il provient bien d'activités licites.
a écrit le 06/04/2016 à 19:33 :
Ils aurons jamais rien tout le monde le sais.!!?!jamais un chien mange un autre chien.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :